"> Miel - Je prie, je jeûne mais je ne porte pas - Musulman et fier de l\'être
 

Je prie, je jeûne mais je ne porte pas le voile

Added 29/6/2016

Quel est le point de vue de l'Islam (le houkm) au sujet de la femme qui prie et respecte le jeûne mais ne revêt pas le hijab?

Son jeûne est valide ainsi que sa prière et à Allah revient les louanges ; elle doit se repentir d’avoir délaissé le hijab. La désobéissance n’invalide pas sa prière ni son jeûne ; car ceci est un acte de désobéissance. Le fait de ne pas porter le hijab ou que la personne s’exprime d’une façon qui peut être non appropriée comme lorsqu’elle fait acte de médisance ou de calomnie, ceci n’invalide en aucun cas sa prière. Ceci montre, en revanche, une déficience dans sa foi et une faiblesse de sa foi et elle doit revenir vers Allah en se repentant de cet acte. C’est ainsi pour ce qui est du hijab et du fait de ne pas se voiler en présence d'hommes, cela relève de la désobéissance qui n’invalide pas son jeûne ni sa prière et elle doit s’en repentir.

Ne pas porter le hijab est une faiblesse dans la foi, médire sur les gens aussi ou lorsque la personne commet des actes de désobéissance…etc. Ceci est une faiblesse dans la foi, une déficience dans la foi. Si la personne accomplit correctement la prière (salat) en respectant ses . conditions et ses obligations et aux heures prescrites, alors sa prière est valide. Ceci est valable pour le jeûne, si la personne ne transgresse pas ce qui lui a été rendu interdit pour le jeûne, alors son jeûne est valide ; elle aura ainsi accomplit l’obligation. Cependant, si elle commet divers actes de désobéissance, cela soulignera un défaut dans son jeûne, comme le fait de médire ou de mentir [durant ce jeûne]…etc ; ce qui est une déficience dans son jeûne et une faiblesse dans sa religion.

 

http://www.alghourabaa.com/

 

Category : Le prophète ,Haddiths | Comments (0) | Write a comment |

Soubhana Allah:pourquoi notre température est de 37°C ?

Added 27/6/2016

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك 

 

... Notre corps maintient-il sa température à 37°C ?

Quand le thermomètre indique 37°C, elle est dite normale. Normale car elle permet aux constituants des cellules, notamment les protéines, de fonctionner de façon optimale.

En effet, la température a une influence capitale sur les réactions chimiques : ces dernières ne sont possibles que dans des gammes données, et leur vitesse en dépend.

D'où vient la chaleur du corps ? Des organes ou plus précisément des cellules. Elles produisent de la chaleur en fonctionnant grâce à l'énergie fournie par la nourriture que nous absorbons, ou aux stocks glucidiques ou lipidiques du corps. Certaines cellules d'ailleurs en fabriquent plus que d'autres comme les cellules musculaires et la graisse brune.

Dans le rôle du thermostat : l'hypothalamus
C'est bien beau de fabriquer de la chaleur, encore faut-il en produire juste assez mais pas trop (le corps a de grandes chances de succomber à des températures supérieures à 42°C et inférieures à 30°C). Deux mécanismes s'équilibrent donc : la production de chaleur (la thermogénèse), et la perte de chaleur (la thermolyse). On parle de thermorégulation. Et le thermostat qui orchestre tout ceci est une glande du cerveau, l'hypothalamus.

Voyons comment il s'y prend. Exposé au froid, notre sang a tendance à se refroidir. L'hypothalamus réagit alors en activant la thermogénèse. Les muscles se contractent : nous frissonnons. Les artérioles de la peau se resserrent : le sang est détourné vers les tissus plus profonds. La température remonte.

En cas de coup de chaud, c'est encore la température du sang qui informe le cerveau. L'hypothalamus enclenche alors des mécanismes de thermolyse : les artérioles de la peau se dilatent et le sang est envoyé massivement vers la surface. Les glandes sudorifères sont activées. La sueur utilise la chaleur corporelle pour se vaporiser. Cela a un coût énergétique (elle prend de la chaleur pour devenir vapeur) qui aide le corps à se refroidir. Au final, notre température oscille entre 36,1 et 38,7°C.

 

Dans notre corps se déroulent des milliers de réactions biochimiques qui permettent à nos cellules de se diviser, se nourrir, utiliser l’énergie fournie par notre alimentation, fabriquer nos hormones... des milliards de cellules qui travaillent, selon leur spécialisation, pour maintenir notre organisme en activité.

Les réactions biochimiques

Toutes ces réactions biochimiques sont «accélérées» par des petits catalyseurs appelés enzymes. Chaque enzyme s’occupe d’une seule réaction biochimique. Ces enzymes sont faites pour fonctionner de manière optimale dans un intervalle de température du corps compris entre 35 et 37,6 C. En dessous ou au dessus de cet intervalle de température, rien ne va plus ! Les enzymes fonctionnent mal, voire plus du tout ! C’est la catastrophe pour l’organisme qui ne peut plus assurer ses fonctions si la température du corps ne reste pas dans cette fourchette…

Heureusement,qu'il y a les mécanismes de l’homéostasie
L'homéostasieest un processus physiologique permettant de maintenir certaines constantes du milieu intérieur de l'organisme (ensemble des liquides de l'organisme) nécessaires à son bon fonctionnement (entre les limites des valeurs normales).

Ce sont (liste non exhaustive) :
  • La température.
  • Le fonctionnement du cœur et des vaisseaux.
  • La concentration du sang, de la lymphe et du liquide céphalo-rachidien (liquide contenu dans les ventricules cérébraux et dans le canal épendymaire qui se trouve au centre de la moelle épinière.
  • La pression artérielle.

Ces liquides jouent un rôle fondamental dans l'organisme : en dehors de baigner les cellules de celui-ci, ils permettent les échanges et les transferts d'éléments nutritifs et d'éléments éliminés par les cellules.
L'homéostasie est maintenue entre des valeurs normales grâce à l'activité de certains organes :
Le rein qui excrète des produits de catabolisme c'est-à-dire de l'ensemble des réactions de dégradation des éléments composant l'organisme. D'autre part, le rein régule le métabolisme (les échanges, le fonctionnement, etc...) de l'eau et le pH (acidité ou alcalinité) du sang.
Les poumons en permettant l'élimination du gaz carbonique.
L'intestin en favorisant l'évacuation des résidus provenant des aliments qui ont été ingérés et des sécrétions digestives.
Différentes hormones (dont les rôles s'opposent quelquefois) régulent de nombreux micros éléments (calcium, sodium, magnésium, potassium, etc...).

Donc c'est l’hypothalamus qui envoie des messages à différents endroits de l’organisme pour réagir à toute diminution ou augmentation de notre température corporelle. Ainsi, la température du corps est maintenue aux alentours de 36 C. C’est ce centre de contrôle qui va, par exemple, déclencher la transpiration lorsque nous avons trop chaud. Tous les organismes vivants qui fonctionnent comme nous, en maintenant la température du corps constante sont appelés «homéothermes».


http://www.pourquois.com/corps_humain/pourquoi-temperature-corps-humain-est-toujours-376.html
http://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie/homeostasie-2328.html
 
Category : Les miracles d'Allah, du coran_et du prophète____________ | Comments (1) | Write a comment |

Les erreurs médicales en Islam

Added 25/6/2016

Le médecin ou celui qui le seconde, à savoir les auxiliaires médicaux, ne sont aucunement responsables si leur travail cause des résultats négatifs sur le malade ; à condition qu’ils aient l’intention que les soins qu’ils donnent bénéficieront au malade et que leur travail soit conforme aux règles conventionnelles de la médecine, et à condition aussi que le malade ou son substitut, tel que le tuteur, leur donne la permission.

Tout cela s’étabit dans le cas où l’erreur n’est pas grave et flagrante, de sorte que la gravité de cette erreur ne soit approuvée ni par les règles de l’art médical ni par les spécialistes de la médecine.

Cela apparaît par l’usage manifestement incorrect des instruments sains utilisés dans le soin.

Un usage qui démontre une ignorance ou une négligence abusive et claire qui ne peuvent pas être admissibles de sa part, tel que le fait de faire un diagnostic avec empressement et par la suite prescrire le remède avec frivolité ou nonchalance sans s’appuyer sur les règles et les méthodes médicales nécessaires pour former l’opinion adéquate.

Ayant dit cela, je considère que cette infirmière n’assumera rien puisqu’elle a trouvé l’ordonnance accrochée sur le lit du malade, ce qui indique logiquement qu’elle était la sienne.

De plus, elle s’était assurée davantage après que le malade lui avait confirmé qu’elle lui appartenait, même si en réalité l’ordonnance ne lui appartenait pas.

En outre, il est établi dans les règles jurisprudentielles que ce qui est permis par la Charia contredit la garantie ;

La règle dit :

« Lorsqu’une chose est placée à bon droit, puis une personne en est lésé, celui qui l’a placée ne doit rien garantir ».

En partant de ce qui a été dit, nous déduisons que la responsabilité et la garantie ne peuvent être établies du point de vue de la Charia qu’au cas où l’erreur est grave ; ce qui n’est pas le cas dans cette question.

Et du moment qu’il est en général obligatoire de faire des soins ;

La règle donc dit :

« Ce qui est obligatoire n’est pas restreint par la condition de la sûreté ».

Le savoir parfait appartient à Allah عزّ وجلّ, et notre dernière invocation est qu'Allah, Seigneur des Mondes, soit Loué et que paix et salut soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

 

http://www.3ilmchar3i.net/article-les-erreurs-medicales-124702844.html

Category : A propos de l'islam: | Comments (0) | Write a comment |

Marcher sur les braises: explication scientifique

Added 24/6/2016

Résultat de recherche d'images pour

Parce que le charbon n’est pas un bon conducteur de chaleur. Autrement dit, bien qu’il puisse devenir très chaud –habituellement entre 537°C et plus de 1.000°C – il ne peut pas transmettre très efficacement la chaleur à d’autres matériaux.

Quand la chair touche un objet chaud qui conduit bien la chaleur, du métal par exemple, elle est souvent brûlée car le métal la chauffe très rapidement.

Mais le charbon –et en particulier la cendre qui recouvre une braise ardente– ne transmet pas très bien la chaleur. Quand la peau entre donc en contact avec le charbon, elle refroidit la surface extérieure du morceau de charbon plus rapidement que la chaleur ne pourra se déplacer de l’intérieur du morceau de charbon pour brûler la chair, au moins au début.

C’est le même principe que celui selon lequel vous pouvez mettre votre main ou toucher une miche de pain dans un four chaud sans vous brûler, alors que vous vous brûleriez si vous touchiez les parois du four ou si vous laissiez votre main sur la miche plus longtemps que quelques secondes. (Le pain, comme le charbon, n’est pas un conducteur thermique efficace).
Disposer correctement les morceaux de charbon

Cela dit, marcher sur le feu n’est pas sans risque: si vous restez sur du charbon ardent pendant trop longtemps au lieu de vous déplacer rapidement, ou si le feu contient des morceaux de métal, de bois ou de sève (qui sont de bien meilleurs conducteurs thermiques que le charbon), vous pourriez vous brûler. De même si un morceau de braise brûlante se colle à votre pied pendant la marche.(...)

Beaucoup de partisans de la marche sur le feu affirment que les marches réussies sont soit le résultat d’une transe psychologique intense soit d’une protection surnaturelle. Robbins a écrit que «les gens changent leur physiologie en changeant leurs croyances», et l’un des marcheurs brûlés interrogé par le San Jose Mercury News a expliqué qu’il avait été blessé car il «n’était pas dans le bon état d’esprit».
Pas besoin d'entrer en transe

Mais les experts et les anthropologues qui ont participé à des marches sur le feu réfutent qu’un état d’esprit particulier soit nécessaire pour les réussir, tant que les braises sont disposées correctement et que l’on ne reste pas dans le feu trop longtemps.

Les rituels de marche sur le feu se sont développés individuellement en Grèce, aux îles Fidji, en Inde et dans d’autres parties du monde. D’habitude, la marche sur le feu consiste en une expérience de transformation spirituelle ou en un rite d’introduction à une secte religieuse.

La marche sur le feu a été introduite au grand public américain dans les années 1980 par Tolly Burkan, un conférencier, coach et auteur de développement personnel, et a été adoptée par Robbins et d’autres théoriciens du développement personnel qui expliquent que ces méthodes aident les gens à découvrir leur potentiel absolu.

L.V Anderson

 

http://www.slate.fr/story/59965/pourquoi-brule-marcher-sur-feu-braises

Category : J'ai lu pour vous | Comments (0) | Write a comment |

Ramadân, si les démons sont enchaînés, pourquoi les gens pêchent-ils alors ?

Added 22/6/2016

 

Ramadan

Bien que les démons soient enchaînés durant Ramadân, il n’est pas étonnant de voir des gens commettre des péchés durant la journée car tous les péchés ne sont pas le résultat des chuchotements sataniques ; mais sa propre âme mauvaise ou nafs peut conduire quelqu’un au péché et même à commettre des crimes.

Le Sheikh Ahmad Kutty, savant musulman et maître de conférence à l’Institut Islamique de Toronto dit :

"Abû Hurayrah — qu’Allâh soit satisfait de lui — rapporte que le Prophète — paix et bénédictions sur lui — a dit : "Lorsque le mois de Ramadân arrive, les portes du Paradis sont ouvertes et les portes de l’Enfer sont fermés, et les démons sont enchaînés." (rapporté par Al-Bukhârî)

Il est clair d’après ce hadîth que le fait que les démons soient enchaînés durant le mois de Ramadân ne signifie pas qu’ils ne peuvent influencer les personnes qui ne respectent pas les lois d’Allâh.

Cela signifie seulement qu’en ce qui concerne les croyants qui observent les règles d’Allâh, l’influence que peut avoir Satan sur eux est atténuée. Ce mois, avec toutes ses bénédictions et ses encouragements spirituels, fait pression sur Satan et, par conséquent, agit comme une sorte de barrière entre eux et lui."

Le Sheikh 'Atiyyah Saqr, ancien président du comité de la Fatwa d’Al-Azhar ajoute :

"J’aimerais précisé qu’il n’y a aucune contradiction entre le hadîth prophétique disant que les démons sont enchaînés durant le mois de Ramadân et le fait que certains musulmans commettent des crimes bien que jeûnant durant ce mois béni. Les commentateurs du hadîth d’Abû Hurayrah susmentionné disent que "les démons qui sont enchaînés durant le mois de Ramadân" sont ceux qui ne peuvent approcher les sincères qui jeûnent pour l’agrément d’Allâh et qui s’engagent durant le mois béni à accomplir les morales élevées du jeûne telles que détourner leurs regards des interdits ou s’abstenir de faire du tort à autrui.

Ibn Khuzaymah pour sa part dit que "enchaîner les démons" signifie que leur activité durant le mois béni est (seulement) réduite, et c’est pourquoi certains musulmans pèchent durant le mois de Ramadân.

Une autre interprétation possible du hadîth dit que les péchés commis à cause des chuchotements sataniques cessent, car les démons sont enchaînés et ils ne peuvent plus tenter les gens au péché durant Ramadân. A propos des péchés commis par les musulmans durant le mois béni, certains commentateurs disent que cela est du à l’âme incitatrice au péché qui pousse aux péchés et à la transgression des limites établies par Allâh. D’autres disent à propos de ces démons qu’il s’agit en fait de ceux parmi les Jinns, tandis que les diables humains, eux, ne sont pas enchaînés.

Il est donc clair que le hadîth ne contredit pas la réalité quotidienne si nous cherchons à le comprendre en profondeur. Les textes religieux doivent être compris d’une manière correcte et bien fondée pour éviter toute confusion dans la compréhension de la religion."

 

 

http://www.islamophile.org/spip/Si-les-demons-sont-enchaines.html

Category : A propos de l'islam: | Comments (0) | Write a comment |