"> Miel - Les vertus de la - Musulman et fier de l\'être
 

Articles of this page


Les vertus de la propolis

Les vertus de la propolis

Added 19/5/2014

Qu'est-ce que la propolis

Les bourgeons de certains arbres sont enduits d’une résine aux propriétés antiseptiques appelée propolis. Elle constitue une véritable barrière contre les agents microbiens pathogènes qui pourraient infecter les jeunes bourgeons. Les abeilles prélèvent la propolis sur les bourgeons des arbres en la récoltant sur leurs pattes arrières et la ramènent à la ruche. L’origine végétale de la propolis dépend de la zone climatique dans laquelle se trouve la ruche. Dans les régions à climat tempéré comme en Europe, la propolis est issue à 95 % des bourgeons de peupliers.

Composition de la propolis

La propolis propolis contient plus de 300 molécules actives identifiées. Elle est composée globalement de 50 % de résines et baumes, 30 % de cire, 10% d’huiles essentielles, 5 % de pollen pollen et 5 % de matières minérales et organiques. L’apiculteur peut extraire la majorité des cires et obtenir un extrait appelé propolis pure. Cette propolis pure est composée à 100 % de molécules actives d’intérêt pharmacologique tels que flavonoïdes (pinocembrine, galangine, quercétine, acide caféique...), composés phénoliques (acides aromatiques, esters d’acides aromatiques), huiles essentielles et quelques autres composés organiques puissants (acides gras, sucres…).

Ce que la propolis peut faire pour vous

Traiter l'herpès génital
L’herpès génital est habituellement soigné par un antiviral, l’acyclovir. Dans le cadre d’une étude publiée en 2000, des chercheurs ukrainiens ont comparé l’efficacité d’une pommade à l’acyclovir à celle d’une pommade contenant 3 % de propolis chez 90 volontaires souffrant d’herpès génital (1). Résultat : la propolis s’est montrée plus efficace que le médicament pour guérir les lésions liées à l’herpès et pour soulager les symptômes.

Soigner les vaginites
La pommade à la propolis peut aussi être une arme efficace pour guérir les vaginites, des infections de la sphère vaginale. Dans une étude publiée en 1995, des chercheurs cubains ont traité 40 femmes souffrant de vaginites aiguës avec une pommade contenant 5% de propolis et toutes ont été guéries par ce traitement (2). Une autre étude a été menée en 2004 sur des femmes souffrant de vaginite chronique qui ont vu une nette amélioration de leurs symptômes grâce à la propolis (3).

Améliorer l'hygiène buccale
La propolis peut s’avérer utile pour lutter contre certaines infections de la bouche. Il est notamment utilisé sous forme de bain de bouche ou de dentifrice. Des études suggèrent que ces formulations pourraient aider à guérir des infections buccales comme les plaies de la muqueuse, les abcès ou les phlegmons, des infections de la bouche (4,5). Une étude menée en 1999 sur 26 personnes se plaignant d’avoir les dents sensibles suggère qu’un dentifrice à la propolis pourrait réduire les douleurs dentaires provoquées par le chaud ou le froid (6).

Dans une étude publiée en 2006, des chercheurs brésiliens ont testé in vitro l’efficacité de la propolis pour lutter contre différents agents pathogènes qui s’attaquent à la bouche. Ils ont montré qu’elle était efficace contre E. salivarius, S. sanguinis, S. mitis, and C. albicans, des bactéries et champignons qui sont responsables d’affections au niveau de la bouche (7).

Prévenir et traiter les infections respiratoires
La propolis aurait des vertus bien documentées pour prévenir et même soigner les infections respiratoires comme le rhume et la grippe. Ce pouvoir anti-infectieux est lié aux flavonoïdes contenus dans la propolis. Comment agissent-ils ? Les virus sont contenus dans une enveloppe protéique qui le protège. Lorsque le virus pénètre dans un organisme, cette enveloppe s’ouvre libérant le matériel viral pathogène. Les flavonoïdes contenus dans la propolis inhibent l’enzyme responsable de la décapsulation du virus. Celui-ci reste donc prisonnier de son enveloppe, le contenu génétique du virus n’est pas libéré dans l’organisme ce qui l’empêche d’être infectieux et de se proliférer. Des chercheurs russes ont traité des souris avec un extrait alcoolique de propolis à 5 % à l’aide d’un aérosol. Deux heures plus tard, ils ont infecté ces souris avec le virus de la grippe (Influenza). Résultat : le pré-traitement à la propolis inhibe totalement la prolifération du virus.

Dès les années 1980, plusieurs études mont mis en avant les bénéfices de la propolis contre les infections respiratoires. Une étude polonaise menée en 1989 chez 50 personnes montrait que la propolis était efficace pour diminuer les symptômes du rhume (8). L’administration de propolis sous forme de spray nasal a également permis de diminuer le nombre de rhino-pharyngites chez 94 enfants en bas âge (9).

Soulager les brûlures
La propolis serait au moins aussi efficace que certains médicaments pour soulager les brûlures et faciliter la cicatrisation. En 2002, des chercheurs américains ont comparé l’efficacité d’une crème à la propolis à un médicament classiquement utilisé pour traiter les brûlures, le sulfadiazine d’argent (10). Des patients présentant des brûlures au deuxième degré ont reçu l’un ou l’autre des traitements. Verdict : les chercheurs ont observé que les brûlures traitées avec la pommade à la propolis généraient moins d’inflammation et cicatrisaient plus vite que les lésions soignées avec le sulfadiazine d’argent.

Lutter contre les parasites et les champignons
De nombreuses études in vitro montrent que la propolis possède des propriétés intéressantes pour lutter contre de nombreux agents pathogènes. Elle peut notamment être employée pour lutter contre le parasite Giarda intestinalis responsable de la giardiase. Une étude a d’ailleurs mis en évidence que la propolis était aussi efficace que le tinidazole, un médicament antiparasitaire classiquement employé dans le traitement de la giardiase (11).

Si l’on en croit le résultat d’une autre étude menée sur les vertus de la propolis, celle-ci aurait des propriétés antifongiques similaires à celles de l’itraconazole, un médicament classiquement utilisé pour lutter contre les champignons (12).

Lutter contre le cancer

Des travaux de recherche réalisés à l’Université de Zagreb ont été menés récemment sur la souris pour étudier les propriétés anti-tumorales de la propolis (13). Les chercheurs ont tout d’abord prétraité des lots de souris avec, soit une injection d’épirubicine, un agent de chimiothérapie du cancer, soit avec trois prises orales de propolis (5, 10 et 15 jours avant l’inoculation de cellules cancéreuse), ou soit par les deux prétraitements combinés. Ces souries ont subit ensuite l’inoculation de cellules cancéreuses du carcinome mammaire de la souris. Deux semaines plus tard, les trois prétraitements avaient réduit de façon significative le nombre de métastases développées par rapport aux souris témoins.

Une équipe japonaise a également montré que la propolis diminue les effets néfastes de la chimiothérapie en restaurant le nombre de globules rouges et blancs dans le sang (14).

Les chercheurs ont dans un premier temps inoculé avec des cellules cancéreuses du carcinome mammaire des lots de souris. Ces souris ont ensuite reçu pendant 5 semaines des injections quotidiennes d'un agent de chimiothérapie seul (le 5-FU) ou additionné de propolis par voie orale.

Ils ont ensuite régulièrement mesuré la teneur en globules rouges, en globules blancs et en plaquettes du sang des souries pendant les 35 premiers jours de traitement. Résultat : la propolis permet de restaurer partiellement, mais de façon significative, la teneur en globules rouges et en globules blancs.

Stimuler le système immunitaire
La propolis présente une action aussi bien au niveau de l’immunité innée que de l’immunité acquise (15).

Au niveau de l’immunité naturelle, la propolis augmente l’activité des macrophages et l’activité lytique des cellules « natural killer ». Au niveau de l’immunité acquise, la propolis stimule la production d’anticorps par les lymphocytes B et la différenciation des lymphocytes T, plutôt en faveur des lymphocytes T cytotoxiques. La propolis joue également un rôle d’immunorégulation.

Comment prendre de la propolis

De nombreux travaux de recherche ont montré que la quantité de propolis nécessaire pour présenter une efficacité thérapeutique varie de 600 mg à 1500 mg par jour selon la pathologie à traiter et le poids du patient. L’extrait essentiel de propolis contient de l’alcool. Il est donc préférable pour les enfants de déposer la propolis sur une biscotte et de laisser l’alcool s’évaporer.

En traitement du cancer et en accompagnement d’une chimiothérapie
En accompagnement d’un traitement chimiothérapique, 3 unidoses par jour durant un mois tout les deux mois pendant toute la durée de la chimiothérapie.

Pour renforcer le système immunitaire
40 jours avant l’hiver, une unidose par jour en deux prises, pendant 20 jours.

A renouveler tous les deux mois pour les personnes fragiles

Pour soigner les rhino-pharyngites
Une unidose en gargarisme dans un peu d’eau chaude (pas d’eau froide car la propolis ne s’y dissout pas bien). Cela calme la douleur immédiatement.

Pour limiter caries dentaires et plaque dentaire
Quelques gouttes sur la brosse à dent ou une dose à garder dans la bouche avant de s’endormir.

 

 

http://www.lanutrition.fr/bien-dans-sa-sante/se-soigner/l-apitherapie/les-vertus-de-la-propolis.html

Category : J'ai lu pour vous | Comments (0) | Write a comment |