"> La-bonne-parole - La modernisation du monde islamique ne - Musulman et fier de l\'être
 

La modernisation du monde islamique ne doit pas être une reproduction du model occidental

Added 23/4/2015

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك

Allah

Il y a un siècle et demi, s’est mis en branle un mouvement de modernisation et de renouvellement qui a gagné l’ensemble du monde islamique. Ce mouvement doit beaucoup à l’émergence d’idées militant en faveur de la renaissance et à l’entrée des pays musulmans dans une phase de lutte contre l’occupation que les Européens d’alors appelaient “colonisation” avec beaucoup de perfidie et de machiavélisme. L’occupation s’est étendue à des pays très éloignés les uns des autres : l’Inde, sous autorité musulmane jusqu’au dix-huitième siècle, l’Algérie, l’Egypte, la Tunisie, colonisées vers le dernier tiers du dix- neuvième siècle, et le Maroc, au début de la deuxième décennie du vingtième siècle.

Durant toute la période où le monde islamique a souffert de la domination étrangère, des idées préconisant le renouvellement et des théories louant la modernisation et les vertus de l’effort furent promues  par des maîtres à penser, des savants et des leaders réformistes qui ne partageaient pas nécessairement les mêmes références et n’adhéraient pas aux mêmes écoles de pensée. Ni cette pluralité ni cette diversité n’étaient pour influer sur des objectifs communs qu’ils s’évertuaient à concrétiser dans la mesure de leurs moyens et suivant les tendances générales de leurs nations.

Le colonisateur européen ne se lassait jamais de répéter que sa présence dans les pays islamiques avait pour principal objectif la modernisation du monde islamique : le moderniser pour le rendre plus civilisé, le sortir du sous-développement et le sauver du déclin. Les chantres du colonialisme multipliaient à l’envi les mobiles de cette présence indésirable en les présentant sous différentes formes et en faisant croire à qui voulait les entendre que la raison d’être du colonialisme était la sauvegarde des intérêts de l’islam et des musulmans. Tant et si bien que la “modernisation du monde islamique” a été la devise du colonisateur. Cette politique fut à la base d’un plan visant à asseoir non seulement une domination militaire mais aussi et surtout une domination intellectuelle, culturelle, éducative, médiatique et économique.

En tant que notion, la “modernisation du monde islamique” revêtait chez le colonisateur un sens en complète contradiction avec la notion de "modernité" qui a, d’ailleurs, préexisté à celui de modernisation dans les pays musulmans. Or, "modernité" est aujourd’hui un terme des plus établis et l’un des concepts les plus largement répandus dans les sociétés islamiques car fréquemment utilisé par les leaders, les hommes politiques, les penseurs, les écrivains et les journalistes. Mais la vérité est tout autre. L’occupation du monde islamique n’est en aucun cas une modernisation, elle n’a jamais visé à civiliser les peuples. C’était une entrave à la volonté des peuples, un affaiblissement de leurs capacités, une privation de leurs droits naturels au progrès et au développement, une déformation de leur personnalité et de leur identité et une annihilation des valeurs et des principes nobles auxquels croit la oumma et que reçoivent en héritage les générations qui se suivent. La colonisation européenne n’était donc pas porteuse d’un message civilisationnel comme le laissent entendre les théoriciens du colonialisme, pas plus qu’elle n’était investie d’une mission civilisatrice dans son sens large. L’expansion coloniale ne visait nullement la modernisation en tant que processus de développement qui a conduit les sociétés européennes au développement et au progrès. Au contraire, la colonisation relevait, sauf de rares exceptions, de la déprédation et de la dépravation des esprits et des consciences. Le progrès naturel qui commençait à pointer à l’horizon juste avant l’attaque colonialiste a été étouffé dans l’oeuf

 

Après leur indépendance, les pays du Monde islamique se sont engagés dans une entreprise de développement par la conception de politiques économiques et sociales adaptées au contexte national et régional. Peu importaient l’adéquation de ces politiques avec les réalités locales de tout genre et encore moins les garanties de succès qu’elles pouvaient offrir. Finalement, les efforts entrepris dans ce sens se sont avérés tout au long du siècle passé insuffisants dans l’ensemble. C’est pourquoi il devient nécessaire de repenser le processus de développement à partir de nouvelles bases où seront investis les outils d’une vision prospective. Cette vaste opération portera les marques de  “la vraie modernisation du Monde islamique” en ce sens qu’elle respectera cette fois-ci les spécificités du Monde islamique et reflètera la volonté nationale de chacun des pays du Monde islamique. Il sera également tenu en ligne de compte l’adaptation des actions de développement aux réalités de chaque pays et leur adéquation avec ses aspirations et ses visées tout en s’opposant fermement à toute influence étrangère.

Ce sont là les grandes lignes de la modernisation du Monde islamique telle que conçue actuellement. Un nouvel élan est pris pour raviver le corps endolori du Monde islamique en le réconciliant avec lui même et en  lui faisant prendre confiance en ses potentialités. Il se veut être aussi une tentative sérieuse visant à rétablir un équilibre salutaire pour mettre à profit les savoir-faire accumulés par les pays avancés sur les plans scientifique, technologique et industriel. Cet effort d’envergure a pour vocation essentielle d’édifier et non de démolir, de conforter les assises de la oumma et non de l’affaiblir, de resserrer les rangs et non de semer les germes de la zizanie, d’élever la oumma dans l’échelle de la grandeur et de la gloire et non de la déconsidérer et de ternir son prestige.

Du temps de l’arrivée des armées coloniales en terre d’islam, aucune entreprise de modernisation du monde islamique n’a été engagée avec l’intention avouée d’être portée à son terme. En effet, toutes les prétendues actions de développement dont se targuait le colonisateur étaient factices et sans valeur aucune si bien que nous pouvons affirmer sans l’ombre d’un doute que les appels à la modernité politique et culturelle à fort potentiel civilisateur et aux vertus curatives incontestées ont forcément un caractère insidieux qui tend à tromper les peuples au nom de la science, de la pensée et de la culture. Dans cette atmosphère viciée par des idées fallacieuses, la oumma est incapable d’atteindre ses objectifs et d’aspirer à un développement réel, tant que la modernité n’aura pas éclos du sein même de l’identité culturelle et civilisationnelle propre à cette oumma. Elle peinera à s’arrimer au train du développement aussi longtemps que les systèmes politiques, économiques et sociaux continueront à être pensés loin des enseignements religieux et des valeurs spirituelles censés régir la vie des individus et des communautés. L’autre obstacle à la modernisation du Monde islamique réside dans la reproduction mimétique des paradigmes de la modernité occidentale et la dissociation entre le passé de la oumma islamique et son présent, le patrimoine arabo-islamique avec ses trésors, ses symboles et ses idéaux nobles et la vie moderne avec son cortège de problèmes nés de l’insuccès des entreprises de développement. Pour enjamber ces écueils, il est important d’unir la force de la foi aux vertus de la science, l’observance des principes de la religion islamique à la mise à profit des progrès de la pensée humaine en matière de gestion des secteurs de la vie publique où la législation religieuse n’a pas apporté de règles bien définies. Il est tout aussi important de tirer parti des réalisations humaines en matière de gestion, de planification et de savoir-faire technique, sans déroger aux principes intangibles de la charia. En cela, il faudra agir avec beaucoup de flexibilité pour être en phase avec l’esprit même de notre religion faite de tolérance et de souplesse.

Par conséquent, la réédification du Monde islamique doit être menée en accord avec les conditions précitées. C’est ainsi que nous réussirons à atteindre les objectifs d’une vraie modernisation et que nous mettrons en œuvre l’idéal de la modernité qui tend à renforcer le corps de la oumma, à préserver ses valeurs intrinsèques et à lui assurer un avenir prometteur.


http://www.isesco.org.ma/francais/publications/Islamtoday/21/Menu.php

Category : A propos de l'islam: | Comments (0) | Write a comment |

Attention! Certains médicaments peuvent vous rendre aveugle.

Added 22/4/2015

 

Les corticoïdes, surtout par voie topique

Qu'ils soient donnés par voie orale ou par voie topique, les corticostéroïdes (comme la cortisone) pris de manière prolongée peuvent induire une cataracte, soit une baisse progressive de la vision pouvant aller jusqu'à la cécité si elle n'est pas opérée. "Et, surtout lorsqu'ils sont utilisés par voie topique (sous forme de collyres ou d'injections au niveau des yeux), ils peuvent entraîner une augmentation de la tension oculaire et un glaucome chronique, sans symptôme jusqu'à une perte sévère et irréversible de la vision" ajoute le Pr De Smet, ophtalmologiste et membre de la Société française d'ophtalmologie. Le risque existe également avec les corticoïdes par voie orale, mais surtout si le traitement dure plusieurs mois.

Pour éviter la perte totale de vision, il faut arrêter le médicament et si nécessaire recourir à un traitement ou une chirurgie afin de stopper l'évolution du glaucome selon son avancée. Les personnes les plus à risque sont celles qui présentent déjà un glaucome ou des facteurs de risques (âge, hypertension oculaire...). En parallèle de ces traitements, la surveillance de la pression oculaire doit être régulière (une fois par mois). Et il ne faut jamais utiliser un collyre antiallergique à base de corticoïdes sans avis médical.

Certains traitements de l'arthrite

La chloroquine et l'hydroxychloroquine (Plaquenil®), prescrits autres autres pour la polyarthrite rhumatoïde ou le lupus erythémateux, peuvent entraîner une atteinte de la rétine, avec des symptômes réversibles mais aussi parfois une perte de vision qui peut être définitive. "La sensibilité est très variable d'une personne à l'autre mais le plus souvent, le problème survient lorsque les doses prescrites sont élevées ou lorsque l'usage est prolongé, avec une prise pendant plus de 5 ans" précise le Pr De Smet.

En prévention, un suivi chez l'ophtalmologiste dès le début du traitement et un contrôle annuel (ou plus fréquent dans certains cas particuliers) est obligatoire en parallèle du traitement, pour être sûr de l'arrêter à temps en cas d'atteinte oculaire.
Publicité
Attention : "Ces traitements sont également prescrits pour la prévention et le traitement de la malaria. Dans ce cas, il faut bien veiller à ce que l'hydroxychloroquine ne dépasse pas 6,5 mg par kilo de poids et par jour pour une personne non obèse, et 1000 g au total sur toute une vie", ajoute le spécialiste.

Des médicaments pour le cœur parfois responsables d'une neuropathie


L'amiodarone et d'autres anti-arythmiques prescrits en cas de troubles cardiaques peuvent entraîner des problèmes oculaires tels qu’une vue qui se trouble, une altération de la vision des couleurs (un halo bleu-vert autour de points lumineux) ou des infiltrations dans la cornée. Le plus souvent, ces symptômes sont réversibles avec l'arrêt du médicament. "Mais, de manière beaucoup plus rare, jusqu’à 2% des patients sous amiodarone notent une perte progressive de la vision des deux yeux durant la première année du traitement. Celle-ci est causée par une neuropathie au niveau du nerf optique, souvent irréversible si elle est décelée tardivement" prévient l’ophtalmologiste. L’arrêt du médicament permet à la vision de récupérer, bien que lentement. Cependant, il ne faut arrêter de tels médicaments que suite à un examen complet et sur avis de ses médecins car ils sont parmi les médicaments les plus prescrits pour des arythmies du cœur en raison de leur efficacité.

Les médicaments pour les troubles érectiles à hautes doses

Les médicaments prescrits pour favoriser l'érection (Viagra®, Cialis®, Lévitra®), lorsqu'ils sont utilisés à des doses supérieures à 200 mg, peuvent assez fréquemment créer une vision bleutée, généralement transitoire et qui disparaît au bout de 4 heures environ. "Un possible risque de neuropathie ischémique avec une circulation sanguine interrompue au niveau du nerf optique, entraînant une perte définitive de la vision, a également été évoqué, même s'il n'est pas démontré clairement à l'heure actuelle" précise l'ophtalmologiste.
Publicité
Si on prend ce type de médicament, il vaut mieux utiliser la dose efficace la plus faible et si l'on note une modification ou une baisse de la vision qui dure plus de 4 heures, consulter en urgence un ophtalmo.

 

http://www.medisite.fr/medicaments-et-risques-sante-les-medicaments-qui-peuvent-rendre-aveugle.837582.70.html?page=0%2C3

 

 

Category : J'ai lu pour vous | Comments (0) | Write a comment |

Comment l'enfant peut-il bénéficier à ses parents dans l'au-delà ?

Added 21/4/2015

Category : A propos de l'islam: | Comments (0) | Write a comment |

Pourquoi nous pleurons à la naissance?

Added 19/4/2015

 

Lorsque le bébé vient au monde, ses poumons ne se sont jamais remplis d'air auparavant. Ils sont complètement repliés sur eux-même, un peu comme un sac poubelle lorsqu'on vient de le détacher du rouleau.
Lorsque le bébé prend la première inspiration de sa vie, ses poumons se déplient pour la première fois, et c'est très douloureux, ce pourquoi il arrive qu'il pleure.
Mais tous les bébés ne pleurent pas.

Il y a quelques années, les accoucheurs saisissaient le bébé par les pieds, et lui frappaient les fesses pour le faire réagir et pleurer, le fait qu'il pleure étant une preuve qu'il respire, et donc qu'il est vivant.
Cette pratique est un peu désuète aujourd'hui

 

Pleurer est normal pour un bébé, c’est son moyen d’expression privilégié, sinon l’unique. Les pleurs sont un premier "langage", et comme pour tout langage, une signification se cache derrière. Si au début les pleurs du nouveau-né risquent de déstabiliser les parents, au fil des semaines, on apprend à les décrypter et, la plupart du temps, la mère ou le père savent y répondre et les faire cesser.

Car même s’il est naturel qu’un bébé pleure, cela ne justifie pas de le laisser seul avec ses cris. Aller voir le bébé, tenter de comprendre ce qu’il exprime, satisfaire sa demande ou tout simplement essayer de le calmer : telle est la meilleure attitude à adopter face aux pleurs du nourrisson. Et ce n’est en aucun cas le rendre capricieux ; bien au contraire, réagir ainsi contribue à la mise en place d’une relation de confiance avec le bébé.


Pourquoi bébé pleure-t-il ?


Jusqu’à 3 mois, les pleurs sont souvent dus à la faim. Facilement reconnaissables à leurs sons stridents qui vont en s’amplifiant, ils cesseront, logiquement, après la tétée ou le biberon.

Des troubles digestifs peuvent également être à l’origine des pleurs. Ce sont les fameuses coliques des premiers mois. Ces pleurs déstabilisent souvent les parents qui se sentent impuissants face à la douleur de bébé. On n'en connaît pas bien leurs origines exactes.... quoiqu’il en soit il ne faut pas laisser le bébé seul avec sa souffrance. Il faut lui parler, être tendre, le prendre dans ses bras, essayer la technique du massage ou diverses positions pour tenter de calmer les douleurs.

Enfin, il est courant que le nourrisson de moins de 3 mois pleure avant de s’endormir. Ces pleurs correspondent au sommeil agité, première phase du cycle durant laquelle l’enfant cherche son sommeil. Il ne faut pas intervenir (sauf si cela dure trop !), cela risquerait de perturber à la mise en place de son rythme.

D’autres inconforts peuvent être à l’origine des pleurs. Bébé a mal digéré, il est mal installé, il a trop chaud, trop froid, sa couche est sale, il a été brusquement tiré de son sommeil par du bruit, son rythme est déréglé, il a mal aux dents… ou a tout simplement besoin d’affection. Quelque fois les cris seront uniquement le moyen d’extérioriser une tension intérieure, notamment le soir, ou de manifester un état de fatigue ; dans ce cas, l’apaisement et le calme sont les meilleurs remèdes.

Si on ne parvient pas à déceler l’origine des pleurs, il faut tout de même essayer de soulager le nourrisson. Le bercer, le promener, mettre de la musique douce, le masser, lui donner un bain, lui parler... vite découvrir le meilleur moyen de calmer son bébé. Dans tous les cas, on doit garder son sang-froid ; les bébés ressentent la tension des adultes.

Les pleurs peuvent être aussi un des symptômes en cas de problème de santé. En principe, les parents sentent très vite quand les pleurs ont un caractère anormal. Une douleur bien sûr, mais aussi une fièvre, une otite, un reflux gastro-oesophagien... peuvent provoquer ces pleurs.

Problèmes psychologiques


Des pleurs qui se répètent, une perte d'intérêt pour son entourage, des troubles su sommeil, une perte de poids... peuvent être les signes d'une dépression chez le nourrisson. Ce problème est rare chez le bébé, mais existe. Il peut faire suite à des rapports difficiles de l'enfant avec ses parents, en cas de dépression chez la mère, par exemple. Bien entendu, ces symptômes nécessitent l'avis d'un médecin.

Spame du sanglot


Des pleurs qui montent en intensité, une vive colère... et l'enfant a soudain sa respiration qui se bloque, les lèvres peuvent devenir violettes, ou l'enfant peut être très pâle, et il perd connaissance. Le spasme du sanglot est un problème assez fréquent chez les enfants. Il peut se manifester généralement après l'âge de cinq-six mois, jusqu'à l'age de six ans. Les spasmes du sanglot sont très impressionnants pour les parents, mais ils ne sont pas graves. Il suffira d'allonger l'enfant qui reprend vite connaissance et sa respiration. Encore faut-il être certain qu'il s'agit d'un spasme du sanglot. Aussi, peut-on conseiller de demander l'avis d'un médecin.

 

Category : J'ai lu pour vous | Comments (0) | Write a comment |

Une étude montre que se lever tôt rend heureux

Added 17/4/2015

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك

Tout le monde connaît le proverbe « le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt. » Proverbe qui a laissé septique plus d’un… Pourtant, une récente étude canadienne démontre que plus on se lève tôt, plus on est heureux. Une étude de plus qui va dans le sens de l’Islam, puisqu’on dit lors de l’appel à la prière de Fajr « la prière est meilleure que le sommeil. »

Se lever tôt rend heureux

 
L’étude a été menée sur 732 personnes, 435 personnes dites jeunes, allant de 17 à 38 ans, et 297 personnes âgées de 59 à 79 ans. Sans surprise, l’étude révèle que les plus matinaux sont les plus âgés. Seulement 7% des « jeunes » aiment se lever tôt, et c’est le même pourcentage chez les personnes plus âgées qui aiment veiller tard le soir.

L’un des chercheurs explique : « Nous avons constaté que les personnes plus âgées étaient davantage susceptibles de rapporter des émotions positives que les jeunes, et que les personnes plus âgées étaient plus du matin que les jeunes. »
Toujours d’après les chercheurs, les personnes qui se lèvent tôt se sentent en meilleure santé, plus heureux et cela aurait un effet positif sur le système immunitaire. « L’une des raisons pour lesquelles les gens qui sont du matin sont heureux, c’est parce qu’ils ne souffrent pas du décalage horaire social. » En effet, se lever tard, fait non seulement perdre du temps mais impose aussi un décalage vis-à-vis de sa vie sociale : on dort pendant que les autres ont une activité, et vice versa, lorsqu’on se lève les autres vont dormir.

Il est important d’avoir une bonne hygiène de vie, ne pas se coucher trop tard, ne pas se lever tard, car plus on traîne, plus la journée devient pénible et moins on a envie de faire des choses.
 

En Islam, l’inactivité ne doit pas avoir de place

 
Abdallah ibn Massoud, qu’Allah l’agrée, disait : « Je n’aime pas voir un homme sans occupation : il n’oeuvre ni pour son bien-être dans la vie d’ici-bas, ni pour son devenir dans l’Au-Delà ! »

On rapporte que Fatima, qu’Allah soit satisfait d’elle, a dit : « L’Envoyé d’Allah, prière et salut sur lui, passa près de moi pendant que je faisais la grasse matinée. Il me fit bouger avec son pied et me dit : « Ô ma fille ! Lève-toi pour assister aux dons de ton Seigneur et ne soit pas parmi les insouciants. Car Allah distribue les subsistances des hommes entre l’apparition de l’aube et le lever du soleil ». » Rapporté par Al-Bayhaqi.

Ainsi, la journée du musulman doit débuter avec la prière de l’Aube, même s’il est parfois difficile de se lever à l’heure, c’est un devoir que nul ne doit ignorer ni négliger. Le Prophète, prière et salut sur lui, a dit : « Quiconque prie El Fajr est sous la protection d’Allah. » Rapporté par Mouslim.
Les 5 prières à effectuer à l’heure, rythment le quotidien du musulman. Se coucher après El Isha, se lever pour El Fajr est bien plus bénéfique pour nous que l’on croit… « Nieront-ils les bienfaits d’Allah ? » Sourate 29, verset 67.

 

http://muzulmans.fr/articles/decrypter-la-science/le-bonheur-appartient-a-ceux-qui-se-levent-tot

Category : Les miracles d'Allah, du coran_et du prophète____________ | Comments (0) | Write a comment |