"> Medecine Prophetique - LES DROITS DE L'HOMME DANS - Musulman et fier de l\'être
 

LES DROITS DE L'HOMME DANS L'ISLAM

Added 25/4/2018


Allah

On sait que, dans chaque langue,il existe un ou plusieurs termes utilisés pour se référerà Dieu et, dans certains cas, à d’autres divinités.Ce n’est pas le cas pour Allah. En effet, Allah est le nom spécifiquedu Seul Vrai Dieu. Rien d’autre ne peut s’appeler Allah. Ce mot n’a nipluriel, ni genre. Ceci montre son caractère unique, notamment lorsqu’onle compare avec le mot “dieu ”, qui peut s’exprimer au pluriel - des dieux-, ou au féminin - déesse -. Il convient de noter qu’Allahest le nom qui désigne dieu en araméen, qui étaitla langue de Jésus, et qui s’apparente à l’arabe.

Dieu est le Maître Unique et Absolu de l’univers ; Ilest le Dieu Souverain, celui qui donne des forces et qui nourrit, le Miséricordieux,celui dont la clémence sanctifie tous les êtres ; Il a octroyédignité et honneur à chaque être et lui a insuffléSon propre esprit; quels que soient leurs autres attributs humains, tousles hommes sont foncièrement semblables, et on ne peut véritablementles distinguer les uns des autres du fait de leur nationalité, couleurou race. Chaque être humain est ainsi apparenté à sessemblables et l’humanité forme une communauté fraternelleau service estimable et gratifiant de Celui qui est compatissant, le Seigneurde l’Univers.

Dans cette ambiance divine, et le concept islamique d’unicitéest dominant et central, et entraîne nécessairement le conceptd’unicité de l’humanité et la fraternité entre leshommes.

En dépit du fait qu’un état islamique puisseêtre mis en place n’importe où sur terre, l’Islam ne cherchepas à donner comme limites aux privilèges et aux droits del’homme, les frontières de son propre état. L’Islam a établicertains droits fondamentaux universels pour l’humanité toute entière,droits qui doivent être observés et respectés en toutescirconstances, que l’on soit résident d’un état islamiqueou non, en paix ou guerre avec l’Etat. Le Coran dit clairement :

“O vous qui croyez! Tenez-vous fermes comme témoins,devant Dieu, en pratiquant la justice. Que la haine envers un peuple nevous incite pas à commettre des injustices. Soyez justes! La justiceest proche du respect de Dieu. ” (5.8).

Le sang humain est toujours sacré et ne doit pas êtreversé sans raison. Lorsque quiconque viole le caractère sacrédu sang humain en tuant un homme sans justification, le Coran assimilecela au meurtre de l’humanité entière :

“…Celui qui a tué un homme qui lui-même n’a pastué, ou qui n’a pas commis de violence sur terre, est considérécomme s’il avait tué tous les hommes ”.

Il n’est pas permis d’opprimer les femmes, les enfants, lespersonnes âgées, les malades et les blessés. La chastetéet l’honneur des femmes doivent être respectés en toutes circonstances.Celui qui a faim doit être nourri, celui qui n’a de vêtementsdoit être vêtu, les blessés et les malades doivent êtresoignés, qu’ils appartiennent à la communauté musulmaneou qu’ils fassent partie de ses ennemis.

Lorsque nous parlons des droits de l’homme en Islam, nouspensons que ces droits ont été octroyés par Dieu,et non pas par un roi ou une assemblée législative. Les droitsoctroyés par les rois ou les assemblées législatives,peuvent être retirés de la même manière qu’ilssont conférés. Il en est de même en ce qui concerneles droits acceptés et reconnus par les dictateurs. Ils les octroientet les retirent à leur convenance; ils peuvent les violer ouvertementquand ils le désirent. En Islam, les droits de l’homme sont conféréspar Dieu, et par conséquent, aucune assemblée législativeau monde, aucun gouvernement sur terre n’a le droit, ni l’autorité,d’y adopter aucune modification. Personne n’a le droit de les abroger.

Il ne s’agit pas non plus de droits humains fondamentaux conféréssur le papier pour être montrés, exhibés et ensuitedéniés dans la vie lorsque le rideau est tiré. Ilne s’agit pas non plus de concepts philosophiques dénuésde sanctions.

La charte, les proclamations et les résolutions desNations Unies ne peuvent être comparées aux droits que Dieusanctionne ; car, alors que les premières ne s’appliquent pas àn’importe qui, les seconds s’appliquent à chaque croyant. Ces droitsfont partie intégrante de la foi islamique. Tous les musulmans oules administrateurs qui se disent musulmans, devront les accepter, lesreconnaître et les appliquer. Dans le cas où ils négligentde les appliquer et se mettent à dénier les droits garantispar Dieu, leur apportent des modifications ou même les violent touten affirmant verbalement les respecer, le verdict du Saint Coran sur detels comportements est clair et sans équivoque :

“les incrédules sont ceux qui ne jugent pas les hommesd’après ce que Dieu a révélé. ” (5 :44).

Les droits de l’homme dans un étatislamique :
 
 

1. La Sécurité pourla vie et les biens :

Le Prophète, dans le discours qu’il fit lors du Pèlerinaged’Adieu, déclara: “ vos vies et vos biens vous sont interdits lesuns aux autres jusqu’à ce que vous soyez mis en présencede votre Seigneur, le Jour de la Résurrection. ” Le Prophètedéclara aussi à propos des dhimmis (les citoyens non-musulmansd’un état musulman):

“Celui qui tue un homme engagé envers Dieu (c’est-à-direun dhimmis), ne pourra même pas respirer les effluves du Paradis.”.

2. La Sauvegarde de l’Honneur: leSaint Coran stipule :

O vous, les croyants! Que certains d’entre vous ne se moquent pas desautres;
Ne vous calomniez pas les uns les autres;
Ne vous lancez pas des sobriquets injurieux;
Ne dites pas de mal les uns des autres. (49 :11-12).
 

3. L’inviolabilité de la vieprivée : Le Coran ordonne :

N’espionnez pas!
Ne pénétrez pas dans une maison sans vous êtreassuré du consentement de son occupant.

4. Les libertés individuelles:

L’Islam stipule qu’aucun citoyen ne peut être emprisonnétant que sa culpabilité n’a pas été prouvéepar une cour de justice. Procéder à l’arrestation d’un hommesur simplsoupçon et le jeter en prison sans avoir suivi les procéduresjudiciaires appropriées, et sans lui avoir fourni la possibilitéde se défendre n’est pas admis par l’Islam.

5. Le droit de protester contrela tyrannie:

  • A propos du droit de protester contre la tyrannie, le Coran dit :
  • “Dieu n’aime pas la calomnie en public sauf si celui quiparle a lui-même été calomnié. ”
  • En Islam, comme nous l’avons déjà montré, tout pouvoiret toute autorité appartiennent à Dieu, qui délèguecertains de Ses pouvoirs à l’homme. Un homme doté de telspouvoirs doit être extrêmement respectueux envers son peuple.Tout ceci fut entériné par Hazrat Abou Bakr qui déclaradans son premier discours: “Coopérez avec moi lorsque j’ai raison,mais corrigez-moi lorsque je commets une erreur; obéissez-moi tantque je respecte les commandements d’Allah et de Son Prophète; maisdétournez-vous de moi lorsque je m’en écarte. ”
      1. La liberté d’expression:
      2. L’Islam reconnaît le droit à la liberté de penséeet d’expression pour tous les ciroyens d’un état islamique, àcondition qu’elle soit utilisée pour propager la véritéet la vertu, et non pour répandre la méchanceté etle mal. Le concept islamique de liberté d’expression est bien supérieurà celui qui prévaut en Occident.
    En effet, l’Islam ne permettra en aucune circonstance lapropagation de la méchanceté et du mal. Il interdit àquiconque d’utiliser un langage offensant ou injurieux sous prétextede critique. Les Musulmans avaient l’habitude de demander au Prophètesi une injonction divine lui avait été révéléesur tel ou tel sujet. Lorsqu’il répondait qu’il n’en avait reçuaucune, les Musulmans exprimaient alors librement leur opinion sur le sujet.
    1. La liberté d’association:
    2. L’Islam donne aussi aux hommes le droit de s’associer et de former despartis ou des organisations. Ce droit aussi, est assujetti à certainesrègles.
    3. La liberté de conscience:
    4. L’Islam ordonne:  “ Il ne doit pas y avoir de contrainte en matièrede foi. ” Les sociétés totalitaires, au contraire, priventtotalement les individus de liberté. En vérité, cetéloge excessif de l’autorité de l’Etat pose le principe d’unesorte de servitude, d’esclavage de l’homme. A une certaine époque,esclavage signifiait domination totale de l’homme sur l’homme- ce typed’esclavage est maintenant aboli légalement; à sa place lessociétés totalitaires imposent une forme de domination similairesur les individus.
    5. La protection des conviction religieuses:
    6. Parallèlement à la liberté de conscience, l’Islamdonne à l’individu le droit d’être respecté dans sesconvictions religieuses et garantit que rien ne porte atteinte àce droit.
    7. La protection contre l’emprisonnement arbitraire :
    8. L’Islam reconnaît aussi à l’individu le droit de ne pas êtrearrêté ou emprisonné pour un crime commis par une tiercepersonne. Le Saint Coran énonce clairement ce principe : “Personnene sera amené à porter le fardeau d’ un autre”.
    9. Le droit au minimum vital:
    10. L’Islam reconnaît aux nécessiteux le droit d’être aidéset assistés: “Une petite partie de leur richesse doit êtredistribuée aux nécessiteux et aux plus démunis ”.
    11. L’égalité devant la Loi:
    12. L’Islam donne à ses citoyens le droit à l’égalitécomplète et absolue devant la Loi.
    13. Les dirigeants ne sont pas au-dessus de la loi :
    14. Une femme, qui appartenait à une famille noble et influente, futarrêtée pour vol. L’affaire fut amenée devant le Prophète,et il fut demandé à celui-ci qu’on épargnâtà cette femme le châtiment pour vol. Le Prophète répondit:“les nations qui vécurent avant vous furent détruites parDieu, elles châtiaient l’homme du commun pour un délit etlaissaient aller les dignitaires malgré leurs crimes ; par Celuiqui tient ma vie entre Ses mains, je jure que même si c’étaitFatima, la fille de Muhammad, qui avait commis ce crime, je lui auraisfait couper la main”.
    15. Le droit de participer aux affaires de l’Etat :
  • “ Ils délibèrent entre eux au sujet de leurs affaires ” (42:38).
  • Par shoura ou assemblée législative on entendla chose suivante: la tête de l’exécutif du gouvernement doitêtre élus librement et en toute indépendance par lepeuple.
    Enfin, il doit être clair que l’Islam tente d’appliquerles droits de l’homme ci-dessus mentionnés, ainsi que bien d’autres,non seulement par la mise en place de certaines sauvegardes, mais égalementen invitant l’humanité à transcender le niveau inférieurde la vie animale afin de dépasser les simples liens crééspar la parenté de sang, la supériorité raciale, l’arrogancelinguistique et les privilèges économiques. Il invite l’humanitéà essayer d’atteindre un niveau d’existence, où l’homme grâceà ses qualités intérieures, puisse réaliserl’idéal de la Fraternité Humaine.
    Retour

     

    Category : A propos de l'islam: | Comments (0) | Write a comment |

    Al Hajj: pourquoi embrasser la Pierre noire?

    Added 24/4/2018

    La raison de la circonvolution autour de la Ka'ba (Tawâf) a été citée par le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, lorsqu'il a dit :
     
    « Le Tawâf autour de la Maison Sacrée, (la course entre) As-Safa et Al-Marwa (1) et la lapidation des stèles n'ont été institués que pour se remémorer Allah. » (2)
     
    Il naît dans le cœur de celui qui tourne autour de la Maison d'Allah (3) une vénération qui le fait se rappeler d'Allah.

    Ces mouvements tel que marcher, embrasser la pierre noire, la toucher ou toucher le coin yéménite (Un des coins de la Ka'ba) ou faire un signe vers la pierre sont un rappel d'Allah, car ce sont des adorations et toutes les adorations sont un rappel d'Allah, dans le sens général.

    Quant à ce que l'on prononce avec sa langue comme formule de Takbîr ( Le fait de dire : « Allâhu Akbar »), de rappel et d'invocations, c'est clairement du rappel d'Allah.

    Embrasser la pierre est une adoration car la personne embrasse une pierre et il n'a aucune relation avec cette pierre si ce n'est la dévotion qu'il voue à Allah en Le glorifiant et en suivant l'exemple du Messager d'Allah, prière et salut d'Allah sur lui.

    On rapporte authentiquement que le chef des croyants ‘Umar Ibn ul-Khattâb, qu'Allah l'agrée, a dit lorsqu'il embrassa la pierre :

    « Je sais très bien que tu n'es qu'une pierre, tu ne peux ni nuire ni profiter à quiconque, et si je n'avais pas vu le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, t'embrasser, je ne t'aurais jamais embrassé. »

    Ce que croient certains ignorants que le but de cela est d'en tirer une bénédiction (Tabarruk), cela n'a pas de fondement et c'est sans valeur.

    Quant à ce que prétendent certains hérétiques que de tourner autour de la Maison est comme tourner autour des tombes de leurs « saints », et que c'est du paganisme, cela est une preuve de leur hérésie et de leur athéisme, car les croyants ne tournent autour de la Ka'ba que par ordre d'Allah et ce qui se fait par ordre d'Allah est une adoration d'Allah, le Très-Haut.

    Ne vois-tu pas que la prosternation devant autre qu'Allah est de l'association majeure, pourtant lorsqu'Allah ordonna aux anges de se prosterner devant Adam, cette prosternation était de l'adoration d'Allah et s'en abstenir, de la mécréance.

    Tourner autour de la Ka'ba, est une des adorations les plus importantes et c'est un pilier du pèlerinage, qui est lui un des piliers de l'islam.

    C'est pourquoi celui qui tourne autour de la « Maison Sacrée », avec tranquillité et concentration, ressent un plaisir et il a la sensation d'être proche de son Seigneur ; et cela atteste du degré et du mérite du Tawâf.



    (1) Noms des deux collines entre lesquelles le pèlerin effectue une course.
    (2) Rapporté par Ahmad (6/64, 75, 139) et Abû Dâwûd, chapitres des rites du pèlerinage (1888), et At-Tirmidhî, chapitre du pèlerinage, dans des termes similaires (902) et il l'a considéré Hassan Sahîh ; Ad-Dârimî dans le chapitre des rites du pèlerinage (2/50).
    (3) Terme honorifique utilisé pour désigner la Ka'ba
     

     

    Cheikh Mouhammad Ibn Salih Ibn 'Outheymine

     

    http://3ilm.char3i.over-blog.com/article-22963496.html

    Category : Le prophète ,Haddiths | Comments (0) | Write a comment |

    L’olfactothérapie : du bien-être grâce aux odeurs…

    Added 6/4/2018

    سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك

    Allah

    L’olfactothérapie, en tant que nouvelle thérapie alternative, propose aux individus de faire ressortir leur mal-être sans passer par les techniques classiques d’analyse. L’odorat et les odeurs sont alors au centre de l’attention.

    Chaque personne a des malaises, des traumatismes refoulés que l’olfactothérapie se propose de combattre. Zoom sur cette méthode originale.

    Le principe de l’olfactothérapie

    Créée en 1992 par le thérapeute Gilles Fournil, l’olfactothérapie permet, au travers des odeurs, de guérir des mal-êtres profonds, parfois même ignorés du patient.

    En effet, l’odorat est un sens primitif et, bien que dans le monde actuel, la vue, l’ouïe et le goût soient prépondérants, il induit un processus de mémorisation profond. L’odorat, ainsi que le toucher, sont des sens liés à l’instinct.

    Lorsqu’un événement se produit qu’il soit agréable ou blessant, le cerveau va toujours associer l’odeur à ce moment. Ainsi, sentir une effluve particulière peut raviver une sensation éprouvée des années auparavant. Les individus s’en rendent généralement compte lorsque l’événement a été particulièrement traumatisant. Or, le problème est qu’ils ont le plus souvent de très grandes difficultés à identifier l’événement choquant. De là, l’apparition d’un malaise psychique, social ou professionnel… ou même parfois les trois à la fois. L’olfactothérapie travaille ainsi sur ces odeurs particulières.

    Thérapeute et patient tentent alors d’identifier à quoi chaque odeur est associée. Une fois isolé, le moment source de mal-être peut être reconnu puis combattu.

    Une séance d’olfactothérapie :  ça se passe comment ?

    De durée variable, le rendez-vous chez l’olfactothérapeute se déroule de la façon suivante : le patient est allongé sur une banquette, les yeux fermés afin de pouvoir se concentrer sur ses émotions et ses souvenirs. Le thérapeute lui présente des lingettes imbibées d’huiles essentielles, 76 au total. Elles ont été spécifiquement choisies par rapport à l’idée générale que s’en fait la population. Cependant, chaque perception est originale et, même si une odeur a une signification dans l’imaginaire collectif, elle varie toujours d’un individu à l’autre.

    Le thérapeute associe généralement des mouvements de kinésithérapie afin d’accompagner le patient dans son processus mnésique.

    Combattre les addictions

    L’olfactothérapie est également peut s’avérer efficace pour aider un patient à se sevrer d’une dépendance qu’elle soit psychique ou physique : phobie, tabagisme, alcoolisme… Le thérapeute lui propose de rechercher l’origine de l’addiction et de lui donner ce qui s’appelle une « sniffette ». Celle-ci contient l’odeur aimée ou une odeur apaisante pour le patient. Ainsi, dès que sa dépendance se manifeste, il peut sentir l’effluve qui calme son besoin. Les fumeurs réduisent généralement très rapidement leur consommation de cigarettes sans s’en rendre réellement compte.

    Bien qu’elle soit de plus en plus répandue, l’olfactothérapie n’est pas encore reconnue par le corps médical. Cependant, son initiateur, Gilles Fournil ne recherche pas forcément cette reconnaissance : il est convaincu de son efficacité et l’immense succès de sa thérapie tend à le prouver. C’est également le créateur de l’olfactothérapie qui a conçu sa formation. Elle se déroule sous la forme de quatre stages de quatre à cinq jours chacun. Les postulants olfactothérapeutes y apprennent toutes les odeurs et les impacts qu’elles peuvent avoir sur le patient. Ils sont alors en mesure de déterminer quelles effluves dénotent un traumatisme chez un individu.

    L’olfactothérapie, bien qu’étant une technique toute récente, est de plus en plus prisée pour les bienfaits qu’elle apporte aux personnes qui y ont recourt. En effet, elle peut permettre de surmonter certains traumatismes.

    Sophie Noachovitch
    (Validé par le Dr Frédéric Amarger)

    Contact utile :
     
    Site d’information sur l’olfactothérapie : www.olfactotherapie.com

    Category : J'ai lu pour vous | Comments (0) | Write a comment |

    Quel amour au sein du couple musulman ?

    Added 5/4/2018

       

     

    Question: En sachant que le croyant et la croyante doivent aimer Allah et Son Messager (sallâllâhou alayhi wa sallam) plus que tout autre chose, quelle est donc la nature des sentiments qui existe au sein du couple musulman ? Amour passionnel, romantique… ?

     

    Réponse: Afin de mieux comprendre le type d'amour qui unit les époux au sein du couple, tel qu'il est perçu en Islam, il convient d'abord de rappeler que le sentiment amoureux peut être de deux natures différentes.

    • S'il est d'origine naturelle et ne découle pas réellement d'une quelconque réflexion ou méditation, les savants musulmans l'appellent "Houbb Tab'iy" (littéralement, "amour inné"). C'est ce genre d'amour et d'affection qui unit par exemple les parents aux enfants, mais également les époux entre eux. Le Qour'aane lui-même nous apprend que les sentiments qui unissent l'époux et l'épouse proviennent d'Allah:

    "Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l'affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent."

    (Sourate 30 / Verset 21)

    • Il est important de noter que l'être humain ne peut maîtriser et contrôler réellement l'intensité du "Houbb Tab'iy". Comme Allah proclame Lui-même dans le Qour'aane qu'il n'impose à aucune âme ce qui est au-dessus de sa capacité, c'est la raison pour laquelle, tant que ce sentiment ne devient pas un obstacle dans la soumission envers Allah et Son messager (sallallâhou alayhi wa sallam), sa présence n'est en aucun cas répréhensible, même s'il est d'une grande intensité.

      A partit de là, on peut déjà arriver à deux conclusions:

    • L'amour qu'éprouvent le croyant et la croyant pour Allah et Son Messager étant de nature différente à celle qu'ils éprouvent pour leurs proches ou leur époux (se), c'est la raison pour laquelle, leur présence simultanée est tout à fait possible.

     

    • L'amour du croyant(e) pour son époux(se) étant un sentiment naturel et incontrôlable, il ne fait donc pas directement l'objet de prescriptions quelconques. Ce qui signifie que, quelque soit l'expression qu'il revêt (amour passionnel, romantique etc…), il ne se pose pas en contradiction avec la foi, à condition bien sûr qu'il ne constitue pas un obstacle par rapport à la pratique de l'Islam.

    (Réf: "Fath oul Bâriy", "Irchâd oul Qâriy", "Mâ'rif oul Qour'aane", "Bawâdir oun Nawâdir" …)

     

    Cependant, pour être complet, il convient de rappeler les propos du Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam):

    "Aucun d'entre vous ne peut être un véritable (et parfait) croyant, tant que je ne suis pas plus cher à ses yeux que son père, ses enfants et tous les gens en général."

    En commentant ce Hadith, Allâmah Khattâbi r.a. évoque justement le fait qu'il n'est pas question ici de l'amour inné, qui est, rappelons-le à nouveau, incontrôlable. Ce Hadith porte sur le "Houbb 'Aqliy". A ce niveau, l'amour d'Allah et de Son Messager (sallallâhou alayhi wa sallam) doivent primer sur tout autre chose. Cependant, il est indéniable qu'à partir du moment où la foi atteint son paroxysme au sein du croyant, alors ce "Houbb 'Aqliy" envers Allah et le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) dépasse réellement (et de loin) toute autre forme d'amour et d'attachement et devient lui aussi incontrôlable. A ce stade, le "Houbb 'Aqliy" est, à l'instar du "Houbb Tab'iy", pratiquement instinctif. Nous avons des preuves vivantes de cette évolution en la personne des Compagons (radhia Allâhou anhoum).

    A titre d'exemple, je vais citer quelques récits (parmi des dizaines d'autres) qui illustrent parfaitement combien l'amour de ces personnages (radhiallâhou anhoum) pour Allah, Son Messager et l'Islam en général était profond. Je demanderai à tous les lecteurs et lectrices de méditer sur les récits qui vont suivre, et d'essayer d'imaginer à partir de là combien les Compagnons (radhia Allâhou anhoum) étaient des gens exceptionnels et combien ils ont consenti à des sacrifices énorme pour la cause de cette religion.

    Il est rapporté au sujet de Abdoullâh Ibné Zayd Ibné Abd Rabbih (radhia Allâhou anhou) (ce Compagnon (radhia Allâhou anhou) est celui qui avait vu en rêve l'adhân (l'appel à la prière)) qu'une fois, alors qu'il était en train de travailler dans un de ses jardins, son fils vint le trouver et lui annonça que le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) avait quitté ce monde. Il fit alors l'invocation suivante: "Ô Allah ! Reprends ma vue afin que je ne voie plus personne après mon bien-aimé, Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam)." Il est rapporté que son invocation fut immédiatement acceptée et il perdit la vue. (Réf: "Mawâhib Ladounya" de Allâmah Al Qoustoulâni r.a.)

    perdu tout espoir, il demanda que l'on fasse bouillir de l'eau (ou de l'huile, les versions divergent) dans un grand récipient. Il y jeta alors un des musulmans sous les yeux de Abdoullah (radhia Allâhou anhou), afin que celui-ci soit témoin de la mort et qu'il accepte enfin de se convertir. Mais celui-ci ne céda pas. Le gouverneur ordonna alors que l'on jette Abdoullah (radhia Allâhou anhou) dans l'eau (ou l'huile). Lorsqu'on était en train de l'y conduire, des larmes commencèrent à couler de ses yeux. Le gouverneur déclara alors: "Il semblerait que tu commence à avoir peur de la mort maintenant. Si tu acceptes de te convertir au christianisme, tu auras la vie sauve." Abdoullah (radhia Allâhou anhou) refusa une nouvelle fois. Le gouverneur lui demanda: "Pour quelle raison pleures-tu donc ?" Le Compagnon (radhia Allâhou anhou) répondit : "Ce qui me fait pleurer c'est l'idée que je vais être jeté dans ce récipient et je vais y perdre immédiatement la vie, alors que j'aurai désiré avoir autant de vie que de poils sur mon corps, afin que je les sacrifie toutes pour la cause d'Allah." Le gouverneur (exaspéré) lui dit: "Accepterais-tu d'embrasser mon front, en échange de quoi je te libérerai ?" Abdoullah (radhia Allâhou anhou) répliqua: "Libèreras-tu également tous les autres prisonniers ?" Il accepta. Abdoullah (radhia Allâhou anhou) raconte: Je me suis dit en moi-même: "Un ennemi d'Allah… Si j'embrasse son front, il me libère ainsi que tous les autres musulmans… je ne m'en soucie guère (tant pis, je le fais) …" Il s'approcha et embrassa son front. Tous les musulmans furent libérés. Abdoullah (radhia Allâhou anhou) les accompagna jusqu'à Oumar (radhia Allâhou anhou) et lui raconta ce qui s'était passé. Oumar (radhia Allâhou anhou) dit alors: "C'est un devoir pour chaque musulman que d'embrasser le front de Abdoullah Ibné Houdhâfa (radhia Allâhou anhou) et je commence à le faire moi-même." Oumar (radhia Allâhou anhou) se leva et embrassa son front. (Réf: "Hayât-ous-Sahâba" . La Tradition est reproduite à partir de "Kanz-oul-Oummâl", qui

    lui même le cite de Bayhaqui et Ibné Asâkir. Dans l'ouvrage "Al Isâbah", il est rappelé que cette tradition est confirmée par une autre version rapportée toujours par Ibné Asâkir de Ibné Abbâs (radhia Allâhou anhou).)

     

    On rapporte que durant la bataille de "Ouhoud", une femme musulmane (radhia Allâhou anha) perdit son époux, son père et son frère. Lorsqu'on vint lui annoncer ces tristes nouvelles, sa première réaction fut de demander si le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) allait bien. On lui répondit par l'affirmative, mais elle ne fut pas rassurée et voulut voir le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) de ses propres yeux. Dès qu'elle vit enfin le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) , elle s'exclama: "A partir du moment où vous êtes en vie, il m'est facile de supporter toutes les autres épreuves". (Réf: "Madhâhir Haqq" et "Fadhâïl 'Amâl")

     

    Qu'Allah augmente notre amour pour Lui et pour Son Messager (sallallâhou alayhi wa sallam) et nous accorde à tous l'opportunité de manifester cet amour par une soumission totale envers eux.

    Qu'Allah renforce chez chacun d'entre nous l'amour et le respect pour l'ensemble des Compagnons (radhia Allâhou anhoum).

    Qu'Allah fasse de chacun d'entre nous des musulmans et des musulmanes dignes de ce nom, prêts à tous les sacrifices pour la cause de notre belle religion, qui est aussi le plus grand bienfait qui ait été accordé à l'Humanité entière, l'Islam.

    Âmine

    Wa Allâhou A'lam !

     

     

     
    Tags : Amour Islam
    Category : J'ai lu pour vous | Comments (0) | Write a comment |

    idées fausses sur l'islam

    Added 18/3/2018

    L'erreur la plus commune est, bien sûr, que les musulmans sont des terroristes ou de la haine en Amérique. Beaucoup de trace de cette idée à l'attaque notoire sur le World Trade Centre le 11 septembre.

    A cette date, 19 des extrémistes islamiques s'est suicidé (qui, il convient de noter, est expressément interdite par Allah dans le Coran) par deux avions s'écraser dans le World Trade Center, tuant près de 3.000 victimes.

    Toutefois, il est important de se rappeler que les actions haineuses de quelques-uns ne représentent pas toute la religion. Après tout, les actes terroristes ont été commis par des personnes de religions et de milieux différents, mais cela n'a pas conduit à des stéréotypes négatifs contre la plupart de ces autres religions.

    L'Islam semble être la seule exception à cette règle.

    Beaucoup de ce qui peut être la faute des médias. On peut à peine ouvrir un journal sans voir un titre sur une attaque récente a causé par des «terroristes musulmans», conduisant à une perception faussée des musulmans qui n'est pas vrai.

    Muslim Student Association secrétaire Tanimu Dasin dit que les gens qu'il a rencontrés ont souvent des attentes des musulmans comme étant très exotique ou différents et sont surpris d'apprendre qu'ils sont étudiants tout à fait normal.

    "Les gens s'attendent à quelque chose d'étrange ou bizarre à leur sujet; attendons d'eux qu'ils parlent avec un accent. . . Le truc, c'est que nous sommes comme tout le monde », a déclaré Dasin.

    Une autre idée que beaucoup de gens ont sur l'islam est que l'inégalité qu'elle mandats entre les hommes et les femmes.

    Selon Dasin, cependant, rien ne pouvait être plus éloigné de la vérité.

    «La religion de l'islam dans l'histoire a été en avance sur le monde dans son élévation de la condition des femmes. Les droits de vote, droits de propriété, les droits du mariage. Si l'on remonte 15 ans en Amérique, les femmes ont moins de droits dans le mariage que les femmes dans l'Islam avait il ya 1.700 ans ", a déclaré Dasin.

    L'islam exige que les disciples de s'habiller modestement, qui signifie pour les femmes à se couvrir à l'exception de leurs mains et le visage. Cela inclut portait un hijab, ou voile traditionnelle.

    Toutefois, contrairement à la croyance populaire, le Coran ne permettent aux femmes le droit de divorcer de leur mari - à condition que ce droit a été décrit dans un contrat de pré-mariage - et à la propriété.

    S'il est vrai que de nombreux pays musulmans ne permet pas aux citoyens de ces droits fondamentaux des femmes, Dasin dit que ce n'est pas en conformité avec les enseignements du Coran. Ainsi, les injustices de ces pays ne devraient pas influer sur les perceptions des gens de l'Islam dans son ensemble.

    Comme pour toute religion, il est important de juger de la foi sur la base de ses enseignements, plutôt que le comportement de ses adeptes. Après tout, toutes les religions ont des adeptes qui n'agissent pas conformément à leurs croyances, mais ce n'est pas la faute de la religion elle-même.

    À la base, l'Islam, qui est un mot arabe qui signifie soumission, est d'environ adoration d'Allah et de vie de la manière dont le Coran dit qu'il veut disciples à vivre.

    Cela implique de respecter les cinq piliers de l'islam. Ces piliers sont le monothéisme, qui est la croyance en un Dieu, la prière quotidienne; s'occuper des moins fortunés; le jeûne et le pèlerinage à La Mecque.

    Dasin explique que l'Islam insiste également sur la paix vers les autres croyants et non-croyants, malgré le fait que de nombreux vue comme une religion de violence. Al-An-'am, la sixième sourate, ou un chapitre, dans le Coran dit: «Ne prenez pas la vie, qu'Allah a rendue sacrée, sauf par voie de justice et du droit: c'est ainsi qu'il vous commande, afin que vous appreniez la sagesse. "

    Dasin a également recommandé que les élèves intéressés à en apprendre davantage sur l'Islam lire "Riyad-nous Saliheen, traduit par" Jardins des Justes ". Il espère que ce livre aidera les étudiants à l'esprit ouvert en arriver à une compréhension plus profonde de sa foi.

    Au lieu de séparer nous sommes basés sur nos différences, nous devrions chercher des similitudes tout en même temps embrasser la diversité que nous avons à CSUSB.

    "Quand on regarde les idées fausses sur l'islam en Amérique et les raisons derrière eux, nous devons nous rappeler que la tenue d'idées fausses sur les gens avec une certaine différence identifiable est un phénomène humain qui se répète partout dans le monde. Nous pouvons trouver des idées fausses au sujet des chrétiens en pays à majorité musulmane et ici en Amérique ", a déclaré Dasin.

    Il a poursuivi: "En fait, les humains sont si bons à nous diviser entre nos différences que lorsque nous ne pouvons pas trouver, nous avons souvent il suffit de les rattraper. La question est comment pouvons-nous apprendre à vivre avec les gens et traiter les gens avec les mêmes en ce qui concerne indépendamment de leurs différences réelles ou perçues?





     

    Category : A propos de l'islam: | Comments (0) | Write a comment |