"> Arbre-genealogique - Civisme et bonnes manières en - Musulman et fier de l\'être
 

Civisme et bonnes manières en Islam

Added 27/4/2016

L’observation des bonnes manières en société sous toutes ses formes, des convenances, des formes de civilité, de la délicatesse, de la réaction fine, du comportement courtois, du geste décent, de la câlinerie douce et tendre, et de la parole bienséante. La beauté de l’organisation, de la propreté, de l’élégance et de l’harmonie. La beauté au sein du foyer et dans le lieu de travail. La beauté dans la rue et dans les endroits publics.
Les gens se diversifient de par leurs convictions, il y en a ceux qui sont faussement persuadés que le bon goût, les règles de la bienséance, les vertus morales, l’évolution civilisée ne sont que des valeurs purement occidentales qui ne peuvent être acquises que dans les écoles étrangères.
D’autres par contre, ayant reçu une éducation raffinée fondée sur la civilisation et le bon goût, pensent que l’Islam va à l’encontre de ces notions. C’est pourquoi, quand la question de dévotion est soulevée, ils s’attendent à avoir affaire à une personne indécente, malpropre et anarchique. Le bon goût chez ces gens qui se font des illusions, constitue une barrière qui les sépare de la piété et de la dévotion.
Le messager d’Allah, paix et salut sur lui, a dit:

La pudeur est une branche de la foi…

La pudeur constitue une des sections de la foi. La personne pudique est celle qui se ressaisit à temps et se rend compte de l’action blâmable qu’elle a accomplie à la suite d’une œillade discrète et d’un sourire désemparé.

La substance de l’Islam:

Nous allons démontrer au moyen de preuves que le bon goût, la bienséance, la civilisation, la transparence, la beauté, la propreté et l’organisation ne sont que quelques-uns des fondements de l’Islam.
La personne pieuse qui conçoit que l’Islam n’est qu’une pratique cultuelle qui se limite à accomplir la Salât 5 fois par jour, à jeûner pendant le mois de Ramadan, à solliciter Allah, exalté soit-Il, et à faire son éloge est une personne qui se fait du souci d’exécuter les obligations imposées mais n’aura pas saisi que le bon goût constitue une partie primordiale de la moralité de tout musulman. Cette personne n’aura pas réalisé qu’en portant préjudice à autrui soit par une parole jetée à la légère, soit par une mauvaise conduite se sera attirée la colère d’Allah, exalté soit-Il. En effet, en traitant les gens avec grossièreté et brusquerie, cette personne les induira en erreur en les éloignant de l’Islam et en semant le trouble au fond de leurs âmes.

Quelques goûts ordonnés par l’Islam:

1-N’élevez pas vos voix:

image
Les avertisseurs des véhicules émanant des voitures passagères ou des camions, dont les conducteurs se vantent de lancer dans la rue, constituent une des violations du bon goût. Le conducteur gare sa voiture en bas de l’immeuble et donne un signal à celui qui habite au dernier étage au lieu de monter chez lui. Les importunités que ce conducteur cause aux autres est le dernier de ses soucis puisque le signal d’alarme qu’il a utilisé lui procure la tranquillité et lui fait éviter de monter les 4 ou 5 étages de l’immeuble. Nous dirons à cette personne que l’Islam est là pour intervenir favorablement et rendre à la rue le bon goût perdu.
Allah, exalté soit-Il, dit :

(Ceux qui t’appellent à haute voix de derrière les appartements, la plupart d’entre eux ne raisonnent pas)

(Et s’ils patientaient jusqu’à ce que tu sortes à eux ce serait certes mieux pour eux. Allah cependant, est Pardonneur et Miséricordieux)

[AL-HUJUR?T (LES APPARTEMENTS) : 04 et 05.]

Il est incontestable que le verset évoque un incident qui a eu lieu au temps du Messager d’Allah, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, mais, au fond ce verset doit être interprété sur une large échelle car il porte sur la conduite des gens de tous les temps pour l’organiser et la raffiner. En d’autres termes, tu n’as aucunement le droit de troubler la quiétude des gens ; bien au contraire, tu dois penser aux gens qui se reposent, à ceux qui étudient, à ceux qui souffrent de maladie, ou encore à ceux qui accomplissent la Salât ; la rue n’est pas un de tes biens.

2- Alors faites place. Allah vous ménagera une place au Paradis

Un des comportements curieux auxquels nous assistons ces jours-ci… le conducteur d’une voiture qui ne permet pas à la voiture qui circule derrière la sienne de le doubler. En lui en demandant la raison, il s’abstient de répondre, ne trouvant rien pour justifier sa conduite ; ce qui paraît être plus bizarre encore c’est que ce comportement est irréfléchi car il provient du subconscient et se répète fréquemment. L’Islam nous apprend le bon goût à propos de ce comportement dans les Paroles d’Allah, exalté soit-Il doivent être traduites à tous les niveaux :

(O vous qui avez cru! Quand on vous dit: «Faites place [aux autres] dans les assemblées», alors faites place. Allah vous ménagera une place (au Paradis). Et quand on vous dit de vous lever, levez-vous. Allah élèvera en degrés ceux d’entre vous qui auront cru et ceux qui auront reçu le savoir. Allah est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites)

[AL-MUJ?DALAH (LA DISCUSSION) : 11]

?…Faites place [aux autres] dans les assemblées?, non seulement dans les assemblées mais aussi dans les rues… Empêcher les gens de passer dénote un acte dénué de bon goût. Omar ibn al-Khattab (qu’Allah soit satisfait de lui) a dit :

Trois conduites sont susceptibles de t’attirer l’affection sincère de ton frère… parmi lesquelles de lui faire place dans les assemblées

Regardez ce bon comportement…
Un homme des bédouins a fait son entrée au masjed alors que le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, y était assis. Bien qu’il n’y ait pas beaucoup de monde au masjed, le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, lui a fait place à côté de lui ce qui a retenu l’attention de ce bédouin qui a demandé : « O Messager d’Allah, pourquoi m’as-tu ménagé une place à côté de toi bien que le masjed est presque vide ? » Le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, lui a dit :

Il incombe à tout Musulman de faire place à son frère si celui-ci cherche à s’asseoir dans la même assemblée

3- Ecarter le mal ou le dégât du chemin est une Sadaqa

Est-ce que le fait de jeter les ordures ménagères en plein milieu de la rue est un acte qui traduit la bienséance et le bon goût ?
Le prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, dit :

Ecarter le mal ou le dégât du chemin est une Sadaqa

[Cité par Moslim et Abou Dawoud]

Que dire alors de celui qui jette délibérément les ordures dans la rue… !! Le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, a dit :

La foi varie entre 63 et 69 branches dont le plus éminent est d’attester que nul n’est digne d’être adoré en dehors d’Allah et que Mohammad est Son messager et le plus médiocre est d’écarter le mal ou le dégât du chemin

[Cité par al-Boukhari et Moslim]

image
En d’autres termes, le fait d’écarter le mal ou le dégât du chemin constitue une branche de la foi, le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, a dit dans un hadith illustre cité par al-Boukhari et Moslim :

Car les Anges éprouvent le même dommage qu’éprouve le fils d’Adam

[Cité par al-Boukhari, Moslim, Abou Dawoud, at-Thirmidhi et an-Nisa’i d’après Djaber ibn Abd Allah]

En vertu de ce hadith, on peut dire que la personne qui fume des cigarettes porte préjudice à ceux qui se trouvent en sa compagnie, les Anges subissent également le même préjudice. Au niveau médical, on a prouvé que la personne qui se trouve au même endroit que le fumeur subit le tiers des risques qu’encourent celui qui fume.

4-Le droit de la rue

Le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, a dit :

Gardez-vous de prendre place dans les rues, mais si vraiment vous ne pouvez vous en empêcher, préservez à la rue son droit : Baissez le regard, abstenez-vous de porter préjudice à autrui, répondez au salut, recommandez de faire le bien et interdisez de faire du mal

[Cité par al-Boukhari et Moslim]

Quelle merveille… l’Islam établit un système de vie… même en faveur de ceux qui ne peuvent s’empêcher de prendre place dans les lieux de passage.

5- Le fait de demander la permission avant de s’introduire chez autrui:

Tu sors de chez toi et tu arrives chez ton ami en disant : « c’est mon ami… c’est mon frère… » Mais, les règles du bon goût dans la conduite et le comportement avec autrui sont à être observées… plus spécifiquement les règles de politesse que nous a apprises l’Islam… Allah, exalté soit-Il, dit :

(O vous qui croyez! N’entrez pas dans des maisons autres que les vôtres avant de demander la permission [d’une façon délicate] et de saluer leurs habitants. Cela est meilleur pour vous. Peut-être vous souvenez-vous)

[AN-N?R (LA LUMIERE) : 27]

image
?…avant de demander la permission? signifie que tu dois t’assurer que les autres sont prêts à te recevoir. Cela se traduit au vingt et unième siècle par un coup de fil à passer à ton ami en vue de vous mettre d’accord sur un rendez-vous… Quelle belle expression
?…avant de demander la permission? cet ami sera ravi et prêt à te recevoir lorsque vous aurez, à vous deux, fixé une date et une heure pour votre entrevue.
Il y a des fois où tu te rends chez un ami sans lui avoir fixé de rendez-vous au préalable, mais cet ami s’excuse auprès de toi pour une raison ou pour une autre : il ne peut te recevoir chez lui, ce qui suscite ta colère… or le bon goût te pousse à ne pas t’irriter car tu n’es pas dans ton droit.
Allah, exalté soit-Il, dit :

(Et si on vous dit: «Retournez», eh bien, retournez. Cela est plus pur pour vous. Et Allah, de ce que vous faites est Omniscient)

[AN-N?R (LA LUMIERE) : 28]

Garde-toi de t’emporter si ton frère s’excuse de ne pouvoir te recevoir chez lui :

(Et si on vous dit: «Retournez», eh bien, retournez. Cela est plus pur pour vous. Et Allah, de ce que vous faites est Omniscient)

[AN-N?R (LA LUMIERE) : 28]

6- La manière de frapper la porte:

Une des disciplines dépréciées et dépourvue de bon goût… s’incarne dans le fait de frapper à la porte puis de se coller devant l’œil en plaçant ses deux mains contre la porte !!
Le bon goût dans l’Islam porte sur ce petit détail… le Messager d’Allah, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, a dit :

Ne vous collez pas contre la porte mais tenez-vous à l’extrémité droite de la porte ou à celle de gauche

[Cité par l’Imam Ahmad]

7- Le geste délicat:

Il y a une catégorie de gens qui n’observent pas les règles générales de la bienséance. Lorsqu’il entre dans un lieu quelconque, soit une maison, soit une voiture ou un ascenseur, on le voit claquer la porte de toutes ses forces, en réduisant le verre en morceaux ou en causant l’épouvante chez les gens. Le Messager d’Allah, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, a dit à ce propos :

Tout acte imprégné de compassion revêt un aspect radieux et tout acte dépourvu de toute trace de compassion paraît être défiguré

[Cité par l’Imam Ahmad]

Je t’adjure par Allah, fais que ce hadith devienne une règle de base dans ta vie, car il est susceptible de te guider vers le bon goût.

8- Se conduire en importun à l’égard des autres:

Tu reçois une invitation à un repas de la part de ton ami. Le jour dit, tu te rends chez ton hôte en ayant amené avec toi une personne de ta connaissance qui n’a pas été invitée… ce qui provoque un choc chez ton hôte à cause de cette importunité dont tu as fais preuve.
Le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, a reçu une invitation avec cinq de ses compagnons chez un des Ançârs ; en route, un sixième compagnon les a croisés et leur a tenu compagnie jusqu’à être arrivés à destination. Le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, s’est empressé d’expliquer à leur hôte :

Celui-ci nous a joints en route, si tu le désires, tu lui permets d’entrer chez toi, autrement il retourne d’où il est venu. Qu’il entre plutôt O Messager d’Allah, a répondu l’Ançâri qui les a invités

[Cité par al-Bayhaqi et at-Tabarani]

C’est une situation embarrassante surtout pour l’hôte et sa famille, le repas a été préparé pour suffire le nombre de personnes invitées, l’endroit n’est peut-être pas suffisamment vaste pour recevoir une personne en plus ; comment réagir au cas où le nombre des conviés augmenterait ? Le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, agit avec bienséance afin de faire éviter à l’hôte une situation embarrassante, ce qui le pousse à intervenir et à expliquer. Où peut-on trouver de telles conduites de nos jours ?

9- Ce qui a été pris à l’autrui après lui avoir infligé la confusion, est un acte illicite

On trouve un homme qui, une fois entré chez son ami, cherche le téléphone et s’en empare hâtivement pour passer un coup de fil, puis demande la permission à son hôte d’utiliser son appareil tout en sachant que cet hôte ne lui refusera pas sa demande, et comment le fera-t-il en voyant l’appareil entre les mains de son ami ? Puis cette personne contacte une connaissance qui habite dans un autre pays que le sien, cet appel dure environ trente minutes. Est-ce que cela fait partie du bon goût ? Le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, a dit :

Ce qui a été pris à autrui après lui avoir infligé la confusion, est un comportement illicite

Qui donc en dehors de celui qui a le sens du bon goût prend en considération la timidité chez certains gens ? Le crayon qui se trouve dans la poche de son ami lui plaît et le voilà qui exprime son admiration pour ce crayon ce qui oblige cet ami à le lui offrir. A ceux-ci nous rapportons le hadith du Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam :

Ce qui a été pris à autrui après lui avoir infligé la confusion, est un comportement illicite

10- Le séjour prolongé chez l’hôte:

Il arrive des fois qu’un homme rende visite à un de ses proches, il passe chez lui 2 à 3 jours… Le maître de cette maison lui offre l’hébergement, la femme fait tout son possible dans l’objectif d’obtenir l’agrément de son Créateur et de faire plaisir à son conjoint en bien traitant ses convives. Mais en décidant de prolonger son séjour au-delà de trois jours chez son proche, ce convive devient gênant et s’il se rend compte qu’il est devenu gênant, il cessera de l’être, mais il ne s’en rend pas compte.

Lorsque le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, a émigré de Makkah à Madinah, il a demeuré chez Abou Ayyoub al-Ançâri en attendant l’édification du masjed prophétique et de sa propre maison… La maison d’Abou Ayyoub était constituée de deux étages. « O Messager d’Allah, lui a dit Abou Ayyoub, que la vie de mon père et celle de ma mère soient contre la tienne, je répugne à l’idée de loger au premier étage alors que toi, tu habites au rez-de-chaussée ; permets que nous échangions les lieux. »

Pour quelle raison Abou Ayyoub a-t-il demandé au Prophète d’échanger les lieux ? Pour qu’il n’ait pas à se déplacer au-dessus du Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam. C’est l’apogée du bon goût et de la bienséance dans son comportement avec le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam. En revanche, le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, a fait preuve d’une finesse, d’une délicatesse et d’un bon goût poussés ; il lui a dit :

O, Abou Ayyoub, il serait plus commode et plus aisé pour nous ainsi que pour ceux qui nous rendent visite que nous occupions le rez-de-chaussée et que vous occupiez, ta femme et toi, le premier étage

11- Où faut-il prendre place chez l’hôte?

La tradition du Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, implique au convive de s’asseoir exclusivement à la place que lui indique son hôte. Il faut s’abstenir de se choisir une place et de s’y installer à moins d’en avoir obtenu la permission.
Telles sont les règles de bienséance de l’Islam. Le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, a dit :

Retenez-vous de vous asseoir à la place d’honneur à moins d’avoir obtenu la permission de votre hôte

Entrer en possession d’un cellulaire, avoir accès sur l’internet, conduire des voitures luxueuses ne constituent pas un signe de civilisation ; la civilisation s’incarne dans l’observation des règles de politesse, du bon goût et de civilité morale.

12- Rendre visite à une personne souffrante:

image
Le bon goût dans l’Islam implique de ne pas rester longtemps chez la personne qui souffre d’un certain mal en lui rendant visite, à moins que le malade n’en soit soulagé.
On raconte que 4 hommes ont rendu visite à l’Imam Abou Hanifah lors d’une maladie qui l’a atteinte. Leur visite s’est tellement prolongée et l’Imam s’en est trouvé tellement ennuyé, car il était épuisé qu’il a fini par leur dire : « Vous pouvez vous en aller, car je suis totalement rétabli et je ne souffre plus d’aucun mal par la miséricorde d’Allah, exalté soit-Il.»
L’Islam nous apprend à tenir compte des conditions de maladie du souffrant et de son état.

13- Le bon goût à l’égard des voisins:

image
S’il arrive que l’un des voisins, enfant serait-il ou adulte, s’aperçoit qu’on a apporté quelques fruits à notre famille ou quelque bon repas, on est appelé à lui en offrir ; c’est l’Islam qui nous apprend cela.
Le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam nous a recommandés d’observer les règles de bienséance à l’égard du voisin :


si tu achètes des fruits à ta famille tu dois lui en offrir une partie, autrement, introduis ces fruits chez toi discrètement pour qu’il ne s’en aperçoive pas. Il, Salla Allahou Alaihi wa Sallam a interdit que ton fils sorte dans la rue en tenant ce fruit à la main dans l’objectif de porter préjudice à son fils. Tu ne dois pas non plus lui faire tort avec la fumée de la viande que tu fais cuire chez toi, à moins de lui en offrir une partie du plat.

Il y a des gens qui se vantent en présence de leurs voisins des aliments délicieux qu’ils apportent chez eux, ou des excursions qu’ils ont faites ou des frais qu’ils ont dépensés… Tout ceci ne fait pas partie du bon goût dans l’islam.
Le voisin de l’Imam Abou Hanifah était un jeune homme alcoolique qui passait toutes les nuits à chanter en disant : « on a causé ma perte et quel jeune homme ont-ils perdu ! » L’Imam Abou Hanifah s’en trouvait for ennuyé lorsqu’il se réveillait de nuit pour accomplir la Salât. Cependant, cela ne l’a pas dissuadé à guetter une opportunité pour porter conseil à ce jeune homme et le guider sur le chemin du repentir. Or, en se réveillant pour accomplir la Salât du Fadjr en une certaine nuit, l’Imam Abou Hanifah n’a pas entendu le chant de son voisin. Il s’en est enquis et a appris que son voisin a été arrêté en s’adonnant au vin. L’Imam s’est dirigé vers le commissariat et a demandé qu’on affranchisse ce jeune homme. « Il boit de l’alcool » lui a-t-on expliqué. L’Imam est revenu à la charge « Faites-le pour moi » leur a-t-il dit. Sur le chemin du retour, l’Imam l’a fait monter derrière lui sur sa monture en gardant le silence tout le long du trajet… jusqu’à être arrivés au seuil de la maison, là il lui a demandé : « Est-ce qu’on a causé ta perte O jeune homme ?» « Absolument pas et je jure par Allah que je ne recommencerai plus ».
Son voisin est un alcoolique !!
L’indulgence et le bon goût dont a fait preuve l’Imam vis-à-vis de son voisin alcoolique ont entraîné des conséquences positives. Malheureusement, un bon nombre de jeunes gens qui en dépit de leurs méfaits sont prêts à suivre le bon chemin s’ils avaient eu l’opportunité de croiser une personne telle que l’Imam Abou Hanifah qui a guetté le moment propice pour intervenir dans la vie de ce jeune alcoolique en ayant eu recours au bon goût.

 

http://www.muhammad-pbuh.com/fr/?p=384

Category : Le prophète ,Haddiths | Comments (0) | Write a comment |

L'ombre dans le Coran et les lois de gravitation

Added 25/4/2016

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك 

majda_bloguez.com

Qu'est ce qu'une ombre?

Une ombre est une zone sombre créée par l'interposition d'un objet opaque (ou seulement partiellement opaque) entre une source de lumière et la surface sur laquelle se réfléchit cette lumière. Elle se matérialise par une silhouette sans épaisseur. Une ombre portée contient la couleur complémentaire de la source de lumière qui la crée.

L'ombre dans le Coran

Le Coran [Sourate 25: verset 45-46]
N'as-tu pas vu comment ton Seigneur étend l'ombre ? S'Il avait voulu, certes, Il l'aurait faite immobile. Puis Nous lui fîmes du soleil son indice, puis Nous la saisissons [pour la ramener] vers Nous avec facilité.

Ce verset du coran fait une révélation importante sur le plan des connaissances astronomiques. Envisager la fixité de l'ombre sur terre n'était pas une chose banale au 7-ième siècle. Et il ne le fut pas encore même à des siècles très récents. Et à cause du verset en question, Mouhamed (salalahou aleihi wa salam) aurait pu à l'époque, se faire traiter de fou.

A l'état des connaissances scientifiques actuelles, un scénario simple pour parvenir à réaliser l'immobilité des ombres sur une planète, est de faire coïncider la période orbitale (effet d'année planétaire) de la planète autour de son étoile principale (son soleil) avec sa période de rotation (effet de jour planétaire) autour d'elle-même.

Prenons le cas de la lune pour donner une illustration. Nos scientifiques savent depuis une période relativement récente, que la lune tourne autour de la terre en une durée égale à celle qu'elle effectue pour tourner autour d'elle-même. De ce fait, un jour lunaire est égal à une année lunaire, et ceci est la raison pour laquelle la lune présente toujours la même face à la terre. (Vous avez entendu parler de la "face cachée de la lune"qui correspond à l'autre face tournée vers l'extérieur de la terre). Par conséquent, en caricaturant, on peut dire que si la terre était une étoile, et en supposant que le schéma décrit reste inchangé, les ombres sur la lune, durant le jour lunaire, seraient fixes, c'est-à-dire immobiles à la surface lunaire.

Nous n'avons pas, bien sûr, la prétention de dire qu'il n'existe pas d'autre façon de réaliser la fixité des ombres sur une planète. Mais le schémas proposé est le seul encore connu, à l'état actuel des connaissances de la physique astronomique.

L'existence d'un verset coranique relatif à la possibilité de réaliser la fixité des ombres projetées par un soleil à la surface d'une une planète, suppose donc des connaissances avancées dans le domaine de l'astronomie, qui étaient inexistantes au 7ième siècle, et qui feront leur apparition beaucoup plus tard. En effet, envisager la fixité de l'ombre sur la terre suppose de concevoir correctement les modèles gravitationnels existants dans l'Univers. Les modèles connus à ce jour, se présentent dans l'ensemble, à l'image de notre système solaire, et les mêmes lois gravitationnelles de Kepler les régissent.

La question qui s'impose naturellement est la suivante : "En supposant que le Coran ne provient pas d'Allah, et en supposant que Mouhamed en est l'auteur, la question est: comment Mouhamed a-t-il fait pour avoir des connaissances aussi avancées dans son temps que précises sur le plan astronomique, lui qui a vécu au 7ième siècle?" La réponse pour nous musulmans est toute simple, et c'est : Mouhamed est le prophète et le messager d'Allah. 

Source:http://fr.answers.yahoo.com/question/index?qid=20100817070511AA9O82k

Category : Les miracles d'Allah, du coran_et du prophète____________ | Comments (0) | Write a comment |

Les 40 hadiths Nawawi

Added 17/4/2016

 

Les 40 Hadiths Nawawi

Le Commandeur des Croyants, Aboû Hafs Omar ben El-Kattâb  a dit: J`ai entendu l'Envoyé de Dieu 

 

 dire:

« Les actions ne valent que par leurs intentions. Chacun ne recevra la récompense qu'il mérite que selon ce qu'il a entendu faire. A celui qui a accompli l'hégire pour plaire à Allâh et à Son Envoyé, son hégire lui sera comptée, comme accomplie en vue de Dieu et de Son Envoyé. Celui qui l'a accomplie pour obtenir quelque bien en ce bas monde, ou pour épouser une femme, son hégire lui sera comptée selon ce qu'il recherchait alors ».

[ Rapporté par Boukhari et Mouslim ]

 

 

 2 - L'Islam, la foi et l'excellence
 

Ecouter

Télécharger en MP3

 Omar  a dit encore :

Un jour, nous étions assis en conférence chez l'Envoyé de Dieu , et voici que se présenta à nous un homme vêtu d'habits d'une blancheur resplendissante, et aux cheveux très noirs. On ne pouvait distinguer sur lui une trace de voyage, alors que personne d'entre nous ne le connaissait.  Il prit alors place, en face du prophète  à lui, bénédiction et salut. Il plaça ses genoux contre les siens, et posa les paumes de ses mains sur les cuisses de celui-ci, et lui dit :

- « O Mohammed, fais-moi connaître l'Islâm ».  L'Envoyé de Dieu, , dit alors :

- « L'Islâm consiste en ce que tu témoigne qu'il n'y a nulle divinité digne d'être adorée exepté Allah et que Mohammed est Son Envoyé, accomplir la priére rituelle, verser la zakât (impôt rituel) et accomplir le jeûne de Ramadhân, ainsi que le pèlerinage à la Maison d'Allâh si les conditions de voyage rendent la chose possible ».

 Son interlocuteur lui répondit : - « Tu as dit vrai », et nous de nous étonner, tant de sa question que de son approbation, puis, il reprit - « Fais-moi connaître la Foi ».  Le Prophète  répliqua :

- « La foi consiste en ce que tu dois croire à Allâh, à Ses Anges, à Ses Livres. a Son Prophète, au Jugement Dernier. Tu dois croire encore à la prédestination touchant le bien et le mal ».

 L'homme lui dit encore: - « Tu as dit vrai » et il reprit : - « Fais-moi connaître la vertu », et le Prophète  lui répondit :

- « La vertu consiste à adorer Dieu, comme si tu Le voyais, car si tu ne Le vois pas, certes, Lui te voit ».

 L'homme lui dit encore : - « Fais-moi connaître l'Heure - du Jugement Dernier - », et le Prophète  lui répondit :

- « Sur l'heure du jugement, l'interrogé n'est pas plus savant que celui qui le questionne ».

 Là-dessus, l`homme lui dit: - « Mais fais m'en connaître les signes précurseurs », et le Prophéte  lui répondit:

- « Ce sera lorsque la servante engendrera sa maîtresse, lorsque tu verras les va-nu-pieds, ceux qui vont nus, les miséreux, les pâtres se faire élever des constructions de plus en plus hautes ».

 Là-dessus, l'homme partit. Je demeurai là longtemps, puis le Prophète  dit :

- « Ô Omar, sais-tu qui m'a interrogé ? ».

 - « Non », répondis-je ! - « Allâh et son Envoyé, en cette matiére, sont plus savants ».

 « Cet homme-là était l'Archange Gabriel  . Il vient de la sorte à vous pour vous enseigner votre religion ».

 [ Rapporté par Mouslim ] 

 

 3 - Les Piliers de l'Islam 
 

Ecouter

Télécharger en MP3

Aboû Abd er-Rah'mân Abd Allâh Ibn Omar Ibn el-Khattab,  a dit :
J'ai entendu l'Envoyé de Dieu, dire :

« L'lslâm est bâti sur cinq piliers :

1 - Le témoignage qu'il n'est nulle divinité digne d'adoration sauf Allâh et que Mohammad est Son Envoyé. 
2 - L'accomplissement de la prière rituelle. 
3 - L'acquittement de la zekât (impôt rituel). 
4 - Le pèlerinage à la Maison d'Allâh. 
5 - Le Jeûne du mois de Ramadhân ».

 [ Rapporté par Boukhari et Mouslim ]

 

  4 - Les phases de la conception de l'homme et son dénouement
 

Ecouter

Télécharger en MP3

 Aboû Abd-er-Rahmân Abd-Allâh ibn Massoûd   a dit :
L'Envoyé de Dieu 
 , le Trés véridique, le Trés digne de foi, nous a raconté ce qui suit :

« Certes, chacun de vous, lorsqu'il est créé dans le sein de sa mère est d'abord pendant quarante jours une gouttelette, puis devient du sang coagulé pendant une semblable durée de temps, puis enfin durant un même laps de temps, devient comme une bouchée de chair, là-dessus, l'ange lui est envoyé, qui insuffle l'âme, et il est ordonné à celui-ci d'accomplir quatre commandements, à savoir d'inscrire: les moyens de vivre (du nouvel être), le terme de son existence, ses actions, enfin, son infortune, ou son bonheur futur.

 Par Allâh, en dehors de Qui il n'est pas d`autre Divinité, certes, chacun de vous aurait beau œuvrer comme l'ont fait ceux destinés au Paradis, en sorte qu'il s'en approcherait à la distance d'une coudée, alors ce qui a été écrit pour lui prévaudrait, et donc il accomplirait (quand même) les actions des damnés, et il entrerait en Enfer. Et certes, chacun de vous aurait beau œuvrer comme les damnés, au point de s'approcher de l'Enfer à la distance d'une coudée, alors ce qui a été écrit pour lui prévaudrait, en sorte qu'il accomplirait les actions des élus et qu'il entrerait (quand même) au Paradis»

  [ Rapporté par Boukhari et Mouslim ]

 

    5 - Rejet des actes blâmables et des innovations
 

Ecouter

Télécharger en MP3

La mère des Croyants, Umm 'AbdAllah, Aïsha  a rapporté que le Messager de Dieu  a dit :

" Celui qui apporte dans notre religion une innovation qui lui est étrangère, on doit rejeter tout ce qu'il dit. " [ Rapporté par Boukhari et Mouslim ].

Dans une autre version de Mouslim :

" Celui qui fait une chose en désaccord avec notre Religion, on doit rejeter tout ce qu'il fait "

 

        6 - Le licite et l'illicite
 

Ecouter

Télécharger en MP3

 Abou Abdallah En-Noumân ben Bachîr  a dit : J'ai entendu le Messager de Dieu  dire :

« Certes, ce qui est permis - halal - est évident, et ce qui est défendu - harâm - est évident aussi. Mais, entre l'un et l'autre, il y a bien des choses équivoques, que la plupart des gens ne savent pas (distinguer).

Qui se garde de l'équivoque purifie sa foi et son honneur, mais celui qui y tombe, tombe dans ce qui est défendu : il est semblable au pâtre qui mène ses troupeaux aux alentours d'un territoire gardé, et alors, bien vite il y fera paître. Chaque roi ne possède-t-il pas un territoire gardé ? Le champ gardé de Dieu, ce sont les choses défendues.

En vérité, il y a dans le corps humain un morceau de chair qui, en bon état, permet au corps tout entier de prospérer et qui, en mauvais état, le corrompt en entier, c'est le coeur ».

   [ Rapporté par Boukhari et Mouslim ]

 

7 - La religion, c'est le bon conseil
 

Ecouter

Télécharger en MP3

Selon Aboû Roqiya Tamîm ben Aoûs ed-Dâri  l'envoyé de Dieu  a dit :

« La religion, c'est la sincérité ».  Quand nous demandâmes :  « Envers qui ? », il répondit : 

 « Envers Allah , envers Son Livre, envers Son Envoyé, 
envers les chefs des musulmans, et le commun peuple parmi eux ».

    [ Rapporté par Mouslim ]

 

8 - La protection du Musulman
 

Ecouter

Télécharger en MP3

Daprès Ibnou Omar  l'envoyé de Dieu  a dit :

" Il m'a été ordonné de combattre les hommes jusqu'à ce qu'ils témoignent qu'il n'est d'autre divinité qu'Allah, et que Mohammed est Son Envoyé, qu'ils accomplissent la prière rituelle, qu'ils acquittent la Zakat. S'ils exécutent ces choses, ils seront, à mon égard, garantis quant à leurs personnes et à leurs richesses, à moins qu'ils ne trangressent ouvertement la loi de l'Islam, mais Dieu réglera le compte de leurs intentions vraies".

    [ Rapporté par Boukhari et Mouslim ]

 

   9 - Prendre le facile et laisser le difficile
 

Ecouter

Télécharger en MP3

Aboû Horeyra -  Abd-er-Rahmân ben Sakhr  a dit : J'ai entendu l'envoyé de Dieu  dire :

« Ce que je vous ai défendu de faire évitez-le, et ce que je vous ai ordonné, accomplissez- le dans la mesure où cela vous est possible. Ceux qui vous ont précédé ont péri seulement par l'abondance de leurs questions et leurs divergences d'opinions à l'égard de leurs Prophètes ».

     [ Rapporté par Boukhari et Mouslim ]

 

 10 - Ne sont acceptées que les bonnes choses licites
 

Ecouter

Télécharger en MP3

Selon Aboû Horeyra  l'envoyé de Dieu  a dit :

« Certes Allah  est Pureté. Il n'accepte que ce qui est pur. Il ordonne aux croyants ce qu'il a ordonné à Ses Envoyés. Or, Il a dit :

" Ô Messagers ! Mangez de ce qui est permis et agréable et faites du bien." 
Sourate 23 : Al-Mu'minun (Les Croyants) Verset 51

Et d'autres part, Il  a dit :

"Ô les croyants ! Mangez des (nourritures) licites que Nous vous avons attribuées."
Sourate 2 : Al-Baqara (La vache) Verset  172

Là-dessus, le Prophète  fit allusion à l'homme qui prolonge ses voyages (pieux), qui a des cheveux longs et poudreux et tend les mains vers le ciel, disant : « O Seigneur, O Seigneur ! », et cependant il se nourrit de choses défendues, boit des liquides défendus, se revêt d'habits défendus, et il a été nourri (dans son enfance) de choses défendues.  « Comment donc pourrait-il être exaucé ? ».

11 - Le scrupule

Ecouter

Télécharger en MP3

Aboû Mohammed el-Hassan ben Ali ben Abi Tâleb descendant de l'Envoyé de Dieu, et son petit fils  a dit : J'ai retenu ceci de l'Envoyé de Dieu :

« Laisse ce qui te jette dans le doute (quant à sa licéité) pour ce qui ne t`y jette pas ».

(Hadith rapporté par At-tirmidi et Nasaï).

 

12 - Se consacrer aux choses utiles 
 

Ecouter

Télécharger en MP3

Selon Abôu Horeîra  l'Envoyé de Dieu  a dit :

« Parmi les qualités d'un bon Islâm, il y a le fait pour l'homme de ne pas s'occuper de ce qui ne le regarde pas ».

(Hadîth rapporté par at-Tirmidhi et Ibn Maja)

 

13 - La foi parfaite 
 

Ecouter

Télécharger en MP3

Selon Aboû Hamza Anas ben Mâlek  serviteur de l'Envoyé de Dieu, le Prophète  a dit:

« Aucun de vous ne devient véritablement croyant s`il ne désire pour son frère, ce qu`il désire pour lui-même ».

(Hadith rapporté par Boukhari et Mouslim).

 

14 - L'inviolabilité du sang du Musulman 

Ecouter

Télécharger en MP3

Selon Ibn Masoûd  l'Envoyé de Dieu  a dit:

« Il n'est pas licite de faire couler le sang du musulman, sauf s'il s'agit d'un des trois coupables que voici : le fornicateur dont le mariage a été consommé, le meurtrier qui subira le sort de sa victime, et l'apostat qui se sépare de la communauté musulmane ».

(Hadith rapporté par Boukhari et Mouslim)

 

15 - Les vertus islamiques 
 

Ecouter

Télécharger en MP3

Selon Abôu Horeîra  l'Envoyé de Dieu  a dit:

« Que celui qui croit en Allâh et au Jugement Dernier parle donc sagement, ou qu'il se taise; 
que celui qui croit en Allâh et au Jugement Dernier, traite donc bien son voisin; 
que celui qui croit en Allâh et au Jugement Dernier, traite donc bien son hôte »

(Hadith rapporté par Boukhari et Mouslim)

 

16 - Ne te mets pas en colère
 

Ecouter

Télécharger en MP3

Selon Aboû Horeîra  un homme dit au Prophète :

«Fais moi une recommandation» (religieuse), celui-ci répondit:  «Ne te mets pas en colère». 
L'homme revient à la charge plusieurs fois. Il dit (chaque fois): 
« Ne te mets pas en colère ».

(Hadith rapporté par Boukhari et At-Tirmidi)

 

17 - La généralité du bel-agir 
 

Ecouter

Télécharger en MP3

Selon Aboû Yala Chaddâd ben Aoûs , l'Envoyé de Dieu  a dit: 

Category : Le prophète ,Haddiths | Comments (0) | Write a comment |

L'Islam et L'euthanasie

Added 14/4/2016

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك 

mort

L'euthanasie a gagné un point d'appui légal en Hollande. Une loi sur l’euthanasie était en proposition de vote dans deux états en Amérique, mais n’ a pas remporté de victoire. Son lobby devient plus actif. L'Islam a des points de vues bien définis concernant l'euthanasie.

- LA VIE HUMAINE :

Le caractère sacré de la vie humaine est une valeur de base décrétée par Dieu même avant la période de Moïse, Jésus et Mohammad. Commantant le meurtre d'Abel par son frère Caine (les deux fils d'Adam), Dieu dit dans le Coran :

" C'est pourquoi Nous avons prescrit pour les Enfants d'Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d'un meurtre ou d'une corruption sur la terre, c'est comme s'il avait tué tous les hommes. " (Coran 5 :32).

Le Coran dit aussi :

"Ne tuez qu'en toute justice la vie qu'Allah a fait sacrée"(Coran 6 :151 et 17 :33).

La Shari'a est extrêmement pointilleuse pour définir les conditions dans lesquelles il est permis d’enlever la vie, que ce soit en temps de guerre ou de paix (comme un article du droit criminel), impliquant des conditions rigoureuses et des précautions afin de réduire au maximum son application.

- Y A T IL UN DROIT AU SUICIDE  ?

Non, il n’y a pas de droit au suicide en Islam. Puisque nous ne nous sommes pas auto-créés, nous ne sommes pas propriétaire de notre corps. Nous avons la charge d’en prendre soin, de subvenir à ses besoins et de le garder en sécurité. Dieu en est Le propriétaire et Il est Le donneur de la vie et Ses droits dans l'octroi et la reprise de la vie ne doivent pas être violés. Tenter de se tuer est aussi bien un crime qu’un péché grave en Islam. Le Coran dit :

"Et ne vous tuez pas vous-mêmes. Allah, en vérité, est Miséricordieux envers vous" (Coran 4 :29).

Pour prévenir contre le suicide, le prophète Mohammad (psl) a dit :

"Celui qui se tuera au moyen d'un instrument tranchant conservera cet instrument dans la main et s'en frappera sans cesse au ventre dans le feu de la Géhenne où il demeurera éternellement. Celui qui avalera un poison pour se tuer, le gardera dans sa main et l'avalera sans cesse dans le feu de la Géhenne où il demeurera éternellement. Celui qui se jette du haut d'une montagne pour se tuer, sera de même jeté dans le feu de la Géhenne ; il y sera plongé sans cesse et y demeurera éternellement".

- EUTHANASIE  :

La Shari'a (la loi Islamique) a énuméré et spécifié les conditions permettant l’enlèvement de la vie (c'est-à-dire les exceptions à la règle générale du caractère sacré de la vie humaine) et n'inclue pas l'euthanasie ou n’en tient pas compte. La vie humaine est en soi une valeur qui doit être respectée inconditionnellement, indépendamment des autres circonstances. Le concept d'une vie non digne d’être vécue n'existe pas en Islam. La justification d’enlever la vie pour échapper à la souffrance n'est pas acceptable dans l'Islam. Le prophète Mohammad (psl) a enseigné :

"Il y avait un homme dans les temps anciens qui avait une affection qui imposait sa patience, il pris alors un couteau, se coupa les veines et saigna jusqu’à la mort. Sur ce fait, Dieu dit : Mon sujet a precipité sa fin, Je lui refuse le Paradis".

Lors d’ une campagne militaire, un Musulman fut tué et les compagnons du prophète n’ ont cessé de louer son courage et son efficacité au combat, mais, à leur surprise, le Prophète fit cette remarque : "Son lot est l'Enfer." Après enquête, les compagnons découvrirent que l'homme avait été très grièvement blessé, et qu’il retourna alors le manche de son épée au sol et se suicida en plantant la pointe dans sa poitrine.

Le Code Islamique de déontologie médicale , approuvé par la Première Conférence Internationale de Médecine Islamique (Organisation Islamique des Sciences Médicales, Koweït, 1981, p.65), comporte ce texte :

"L’euthanasie, au même titre que le suicide, ne trouve aucun partisan excepté auprès des personnes athées qui pensent que le néant succède à cette vie sur cette terre. Prétendre tuer pour mettre fin à une maladie sans espoir et douloureuse est aussi réfusée, car il n' existe aucune douleur humaine qui ne peut pas être en grande partie vaincue par une médication ou par une neurochirurgie appropriée ...".

De plus, il y a une autre dimension à la question de la douleur et de la souffrance. La patience et l’ endurance sont des valeurs de l’Islam hautement considérées et grandement récompensées.

" Les endurants auront leur pleine récompense sans compter" (Coran 39 :10).

" Endure ce qui t'arrive avec patience. Telle est la résolution à prendre dans toute entreprise " (Coran 31 :17).

Le prophète Mohammad (psl) a enseigné :

“Quand le Croyant est atteint d’une douleur, ne serait ce que la piqure d’une épine ou plus, Dieu lui pardonne ses péchés et ses méfaits sont effacés de la même manière qu’un arbre perd ses feuilles ."

Quand les moyens de prévenir ou de soulager la douleur échouent, on peut très efficacement faire appel à la dimension spirituelle pour soutenir le patient qui est persuadé que l'acceptation et la patience face à la douleur inévitable sera à son avantage dans l'au-delà, qui est la vraie vie permanente . Pour une personne qui ne croit pas en la vie après la mort, cela pourrait relever de l’absurdité, mais pour celui qui y croit, l'euthanasie est certainement l’absurdité.

- LE FACTEUR FINANCIER  :

Il n'y a pas de doute sur le fait que le coût financier pour entretenir le malade incurable et la personne sénile demeure un souci croissant, à tel point que certains groupes sont allés au-delà du concept "du droit de mourir" à celui "du devoir de mourir". Ils prétendent que lorsque le corps humain a dépassé sa capacité de production, son maintien est un fardeau inacceptable sur la strate productive de la société et il devrait être écarté et de préférence de façon brusque plutôt que de lui permettre de se détériorer progressivement (Jacques Atalli : La médecine en accusation - cité dans 'L' avenir de la vie ' de Michel Solomon , Coll. Les visages de L'avenir. Ed. Seghers, Paris, 1981, p. 273-275).

Cette façon d’agir est complètement étrangère à l'Islam. Les valeurs humaines sont une priorité absolue. Les soins apportés aux faibles, aux personnes âgées et démunies sont une valeur en elle même pour chaque personne qui est bien disposée à faire des efforts, sacrifier son temps et son argent et cela commence, naturellement dans le comportement avec ses propres parents.

" Et ton Seigneur a décrété : ‹n'adorez que Lui ; et (marquez) de la bonté envers les père et mère : si l'un d'eux ou tous deux doivent atteindre la vieillesse auprès de toi ; alors ne leur dis point : ‹Fi !› et ne les brusque pas, mais adresse-leur des paroles respectueuses. Et par miséricorde ; abaisse pour eux l'aile de l'humilité ; et dis : ‹Ô mon Seigneur, fais-leur ; à tous deux ; miséricorde comme ils m'ont élevé tout petit" . (Coran 17 :23-24).

Parce qu'une telle compassion est une vertu prescrite et récompensée par Dieu dans ce monde et dans l'au delà, les Croyants ne le considèrent pas comme une dépense, mais comme un investissement. Dans une communauté matérialiste centrée sur le dollar, cette logique est dénuée de sens, ce qui n’est pas le cas dans une communauté orientée vers la foi en Dieu.

Quand les moyens individuels ne peuvent pas couvrir les soins nécessaires, il devient, selon l'Islam, la responsabilité collective de la société.Des priorités financières seront réorientées pour que les valeurs de base reprennent le dessus sur les plaisirs mondains et les gens tireront plus de satisfactions à honorer les valeurs fondamentales plutôt que de se satisfaire de futilités.Une condition préalable est bien sûr une complète réorientation morale et spirituelle d'une société qui ne tient pas compte de ces principes.

- SITUATIONS CLINIQUES  :

Dans un contexte Islamique la question de l'euthanasie ne se pose pas ordinairement, et s’il en était question, elle serait écartée comme étant religieusement illégalle. Le patient doit recevoir tout le soutien psychologique possible et de la compassion de la part de sa famille et de ses amis, y compris les ressources spirituelles (religieuses) du patient. Le médecin participe aussi, et instaure des mesures thérapeutiques pour le soulagement de la douleur. Un dilemme surgit quand la dose de l'antalgique nécessaire pour soulager la douleur se rapproche ou chevauche la dose mortelle qui pourrait provoquer la mort du patient.

On fait appel à l'ingéniosité du médecin pour éviter cette situation, mais d'un point de vue religieux la question critique est l'intention du docteur : est ce pour une intention de tuer ou de soulager ? Cette intention n’est pas vérifiable par la loi, mais dans le cadre de l' Islam, elle ne peut pas échapper à l'oeil toujours vigilant de Dieu car selon le Coran :

" Il (Allah) connaît la trahison des yeux, tout comme ce que les poitrines cachent. " (Coran 40 :19).

Les péchés qui ne remplissent pas les critères d'un crime légal sont au-delà du domaine du juge, mais relèvent de la responsabilité devant Dieu.

Le Code Islamique de déontologie médicale (1981 p.67) stipule : " Dans sa lutte pour la vie, de quelque manière que ce soit, il est bien conseillé au Docteur de tenir compte de ses limites et de ne pas les transgresser. S'il est scientifiquement certain que la vie ne peut pas être reconstituée, alors il devient futile de vouloir maintenir avec assiduité le patient dans un état végétatif par des moyens héroïques ou de préserver le patient par la congélation ou par d'autres méthodes artificielles. C'est le processus de vie que le médecin aspire à maintenir et non le processus de mort. Dans tous les cas, le médecin ne prendra pas de mesure directe pour mettre fin à la vie du patient".

La recherche d’un traitement médical pour la maladie est obligatoire en Islam, selon deux décrets du Prophète Mohammad (psl) :

"Cherchez le traitement, Serviteurs de Dieu, Dieu n’a fait descendre aucune maladie sans faire descendre une guérison pour elle" et

"Votre corps a un droit sur vous."

Mais quand le traitement n’apporte plus aucune promesse d’amélioration, il cesse d'être obligatoire. Cela s'applique aux mesures chirurgicales et/ou pharmaceutiques et, selon une majorité de savants, à l'équipement de réanimation artificielle.

Les besoins de base qui font partie du droit de chaque personne vivante et qui ne font pas partie d’un "traitement" sont considérés différemment.

Ceux ci comprennent la nourriture, la boisson et les soins de nursing de base et ils ne doivent pas faire défaut aussi longtemps que le patient vit.

Cet article a été traduit grâce à la permission écrite du sitewww.islamicity.com 

Category : A propos de l'islam: | Comments (0) | Write a comment |

Quelle est l'origine de la cravate?

Added 6/4/2016

 

Notre mot « cravate » dérive du mot « Croate ». Il désignait à l'origine le foulard que portaient autour du cou les mercenaires croates sous les ordres de Louis XIV. Ce foulard gagna alors en popularité, notamment chez les parisiens qui ne tardèrent pas à en porter dès le début des années 1650. La forme et la façon de nouer ce foulard va ensuite évoluer au fil des époques pour finalement donner la cravate que nous portons actuellement.

Par exemple, en 1692, la ville Belge de Steinkerque inscrivit son nom dans l'histoire de la cravate. En effet, des troupes anglaises y ont lancé une attaque-surprise contre les soldats français. N'ayant que très peu de temps pour s'habiller, les officiers français ont attaché à la hâte leur foulard, en faisant un noeud simple et en passant les extrêmités de celui-ci dans leur veste. Une innovation dans le port de la cravate !

Portrait de Pierre Sériziat, par Jacques-Louis David, 1795 .Dès 1789, et pendant la révolution française, la cravate, ou plutôt le « croate », a une valeur symbolique pour celui qui la porte. En effet, en fonction de la couleur de celle-ci, on affichait sa tendance politique.

Il faut cependant attendre le XIXe siècle pour que la cravate sorte réellement du milieu politique ou militaire et se démocratise. George Brummell, ou encore « Le beau » Brummell, figure du dandysme à l'anglaise, influença profondément la mode masculine de l'époque, sans oublier la cravate bien sûr.

A partir des années 1860, ce fameux foulard commença à ressembler à la cravate que nous connaissons actuellement. Cette évolution aboutit finalement au modèle inventé par un new-yorkais du nom de Jesse Langsdorf en 1924. Sa technique pour ce qui est de la coupe et de l'élaboration remporta un franc succès, puisque nous avons encore ce modèle autour du cou.

Cependant, la cravate semble être née bien avant tous ces évènements. En effet, les guerriers de l'empereur chinois Shi Huangdi (IIIe siècle avant J.-C.) portaient déjà un foulard enroulé autour du cou, indiquant par là leur rang.

Statues de guerriers au service de l'empereur Shi Huangdi, découvertes en 1974, près de Xianyang, en Chine

Depuis des millénaires, l'homme se soucie de l'esthétique de son cou, essayant de l'embellir au moyen de quelques morceaux de tissu. Au cours de l'histoire, le port de la cravate ou de l'ancêtre de la cravate a toujours eu une signification particulière. Loin d'être un acte banal, cela révélait souvent les convictions ou valeurs d'un individu. Après un bref historique de la cravate et des évènements qui lui sont associés, on ne voit plus la cravate de la même manière. Pendant la cérémonie de mariage, c'est certainement votre cou et la façon dont il est habillé qui retiendra le plus l'attention des invités. C'est pourquoi, votre choix en matière de cravate ne devrait pas être laissé au hasard mais plutôt être le fruit d'une mûre reflexion, et refléter ainsi la personne que vous êtes réellement.

 

http://www.ameliste.fr/espace-conseils/soigner-son-look/marie/1095-cravate-histoire-origine

Category : J'ai lu pour vous | Comments (0) | Write a comment |