"> La-bonne-parole - Avez vous un sixième - Musulman et fier de l\'être
 

Avez vous un sixième sens?

Added 2/6/2015

 

1. Qu’est-ce que le sixième sens – L’ intuition?

Le sixième sens, ou la capacité perception subtile, est notre capacité à percevoir la dimension subtile ou le monde invisible des anges, des fantômes, du paradis, etc. Elle comprend également notre capacité à comprendre la cause-à-effet subtile derrière de nombreux événements, ce qui est au-delà du la compréhension de l’intelligence. La perception extrasensorielle (ESP), la clairvoyance, la prémonition, l’intuition sont synonymes du sixième sens ou de l’habilité de perception subtile. Dans ce site, nous utilisons le sens des mots sixième, ESP et l’habilité de perception subtile de façon interchangeable.

2. Comment percevons-nous et comprenons-nous le monde invisible?

Definition of the subtle world Nous percevons le monde brut ou visuel à travers les cinq sens physiques (c’est-à-dire, l’odeur, le goût, la vue, le toucher et l’ouïe), notre esprit (nos sentiments), et notre intelligence (capacité de décision). Quand on vient au monde invisible ou le monde subtil, nous le percevons à travers les cinq sens subtils, l’esprit subtil et de l’intelligence subtile plus connu sous le nom de notre sixième sens. Lorsque le sixième sens est développé ou activé, il nous aide à découvrir le monde subtil ou la dimension subtile. Cette expérience du monde subtil est également connue comme une «expérience spirituelle».

 

Une expérience et une expérience spirituelle- sixiéme sens

Dans l’image ci-dessus, nous voyons une dame qui sent un bouquet de  roses et sent le parfum de rose. Cela constituerait une expérience car il y a une source certaine de l’odeur de rose provenant du bouquet de rose. Dans l’autre tableau, nous voyons une dame qui boit  son café du matin, et pense à sa journée de travail. Tout d’un coup et sans cause apparente, elle sent une forte odeur de bois de santal. Elle n’y porte pas attention comme elle ne peut pas voir  d’où cela vient elle continue à boire son café. Cependant le parfum la suit à son lieu de travail et continue pendant toute la matinée. Elle demande à d’autres personnes autours s’ils peuvent sentir le parfum, mais personne ne sent. Cela constituerait une expérience spirituelle. Dans ce cas, la personne a effectivement perçu une odeur émanant de la dimension subtile et a senti le parfum par l’intermédiaire de l’odorat subtil.La capacité à percevoir ou à éprouver la dimension subtile à travers les cinq sens subtils, L’esprit subtil et de l’intelligence subtile est connu comme le sixième sens..

3. La perception du sixième sens à travers les cinq organes des sens subtils

Le monde est composé à partir des cinq éléments cosmiques absolus (Panchamahābhutās). Ces éléments cosmiques ne peuvent pas être vus, mais représentent toute la création. Lorsque notre sixième sens s’active, nous commençons à percevoir ces éléments absolus progressivement, en commençant par les plus grossières aux plus subtiles. Ainsi, nous sommes en mesure de les percevoir dans l’ordre des éléments absolus de La Terre, L’Eau, Le Feu, L’Air et L’Éther avec à notre sens subtil de l’odorat, le goût, la vision, le toucher et le son respectivement.

Le tableau suivant fournit des exemples positifs et négatifs de l’expérience spirituelle que l’on peut percevoir à travers notre sixième sens, c’est-à-dire, par l’intermédiaire des cinq sens subtils.

Expériences  spirituelles - sixiéme sens

Quand une personne perçoit quelque chose à travers un organe des sens subtils, par exemple l’odorat, la source pourrait être d’une énergie positive, comme une divinité ou d’une énergie négative comme un fantôme.

4. Comment peut-on développer le sixième sens?

Le monde subtil est tout autour de nous, cependant, nous ne pouvons percevoir ce monde. Même si nous ne pouvons pas percevoir le monde subtil, il a un impact important sur nos vies. Afin d’être en harmonie dans ce monde il nous faut une «antenne spirituelle», c’est-à-dire, notre sixième sens a besoin d’être éveillé. Notre sixième sens se développe lorsque nous faisons une pratique spirituelle. Avec une pratique spirituelle régulière faite selon les six principes fondamentaux de la spiritualité, nous augmentons notre niveau spirituel et sommes capables de percevoir et de découvrir le monde subtil à de plus grands degrés.

S'accorder avecl l'inteligence universelle

l’appareil de télévision ne peut pas les attraper jusqu’à ce qu’il soit connecté à une antenne. De la même manière, le monde subtil et la présence de Dieu sont constamment autour de nous, mais nous ne les percevons pas jusqu’à ce que nous commencions à faire une pratique spirituelle qui à son tour active notre sixième sens.

Merci de voir notre section sur la pratique spirituelle pour le développement du sixième sens ou la capacité de perception subtile.

Parfois, nous voyons des gens qui ont la capacité de percevoir le monde subtil à un très jeune âge, même s’ils n’ont pas fait de pratique spirituelle. La raison est qu’ils ont atteint un niveau spirituel grâce à une pratique spirituelle faite dans une naissance antérieure (vie antérieure). Une autre raison pour que cela puisse arriver est parce qu’ils sont possédés par un fantôme (sorcier) depuis l’enfance. Dans ce cas, c’est en fait le sixième sens du sorcier qui est actif.

 

5. Le sixième sens et le niveau spirituel

Comme notre niveau spirituel continu à augmenter, nous sommes capables progressivement de percevoir le monde subtil a un niveau plus important, grâce à notre capacité de perception subtile, c’est-à-dire notre sixième sens. Le tableau suivant montre comment notre sixième sens croît avec l’augmentation de notre niveau spirituel.

 

Le sixiéme sens et le niveau spirituel

Du tableau ci-dessus, nous pouvons voir que le maximum qui peut être perçu par les organes des sens subtils est réalisé à un niveau spirituel de 70%. Ainsi, avec une augmentation supplémentaire du niveau spirituel, il n’y a pas d’incrément supplémentaire dans la perception subtile à travers les cinq organes de sens subtils. Cependant, l’esprit subtil et de l’intelligence subtile continuent de plus en plus à s’accorder dans l’esprit universel et l’intelligence universelle jusqu’à ce que le niveau spirituel de 100% est atteint. Le tableau ci-dessous montre le niveau spirituel minimum nécessaire pour être capable de percevoir chacun des cinq sens subtils individuels, si seulement notre sixième sens était purement une fonction du niveau spirituel. Par exemple, on peut percevoir le sens subtil de l’odorat au niveau spirituel de 40%.

Percevoir le sixiéme sens et le niveau spirituel

Bien que ce graphique ne serve que d’un guide pour expliquer la relation directe entre le niveau spirituel et un sixième sens, il est important de noter ce qui suit:

  • Quand une personne acquit une expérience spirituelle de l’odorat subtil, cela ne signifie pas nécessairement qu’il ou elle a atteint le niveau spirituel de 40%. Plus souvent, il s’agit d’un cas de hausse momentanée ou transitoire du niveau spirituel ou de la capacité, soit en raison d’une pratique spirituelle intense comme répéter le Nom de Dieu, ou d’être en compagnie d’un Saint, etc.
  • Il peut avoir d’autres facteurs qui contribuent à l’expérience. Par exemple, si un fantôme (démon, diable, de l’énergie négative, etc.) veut qu’une personne obtienne l’odeur d’urine autour de la maison pour l’effrayer, il pourrait utiliser son énergie spirituelle pour y arriver. Ceci est sans la hausse nécessaire du niveau spirituel de la personne ciblée.
  • Il ne veut pas dire que toutes les personnes au niveau spirituel de 40% seront nécessairement capables de percevoir une odeur subtile. Le niveau spirituel d’une personne est la fonction nette de nombreux attributs; le sixième sens est seulement un seul d’entre eux. Reportez-vous à l’article sur le niveau spirituel.
  • Il ne veut pas dire que ces personnes peuvent percevoir jusqu’à 100% de toutes les variétés d’odeurs subtiles disponibles ou qu’ils puissent le percevoir tout le temps et à tout moment.
  • Il ne veut pas dire qu’une personne au niveau spirituel de 40% ou au-dessus sera nécessairement capable de percevoir un parfum subtil. Une personne peut atteindre la sainteté (c’est-à-dire, le niveau spirituel de 70%) sans jamais n’avoir rien perçu à travers les cinq sens subtils. Une des raisons pour ne pas avoir de telle expérience pourrait être que cette personne a déjà eu ces expériences dans une vie passée et n’en a pas besoin maintenant. Tous les Saints ont toutefois le sixième sens qui se rapporte à l’esprit et l’intelligence subtile.

Vous pouvez également voir sur le graphique que les sens subtils du toucher et de l’ouïe ne sont perçus qu’à des niveaux spirituels supérieurs. La raison en est qu’ils sont plus subtils parmi les cinq sens subtils.

6. Le sixième sens (ESP) et le sexe

Les femmes ont, en général, un sixième sens plus fort que les hommes. La capacité de la perception extrasensorielle (ESP) vient plus naturellement aux femmes et elles sont plus susceptibles d’être intuitives que les hommes. Une des principales raisons à cela est que les hommes sont intellectuellement plus orientés et tendent plus vers le côté rationnel.

7. Les expériences spirituelles impliquant l’esprit subtil et l’intelligence subtile

Dés fois on peut ressentir un étrange sentiment de « retour à la maison » en voyant une maison totalement inconnue, une prémonition d’un désastre imminent, ou ressentir de l’amour sans fin pour une personne qui est contraire à son goût. Ce sont des expériences à travers l’esprit subtil. Nous ne pouvons pas comprendre la raison derrière ces sentiments. Parfois, nous entendons parler de personnes qui reçoivent des informations de la dimension subtile et qui conversent avec des êtres dans les régions subtiles. Les paragraphes qui suivent expliquent ce phénomène plus en détail.

7.1 Comment les personnes perçoivent-ils cette information?

Les personnes qui reçoivent des connaissances de la dimension subtile généralement le reçoivent de trois façons:

  • En laissant une entité subtile utiliser sa main pour écrire leur message (connu sous le nom d’écriture automatique)
  • Par une vision où ils peuvent réellement voir les mots ou passages en face de leurs yeux
  • Grâce à des pensées

Parmi les méthodes ci-dessus, la réception de la réponse dans les pensées est plus subtile entre les trois façons.

7.2 Source de la connaissance

Les personnes qui reçoivent des connaissances de la dimension subtile peuvent le recevoir

  • Automatiquement en raison de leur capacité à puiser dans l’esprit et l’intelligence universelle, ou
  • Comme des réponses aux questions spécifiquement posées à des entités subtiles. Ils sont capables de le faire par le biais de leur sixième sens, par l’intermédiaire de leur esprit et de l’intelligence subtiles.

Dans les deux cas, la personne comprend la dimension subtile, mais seulement une personne spirituellement évoluée peut distinguer si la connaissance reçue est due à la première ou de la deuxième manière. Dans la plupart des cas, les personnes conversent avec des corps subtils des différentes régions subtiles comme le monde du purgatoire et de l’enfer, et très rarement d’une divinité ou de Dieu, qui est l’Esprit et l’Intelligence Universelle.

Le type et la qualité ou le niveau de l’information reçue dépendent du niveau spirituel de la personne qui le reçoit.

Le niveau spirituel et l'accés à l'intelligence universelle

Information de la baisse des sources:

Les informations reçues de corps subtils appartenant aux régions basses, à savoir du purgatoire ou l’enfer, sont le plus souvent de nature de ce monde matérielle et d’importance que pour une partie restreinte du monde et pour une durée de temps court. Un exemple de ceci serait obtenir des informations si la personne va se marier ou trouver un emploi. Quel parti politique peut gagner les élections dans un  certains pays, cela est un autre exemple du type de connaissances reçues à un niveau inférieur subtiles dans la dimension spirituelle.

 

 

Les informations reçues par Nostradamus sont un exemple de cette catégorie. Nostradamus, lui-même au niveau spirituel de 50%, a reçu l’information à partir d’un corps subtil au niveau spirituel de 40%. Beaucoup des médiums entrent dans cette catégorie de la façon à recevoir cette connaissance

À 40% de niveau spirituel les corps subtils peuvent recevoir la connaissance qui est au-dessus de lui par des corps subtils de plus haut niveaux. De même, les corps subtils du même niveau ou légèrement plus élevé ayant les connaissances requises, peuvent le transmettre. C’est comme un maçon demandant des connaissances sur l’architecture ou la menuiserie d’une autre personne.

La Connaissance de sources supérieure:

La connaissance reçue des corps subtils des régions élevé comme le Mahālok(au-dessus du paradis) et au-dessus, est de nature spirituelle. La connaissance acquise est progressivement plus d’un besoin universelle et d’une durée plus importante espacé sur plusieurs siècles. Recevoir la connaissance divine de l’Esprit universel et Intelligence universelle (c’est-à-dire, les aspects l’aspect de l’esprit et l’intelligence de Dieu) est le plus élevé. Comme indiqué dans l’image ci-dessus, il est seulement possible pour les Saints de recevoir cette connaissance. Un exemple de ceci est la réception de la connaissance contenue dans le Védas Sacré par les Sages de l’Inde Ancienne (Bharat).

Pour déterminer correctement la source de la connaissance ou de son exactitude, il faudrait être d’un niveau spirituel très élevé, soit un Saint au niveau de 90% ou au-dessus.

Pour plus d’informations sur tous les royaumes subtils et les régions, merci de lire l’article «Où allons-nous après la mort physique?»

7.3 Comment peut-on savoir si la connaissance reçue provient d’une source externe ou ses propres pensées subconscientes?

Il ya quelques indications qui suggèrent que la connaissance est reçue depuis une source externe par opposition à sa propre imagination.

  • Lorsque le contenu de la connaissance est totalement étranger du domaine de connaissance du destinataire. Par exemple, il y a un aspirant spirituel, qui a à peine faite des études et pourtant reçoit des diagrammes complexes.
  • La quantité de connaissances accumulées est un autre indicateur. Un aspirant de la Fondation de Recherche de la Science Spirituelle (SSRF) a reçu la Connaissance Divine à partir de la dimension subtile depuis le 28 Octobre 2003. Chaque jour, elle reçoit plus de 15 – 20 pages au format A4 de la connaissance. Cette connaissance spirituelle est actuellement analysée et catégorisée pour le bénéfice de l’humanité.

7.4 Les facteurs qui décident quelle personne reçoit la connaissance par l’intelligence subtile

Il y a une combinaison de facteurs qui décide qui reçoit la connaissance subtile. Le niveau spirituel d’une personne est l’un des facteurs clés pour décider quelle personne reçoit la connaissance subtile. Outre le niveau spirituel, les facteurs qui décident d’acquérir des expériences spirituelles supérieures, comme recevoir la connaissance, sont les suivants:

  • Motivation et désir intense de la personne
  • Nécessité pour la mission de Dieu
  • Résolution et les bénédictions du Guru (un guide spirituel au-delà du niveau spirituel de 70%)
  • La Destinée de la personne

Il convient de noter que si une personne à un niveau spirituel plus élevé est intéressée de recevoir une connaissance d’une nature inférieure, par exemple des préoccupations sur les événements quotidiens sur la Terre. Même s’il serait capable de recevoir des connaissances des corps subtils de haut niveau, il recevrait une telle connaissance par des corps subtils de niveau inférieur. En revanche, si une personne à un niveau spirituel relativement bas, par exemple 50%, et a une motivation profonde pour apprendre les principes supérieurs de la science spirituelles, il recevra la connaissance des corps subtils plus hauts ou des corps subtils de régions plus élevées, spécialement si il est béni par le Guru.

7.5 Le sixième sens, prémonitions et le temps et l’espace

Parfois, les gens ont des prémonitions sur les choses à se produire, ou une intuition sur les événements qui ont eu lieu dans le passé. Ceci est possible de deux manières:

  1. À travers des corps subtils: La prémonition (information) a été mise dans leur subconscient par les corps subtils. Dans la plupart des cas, les corps subtils ou des entités sont des fantômes de la Région du purgatoire ou de l’enfer. Ces corps subtils dans certains cas ont la capacité de voir à travers le temps. Si eux-mêmes n’ont pas cette capacité, ils obtiennent l’information de fantômes de niveau supérieur comme des sorciers ayant cette capacité.
  2. Accès à l’Esprit et Intelligence Universels:Il y a sept niveaux à l’Esprit et l’Intelligence Universelles. En fonction de son niveau de sixième sens, une personne peut être en mesure de puiser dans un niveau inférieur ou supérieur de l’Esprit et l’Intelligence Universelles.

Dans presque tous les cas de prémonition (un avertissement de l’avenir), la clairvoyance (information reçue à partir d’un endroit éloigné) et la précognition (information reçue d’un temps lointain), l’information est reçue à partir de corps subtils et non pas par sa capacité à accéder à l’Esprit et l’Intelligence Universels. Le préjudice que des corps subtils peuvent causer est expliqué dans la section suivante.

7.6 Précision de la connaissance reçue du monde subtil

Une personne reçoit généralement la connaissance des corps subtils avec un niveau spirituel qui a le même que celui de la personne, et la précision et la qualité des connaissances sont aussi les mêmes. Pour comprendre ce concept, prenons une échelle de 0 à 100%, dans laquelle aucune connaissance est  comme égale à 0%. Les connaissances les plus basses comprises par l’intelligence sont de 1% et la connaissance de l’Intelligence universelle est de 100%.

  • Une personne au niveau spirituel de 40% reçoit généralement des connaissances à partir d’un corps subtil d’un niveau correspondant spirituelle soit 40%, mais la précision est également de 40% et le niveau de la connaissance est également de 40%.
  • Jusqu’au niveau spirituel de 70%, la réception de la connaissance est plus susceptible d’être par des fantômes (démons, énergies négatives, etc.) et donc elle est accompagnée avec une forte proportion d’énergie noire. Ceux qui ignorent les mécanismes de la réception de la connaissance peuvent être ignorants de cet aspect et croient aveuglément dans toutes les connaissances reçues. Si la connaissance est reçue à travers les corps subtils, il y a une forte possibilité qu’elle peut être incorrecte en partie ou en intégralité. Les corps subtils donnent généralement une bonne connaissance au début afin de recueillir la croyance. Une fois que cela établi, il donne à certains degrés des informations inexactes ou trompeuses.Un autre facteur important qu’il faut tenir compte est que les connaissances reçues à partir des corps subtils sont toujours enveloppées d’énergie noire. Cela affecte négativement le destinataire de diverses manières, comme une santé fragile, des faiblesses psychologiques, une intelligence embrumé, etc. Mais ce processus est si progressif qu’il échappe à l’attention de la personne et l’entourage de la personne. Si ce processus de recevoir de la connaissance se poursuit pendant un certain temps, la personne lentement devient une marionnette virtuelle dans les mains du corps subtil pour être utilisée de diverses manières pour les intérêts du corps subtil.
  • Mais après un niveau spirituel de 70%, la connaissance est donnée par des corps subtils positifs comme des Saints et les Sages dans les régions les plus élevées au-dessus du paradis, ou est reçue par le moyen de l’Esprit et l’Intellect Universels, et il n’y a pas d’énergie noire qui accompagne les connaissances.
  • Après avoir atteint le niveau spirituel de 70%, la personne commence à recevoir des connaissances absolues de l’Esprit et l’Intelligence Universels.

Il y a différents niveaux à la compréhension de l’aspect négatif de la dimension subtile, comme des fantômes (démons, énergies négatives, etc.), une possession démoniaque et une attaque par un fantôme. Très souvent, ce que les personnes ont ressenti des expériences de la dimension subtile n’est que la pointe de l’iceberg. C’est seulement à un niveau spirituel de plus de 90% que l’on est capable de percevoir la totalité et diversité de la dimension subtile.

Merci de vous référer à l’article sur la profondeur de la capacité à percevoir l’activité paranormale avec notre sixième sens.

8. Mauvais usage du sixième sens (ESP)

Le sixième sens doit être utilisé seulement pour une croissance spirituelle vers la réalisation de Dieu, l’ultime dans la croissance spirituelle. Du point de vue spirituel pur, il est considéré comme un abus lorsque le sixième sens est utilisé pour autre chose, comme les affaires du monde matérielle. En d’autres termes, si une voyante utilise sa capacité psychique pour savoir si une personne va se marier ou trouver un emploi, cela est considéré comme une mauvaise utilisation d’un point de vue spirituel.

Lorsque le sixième sens (ESP) est mal utilisé par une personne qui est psychique, au fil du temps deux choses se produisent:

  1. Ils perdent leur capacité. Cela se produit généralement sur une période de 30 ans.
  2. Ils deviennent des cibles pour les sorciers de force spirituelle supérieure. Les sorciers d’abord donnent quelques informations authentiques, assez pour gagner la confiance de la personne. Cependant, plus tard ils les induisent en erreur ainsi que les personnes qu’ils guident. Dans de tels cas, leur capacité psychique dure pendant de longues périodes et peut sembler à se développer. Mais cette capacité psychique n’est pas en vertu de la personne, mais en raison du sorcier qui guide le psychique. Dans de tels cas, le don rare de sixième sens à la disposition de la personne qui aurait pu être utilisé pour la réalisation de Dieu est gaspillé sur des questions de moindre importance.

 

http://www.spiritualresearchfoundation.org/fr/sixi%C3%A8me-sens-intuition-spirituel

Category : J'ai lu pour vous | Comments (0) | Write a comment |

Le labre; un poisson a intelligence machiavélique

Added 1/6/2015

le labre

 

L’intelligence « machiavélienne »

On observe chez certains poissons des stratégies sociales complexes et pittoresques, comme l’illustre le cas du labre nettoyeur, un poisson des mers chaudes de la taille d’une souris.
 L’histoire se passe dans les récifs coralliens de la mer rouge. Les labres nettoyeurs sont des poissons qui proposent aux autres poissons du récif de leur faire la toilette. Ils mangent leurs parasites, leurs peaux mortes ou les morceaux de nourriture coincés entre leurs dents. En un mot, nourriture contre bien-être. Les labres demeurent dans des lieux précis appelés « station de nettoyage ».

Ils peuvent travailler seuls ou en équipe (souvent, un mâle et 5-7 femelles, les labres vivent fréquemment en harem) et pratiquer jusqu’à 2 000 interactions par jour. Ils proposent également à leurs clients des massages, qu’ils prodiguent avec leurs nageoires pectorales et ventrales, en se plaçant sur le dos de leur client. Des chercheurs ont effectué des prises de sang à des poissons régulièrement massés, et ils ont relevés des taux de cortisol, l’hormone du stress, plus bas.

Le machiavélisme de cette histoire vient du fait que les labres ont une forte préférence pour le mucus, le gel insoluble qui enduit la peau des poissons et les rend glissants, diminue les frottements avec l’eau, les rend difficiles à attraper par les prédateurs, protège leur peau des infections, des agressions chimiques et des coups de soleil. Or, si les labres ont envie de manger le mucus, les clients ont évidemment intérêt à ce que le nettoyeur ne le mange pas: le mucus est fort utile et les morsures désagréables.

Il y a trois sortes de clients, avec lesquels les labres adoptent des stratégies différentes:
•Les prédateurs. Eux sont susceptibles de manger le nettoyeur s’ils ne sont pas contents de ses services. C’est pourquoi les labres sont très coopératifs avec eux. Ils ne mangent pas leur mucus et leur prodiguent de nombreux massages.
•Les résidents. Ces poissons se déplacent peu et donc n’ont à leur disposition qu’une seule station de nettoyage. Leur seul moyen pour obtenir un bon service est de punir le nettoyeur si le service est mauvais. Aussi tancent-ils les mauvais nettoyeurs: ils les poursuivent en leur donnant des coups. À la visite suivante d’un résident les ayant réprimandé, les labres sont généralement aux petits soins: ils ne mangent pas de mucus et leur prodiguent moult massages.
•Les visiteurs. Ces poissons se déplacent beaucoup et peuvent donc mettre en concurrence plusieurs stations de nettoyage. S’ils ne sont pas contents du service, ils s’en vont simplement et fréquentent une autre station.

Les relations avec les visiteurs sont complexes. En premier lieu, on observe que les labres offrent un meilleur service aux visiteurs familiers qu’aux visiteurs inconnus. Ils choient leurs habitués. À l’inverse, décevoir un client de passage est moins grave, semble-t-il, pour les affaires.

Souvent, lorsqu’un labre toilette un poisson, le client suivant est déjà présent et observe le labre travailler. Les observations de terrain et les expériences en aquarium montrent que les clients observateurs sont très attentifs à ce qu’ils voient. Si le service est bon, ils ont tendance à inviter le nettoyeur à interagir, si le service est mauvais ils ont tendance à renoncer à interagir avec le nettoyeur.

On peut alors penser que les poissons nettoyeurs sont sensibles au fait d’être observés; que, sous le regard du client suivant, ils vont donner un bon service pour que le client en question ne parte pas. C’est le cas: le service est meilleur lorsqu’ils sont observés… en général, car il y a des variations selon l’observateur. Si ce dernier est un résident, ils ne font pas d’effort particulier: puisqu’il s’agit d’un client captif, il ne risque pas de partir à la concurrence. En revanche, quand l’observateur est un visiteur, les labres redoublent d’efforts, ne mordent pas, massent le client: ils font en sorte de convaincre les visiteurs de la qualité générale de leur service.

Les aléas de la vie conjugale

Quand un labre mange du mucus, le gain lui revient, mais le coût (perte d’un client) est supporté par toute l’équipe de nettoyeurs. Par conséquent, dans une station de type harem, le mâle est très attentif à ce que ses femelles soient très coopératives, et réprimande les mangeuses de mucus.

Cela a donné lieu à une anecdote amusante. C’est une femelle qui mord régulièrement les clients. Après l’avoir réprimandé plusieurs fois, son mâle décide de la chasser. Bannie, elle ouvre une station de nettoyage à quelques mètres de distance seulement, dans laquelle elle traite très bien ses clients car désormais, c’est à elle seule d’assumer les conséquences d’un mauvais service sur les affaires. Elle n’a, par contre, pas perdu son goût immodéré pour le mucus: elle fait régulièrement des virées dans son ancienne station pour mordre les clients de son ex-mâle. Elle fait donc la différence entre ses clients propres, qu’elle bichonne, et les clients de son ex, qu’elle malmène.

Conclusion

Il y a encore très peu d’études sur les mécanismes psychologiques qui sous-tendent ces comportements; par exemple on ne sait pas si les labres se représentent les pensées de leurs clients ou s’ils raisonnent uniquement sur la base de leur comportement observable. Les futures études nous en apprendront encore davantage sur la vie mentale des poissons.

Pour ce qui est des capacités mentales et de la sensibilité à la douleur, il n’y a pas lieu de faire de différence entre les poissons et les animaux terrestres. Les poissons ont droit à la même considération morale que les mammifères et les oiseaux, et devraient bénéficier de la même protection.

(Source : huffingtonpost)

Tags :
Category : J'ai lu pour vous | Comments (0) | Write a comment |

La mère en Islam, dévouement et affection

Added 31/5/2015

 

La mère en islam

 

Dès ses débuts dans le Noble Coran et la sainte Sunna prophétique, l’Islam a donné à la mère un statut distingué par rapport à celui du père pour ce qui est du dévouement, d’affection et de charité. Car pour donner la vie à l’enfant, la mère met la totalité de l’effort et porte la totalité du poids. Il existe une différence entre la paternité et la maternité. La première ne constitue pas une fatigue corporelle pour l’homme qui ne met en œuvre que son instinct et son désir, alors que la seconde constitue une tâche lourde et expose la mère au danger. C’est elle qui entretient l’enfant, qui le nourrit de tout son corps et aux dépens de sa santé, qui s’expose au danger lors de l’accouchement et de l’allaitement, ce qui entrave la liberté de la mère et réduit l’espace de son mouvement.

Premièrement, les droits de la mère sur son enfant.

La mère a par rapport à son enfant des droits importants et si nombreux qu’on ne saurait les recenser. Mais nous en citerons les suivants :

a) Lui vouer un amour et un respect aussi profonds que possibles car de tous les gens c’est elle qui mérite le meilleur traitement.

D’après Abou Hourayra Abou Hourayra (P.A.a), un homme se présenta au Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) et lui dit :

- Qui parmi les gens mérite mieux mon bon traitement ?

- « Votre mère. »

- « Puis qui ? »

- « Votre mère. »

-  « Puis qui ? »

- « Votre mère. »

- « Puis qui ? »

- « Votre père. »  (rapporté par Boukhari, 4/13 et Mouslim, 2548).). C’est en effet, elle qui a fait de son ventre un abri pour vous et de ses seins un abreuvoir pour vous. Son amour vous est inévitablement imposé parce que naturel. Mieux, l’amour des enfants pour leur mère et l’amour des mères pour leurs enfants fait partie de la nature dont Allah a doté les animaux. Les humains devraient s’y conformer mieux et plus particulièrement les musulmans.

b) La protection et la tenue de ses affaires quand il a un besoin. Bien plus, ceci est une dette de l’enfant vis-à-vis de sa mère. Ne l’a -t- elle pas protégée tout petit, veillé sur lui et est demeurée patiente dans la nuisance qu’il lui causait. A ce propos, le Très Haut dit : « Et Nous avons enjoint à l' homme de la bonté envers ses père et mère: sa mère l' a péniblement porté et en a péniblement accouché; et sa gestation et sevrage durent trente mois; puis quand il atteint ses pleines forces et atteint quarante ans, il dit: "ش Seigneur! Inspire-moi pour que je rende grâce au bienfait dont Tu m' as comblé ainsi qu' à mes père et mère, et pour que je fasse une bonne œuvre que Tu agrées. Et fais que ma postérité soit de moralité saine. Je me repens à Toi et je suis du nombre des Soumis". » (Coran, 46:15). Les services rendus à la mère l’emportent même sur le djihad, quand les deux ne peuvent pas être conciliés.

D’après Abd Allah ibn Amr ibn al-As (Puisse Allah l’agréer) un homme se présenta au Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) et sollicite son autorisation de participer au djihad ,et le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) lui dit : « Vos parents sont-ils vivants ? » - « Oui » répondit-il. - « Inscrivez votre djihad dans leur service » (rapporté par Boukhari, 2842 et Mouslim, 2549).

c) Ne pas la nuire en lui faisant entendre ou voir des propos ou actes qu’elle déteste. A ce propos, le Très Haut dit : « Ne leurs dites pas : fi » (Coran, 17 :23). Si Allah interdit de dire : « fi » aux père et mère, que dire de celui qui les frappe ?

d) Dépenser sur elle si elle est pauvre et n’a pas un mari qui assure sa dépensé ou si le mari est déficitaire. En fait, pour les pieux, assurer la dépense pour la mère est préférable à la dépense faite au profit des enfants.

D’après Ibn Omar (P.A.a), le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Trois personnes étaient en marche, quand la pluie se mit subitement à tomber et ils entrèrent dans une grotte au sein d’une montagne. Puis un rocher s’abattit sur la grotte et ils se dirent : que chacun de nous prie Allah en évoquant la meilleure action qu’il ait accomplie. L’un d’eux dit : «  Mon Seigneur, j’avais des parents vieux et je sortais pour faire paître le troupeau puis revenais chercher du lait pour en amener à mes père et mère qui en buvaient. Puis j’en offrais à mes enfants, à ma femme et aux autres membres de la famille. Au cours d’une nuit, j’eus un empêchement et, à mon arrivée, ils s’étaient déjà endormis et je ne voulus pas les réveiller. Au même moment, les enfants criaient de faim à mes pieds. Mais je restai au chevet de mes parents jusqu’à l’entrée de l’aube. Mon Seigneur, si vous savez que j’ai fait cela pour Te complaire, écarte le rocher un peu pour que nous puissions voir le ciel. » En ce moment, dit le rapporteur, Allah les soulagea.. » (rapporté par Boukhari, 2102 et Mouslim, 2743).

Le terme : « Yatadaghouna » signifie crier à haute voix.

e) Son obéissance et l’exécution de ses bons ordres. Si elle émet un ordre comme celui portant sur la pratique du polythéisme, point d’obéissance pour une créature dans la désobéissance au créateur. A ce propos, le Très Haut a dit : « Et si tous deux te forcent à M' associer ce dont tu n' as aucune connaissance, alors ne leur obéis pas; mais reste avec eux ici-bas de façon convenable. Et suis le sentier de celui qui se tourne vers Moi. Vers Moi, ensuite, est votre retour, et alors Je vous informerai de ce que vous faisiez ". » (Coran, 31 : 15) ;

f) Après sa mort, il est recommandé de faire à sa place les actes expiatoires, les aumônes, les pèlerinages mineur et majeur qu’elle avait à effectuer. D’après Ibn Abbas (P.A.a), une femme issue de la tribu Djouhayna se présenta au Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) et dit : «  Ma mère avait formé le vœu d’accomplir le pèlerinage, mais elle est morte avant de le faire. Devrais-je le faire à sa place ? » - « Oui, faites-le à sa place. Ne voyez pas que si votre mère avait contracté une dette, vous la régleriez ? - Réglez ce qui est dû à Allah car Celui-ci mérite plus que tout autre qu’on lui paie Son dû ». (Rapporté par Boukhari, 1754).

g) De même, après sa mort, il est recommandé de lui faire du bien en le faisant avec respect à ses proches et amies. D’après Abd Allah ibn Omar, le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « La meilleure forme de bienfaisance consiste à bien traiter les amies de son père après la disparition de celui-ci  » (rapporté par Mouslim, 2552).

Deuxièmement, vos droits sur votre mère

a) Veiller sur les affaires de ses enfants en les allaitant et en les gardant. Cette attitude est naturelle chez les gens et s’atteste dans leur pratique depuis le début de la création.

A ce propos, le Très Haut a dit : « Et les mères, qui veulent donner un allaitement complet, allaiteront leurs bébés deux ans complets » (Coran, 2 : 233).

b) Vous assurer une bonne éducation, car elle en est responsable devant Allah au jour de la Résurrection parce que vous faites partie de ses protégés et elle est votre protectrice.

Abd Allah Ibn Omar dit : « J’ai entendu le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) dire : « Vous êtes tous des bergers et tout berger est responsable de son troupeau ; l’homme est un berger au sein de sa famille et il est responsable de son troupeau. La femme est une bergère dans le foyer de son mari  et elle est responsable de son troupeau. Le domestique est un berger par rapport aux biens de son maître et il est responsable de ce qu’il garde ». Puis, dit, le rapporteur, je crois qu’il a dit : «  l’homme est un berger par rapport aux biens de son père et il est responsable de son troupeau. Vous êtes tous des bergers et vous êtes responsables de vos troupeaux. » (rapporté par Boukhari, 853 et Mouslim, 1829).

Sheikh Muhammed Salih Al-Munajjid

http://islamqa.info/fr/5053

 

 

 

Category : A propos de l'islam: | Comments (0) | Write a comment |

Le prophète et l’annonciation du ghayb(l'inconnu)

Added 28/5/2015

Mohammed swa

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك

 

Le mot arabe "ghayb" désigne l’inaccessible en terme de connaissance. Il y a un Inaccessible temporel (personne ne peut prédire l’avenir avec certitude) et un inaccessible spatial (ce qui est hors de porté de notre perception, moyens modernes d’observation compris). Les musulmans croient que la connaissance de cet Inaccessible est une exclusivité de Dieu. Lui seul sait ce qui est et ce qui adviendra.

Le verset 59 de la sourate 6 dit : "C’est Lui qui détient les clefs de l’Inaccessible. Nul autre que Lui ne les connaît. Et Il connaît ce qui est dans la terre ferme, comme dans la mer. Et pas une feuille ne tombe sans qu’Il ne le sache. Et pas une graine dans les ténèbres de la terre, rien de frais ou de sec, qui ne soit consigné dans un livre explicite."

Dans le Coran 6:50, on lit : "Dis-[leur] : ‹Je ne vous dis pas que je détiens les trésors d’Allâh, ni que je connais le ghayb, et je ne vous dis pas que je suis un ange. Je ne fais que suivre ce qui m’est révélé.›" Ainsi le fidèle croit que Dieu est le seul détenteur de ce qui sera. Toutefois, Dieu peut faire une faveur à ses Prophètes en leur donnant un petit aperçu sur des élément de l’inaccessible (prédiction de l’avenir, annonciation d’évènements distants). En effet, on trouve dans les versets 72:26 et 72:27 " [C’est Lui seul] qui connaît le ghayb. Il ne dévoile Son mystère à personne, sauf à ceux qu’Il agrée comme Messagers et qu’Il fait précéder et suivre de gardiens vigilants,".

Donc, certains Prophètes, à certaines occasions, peuvent bénéficier d’un regard sur des évènements humainement inaccessibles, scellés dans l’avenir ou hors du champs de perception. En ce qui concerne le Prophète Muhammad - que les salutations de Dieu et Ses bénédictions soient sur lui, nous connaissons plusieurs exemples où l’inaccessible lui fut dévoilé. Nous n’en citerons que cinq :

D’après la mère des croyants [ce titre désigne les épouses du Prophète] cAïshah - que Dieu l’agrée : Un jour, Fâtimah la fille du Prophète rendit visite à son père. Il l’accueillit et ils s’assirent côte à côte. Puis, il lui dit quelque chose en aparté qui la fit pleurer. Puis, il lui dit une autre chose qui la fit rire. Et, `Aïshah - que Dieu l’agrée - raconte : "Quand je lui demandai pourquoi elle pleura au début et rit après coup, Fâtimah ne me dévoila la raison qu’après le décès du Prophète - que les salutations de Dieu et Ses bénédictions soient sur lui. Elle me dit : "Le Prophète de Dieu m’a dit que l’archange Gabriel avait pour habitude de réviser avec lui tout le Coran [révélé jusque là] une fois par an pendant le mois du Ramadân, et que cette année, ils l’ont révisé deux fois. Puis, il me dit [i.e. il dit à Fâtimah ] :" Je crois que mon heure est venue. Alors, ô Fâtimah, crains Dieu et soit patiente." Ceci était la raison de mes pleurs. Puis, il m’a révélé que je serai la première de ses proches à le rejoindre et c’est pourquoi j’ai ri." Cette prophétie se réalisa par le décès de la fille du Prophète - que les salutations de Dieu et Ses bénédictions soient sur lui - six mois après sa mort et elle était la première parmi les siens à le rejoindre.

 

La surprenante victoire de la petite armée musulmane contre la grande armée mecquoise lors de la bataille de Badr occasionna de nombreux morts et prisonniers de guerre parmi la noblesse Qoraïshite. A la suite de cette défaite amère de l’armée mecquoise, Safwân Ibn Umayyah et Wahb Ibn `Umayr se retrouvèrent et exprimèrent leur profonde amertume pour les personnalités qoraïshites perdues dans cette guerre. Wahb qui était un assassin professionnel fameux pour ses crimes et sa férocité, dit à son compagnon : "Si je n’avais pas autant de dettes et d’enfants à charge, je partirais vous soulager de Muhammad d’un coup d’épée. Safwân, enchanté par cette attitude, lui répondit : "Je me chargerai de tes dettes et tes enfants seront les miens. Alors, vas-y ! Tue Muhammad et venge le sang de nos parents et de nos frères !" Sur ce, Wahb prépara son épée, empoisonna sa lame et partit. Quand `Umar Ibn Al-Khattâb le vit arriver à la Médine, il prit peur pour le Prophète et se dépêcha de l’avertir. Le Prophète lui dit : "Quand il viendra, laisse le entrer." Quand Wahb arriva, `Umar prit possession de l’étui de son épée et le laissa entrer chez le Prophète. Le Prophète lui demanda : "Qu’est-ce qui t’amène ?" Wahb répondit : "Mon fils est prisonnier de guerre et vous avez demandé une rançon pour le libérer. Mais, je suis pauvre et ne possède pas cet argent. Aussi, suis-je venu te supplier afin qu’il soit relaxé sans rançon... Le Prophète lui demanda : "Si c’est ainsi, que viens-tu faire avec cette épée ?" Wahb répondit : "Dieu a combattu nos épée alors elles ne nous ont servi à rien." Le Prophète lui dit : "Et, quel est le dialogue que tu as eu avec Safwân à la Mecque ?" Wahb s’étonna : "Mais...Par Dieu, ce jour là, personne ne nous a entendu ! Et, personne n’était avec nous !! Si tu en as connaissance, tu es vraiment le Prophète de Dieu !" Ainsi Wahb embrassa-t-il l’Islam et le Prophète dit à ses compagnons : "Initiez votre frère à sa religion." Après le départ de Wahb, Safwân annonçait aux gens : "Vous allez recevoir des nouvelles très importantes dans quelques jours." Mais, à sa grande surprise, il vit Wahb revenir et lui dire qu’il allait lui rembourser tout l’argent qu’il avait pu dépenser pour ses enfants et qu’il repartirait vivre avec le Prophète et les croyants à Médine !

 

Parmi les prisonniers de la bataille de Badr, il y avait Sohayl Ibn `Amr, celui qui arrangea ultérieurement l’armistice d’Al-Hudaybiyah. Il alla voir le Prophète - que les salutations de Dieu et Ses bénédictions soient sur lui - et lui dit : "Ô Muhammad, je suis pauvre et tu demandes une rançon contre ma liberté. Or, je ne possède pas d’argent pour me libérer : laisse moi partir afin que je retourne à ma famille et exempte moi de la rançon." Le Prophète fut pris de pitié pour lui mais `Umar protesta : "Ô Prophète de Dieu, cet homme est un ennemi de Dieu. Il montait les gens contre toi à la Mecque avec ses discours." Mais le prophète était plutôt enclin à le relaxer. Alors, cUmar lui dit : "Autorise-moi donc, ô Prophète de Dieu, à lui arracher les dents pour qu’il ne puisse plus jamais haranguer les gens contre toi !" Le Prophète désapprouva : "Non, je ne le défigurerai pas de peur que Dieu ne me rende la pareille et ce, malgré que je suis un Prophète. Ca se trouve, `Umar, tu verras de lui une attitude que tu apprécieras." Quelques années plus tard, le jour de "la prise de la Mecque", Sohaïl embrassa l’Islam . Puis, après la mort du Prophète - que les salutations de Dieu et Ses bénédictions soient sur lui, certains habitants de la Mecque envisagèrent de renoncer à l’Islam à l’image de certains autres Bédouins. C’est alors que Sohayl tint un discours où il dit : "Ô peuple de la Mecque ! Vous avez été les derniers à embrasser l’Islam, alors ne soyez surtout pas les premiers à l’abandonner !" Et il dit quelques paroles qui ressemblaient au discours tenu par Abû Bakr - que Dieu l’agrée - quand la mort du Prophète lui fut annoncée. Quand `Umar prit connaissance de la position de Sohaïl, il en fut très heureux et il se souvint de la parole du Prophète qui avait prévu cet évènement.

 

Al-Barâ’ Ibn `Âzib - que Dieu l’agrée - narre : "Pendant que nous creusions le Fossé, un rocher nous donna beaucoup de mal : aucune pioche ni massue ne l’entamait. Nous nous en sommes plaints au Prophète qui prit la pioche de Salmân Al-Fârissi et dit : "Au nom de Dieu". Il frappa un premier coup qui arracha le tiers du rocher et une vive lumière en sortit. Le Prophète s’exclama : "Allâhou Akbar [i.e. Dieu est Grand], j’ai reçu les clés de la Mésopotamie ! Par Dieu, je viens de voir ses palais rouges à l’instant et de cet endroit !" Puis, il frappa un deuxième coup qui en arracha un autre tiers et une vive lumière apparut dans la direction de la Perse. Le Prophète dit : "Dieu est Grand, j’ai reçu les clés de la Perse ! Par Dieu, je vois le palais blanc d’Al-Madâ’in [le nom donnée par les Arabes à la capitale de la Perse] de cet endroit même ! Gabriel m’a dit que ma nation en sera victorieuse alors soyez heureux de cette bonne nouvelle !" Puis, le Prophète frappa un troisième coup et dit : "Au nom de Dieu." : le reste du rocher se brisa et une lumière vive jaillit du côté du Yemen comme une torche au cœur de la nuit noire. Le Prophète s’exclama : "Allâhou Akbar, j’ai reçu les clés du Yemen. Par Dieu, je vois d’ici les portes de Sanca." C’est alors que les Hypocrites se dirent entre eux comme nous le révèle Coran : "Dieu et son Prophète ne nous font que de fausses promesses" Par la suite, après la mort du Prophète - que les salutations de Dieu et Ses bénédictions soient sur lui, le compagnon Abû Horaïrah, voyant les armées musulmanes aller de victoire en victoire et de conquête en conquête disait : "Conquérez toutes les villes que vous voulez, il n’y en a pas une dont on n’a pas donné les clés au Prophète.

Lors de la bataille de Mu’tah, le Prophète - que les salutations de Dieu et Ses bénédictions soient sur lui - envoya une armée pour combattre les Romains. L’armée était commandée par Zayd Ibn Hârithah - que Dieu l’agrée - et comptait trois mille soldats. En face, l’armée romaine comptait environ deux cent mille soldats. Les combats étaient très féroces. Un jour, à la Médine, on entendit le Prophète - que les salutations de Dieu et Ses bénédictions soient sur lui - dire : "Zaïd Ibn Hârithah a gagné le martyr, et Jacfar Ibn Abi Tâlib l’a remplacé [au commandement de l’armée]. Puis, Jacfar a à son tour gagné le martyr cédant la place à `Abdillâh Ibn Rawâhah qui à son tour a gagné le martyr cédant le commandement à l’une des épées de Dieu qui a tiré les musulmans d’affaire." Quand les soldats sont rentrés à la Médine, ils ne firent que confirmée ce que le Prophète - que les salutations de Dieu et Ses bénédictions soient sur lui - avait prédit et que celui qui prit le commandement de l’armée après `Abdillâh Ibn Rawâhah n’était autre que Khâlid Ibn Al-Walîd qui fit l’unanimité des musulmans pour prendre le commandement de l’armée. Et, Khâlid, le stratège que nous connaissons très bien, voyant la disproportion entre les deux armées, réussit par la ruse à faire croire aux Romains qu’ils recevaient des renforts importants pendant que son armée se retirait progressivement. Ainsi il réussit à sauver son armée sans que l’ennemi n’ose sortir à leur poursuite. De surcroît, l’histoire a enregistré sans équivoque que Khâlid était bel et bien une épée de Dieu comme le Prophète - que les salutations de Dieu et Ses bénédictions soient sur lui - l’a décrit.

http://www.islamophile.org/spip/L-annonciation-du-ghayb.html

Category : Les miracles d'Allah, du coran_et du prophète____________ | Comments (0) | Write a comment |

La Génétique dans l’honorable Tradition Prophétique

Added 27/5/2015

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك

 

Par Sana DAHROUCH

 

Cette recherche comprend deux parties importantes de la génétique prouvées par deux hadiths du prophète (SPSL) où nous traitons le sujet de l’hérédité et de la génétique.

Le premier Hadith rapporte d’après Abou Horayra qu'un Bédouin vint trouver le Prophète et lui dit : "Ma femme a mis au monde un garçon noir, et je refuse de le reconnaître". Le Prophète lui demanda :"Avez-vous des chameaux?". - Oui, répondit l'homme. - De quelle couleur? lui demanda-t-il. - roux, répondit l'homme. Y en a-t-il des gris? lui demanda-t-il. Oui, il y en a, répondit l'homme. Il lui demanda alors : "et d'où penses-tu que cela vienne?". L'homme répondit : "cela doit venir de leur souche". Le Prophète répliqua :"Et peut-être l'enfant aussi tient-il cela de sa souche". Et il ne lui permit pas de le renier. (Al-Boukhari, Mouslim).

A travers ce Hadith, le prophète avance et d’une manière tout à fait objective la théorie des mutations ou des prédispositions suspectes dans les gènes et tout ce qui s’en suit des troubles des caractères lors du transfert biologique horizontal (la ressemblance des personnes d’une même génération comme les frères), et vertical (la ressemblance des personnes d’une même descendance comme les grands-parents, les parents et les enfants), ces mutations apparaissent immédiatement et facilement dans les procaryotes unicellulaires ou les bactéries dont le fameux colibacille E. Coli privilégié par les laboratoires et qui me servira d’exemple pour expliquer la première partie de cette étude.

Quant au deuxième hadith, il s’agit bien des caractères récessifs dans le génome de l’homme, et de la possibilité de l’apparition, dans les générations futures, de tempéraments et des maladies récessifs depuis longtemps, héritées des grands-parents. Or, le Hadith qui insiste à bien choisir son conjoint : « Faites un choix judicieux pour vos spermes car le gène est dissimulateur ». A propos de ce Hadith, on dit qu’il est composé de deux versions ; la première remonte à Aïcha (Dieu l’agrée) qui rapporte du prophète (SPSL) : « Faites un choix judicieux pour vos spermes, épousez celles qui sont à la hauteur, et faites épouser vos enfants à elles », (rapporté par Ibn Maja et Al-Hakem). La deuxième version : « Regarde bien où tu mets ton fils car le gène est dissimulateur », (rapporté par Ibn Adi, Al-Kada’i et Ibn Al-Jawzi dans Les ultimes raisons). Or, nous avons choisi pour cette partie de l’étude deux caractères : le premier est morphologique bénin (la couleur de l’iris), le deuxième est pathologique (l’anémie falciforme), et la manière dont ils sont transmis à travers la descendance, ainsi le pourcentage de leur apparition dans toute génération.

On termine cette recherche en démontrant que notre honorable prophète (SPSL), et bien avant Mendel, était le premier à fonder les lois de la génétique à travers son hadith sur la ressemblance et la différence des créatures, puis sur l’hérédité ; « C’est Lui qui a envoyé son Messager avec la guidée et la religion de vérité pour la faire triompher sur toute autre religion. Allah suffit comme témoin », Al-Fath (la Victoire Eclatante), 28.

La génétique dans l’honorable tradition prophétique

Dans son Livre « Assahih », Al-Boukhari a rapporté qu'un Bédouin vint trouver le Prophète et lui dit : "Ma femme a mis au monde un garçon noir, et je refuse de le reconnaître". Le Prophète lui demanda :"Avez-vous des chameaux?". - Oui, répondit l'homme. – De quelle couleur? lui demanda-t-il. - roux, répondit l'homme. Y en a-t-il des gris? Lui demanda-t-il. Oui, il y en a, répondit l'homme. Il lui demanda alors : "et d'où penses-tu que cela vienne?". L'homme répondit : "cela doit venir de leur souche". Le Prophète répliqua :"Et peut-être l'enfant aussi tient-il cela de sa souche".

Dans ce Hadith, on remarque qu’il s’agit de l’hérédité et de la génétique et des mutations suspectes d’affecter et de dérégler la loi de Mendel où la ressemblance biologique horizontale se perturbe (la ressemblance des personnes d’une même génération comme les frères), et verticale (personnes d’une même descendance comme les grands-parents, les parents puis les enfants). L’exemple répandu académiquement pour expliquer le phénomène des mutations est bien ce qui arrive à une bactérie unicellulaire nommée E. Coli connue par sa sensibilité à un certain antibiotique : la Stréptomicyne. Pour avoir plus de colonies bactériales, on met les bactéries dans des boîtes de culture et les laisse se reproduire dans un milieu ne contenant aucun antibiotique.

Ensuite, on transmet ces colonies dans des divers milieux tout en examinant bien les résultats de notre expérience où il est possible d’avoir des bactéries présentant une mutation leur permettant de survivre en présence de la Stréptomicyne, et elles transmettent à leur descendance leur gène de résistance et donnent une génération de bactérie pleinement résistante. Mais les bactéries n’ont pas acquis ce caractère définitivement, le fait d’en avoir d’autres sensibles à l’antibiotique est possible pour des générations ultérieures. C’est l’exemple des mutations d’un seul gène existant chez une bactérie unicellulaire. Alors, imaginons-nous les mutations que risquent d’avoir les organismes dont le nombre des cellules est plus important, comme la drosophile (8 chromosomes), le cheval (64), et l’homme (46). Chaque chromosome contient des centaines de gènes, ce qui multiplie la probabilité des mutations qui se traduit par la différence entre les frères, les parents et leurs enfants, ou les grandsparents (ressemblance horizontale et verticale). Ce qui enrichit et multiplie les caractéristiques des créatures, les hommes, les animaux et les végétaux. Cette différence a été évoque dans le Saint Coran plusieurs fois : « N’as-tu pas vu que du ciel Allah fait descendre l’eau ? Puis Nous en faisons sortir des fruits de couleurs différentes… », Fatir (le Créateur), 27. « Ne vois-tu pas qu’Allah fait descendre du ciel de l’eau, puis Il l’achemine vers des sources dans la terre ; ensuite, avec cela, Il fait sortir une culture aux couleurs différentes… », Al-Zumar (les Groupes), 21.

« Nous fîmes sortir une verdure, d’où Nous produisîmes des grains, superposés les uns sur les autres, et du palmier, de sa spathe, des régimes de dattes qui se tendent. Et aussi des jardins de raisins, l’olive et la grenade, semblables ou différents les uns des autres… », Al-An’am (les bestiaux), 99.

Colonies bartériennes

Si le nombre des chromosomes est le critère de définition d’une espèce (le même nombre des chromosomes pour une espèce animale ou végétale), les mutations seront alors la cause de cette diversité de toutes les créatures. Ces mutations sont hasardeuses et parfois elles arrivent sous l’effet de certains éléments chimiques ou physique (comme les rayons X, et á, â issus des bombes atomiques). Notons que les mutations sont rares où il se peut qu’elles apparaissent une fois dans des colonies contenant cent mille ou cent million de bactéries.

La loi de l’hérédité chez l’homme :

Avant de développer l’idée des mutations, j’aimerais bien montrer la différence entre les organismes unicellulaires comme les bactéries qui contiennent un seul chromosome, et les organismes plus complexes comme l’homme où nous en avons 23 paires dans le noyau de chacune de nos cellules, 22 sont communes aux deux sexes. Les deux chromosomes restants sont les chromosomes sexuels. Chez la femme, ils forment une paire. On les appelle les chromosomes X. Chez l’homme, ils sont différents, l’un est un chromosome X et l’autre, beaucoup plus court est appelé chromosome Y. chaque gène que nous possédons, nous l'avons en 2 exemplaires : l'un vient de notre mère, l'autre de notre père. Ces 2 copies, les allèles, ne sont pas forcément identiques : certains allèles sont dits dominants. Face aux autres allèles du même gène, ils "l'emportent", c'est-à-dire que c'est leur caractère qui sera exprimé. C'est le cas du groupe sanguin A ou B sur le groupe O, du caractère yeux bruns sur le caractère yeux bleus et le plus souvent, du caractère sain sur un caractère muté et défectueux. Le caractère qui n'est pas exprimé est dit récessif.

Du point de vue génétique, l'allèle récessif peut être transcrit et traduit, mais en trop petite quantité pour que son produit soit majoritaire, voire pas transcrit ni traduit. Au final il n'apparaît pas dans le phénotype lorsqu'il est seul représentant dans les chromosomes de la cellule considérée. Cependant, il peut être porté et transmis à la génération suivante.

Il existe aussi des gènes qui s'expriment au travers d'allèles codominants : l'aspect physique correspond à la moyenne des deux informations. Ainsi, la plupart de vos ressemblances et dissemblances avec vos parents, vos frères et soeurs s'expliquent par la répartition aléatoire des caractères lors de la formation des gamètes, et par les jeux de dominance qui existent entre les allèles que vous avez hérités. Quant aux caractères mutés, ils restent souvent récessifs, mais quand les deux parents portent le même gène muté, on a une probabilité de 25% d’avoir apparaître ce caractère.

Pour expliquer ce pourcentage d’hérédité génétique à travers les générations, on prend pour exemple la couleur des yeux. Imaginons un système où il existe 2 allèles pour un gène : 1 allèle « yeux bleus » (B) récessif et 1 allèle « yeux noirs » (n) dominant.

Trois cas de figures sont donc possibles. Un individu peut posséder 2 allèles « yeux bleus » (BB) et il aura les yeux bleus (son phénotype) ; un autre peu posséder 2 allèles « yeux noirs » (nn) et il aura les yeux noir ; et enfin, un autre pourrait avoir un allèle « yeux noirs » et un allèle « yeux bleus » (Bn) et aurait les yeux … noir (puisque « yeux noirs » est l’allèle dominant). Pour la petite histoire, on parle d’homozygote pour ceux qui possèdent 2 allèles identiques pour un gène et d’hétérozygote dans le cas contraire.

Exemple de la transmission d'un tempérament, la couleur des poils du chat

Continuons notre exemple. Si un couple est constitué d’un homme homozygote qui possède 2 allèles « yeux bleus » (bb) et une femme hétérozygote qui possède une copie de chaque allèle (Nb), nous pouvons calculer les probabilités que leurs enfants aient l’un ou l’autre phénotype.

Le papa produira des spermatozoïdes qui ne contiendront que des allèles bleus (b) alors que la maman aura 50% des ovules avec un allèle « bleus » (b) et 50% avec un allèle « noirs ». Dès lors, le couple aura une chance sur 2 d’avoir un bébé avec les yeux noirs (Nb) et 50% de chance d’avoir un bébé avec les yeux bleus (bb).

Mais ce caractère (la couleur des yeux) est plutôt morphologiquement sans souci par rapport aux autres qui sont pathologiques quand les parents portent dans leur ADN un gène de maladie comme l’anémie falciforme. Dans ce cas aussi, la possibilité de le transmettre des parents aux enfants est de 25% suivant le même raisonnement de la couleur des yeux.

Dans ce contexte, on fait appel au Hadith du prophète (SPSL) : « Faites un choix judicieux pour vos spermes car le gène est dissimulateur ». A propos de ce Hadith, on dit qu’il est composé de deux versions ; la première remonte à Aïcha (Dieu l’agrée) qui rapporte du prophète (SPSL) : « Faites un choix judicieux pour vos spermes, épousez celles qui sont à la hauteur… », (rapporté par Ibn Maja et Al- Hakem). La deuxième version : « Regarde bien où tu mets ton fils car le gène est dissimulateur », (rapporté par Ibn Adi, Al-Kada’i et Ibn Al-Jawzi dans Les ultimes raisons). L’adjectif « dissimulateur » (Dassas, en arabe) provient du verbe « Dassa » : dissimuler, qui veut dire cacher soigneusement, rendre moins apparent un objet. C’est exactement ce qui se passe en cas d’un caractère récessif qui reste « dissimulé » dans le patrimoine génétique d’une famille et se transmet d’une génération à une autre.

Puis quand le Bon Dieu décide de mettre deux personnes en relation et qu’ils aient le même génome, ce caractère récessif apparaît même après de très longues années. Les maladies récessives auront ainsi l’occasion de se voir transmises, et c’est bien pour éviter de tels dégâts que le prophète (SPSL) a poussé à bien choisir son conjoint.

Dans cette généalogie, la grand-mère porte une maladie, on voit comment les générations suivantes vont avoir cette maladie

Un point est à remarquer dans ce vénérable Hadith, c’est qu’il s’adresse aux hommes, mais ceci ne signifie en aucun cas un mépris des femmes, mais au contraire c’est là un miracle scientifique où le prophète (SPSL) prédit la vérité scientifique qu’ont découvert les chercheurs de nos jours : Chez la femme, l'ovule contient un chromosome X (en plus des 22 autres évidemment) alors que chez l'homme, la moitié des spermatozoïdes contiennent un chromosome X et l'autre moitié, un chromosome Y. La détermination du sexe qu'aura l'enfant ne dépend donc que du spermatozoïde qui fécondera l'ovule. Si c'est un " X " on aura une fille, si c'est un " Y " ce sera un garçon. Chez la femme, les deux chromosomes X sont semblables, l'un à l'autre, comme sont semblables l'un à l'autre les chromosomes de chacune des 22 autres paires d'homologues.

Cependant, chez l'homme, il n'en est pas de même. La plupart des gènes présents sur le X n'ont aucun équivalent sur le Y. Les hommes ne possèdent donc qu'un seul exemplaire de ces gènes, l'exemplaire légué par le chromosome X qu'ils ont hérité de leur mère. Génétiquement parlant, les hommes, il faut bien le dire, sont plus fragiles que les femmes. Il suffit, en effet, qu'un de ces gènes uniques soit anormal pour que l'homme présente l'anomalie. Il n'a pas comme la femme la " roue de secours " d'un autre exemplaire de ce gène. Comme les gènes anormaux sont en général récessifs, une femme dont un de ces gènes est anormal pourrait utiliser l'exemplaire normal situé sur l'autre chromosome X, ce que ne peut faire l'homme. On appelle gènes liés au sexe ces gènes qui, chez les hommes, n'ont pas d'allèles sur le Y.

On connaît de nombreuses maladies génétiques causées par ces gènes liés au sexe. Ces maladies touchent en général les hommes puisque, pour être affectée, une femme devrait posséder deux fois (un sur chaque X) le gène responsable de l'anomalie. Parmi les anomalies dues à un gène anormal porté par le X (et non le Y), on retrouve: l'hémophilie (défaut de coagulation du sang). C’est alors pour toutes ces raisons que le prophète (SPSL) a recommandé de bien voir dans la généalogie de la femme pour savoir s’il y en avait des hommes porteurs de maladies héréditaires.

Ainsi, et avant de conclure, j’aimerais bien attirer l’attention sur le fait que la transmission des maladies génétiques est plus probable en cas de mariage entre les proches où les deux mariés risqueraient d’avoir en commun un des grands-parents déjà atteint d’une certaine maladie où le pourcentage de le transmettre aux petits enfants s’élève dans ce cas à 25%. Le prophète (SPSL) a dit à ce propos : « mariez vos fils avec d’autres que de vos descendances », ce Hadith a une chaîne de transmission faible, donc, on préfère de se contenter de prendre en considération le Hadith déjà cité au début de notre étude : « Faites un choix judicieux pour vos spermes », et peu importe la généalogie tant que les grands-parents communs se portaient bien.

A la fin, on trouve que le prophète (SPSL) qui « ne prononce rien sous l’effet de la passion », (3, An-Najm (l’Etoile)) était le premier à parler des lois de l’hérédité génétique.

* * * * * * *

Traduit par : Dr F. Riwahi

Sources :

- Fath Albari interprétation de sahih Boukhari

- Les quarantes hadiths de Anaouawi

- « Le mariage entre proches » Dr Ali Albar

- Biologie cellulaire et moléculaire, DEBOEK

- Recheche, N 155, génétique et hérédité.

http://quran-m.com/firas/

Category : Les miracles d'Allah, du coran_et du prophète____________ | Comments (0) | Write a comment |