"> Bienvenue au site Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

Pourquoi nous rougissons

Added 8/11/2016

 

Une petite gêne, et voilà, la rougeur et la chaleur au niveau du visage (ou érythème pudique) se fait sentir. Pourquoi certains sont-ils plus sensibles que d’autres à ce phénomène pourtant naturel ?

Le mécanisme des rougeurs

Le mécanisme est simple. Sous le coup d’un stress, le corps se prépare au combat, c’est physiologique, cela correspond à une réponse primaire qui a permis de sauver la vie de nos ancêtres. Pour l'embarras, ressenti comme un stress, le mécanisme est le même.

L’adrénaline sécrétée va être la cause d’une vasodilatation des vaisseaux sanguins au niveau du visage, des joues, du cou et du décolleté, d’où un afflux de sang et une coloration rouge. Selon le type de peau (plus ou moins foncée ou translucide) le sang sous-cutané au niveau du visage est plus ou moins perceptible. La chaleur ressentie est due au sang qui est à 37°C, alors que la peau est plus fraîche.

Ce rougissement, souvent ressenti comme une gêne supplémentaire, peut mener au développement de l’eurothophobie (peur de rougir), qui peut être handicapante dans la vie professionnelle comme dans la vie privée.

Mais ce qui est moins connu, c’est le mécanisme psychologique de la rougeur. Quelles sont ces émotions qui provoquent ainsi le court arrêt et les bonds joyeux du cœur ? Voilà ce que les physiologistes ne peuvent guère nous dire, ce que les psychologues ne nous ont guère dit, ce que nous voudrions rapidement chercher.

la cause psychologique de la rougeur
On rougit dans des circonstances très diverses. D’abord par modestie ; un éloge qu’on nous adresse, surtout devant témoins, nous fait rougir. — On rougit aussi de pudeur : une parole indécente nous lait rougir comme un éloge ; sans doute, pour beaucoup d’hommes, cette loi n’est plus vraie ; mais c’est que l’habitude a émoussé leur sensibilité ; la loi n’en est pas moins naturelle. Il n’est pas de jeune fille ou d’adolescent qui ne rougisse à une allusion grivoise. La pudeur produit ainsi le même effet que la modestie. Bossuet, dans le sermon sur l’honneur, remarque cette analogie : « La pudeur et la modestie, dit-il, ne s’opposent pas seulement aux actions déshonnêtes, mais encore à la vaine gloire et à l’amour désordonné des louanges. Une personne honnête et bien élevée rougit d’une parole immodeste ; un homme sage et modéré rougit de ses propres louanges. En l’une et l’autre rencontre, la modestie fait baisser les yeux et monter la rougeur au front [2]. »

On rougit encore par timidité, c’est-à-dire par crainte du jugement d’autrui : toutes les fois que nous avons à parler devant plusieurs personnes, nous risquons de rougir. Il y a des écoliers qui rougissent chaque fois qu’on les interroge, des jeunes filles chaque fois qu’on leur parle. L’idée de se présenter dans un salon, dans un cercle, même dans un groupe de camarades, suffit à faire rougir beaucoup d’adolescens. Les jeunes femmes et tous les timides rougissent en rencontrant soudain dans la rue une figure connue. Quand nous entendons qu’on parle de nous, ou simplement quand nous pensons qu’on pourrait parler de nous, nous rougissons. La raillerie est un moyen presque infaillible de faire rougir les enfans et même les hommes.

Enfin on rougit de confusion. Je classe sous cette étiquette tous les cas où nous sommes pris en quelque flagrant délit. — D’abord si l’on est pris en flagrant délit d’un acte ridicule ou bas, par exemple d’un mensonge, d’une calomnie, on rougit. A tout âge un hypocrite qui se sent démasqué rougit ; de même un homme rencontré dans un lieu où il ne voulait pas être vu ; de même aussi un homme surpris dans un costume trop négligé. — Ce qui est plus bizarre, on rougit quand on est pris en flagrant délit de bonnes œuvres ; on est confus du bien qu’on fait comme du mal, quand on croyait le faire secrètement ;

Quand rougir devient une maladie

La tendance exagérée au rougissement peut provoquer des souffrances psychiques graves, notamment la peur d'aller à l'école, et pousser l'enfant à s'isoler. Chez l'adulte, ce trouble limite au strict minimum les contacts avec les collègues. Certains démissionnent de leur travail parce qu'ils ne se sentent pas capables d'affronter les exigences quotidiennes de la vie en communauté. D'autres ne parlent de leur problème à personne, d'autres encore placent leur dernier espoir dans la chirurgie, certaines opérations radicales permettant – nous y reviendrons – de mettre un terme à toute forme de rougissement.

 Comment ne pas rougir

D’abord, accepter de rougir : au lieu d’en avoir honte, reconnaître qu’il s’agit d’une conséquence de son émotivité, et le dire aux autres « je vous préviens, je rougis à chaque fois qu’on raconte des histoires de sexe ou qu’on me regarde en silence ; c’est idiot et ça me gêne, mais c’est comme ça. » Dans la plupart des contextes, au moins amicaux, cela sera d’autant plus accepté que l’expérience du rougissement est universelle : chacun l’a éprouvé.

Ensuite, ne pas obéir au rougissement : à chaque fois que possible, ne pas chercher à le cacher ou à fuir, mais continuer d’agir et de rester physiquement dans la situation malgré le rougissement.

Enfin, apprendre à ne pas se focaliser sur le rougissement lorsqu’il survient. En général, il pousse à quitter mentalement la situation : on n’est plus dans la conversation mais dans ses questions (« est-ce qu’ils l’ont vu ? »). On recommande de se focaliser plutôt sur son environnement que sur ses rougissements. Pas facile, mais cela peut s’apprendre par des techniques d’entraînement attentionnel proposées dans les services spécialisés ou par les méthodes de méditation de pleine conscience.

 

 

Sources:

http://www.futura-sciences.com

http://www.pourlascience.fr

http://fr.wikisource.org

http://www.psychologies.com

Category : Le prophète ,Haddiths | Comments (0) | Write a comment |

Comment comprendre les contradictions du Noble Coran

Added 6/11/2016


Une question qui a beaucoup occupé les orientalistes, et toute personne désirant combattre cette religion, consiste à prétendre que le Noble Coran renferme des contradictions. Si ces gens dépensaient autant d’efforts pour comprendre le Noble Coran qu’ils ne le font pour tenter de déceler ce qu’ils qualifient de contradiction, ils percevraient toute la grandeur du Coran, toute son inimitabilité, et l’extrême précision du verbe de Dieu — Exalté soit-Il —. Mais les orientalistes essayent de retirer au miracle sa caractéristique la plus importante, à savoir qu’il s’agit de la parole de Dieu — Exalté soit-Il —. À cette fin, ils recourent à la mise en lumière de ce qu’ils appellent des « contradictions » ou encore des « propos contradictoires » dans le Noble Coran. Cette démarche se base essentiellement sur l’idée que si le Coran est la Parole de Dieu — Exalté soit-Il —, et puisque Dieu le Très-Haut n’est pas sujet à l’erreur, ni à l’oubli, ni aux contradictions qui caractérisent les hommes, alors la présence d’une contradiction, fût-ce en apparence, dans le Noble Coran les aiderait à démolir le miracle et à prétendre que ces paroles sont celles du Messager de Dieu — paix et bénédictions sur lui — et ne sont pas révélées par Dieu.

Mais le caractère miraculeux du Coran, qui est présent dans chacune de ses lettres, se manifeste devant eux de plus belle afin qu’ils soient eux-mêmes témoins du miracle, et afin que ceux-là mêmes qui combattent cette religion et défigurent ce noble Livre soient ceux qui révèlent au grand jour ses miracles et ses facettes cachées. En effet, leurs allégations stimulent les esprits à la recherche d’une réponse, si bien que leurs recherches dans le Noble Coran ne font que révéler le miracle et permettent d’affirmer que ces paroles émanent de Dieu — Exalté soit-Il — et ont été révélées à Son Prophète Mohammad — paix et bénédictions sur lui —.

Prenons donc cette question à la source. Que disent les orientalistes ? Ils prétendent que le Coran est une parole humaine. Est-ce bien vrai ? Examinons une par une les questions qu’ils soulèvent, quoique le traitement de ce sujet nécessiterait un livre à part entière.

La création des cieux et de la terre
En premier lieu, ils se sont intéressés à la genèse, la genèse des cieux et de la terre. Il s’agit de l’œuvre de Dieu — Exalté soit-Il —, lorsqu’Il en parle dans le Noble Coran, Il parle d’une affaire que seul Dieu connaît. Et donc, tout semblant de contradiction à ce sujet, apporte de l’eau au moulin des orientalistes afin de combattre cette religion. Que disent-ils ? Ils disent : « Le Noble Coran rapporte dans diverses sourates que la terre et les cieux ont été créés en six jours. Mais, dans sourate Fussilat, on trouve que la genèse a nécessité huit jours, ce qui est une étourderie humaine ou un oubli. » La conclusion qu’ils en tirent est que l’auteur de cette parole est Mohammad — paix et bénédictions sur lui —, et c’est précisément ce qu’ils cherchent à démontrer.

Voyons ce qu’il en est.

Le Noble Coran rapporte :

dans sourate Al-A'râf : « Votre Seigneur est Allâh Qui a créé les cieux et la terre en six jours » [1] ;
dans sourate Yûnus : « Votre Seigneur est Allâh Qui a créé les cieux et la terre en six jours » [2] ;
dans sourate Al-Furqân : « C’est Lui Qui, en six jours, a créé les cieux, la terre et tout ce qui existe entre eux » [3].
Ces versets sont unanimes sur le fait que la création des cieux et de la terre et de tout ce qui existe entre eux a duré six jours. Cela est clair et indiscutable. Si nous passons à sourate Fussilat, au passage où Dieu — Exalté soit-Il — détaille la création des cieux et de la terre : « Dis : "Renieriez-vous (l’existence) de Celui Qui a créé la terre en deux jours et Lui donneriez-vous des égaux ? Tel est le Seigneur de l’univers, § c’est Lui Qui a fermement fixé des montagnes au-dessus d’elle, l’a bénie et lui a assigné ses ressources alimentaires en quatre jours d’égale durée. (Telle est la réponse) à ceux qui t’interrogent. § Il S’est ensuite tourné vers le ciel qui était alors fumée et lui dit, ainsi qu’à la terre : "Venez tous deux, bon gré, mal gré". Tous deux dirent : "Nous venons de bon gré". § Il décréta d’en faire sept cieux en deux jours et révéla à chaque ciel sa fonction. » [4].

Si nous comptons le nombre de jours mentionnés dans la noble sourate, nous voyons que Dieu — Exalté soit-Il — dit avoir créé la terre en deux jours, qu’il y a fixé les montagnes et décidé de ses ressources alimentaires en quatre jours, qu’Il S’est ensuite tourné vers le ciel au sujet duquel Dieu — Exalté soit-Il — dit : « Il décréta d’en faire sept cieux en deux jours et révéla à chaque ciel sa fonction. » Si nous additionnons les jours de la création mentionnés dans sourate Fussilat, nous obtenons huit jours : deux jours pour la création de la terre, quatre jours pour lui assigner ses ressources alimentaires et la bénir, soit six jours de création jusqu’à présent, et deux autres jours pour les cieux, soit un total de huit jours.

C’est là que les orientalistes affirment que le Noble Coran s’est contredit, que, d’une part, dans plusieurs versets la genèse des cieux et de la terre dure six jours et, d’autre part, ce dernier passage porte la durée de la genèse à huit jours. Ils ajoutent qu’il s’agit d’une étourderie car son auteur est humain.

Si nous examinons attentivement le passage sur lequel ils axent leur polémique, nous nous apercevrons que son début diffère des autres versets cités. Dieu — Exalté soit-Il — dit en effet : « Dis : "Renieriez-vous (l’existence) de Celui Qui a créé la terre en deux jours et Lui donneriez-vous des égaux ? Tel est le Seigneur de l’univers »

Ainsi le verset débute-t-il en s’adressant aux mécréants qui donnent des égaux à Dieu et polémiquent à Son sujet. Autrement dit, Dieu — Exalté soit-Il — a voulu nous informer que ceux qui se serviront de ce verset sublime pour mettre en doute le Noble Coran ce sont les mécréants désireux de répandre la mécréance parmi les gens et qui veulent donner des égaux à Dieu. Dans les deux cas, ce sont des incroyants qui combattent Dieu et combattent Sa religion. Le début de ce verset est en soi un miracle car ceux qui polémiquent à son sujet sont bel et bien ceux qui combattent cette religion, mécroient en Dieu et essayent de semer le doute dans les esprits. Lorsque Dieu — Exalté soit-Il — dit dans ce verset sublime : « Lui donneriez-vous des égaux ? » et « Renieriez-vous (l’existence) de Celui Qui a créé la terre (...) ? », c’est comme si Il S’adressait à ces gens qui viendront plusieurs siècles plus tard pour mettre en doute le Noble Coran et se serviront de ce verset précisément pour réaliser leur dessein. Nous répondons donc que quiconque tient leur discours, soit il le fait exprès, soit il ne comprend pas la signification du texte.

Dieu — Exalté soit-Il — dit en effet : « Renieriez-vous (l’existence) de Celui Qui a créé la terre en deux jours et Lui donnerez-vous des égaux ? », puis Il poursuit — Exalté soit-Il — : « c’est Lui Qui a fermement fixé des montagnes au-dessus d’elle, l’a bénie et lui a assigné ses ressources alimentaires . » Dieu — Exalté soit-Il — poursuit donc la description de la création de la terre. Il nous donne le détail de cette création : Il a créé la terre en deux jours et poursuit la description de la genèse disant « c’est Lui Qui a fermement fixé des montagnes au-dessus d’elle, l’a bénie et lui a assigné ses ressources alimentaires en quatre jours. » Dès lors que l’on poursuit la description entamée précédemment, à savoir la description de la création de la terre, c’est-à-dire que Dieu — Exalté soit-Il — n’est pas encore passé à la genèse des cieux, la seconde partie du discours complète le temps consacré à la création de la terre. Dieu nous explique : « J’ai créé la terre en l’espace de deux jours et j’ai achevé sa création en l’espace de quatre jours. » La durée totale de la création de la terre est de quatre jours, et non pas six.

Pour clarifier ce point, prenons un exemple simple. Supposons que je veuille me rendre à Nancy depuis Rennes et que le train s’arrête à Paris [5]. Je dis que le train va s’arrêter à Paris au bout de deux heures et à Nancy au bout de cinq heures. Cela signifie-t-il que le trajet entre Rennes et Nancy dure sept heures ? Pas du tout. La durée du voyage de Rennes à Nancy est celle que j’ai précisée en dernier. Les deux heures passées entre Rennes et Paris font partie des cinq heures qu’aura duré l’ensemble du voyage. Pourquoi cela ? Parce que Paris est une étape du voyage. Par analogie, lorsque Dieu — Exalté soit-Il — décrit la création de la terre, Il dit qu’Il a créé la terre en deux jours et qu’Il a achevé le processus de création en fixant des montagnes au-dessus d’elle, en la bénissant et en lui assignant ses ressources alimentaires en quatre jours. Les quatre jours en question correspondent à la durée totale du processus de création de la terre, répartis en deux jours pour la création initiale et en deux jours complémentaires pour achever la création par la fixation des montagnes et l’assignation de ses ressources, le tout en quatre jours et non pas six. Les deux premiers jours font partie de la durée totale de la création de la terre qui est de quatre jours, tout comme le voyage en train dure deux heures entre Rennes et Paris et cinq heures entre Rennes et Nancy.

Nous avons recours à ce genre de descriptions très couramment dans notre quotidien. Par exemple, je peux dire que j’ai posé les fondations de ma maison en trois mois et que la construction s’est terminée en un an. A-t-il fallu un an et trois mois pour bâtir ma maison ? Non, du tout. Le chantier a duré un an seulement. Mais, dans le détail, la partie correspondant aux fondations a duré trois mois sur les douze qu’il a fallu pour l’ensemble du chantier. De manière générale, le domaine de la gestion de projets nous fournit de nombreux exemples similaires.

Dans les versets mentionnés au début, Dieu — Exalté soit-Il — ne nous a pas détaillé les étapes de la création, il en a fourni un résumé. Dans la sourate Fussilat, Il en a fait une description détaillée, deux jours pour créer la terre en elle-même, puis Il a achevé sa création en y fixant des montagnes, en lui assignant ses ressources à l’horizon de quatre jours. Il s’agit là du processus de création de la terre qui a duré quatre jours. Ensuite, Dieu — Exalté soit-Il — dit : « Il S’est ensuite tourné vers le ciel qui était alors fumée » Là, Dieu — Exalté soit-Il — est passé de la création de la terre à la création du ciel. Il s’agit là d’un autre processus. Le processus de création de la terre a duré quatre jours tandis que la création des cieux a duré deux jours, soit un total de six jours pour l’ensemble de la création, sachant que les jours en question sont des jours relatifs à Dieu — Exalté soit-Il — : « Cependant, un jour auprès de ton Seigneur, équivaut à mille ans de ce que vous comptez. » [6]

En conclusion, cette contradiction est fictive. Les orientalistes voulaient profiter de la description détaillée du processus de création citée dans le Coran dans la sourate Fussilat pour semer le doute au sujet du Coran. Étant donné que Dieu connaissait leur dessein à l’avance, le verset sublime a débuté par : « Renieriez-vous (l’existence) de Celui Qui a créé la terre en deux jours et Lui donneriez-vous des égaux ? » Dieu a débuté Son discours de la sorte pour nous révéler l’identité de ceux qui polémiqueront au sujet de ce verset et chercheront à répandre leur compréhension erronée dans l’espoir de détourner les gens du sentier de Dieu.

L’affection et le convenable
Passons maintenant à une autre question. Dieu — Exalté soit-Il — dit : « Tu ne trouveras pas, parmi ceux qui croient en Dieu et au Jour dernier, des gens qui témoignent de l’affection envers ceux qui s’opposent à Dieu et à Son Messager, fussent-ils leurs pères ou leurs fils » [7] Il dit également — Exalté soit-Il — : « Et si tous deux te forcent à M’associer ce dont tu n’as aucune connaissance, alors ne leur obéis pas ; mais accompagne-les ici-bas de façon convenable. » [8]

Voulant semer le doute concernant cette religion, les orientalistes s’étonnent : « Dans le premier verset, Dieu — Exalté soit-Il — nous défend de témoigner de l’affection envers ceux qui s’opposent à Dieu et à Son Messager, fussent-ils nos pères, tandis que dans le second verset de sourate Luqmân il dit : « Et si tous deux te forcent à M’associer ce dont tu n’as aucune connaissance, alors ne leur obéis pas ; mais accompagne-les ici-bas de façon convenable. » Autrement dit, dans le premier verset, Il défend de témoigner de l’affection aux parents et, dans le second, Il ordonne de se conduire convenablement à leur égard. Comment serait-il possible de concilier ces deux commandements contradictoires ? »

Nous répondons qu’il n’y a point de contradiction. Mais vous ne saisissez pas la précision de l’expression et du verbe coraniques. Expliquons cela en détail. L’individu se conduit convenablement à l’égard de ceux qu’il aime et de ceux qu’il n’aime pas. Par exemple, alors que tu marches dans la rue, tu peux tomber sur une personne que tu ne connais pas se trouvant dans une situation difficile, alors tu décides de faire ce qui est convenable et lui tends une main secourable, consistant par exemple à lui donner une somme d’argent lui permettant de rentrer chez lui, si ce dernier avait perdu son porte-monnaie, ou de lui donner le prix d’un repas, s’il est affamé. Ce faisant, tu te conduis comme il convient dans l’espoir d’être rétribué par Dieu. Aucun lien ne te lie à cette tierce personne. C’est cela la conduite convenable. En revanche, l’affection réside dans le cœur. Tu ne témoignes de l’affection qu’à l’égard de ceux que tu aimes. Tu ne désires t’asseoir ni vivre qu’avec ceux que tu aimes. Le convenable n’émane pas du cœur, tandis que l’affection en émane. Lorsqu’on témoigne de l’affection, notre cœur est attaché à l’individu en face de soi, ce qui n’est pas nécessairement le cas lorsqu’on agit convenablement. Si le cœur s’attache à une personne non croyante, ce cœur n’est pas croyant car Dieu n’a pas placé deux cœurs dans la poitrine d’un même individu comme en atteste Sa Parole — Exalté soit-Il — : « Dieu n’a pas placé deux cœurs dans la poitrine d’un homme. » Mais, la conséquence du convenable c’est l’Agrément de Dieu — Exalté soit-Il —.

Revenons maintenant au noble verset de sourate Al-Mujâdalah où Dieu — Exalté soit-Il — dit : « Tu ne trouveras pas, parmi ceux qui croient en Dieu et au Jour dernier, des gens qui témoignent de l’affection envers ceux qui s’opposent à Dieu et à Son Messager. » Dans ce verset, Dieu — Exalté soit-Il — emploie le terme « affection », laquelle affection émane du cœur. Par exemple, tu ne trouveras point un individu croyant éprouvant de l’amour pour ceux qui combattent Dieu et Son Messager, fussent-ils ses pères ou ses fils. L’amour émane du cœur, du plus profond de soi. Puis, concernant les parents, Dieu — Exalté soit-Il — nous défend d’être violents ou de prendre quelque mesure que ce soit à l’égard de ces derniers, s’ils tentaient de porter atteinte à notre foi. En général, cela se produit lorsque les parents ont atteint un âge avancé, qu’ils sont devenus faibles et approchent de la fin de leur vie. Ces parents qui se sont conduits convenablement à notre égard, en nous élevant, en veillant à notre bien-être, Dieu nous enjoint de leur témoigner une affection réciproque et un grand amour s’ils sont croyants. Mais s’ils tentent d’infiltrer le polythéisme dans nos cœurs ou de faire en sorte que nous associions quiconque à Dieu — Exalté soit-Il —, Dieu nous demande de ne pas leur obéir, tout en les accompagnant convenablement dans l’ici-bas. Voilà l’éthique du Coran. Nous faisons cela pour obtenir l’Agrément de Dieu — Exalté soit-Il — et par gratitude envers nos parents. Mais le cœur ne leur témoigne pas d’affection.

Le convenable est accompli à l’égard de ceux qu’on aime et de ceux qu’on n’aime pas, tandis que l’affection est reservée pour ceux que l’on aime uniquement. Tu te conduis convenablement à leur égard, mais cela n’a rien à voir avec le cœur car ils essayent de te pousser au polythéisme. Tu te conduis de la sorte pour obtenir l’Agrément de Dieu — Exalté soit-Il — Qui est résolument décidé à être Miséricordieux même à l’égard de ceux qui Lui désobéissent et Qui nous défend de faire le mal en contrepartie du bienfait reçu.

Le convenable et l’affection sont deux choses complètement différentes. Il n’y a pas de contradiction entre les deux. D’une part, nous avons à faire à un cœur voué à Dieu et n’admettant aucun mécréant en son sein, ni aucune personne essayant d’instiller en lui le polythéisme. D’autre part, le comportement convenable que j’adopte vis-à-vis de mes parents correspond à un commandement de Dieu, en guise de miséricorde à leur égard, en retour de l’éducation qu’ils m’ont donnée pendant mon enfance. Car le débat portant sur la foi n’aura généralement lieu entre les parents et leur enfant que lorsque ce dernier aura atteint l’âge adulte, c’est-à-dire que les parents auront atteint le troisième âge. L’enfant a alors le devoir de bien se conduire avec eux, par gratitude, et pour plaire à Dieu — Exalté soit-Il — qui n’accepte pas l’ingratitude. Mais le convenable n’émane pas du cœur.

Pourquoi la mère uniquement ?
Passons à un troisième point. Dans les versets du Noble Coran, Dieu — Exalté soit-Il — recommande la bienfaisance envers les parents, puis Il insiste sur la mère sans mentionner le père. Par exemple, dans la sourate intitulée Al-Ahqâf, on lit : « Et Nous avons enjoint à l’homme la bonté envers ses père et mère : sa mère l’a péniblement porté et en a péniblement accouché ; et sa gestation et sevrage durent trente mois ; puis quand il atteint ses pleines forces et atteint quarante ans, il dit : "Ô Seigneur ! Inspire-moi pour que je rende grâce au bienfait dont Tu m’as comblé ainsi qu’à mes père et mère" » [9] On trouve aussi dans la sourate intitulée Luqmân : « Nous avons commandé à l’homme (la bienfaisance envers) ses père et mère ; sa mère l’a porté (subissant pour lui) peine sur peine : son sevrage a lieu à deux ans. "Sois reconnaissant envers Moi ainsi qu’envers tes parents. Vers Moi est la destination." » [10]

Ainsi Dieu — Exalté soit-Il — recommande la bienfaisance envers les parents, puis Il ne mentionne que la mère. Certains orientalistes se manifestent alors et demandent : « Comment se fait-il que Dieu — Exalté soit-Il — ne recommande que la mère alors qu’au début et à la fin de ces versets Il mentionne les deux parents ? De plus, à qui Dieu — Exalté soit-Il — s’adresse-t-il dans ces versets ? S’Il s’adresse au nourrisson pendant la phase de grossesse ou après l’accouchement, ce nourrisson n’est pas capable d’entendement. S’il s’adresse à l’adulte, Il lui évoque une période dont il n’a aucun souvenir et qu’il ne connaît point. »

Nous répondons qu’il s’agit là d’un défaut de compréhension des versets. Lorsque Dieu — Exalté soit-Il — recommande la bienfaisance envers la mère spécifiquement, cela est dû au fait que cette dernière se charge de la partie invisible de la vie de l’enfant, du moins la partie de sa vie dont il est inconscient. Autrement dit, lorsque l’enfant est petit, au stade de l’allaitement ou au stade de la grossesse et de l’accouchement, et ce jusqu’à ce qu’il grandisse et s’éveille, c’est sa mère qui fait tout pour lui. C’est elle qui se lève la nuit pour le nourrir. C’est elle qui le porte dans son ventre. C’est elle qui le met au monde. Puis, lorsque l’enfant grandit et s’éveille, qui voit-il devant lui ? Son père. Lorsqu’il veut une chose, c’est son père qui la réalise. S’il veut acheter quelque chose, un jouet, un vêtement, s’il veut de l’argent, tout cela c’est le père qui le fournit. Par conséquent, le bienfait du père est manifeste devant lui tandis que le bienfait de la mère est caché. D’où l’insistance sur le devoir de bienfaisance vis-à-vis de la mère, plus que vis-à-vis du père. Lorsque l’enfant voit son père lui réaliser tous ses souhaits, il ressent le bienfait de son père. Mais il est rare qu’il apprécie la peine que sa mère s’est donnée pour lui et qui dépasse de très loin ce que le père fournit comme effort. D’où la recommandation spécifique à la mère, tant et si bien que le Messager de Dieu — paix et bénédictions sur lui — l’a recommandée par trois fois avant de recommander le père. Pourquoi insiste-t-on tellement sur une période dont l’être humain ne garde aucun souvenir ? En fait, l’objectif est de l’inciter à voir cela chez les autres. Lorsqu’il voit comment les mères se fatiguent, combien elles souffrent, comment elles veillent leurs enfants, combien elles se donnent de peine. Lorsqu’il voit cela chez les autres, il comprend que cela lui est arrivé aussi et en a un aperçu. Alors, il manifeste de la gratitude.

Dieu — Exalté soit-Il — veut nous rappeler la souffrance que la mère endure. Il veut nous recommander les deux parents, le père et la mère, mais Il insiste sur le rôle de la mère et l’évoque davantage, car son rôle n’est pas manifeste dans la conscience de l’enfant, tandis que le rôle du père est évident. Telle est l’intention des nobles versets.

Il est arrivé, ne le hâtez pas.
Les orientalistes poursuivent leur propos sur le Noble Coran disant : « Le Coran dit dans la sourate intitulée An-Nahl : « L’ordre de Dieu est arrivé. Ne le hâtez donc pas. » [11] Comment se fait-il que Dieu — Exalté soit-Il — dise que Son ordre est arrivé, puis qu’Il ajoute « ne le hâtez pas » ? Le verbe arriver est conjugué au passé car l’action a déjà eu lieu, tandis que « ne le hâtez pas » s’inscrit dans le futur. Comment cela se justifie-t-il ? »

Nous leur répondons que lorsque l’on parle de Dieu — Exalté soit-Il —, il faut garder à l’esprit que « Rien ne Lui ressemble ». Tu possèdes une force et Dieu possède une force, mais ta force est-elle semblable à celle de Dieu — Exalté soit-Il — ? Tu as une capacité et Dieu a une capacité, mais ta capacité est-elle semblable à celle de Dieu — Exalté soit-Il — ? De même, tu vis dans le temps, tandis que Dieu n’est pas sujet au temps, Il est exempt de l’emprise du temps. Le fait que l’ordre soit arrivé, cela s’inscrit dans la science de Dieu — Exalté soit-Il — c’est un fait accompli. Dès lors que Dieu dit d’une chose qu’elle est arrivée, c’est chose faite. C’est une chose révolue dans la science de Dieu, dans la Science Certaine (« 'ilm al-yaqîn »). Toutefois, les choses passent de la science de Dieu — Exalté soit-Il — à la science des hommes grâce à l’injonction « kun » (« Sois »). Lorsque Dieu — Exalté soit-Il — veut transférer une chose du domaine de Sa science — Exalté soit-Il — au domaine de la science des hommes, le verbe « kun » apporte l’ordre de mise en exécution.

Dieu — Exalté soit-Il — détient la science du Jour Dernier. Dès lors que celle-ci est arrêtée, aucune force ici-bas ne peut l’empêcher de survenir. Cela est impossible. Ne Lui réclamez pas l’ordre « kun ». Ne le hâtez pas. Pourquoi ? Eh bien, parce que le croyant véritable ne craint qu’une chose, le Jour Dernier, le Jour du Jugement. Il craint la Justice de Dieu — Exalté soit-Il — qui recense tout, les péchés petits et grands : « Et ils trouveront devant eux tout ce qu’ils auront œuvré. » Toutes les œuvres, les petites avant les grandes. Si la justice divine ne laisse pas passer les petits péchés, alors qu’est-ce qu’on peut bien faire des péchés majeurs ? Le croyant craint donc le Jour du Jugement et l’appréhende quelle que soit la force de sa foi. En revanche, c’est l’homme incroyant défiant Dieu qui, du fait de son ignorance, ne connaît pas les implications du Jour Dernier, ni ce qu’implique le Jugement. C’est pourquoi il est pressé. Il a hâte qu’arrive le Jour Dernier. S’il savait ce que cela signifie, s’il savait ce qui l’y attend, il n’oserait jamais en parler.

Lorsque Dieu dit : « L’ordre de Dieu est arrivé. » cela signifie que la date du Jour Dernier est fixée, c’est chose faite, ne le hâtez pas. Ne hâtez pas l’échéance du Jugement. Vous ignorez ce que cela renferme comme horreurs. Cette affaire est donc fixée et révolue vis-à-vis de Dieu, même si par rapport à moi cela fait partie de l’avenir. Il n’y a donc pas de contradiction dans l’usage conjoint du passé et du futur. Le passé s’inscrit dans la Science de Dieu — Exalté soit-Il — mais, dans ma science, dans ma perception, et jusqu’à ce que cela advienne dans mon référentiel, cela appartient au futur, jusqu’à ce que Dieu statue par le verbe « kun » et que l’on souffle dans la Trompe. Y a-t-il un être humain capable d’empêcher Dieu — Exalté soit-Il — de mettre l’ordre qu’Il a décidé à exécution ? Il n’existe aucun pouvoir au-dessus du pouvoir de Dieu. Qui peut empêcher l’ordre de Dieu d’arriver dès lors que Dieu a annoncé qu’il est arrivé ? Nul homme n’a une emprise sur le futur. Celui Qui a la main-mise sur l’avenir c’est Dieu — Exalté soit-Il —. Son ordre est donc arrivé, mais un voile m’en sépare. D’où l’injonction : « Ne le hâtez donc pas. »

Mohammad a-t-il vu ?
Passons maintenant à un autre point. Dieu — Exalté soit-Il — s’adresse à Mohammad — paix et bénédictions sur lui — dans la sourate intitulée Al-Fîl disant : « Ne vois-tu pas comment ton Seigneur a agi envers les gens de l’Éléphant ? » [12] Certains orientalistes disent : « L’expression “Ne vois-tu pas” est maladroite. Mohammad — paix et bénédictions sur lui — a-t-il assisté aux événements qui se sont produits l’année de l’Éléphant ? En réalité, il est né l’année de l’Éléphant, il ne l’a donc point vue. Si Dieu — Exalté soit-Il — avait dit : “Ne sais-tu pas”, nous dirions que quelqu’un l’en aurait informé. » En fait, le savoir s’acquiert soit par un effort personnel, soit par une tierce personne qui t’en instruit. Mais lorsque Dieu dit « Ne vois-tu pas », les orientalistes affirment : « Mohammad — paix sur lui — s’est trompé dans le choix de ses mots. Car il n’a pas vu. Cette expression est donc clairement en contradiction avec la réalité tangible. »

Mais ce qui échappe à ces gens c’est qu’il s’agit là d’une affaire de foi. Ce dont Dieu — Exalté soit-Il — informe le croyant constitue une vision véridique. Le Coran est la Parole dont la récitation est une œuvre de culte, il est invariable et immuable. Lorsque Dieu dit « Ne vois-tu pas », Il s’adresse à tous les croyants qui bénéficient alors d’une vision ininterrompue. Car la vision dont il est question ici est une vision miraculeuse majeure. Dieu veut qu’elle se fixe dans nos esprits, tout comme se fixent les choses que nous voyons. Pourquoi ? Eh bien parce que la grande affaire de la foi qui se manifeste ici c’est que Dieu — Exalté soit-Il — transforme la faiblesse en force, ce dont Il est le seul capable.

Je peux aider une personne faible à porter une lourde charge en me substituant à elle. Mais il m’est impossible de faire en sorte que cette personne faible devienne forte de manière à ce qu’elle porte cette lourde charge elle-même. Par contre, Dieu — Exalté soit-Il — peut revêtir cette personne faible d’une force lui permettant de battre les hommes les plus forts au monde malgré sa faiblesse. Il s’agit là d’un miracle de Dieu. Par conséquent, lors de l’année de l’éléphant, des oiseaux transportant de petites pierres dans leurs becs, ont défait une armée d’éléphants, l’armée la plus forte au monde à cette époque. Logiquement, si je dis à quelqu’un qu’une nuée d’oiseaux a battu un éléphant, il se moquerait de moi. Car un éléphant peut faire périr des centaines d’oiseaux sans subir le moindre mal. Les oiseaux se posent même sur le dos de l’éléphant sans qu’il ne s’en aperçoive. Comment est-ce que ces oiseaux seraient-ils capables de décimer une armée gigantesque ? Dieu a mobilisé Ses créatures les plus faibles pour battre Ses créatures les plus puissantes. Ceci est un miracle que seul Dieu — Exalté soit-Il — est capable de produire.

Certains savants se sont mis à douter de cette question, tellement les orientalistes l’ont ressassée. Certains ont avancé que ce sont les maladies et les bactéries envoyées par Dieu qui ont décimé l’armée de Abrahah. Je ne les rejoins pas sur cette interprétation. L’année de l’éléphant coïncide avec la naissance du Messager de Dieu — paix et bénédictions sur lui —. Il fut chargé de sa Mission prophétique à l’âge de quarante ans c’est-à-dire qu’à cette époque il y avait des gens âgés de cinquante, soixante, soixante-dix ans et plus qui ont vécu l’année de l’éléphant et l’ont vue personnellement. Si les oiseaux n’étaient pas intervenus, s’ils n’avaient jeté aucune pierre d’argile, s’ils n’avaient pas rendu cette armée semblable à de la paille mâchée — ce qui nécessite des semaines de décomposition —, ces gens se seraient manifestés et auraient affirmé que les propos de Mohammad sont faux. Ils auraient témoigné avoir vécu cette année-là, que les oiseaux n’étaient pas venus, que nul ne les a vus anéantir une armée à coups de pierres qu’ils transportaient dans leurs becs et que nul n’a vu cette armée devenir semblable à de la paille mâchée. Étant donné que personne parmi les contemporains du Prophète n’a démenti ces événements au moment de la révélation de la sourate, cela prouve que les événements en question se sont produits de la manière décrite dans le Noble Coran et qu’ils ne nécessitent aucune interprétation car Dieu est Tout-Puissant.

Ainsi, dans les affaires de la foi, la Parole de Dieu — Exalté soit-Il — constitue une vision permanente se reproduisant devant nous sans cesse. Nous en voyons de nombreux exemples dans la vie. Combien de fois un faible a-t-il triomphé de l’homme le plus fort de tous ? Combien de fois un homme puissant a-t-il été abandonné par Dieu et destiné à périr par les mains des plus faibles ? La Parole de Dieu — Exalté soit-Il — constitue une certitude pour le croyant et une vision permanente. C’est pour cette raison que Dieu — Exalté soit-Il — emploie l’inaccompli (le présent) « Ne vois-tu pas » et non pas le passé. C’est aussi pour cette raison qu’Il emploie le verbe voir et non pas savoir. « Ne vois-tu pas » est un présent sans cesse renouvelé et qui continuera à se reproduire au fil des années jusqu’au jour de la résurrection.

Il s’agit d’une question de justice : Dieu accorde la victoire à l’opprimé contre l’oppresseur, quelle que soit la force de l’oppresseur et quelle que soit la faiblesse de l’opprimé. Il s’agit d’une grande affaire de la foi que tu dois voir dans ton cœur si tu es croyant. Il faut que tu la vois comme une certitude. Telle est la foi. Telle est la sagesse justifiant l’usage de l’expression « Ne vois-tu pas ». Elle fait que le croyant perçoit la force de Dieu et Son pouvoir dans tous les événements, concernant le vrai et le faux, jusqu’au jour de la résurrection.

Qui sont les menteurs ?
Poursuivons notre réponse aux prétendues contradictions que les orientalistes voient dans le Noble Coran, sachant qu’en réalité les questions qu’ils soulèvent nous portent à révéler l’inimitabilité du Coran et son caractère miraculeux.

Dieu — Exalté soit-Il — dit dans la sourate Al-Munâfiqûn : « Quand les hypocrites viennent à toi, ils disent : "Nous attestons que tu es certes le Messager de Dieu" ; Dieu sait que tu es vraiment Son Messager ; et Dieu atteste que les hypocrites sont assurément des menteurs. » [13] Les orientalistes disent que les hypocrites ont attesté que Mohammad est le Messager de Dieu. De plus, Dieu sait que Mohammad est Son Messager. Pourtant, Dieu sait aussi que les hypocrites sont des menteurs. Comment est-ce que les hypocrites sont qualifiés de menteurs alors qu’ils attestent la même chose que Dieu ? Alors que les deux témoignages s’accordent sur le fait que Mohammad est le Messager de Dieu, comment peut-on dire que les hypocrites mentent ? Leur témoignage coïncide avec la science de Dieu. Vu que le mensonge désigne toute parole contraire à la réalité, est-ce que le témoignage des hypocrites que Mohammad est le Messager de Dieu ne correspond pas à la réalité ? Il s’agit là d’une contradiction. Du moins est-ce ce qu’affirment les orientalistes.

Venons-en au sens du noble verset. Les hypocrites disent : « Nous attestons que tu es certes le Messager de Dieu » et « Dieu sait que tu es vraiment Son Messager ». Donc, nous tenons là un fait véridique. Pourquoi est-ce que Dieu — Exalté soit-Il — dit que les hypocrites sont menteurs ? Le démenti porte-t-il sur la phrase « tu es certes le Messager de Dieu » ? Pas du tout. Mohammad est bel et bien le Messager de Dieu. Le démenti porte sur l’expression « nous attestons ». Le démenti porte sur la sincérité de l’attestation et non point sur son contenu. En ce qui nous concerne, nos paroles reflètent notre intime conviction. Mais Dieu sait que la conviction des hypocrites est contraire à ce qu’ils disent. Par conséquent, leur témoignage est mensonger car ils ne pensent pas ce qu’ils disent. En réalité, ils n’en attestent pas car ils ne croient pas que Mohammad est le Messager de Dieu. Leur démarche procède de l’hypocrisie et non point d’une conviction sincère. Mohammad est bel et bien le Messager de Dieu, personne ne le dément ici. À ce propos, Dieu — Exalté soit-Il — dit : « Dieu sait que tu es vraiment Son Messager. » En revanche, le démenti porte sur la sincérité de la phrase « nous attestons ». Il y a une distinction à faire entre le témoignage en tant qu’acte et le contenu du témoignage. Le contenu, à savoir que Mohammad est le Messager de Dieu, est vrai à 100%. Mais le témoignage en tant qu’acte est démenti. Ainsi se révèle l’extrême précision du verbe coranique.

Interroger n’est pas s’informer
Passons à une autre facette du miracle coranique. Dieu dit dans la sourate Ar-Rahmân : « Ce jour-là nul humain ni Jinn ne sera interrogé sur ses péchés » [14]. Il dit dans sourate As-Sâffât : « Et arrêtez-les, car ils doivent être interrogés. » [15] Dans le premier verset, on nie l’existence d’un interrogatoire, tandis que le deuxième verset affirme l’existence d’un interrogatoire. Comment cela se fait-il ?

Les orientalistes voient là une contradiction dans le Noble Coran. Comment Dieu — Exalté soit-Il — peut-Il dire « Ce jour-là nul humain ni Jinn ne sera interrogé sur ses péchés », puis « Et arrêtez-les, car ils doivent être interrogés. » Il y aurait donc là une contradiction, car Mohammad aurait simplement oublié.

Nous répondons que cette prise de position émane de l’ignorance de la nature de l’interrogatoire. Il y a deux sortes de questions : une question visant à s’informer, et une question visant à recueillir l’aveu du témoin envers ou contre lui-même. Lorsqu’un élève interroge son maître, il le fait pour s’instruire, pour accéder au savoir. Mais lorsque le maître interroge son élève, cherche-t-il à s’instruire ou à s’informer ? Non. Car le maître a des connaissances beaucoup plus étendues que celles de son élève. Mais il l’interroge afin que l’élève soit son propre témoin. Aucune tergiversation n’est possible. L’élève ne peut pas prétendre avoir travaillé alors qu’il n’a rien fait. Les questions comprises dans les sujets d’examen posés par le ministère de l’enseignement ne visent pas à puiser auprès des étudiants des connaissances qu’ils détiennent. Elles visent à évaluer les connaissances des étudiants afin que ces derniers soient des témoins de leur propre savoir, sans contestation possible. La feuille de composition témoigne du niveau de chaque étudiant, fût-il excellent ou médiocre, ou complètement ignare.

Le noble verset « Ce jour-là nul humain ni Jinn ne sera interrogé sur ses péchés » nie l’interrogatoire dans le but de s’informer. Dieu est parfaitement informé des péchés de ces derniers. Dieu — Exalté soit-Il — en a connaissance et n’a donc pas besoin de questionner pour être informé. Il n’a pas besoin d’interroger Ses créatures car Son savoir dépasse leur savoir. Il n’y a donc pas de question car l’interrogateur est plus savant que l’interrogé. D’où le verset : « Ce jour-là nul humain ni Jinn ne sera interrogé sur ses péchés ».

Le second verset « Et arrêtez-les, car ils doivent être interrogés », quant à lui, signifie : Vous serez interrogés pour reconnaître la vérité lors du jugement, et non point pour dire une chose que Dieu ignorerait. Vous témoignerez contre vous-mêmes. C’est d’ailleurs le sens véhiculé par les versets précédents et les versets suivants. Où est donc cette prétendue contradiction ? Dieu — Exalté soit-Il — évoque les mécréants et les dénégateurs. C’est pourquoi la sourate dit : « Et ils diront : "Malheur à nous ! c’est le jour de la Rétribution". § "C’est le jour du Jugement que vous traitiez de mensonge". § "Rassemblez les injustes et leurs épouses et tout ce qu’ils adoraient, § en dehors d’Allâh. Puis conduisez-les au chemin de la Fournaise. § Et arrêtez-les, car ils doivent être interrogés". » [16]

La question ne vise pas l’instruction, elle vise plutôt à ce que les interrogés soient des témoins envers eux-mêmes. Voici ce que vous traitiez de mensonge. Voici les divinités que vous adoriez en dehors de Dieu. L’heure du jugement est arrivée. Vous serez témoins contre vous-mêmes le jour du jugement. Où sont les divinités que vous adoriez en dehors de Dieu ? Après les avoir interrogés au sujet de leurs divinités, Dieu — Exalté soit-Il — demande : « Pourquoi ne vous portez-vous pas secours mutuellement ? » [17] Pourquoi personne ne vous porte secours ? Pourquoi vos divinités ne vous prêtent-elles pas main forte ? La question ne vise pas à savoir, mais plutôt à les faire témoigner.

Porter le fardeau des autres
Passons enfin à un autre verset. Les orientalistes rapportent que Dieu — Exalté soit-Il — dit dans la sourate Al-An'âm : « Nul ne portera le fardeau d’autrui » [18]. Il le dit également dans les sourates Fâtir [19] et An-Najm [20]. Puis, Dieu — Exalté soit-Il — dit dans la sourate Al-'Ankabût : « Et très certainement, ils porteront leurs fardeaux et d’autres fardeaux en plus de leurs propres fardeaux. » Comment cela se fait-il ? Dieu a ordonné que nul ne portera le fardeau d’autrui. Mais, dans ce verset, Il déclare que des gens porteront des fardeaux en plus de leurs propres fardeaux. N’est-ce pas contradictoire ? Mohammad a sans doute oublié. Du moins, c’est ce que les orientalistes veulent dire, mais ils ignorent tout de la précision inimitable du verbe coranique.

Nous leur répondons que « Nul ne portera le fardeau d’autrui » signifie que chaque être humain portera le fardeau de ses propres péchés. Mais, le jour du jugement, certaines personnes porteront des péchés supplémentaires. De qui s’agit-il ? Il s’agit des égareurs qui, dans la vie ici-bas, détournent les gens du sentier de Dieu. Le péché mentionné dans le premier verset c’est le fait de s’égarer. Si je m’égare, que tu t’égares, ou qu’untel s’égare, chacun de nous portera son propre fardeau. Chacun de nous assumera son égarement et ses péchés. De ce point de vue, nul égaré n’aura à assumer les péchés d’un autre égaré. Néamoins, il y a des égarés, d’une part, et des égareurs, d’autre part. L’égaré est celui qui se trompe de chemin, celui qui mécroit en Dieu — Exalté soit-Il —. L’égareur, quant à lui, ne se contente pas d’être lui-même égaré ; il égare autrui. Trouvant un individu croyant, il essaye de corrompre sa foi. Trouvant un individu aspirant à Dieu, il essaye de le rendre mécréant. Il se peut même qu’il y parvienne. Ceux-là sont les égareurs. Ils ne porteront pas leur fardeau uniquement, mais recevront une part des péchés commis par ceux qu’ils auront égarés, comme en témoigne le noble verset de la sourate An-Nahl : « Qu’ils portent donc, au Jour de la Résurrection, leurs fardeaux intégralement ainsi qu’une partie des fardeaux de ceux qu’ils égarent, sans le savoir » [21]

Ainsi quiconque égare les gens et œuvre à semer la mécréance et l’athéisme, quiconque ne se contente pas d’être égaré lui-même mais voudrait égarer autrui, aura à assumer une part de tout péché commis par ceux qu’il aura égarés. Par exemple, si je trouve un individu qui ne boit pas le vin et que j’essaye de l’appâter afin qu’il en boive, si je lui en propose et tente de l’y attirer, cet individu assumera le péché d’avoir désobéi à Dieu et consommé du vin. Pour ma part, j’aurai à assumer le péché de l’avoir égaré, de l’avoir aidé dans la transgression et d’avoir tout fait pour lui embellir le péché jusqu’à ce qu’il le commette. Ainsi le premier verset « Nul ne portera le fardeau d’autrui » s’adresse aux égarés, tandis que le deuxième verset « Et très certainement, ils porteront leurs fardeaux et d’autres fardeaux en plus de leurs propres fardeaux. » concerne les égareurs qui détournent les gens du sentier de Dieu. Ceux-là récolteront une part des péchés perpétrés par ceux qu’ils auront égarés et guidés vers la mécréance, vers le péché et vers la désobéissance.

Tout au long de ce chapitre, nous avons passé en revue certaines contradictions que les orientalistes prêtent au Coran pour lui porter atteinte et aboutir à la conclusion qu’il est une parole émanant d’un être humain. Nous avons fait la lumière sur ces prétendues contradictions d’une manière qui révèle l’inimitabilité du Noble Coran. Il n’y a nulle contradiction dans le Coran. Le verbe coranique brille par son éloquence et son extrême précision si bien que le signifiant et le signifié sont parfaitement en harmonie, ne s’écartent guère l’un de l’autre et véhiculent un sens précis en fonction du contexte. Cependant, les égareurs, ou un certain nombre d’orientalistes, ne se contentent pas de prétendre qu’il y a des contradictions internes dans le Coran. Ils vont plus loin et affirment que le Noble Coran contredit les lois de l’univers, ce qui est un mensonge de taille. Cela fera l’objet du prochain chapitre intitulé « Le Coran et les lois de l’univers ».

P.-S.
Traduit et adapté de l’arabe, du livre de Sheikh Muhammad Mitwallî Ash-Sha'râwî, Mu'jizat Al-Qur’ân, éditions Akhbâr Al-Yawm, 1993, disponible en ligne sur le site Mohdy.com.

Notes
[1] Sourate 7, Al-A'râf, Les limbes, verset 54. NdT.

[2] Sourate 10, Yûnus, Jonas, verset 3. NdT.

[3] Sourate 25, Al-Furqân, Le critère, verset 59. NdT.

[4] Sourate 41, Fussilat, versets 9 à 12. NdT.

[5] Dans le texte original, l’auteur fait référence à trois villes égyptiennes (Le Caire — Tantâ — Alexandrie). NdT.

[6] Cela ne signifie pas non plus que la création du monde a duré six mille ans à notre échelle. En effet, un jour de Dieu est très long. Dans le Coran, on compare métaphoriquement sa durée tantôt à mille ans, comme dans le verset susmentionné, tantôt à cinquante mille ans, dans le verset 4 de la sourate Al-Ma'ârij. Il s’agit donc d’une métaphore et non point d’une durée à prendre au pied de la lettre. NdT.

[7] Sourate 58, Al-Mujâdalah, verset 22. NdT.

[8] Sourate 31, Luqmân, verset 15. NdT.

[9] Sourate 46, Al-Ahqâf, verset 15. NdT.

[10] Sourate 31, Luqmân, verset 14. NdT.

[11] Sourate 16, An-Nahl, Les abeilles, verset 1. NdT.

[12] Sourate 105, Al-Fîl, L’Éléphant, verset 1. NdT.

[13] Sourate 63, Al-Munâfiqûn, Les hypocrites, verset 1. NdT.

[14] Sourate 55, Ar-Rahmân, Le Miséricordieux, verset 39. NdT.

[15] Sourate 37, As-Sâffât, verset 24. NdT.

[16] Sourate 37, As-Sâffât, versets 20 à 24. NdT.

[17] Sourate 37, As-Sâffât, versets 25. NdT.

[18] Sourate 6, Al-An'âm, Les bestiaux, verset 164. NdT.

[19] Sourate 35, Fâtir, Le Créateur, verset 18. NdT.

[20] Sourate 53, An-Najm, L’étoile, verset 38. NdT.

[21] Sourate 16, An-Nahl, Les abeilles, verset 25. NdT.

 

http://www.islamophile.org/spip/Les-contradictions-du-Noble-Coran,1213.html

 

Category : A propos de l'islam: | Comments (0) | Write a comment |

Une nouvelle caméra pour l'analyse des organes et la condition psycho-physiologique

Added 1/11/2016

Beaucoup d'entre nous ont déjà entendu parler des photographies KIRLIAN d'empreintes de doigts prises dans une chambre noire.

Une équipe de recherches de l'Université Médicale de Saint Petersbourg(SPITMO), dirigé par le professeur Konstantin Korokov a mené des études approfondies sur ce procedé KIRLIAN. Ces recherches ont montrées que ces empreintes expriment en réalité une excitation électrique des gaz diffusés par la peau humaine donnant ainsi un effet "couronne". Ils ont montrés, également, que la forme de la "couronne" et la localisation des différentes flammèches émises fournissaient des informations importantes à propos de l'état de santé physique et psychologique de la personne testée.

A partir de ces découvertes le professeur Konstantin Korokov et son équipe ont mis au point une technique scientifique d'imagerie Electro-Photonique (EPI) ou bioélectrographie appelée système GDV (Gas Discharge Vizualisation = Visualisation par décharges gazeuses), et travaillent à son développement depuis plus de 15 ans. Le système GDV stimule l'excitation électrique des gaz diffusés par la peau de chaque doigt, et capture les images par l'intermédiaire d'une caméra digitale qui transmet les informations à un logiciel d'interprétation.

Aujourd'hui, ces techniques de bioélectrographie sont approuvées par le ministère de la santé russe en tant que technologie médicale. De plus en plus d'articles sont publiés dans différents pays et de nombreux médecins, praticiens et chercheurs tirent bénéfice de l'usage de cette technologie.

Imagerie Electrophonique ou Bioélectrographie, son utilité thérapeutique

Cette technologie est un complément idéal pour tous praticiens de santé.

Le système GDV est un outil de dépistage qui identifie les faiblesses du corps et donne un aperçu sur le niveau de vitalité de la personne testée par des mesures instantanées, non invasives et indolores.

A l'aide de logiciel sophostiqués et d'une base de donnée fiables, l'interprétation des images capturées fournit des données détaillées sur le niveau de vitalité de chaque organe et système fonctionnel, ainsi qu'une évaluation de l’état de stress sur le plan psycho émotionnel et sur le plan physique de la personne testée.

 

LA BIOÉLECTROGRAPHIE GDV (Gaz Discharge Visualization)

Imagerie Electrophonique ou Bioélectrographie, applications

  • Analyse intégrale de tous les organes et systèmes fonctionnels
  • Analyse de la condition psycho-physiologique
  • Détections des zones fragiles
  • Evaluation de la réseve fonctionnelle de l'organisme
  • Evaluation des niveaux d'anxiété et de stress


Avec ce système, nous obtenons une imagerie au carrefour entre la médecine traditionnelle chinoise par analyse du système énergétique (les méridiens), de la médecine occidentale (niveau de stress et répercussions sur les organes) et la médecine ayurvédique (représentation des chakras).

Si cela vous parle, ce système et son analyse vous séduiront. La méthode GDV fait un pont entre la science occidentale logique et la science intuitive de l'Orient.

Il suffit juste de mettre ses dix doigts, un par un, dans l'appareil, ce qui s'avère très rapide.


Les principes de l'analyse GDV

Le rayonnement émis par différents types d'objets soumis à un champ électromagnétique de haute densité fut détecté il y a plus de 200 ans. Depuis la création de logiciels et matériels de visualisation par décharge gazeuse (GDV) en 1995, la recherche autour de ce rayonnement a acquis un véritable statut scientifique.

On parle d'imagerie électro-photonique (EPI pour ElectroPhotonic Imaging) qui reprend les principes de la photographie Kirlian découvert en 1939 par les époux Kirlian généré par l'effet corona. 

La caméra GDV et ses logiciels ont été développés par le professeur russe K.G.KOROTKOV et son équipe internationale. Ce système de bioélectrographie est utilisé actuellement dans 52 pays. 

Il est certifié par le ministère de la santé de la fédération russe comme appareil de technique médicale non invasive et indolore. Il permet des mesures presque instantanées et l'interprétation des résultats à l'aide de logiciels sophistiqués.


Comment ça marche ?

L'EPI utilise un courant électrique très faible appliqué sur le bout des doigts moins d'une milliseconde.
 Il se forme alors un nuage composé de photons de basse énergie dont le rayonnement est capturé par une caméra optique puis traduite en un fichier numérique. 
Ces émissions extrêmement faibles de photons des objets biologiques sont aussi appelées biophotons, démontrant que les objets biologiques rayonnent bien !


Cette méthode permet de mesurer le fonctionnement de tous les organes, mais aussi l'activité du système nerveux autonome, qui est le principal indicateur de la réaction du corps (stress) aux impacts internes et externes (météo, produits chimiques, nourriture, absorption d'oxygène) jusqu'aux troubles émotionnels.
 Tous ces processus sont reflétés sur la couche cutanée par la création d'une forte émission d'électrons, faisant ainsi varier les images GDV.


Que peut-on voir avec la caméra GDV ?

Sachant que les processus mentaux, émotionnels et spirituels peuvent influencer l'imagerie GDV, deux mesures sont effectuées : avec et sans filtre (en polyéthylène, séparant de la couche cutanée l'activité psychosomatique comme la transpiration et le dégagement de gaz qu'elle sécrète).

Mesure avec filtre : reflète le niveau d'énergie physiologique de base du corps, par organes. Ce niveau est très stable et donne des informations précises sur le bon fonctionnement du corps à long terme.

- Mesure sans filtre : reflète la condition psychologique et physiologique, avec le niveau d'énergie des organes à un instant donné.


Une analyse GDV permet d'évaluer :

- les niveaux d'anxiété et de stress
- l' information sur le niveau énergétique de l'organisme (foie, reins, thyroïde...etc...)
-  le contrôle de la réaction de l'individu aux traitements et à l'influence des médecines douces
- la possibilité d'un suivi de l'état des organes

Les logiciels utilisés :

 
 
     
 
GDV Diagram
 
 
Le premier logiciel est GDV Diagram montrant le niveau d'énergie des organes suivant la médecine occidentale.
Il permet d'évaluer le niveau de stress de la personne (coefficient d'activation). On trouve une description par organes et systèmes de l'état du corps avec et sans filtre. L'analyse permet de voir si un mal peut être par exemple psychosomatique, d'isoler les zones en excès ou manque d'énergie, d'évaluer l'état fonctionnel du corps.
Vign_diagram
 
 
     
 
GDV Energy Field
 
 
Le logiciel GDV Energy Field construit un modèle du champ énergétique de la personne, suivant la médecine traditionnelle chinoise. Il permet de voir les fuites énergétiques, les inflammations, le potentiel énergétique, surconsommation énergétique, les forces et les faiblesses des organes et systèmes.
Vign_energy_field

 

http://www.geobiologie24.com/analyses-par-camera-gdv.ws

http://www.osteopathie-aquatique-lyon.com/imagerie-electrophonique/

 

Les principes de l'analyse GDV - Pr. Korotkov Konstantin from Medicatrix on Vimeo.

Category : Le prophète ,Haddiths | Comments (1) | Write a comment |

Comment serons nous interrogés sur nos actions d'ici-bas ?

Added 27/10/2016

Tout humain repondra de ses actes. Celui qui aura cru et accompli de bonnes oeuvres bonnes œuvres entrera au paradis. Celui qui n’aura pas cru en Allah et en Son messager entrera en enfer. À ce propos le Très Haut dit : «Certes, ceux qui ne croient pas à Nos Versets, (le Coran) Nous les brûlerons bientôt dans le Feu. Chaque fois que leurs peaux auront été consumées, Nous leur donnerons d' autres peaux en échange afin qu' ils goûtent au châtiment. Allah est certes, Puissant et Sage! - Et quant à ceux qui ont cru et fait de bonnes œuvres, bientôt Nous les ferons entrer aux Jardins sous lesquels coulent des ruisseaux des ruisseaux. Ils y demeureront eternellement . Il y aura là pour eux des épouses purifiées. Et Nous les ferons entrer sous un ombrage épais. » (Coran, 4 : 56-57). Les bonnes œuvres ne profiteront qu’à leurs auteurs car Allah se passe de nous. De même, les mauvaises œuvres ne nuiront qu’à leurs auteurs et elles ne porteront aucun préjudice à Allah. C’est pourquoi le Transcendant dit : «- Quiconque fait une bonne œuvre, c' est pour son bien. Et quiconque fait le mal, il le fait à ses dépens. Ton Seigneur, cependant, n' est point injuste envers les serviteurs. » (Coran, 41 :46) et : «Et quiconque lutte, ne lutte que pour lui-même, car Allah peut Se passer de tout l' univers. » (Coran, 29 : 6). Allah le Transcendant est généreux ; Il réserve une récompense multiple aux bonnes actions conformément à Sa parole : «- Quiconque viendra avec le bien aura dix fois autant; et quiconque viendra avec le mal ne sera rétribué que par son équivalent. Et on ne leur fera aucune injustice. » (Coran, 6 : 160).

Toutes les bonnes œuvres comme la prière, la zakate, le jeûne, le pèlerinage, la recommandation du bien, l’interdiction du mal, le combat dans le chemin d’Allah,  la lecture du Coran et d’autres pratiques islamiques sont récompensées par le paradis. À ce propos le Très Haut dit : «Et quiconque, homme ou femme, fait de bonnes œuvres, tout en étant croyant... les voilà ceux qui entreront au Paradis; et on ne leur fera aucune injustice, fût- ce d' un creux de noyau de datte. » (Coran, 4 : 124).

Toutes les mauvaises œuvres comme les péchés, l’injustice, le polythéisme, l’homicide, la corruption, l’orgueil et les autres actes de rébellion sont sanctionnés par le séjour en enfer, à moins que leur auteur ne se repentisse. C’est à ce propos que le Très Haut dit : «Et quiconque désobéit à Allah et à son messager, et transgresse Ses ordres, Il le fera entrer au Feu pour y demeurer éternellement. Et celui-là aura un châtiment avilissant. » (Coran, 4 : 14).

Tous les propos et actes, bons ou mauvais, sont enregistrés auprès du Maître des mondes. À ce propos le Très Haut dit : «- Voilà Notre Livre. Il parle de vous en toute vérité car Nous enregistrions (tout) ce que vous faisiez". » (Coran , 45 : 29). Allah n’agrée que les œuvres accomplies sincèrement et en conformité avec l’enseignement du Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui). À ce propos le Transcendant dit : «Quiconque, donc, espère rencontrer son Seigneur qu' il fasse de bonnes actions et qu' il n' associe dans son adoration aucun autre à son Seigneur". » (Coran, 18 : 110).

Au jour de la Résurrection, chacun verra ses actes d’obéissance ou de désobéissance, ses bons ou mauvais actes conformément à cette parole du Transcendant   «Ce jour- là, les gens sortiront séparément pour que leur soient montrées leurs œuvres. - Quiconque fait un bien fût- ce du poids d' un atome, le verra, - et quiconque fait un mal fût- ce du poids d' un atome, le verra.» (Coran, 99 : 6-8).

Au jour de la Résurrection, chaque humain recevra son livre et on lui dira : «Lis ton écrit. Aujourd'hui, tu te suffis d' être ton propre comptable. » (Coran, 17 : 14).

Celui qui aura cru et accompli de bonnes œuvres prendra son livre par la droite et entrera au paradis comblé. Celui qui aura désobéi à Allah et à Son Messager prendra son livre par la gauche ou par derrière et entrera en enfer conformément à la parole du Transcendant : « - Celui qui recevra son livre en sa main droite- sera soumis à un jugement facile, - et retournera réjoui auprès de sa famille- Quant à celui qui recevra son livre derrière son dos, - il invoquera la destruction sur lui-même, - et il brûlera dans un feu ardent.» (Coran, 84 : 7 : 12).

Combien sont différentes la croyance et la mécréante, les actes d’obéissance et les actes de désobéissance, les pensionnaires du paradis et ceux de l’enfer : «- Celui qui est croyant est- il comparable au pervers? (Non), ils ne sont point égaux. - Ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres, auront leur résidence dans les Jardins du Refuge, en récompense de ce qu' ils œuvraient. - Et quant à ceux qui auront été pervers, leur refuge sera le Feu: toutes les fois qu' ils voudront en sortir, ils y seront ramenés, et on leur dira: "Goûtez au châtiment du Feu auquel vous refusiez de croire". » (Coran, 32 : 18-20).

Allah a expliqué que les croyants seront les bienheureux et que les mécréants seront les perdants. C’est dans ce sens qu’Il dit : «Par le Temps! L' homme est certes, en perdition, sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres, s'enjoignent mutuellement la vérité et s' enjoignent mutuellement l' endurance. » (Coran, 103).

Mon Seigneur ! Accorde-nous l’accès au paradis, protège nous contre l’enfer et comble-nous de Ta miséricorde. Toi, le plus Clément des cléments.

Extrait du livre Oussoul ad-dine al-islami par Cheikh Muhammad ibn Ibrahi at-Tuwaydjiri.
 
 
http://islamqa.info/fr/12377
 
Category : Le prophète ,Haddiths | Comments (0) | Write a comment |

LE MARIAGE MIXTE SELON L’ISLAM

Added 25/10/2016

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك 

 

Mariage

  • S2.V221 : "Ne prenez pas pour épouse une polythéiste à moins qu’elle ne devienne croyante…Ne prenez pas pour époux un polythéiste à moins qu’il ne devienne croyant. Cela, même s’ils vous enchantent…"
  • S5.V5 : "…Aujourd’hui il vous est autorisé de contracter mariage avec les Dames des Gens du Livre…Sans libertinage…"
  • S60.V10 : "…Les croyantes ne sont pas permises aux incroyants et les incroyants ne sont pas permis aux croyantes." A lire, on décèle :Premièrement, l’interdiction pour une musulmane d’épouser un polythéiste en S2.V221,interdit valable aussi pour le musulman. Puis en S60.V10,l’interdiction pour une femme ou un homme musulman de choisir un conjointincroyant. Enfin en S5.V5, la permission d’épouser une gente Dameparmi les Gens du Livre sans qu’il soit expressément spécifié que cela soitinterdit aux musulmanes.

Le Conseil Européen de la Fatwâ et de la Recherche s’est penché sur la question du mariage avec des non-musulmanes et a examiné les diverses études qui ont été menées sur cette question. Après délibération, le Conseil a atteint les conclusions suivantes :

Premièrement, une femme scripturaire désigne toute femme croyant en une religion d’origine céleste comme le judaïsme ou le christianisme. Elle croit, dans l’ensemble, en Dieu, en Ses Messages, et à la Demeure Dernière. Elle n’est ni athée, ni relapse, ni adepte d’une religion sans lien connu avec le Ciel.

La majorité des savants musulmans tiennent pour autorisé le mariage avec les femmes scripturaires, en vertu du verset de la sourate 5, Al-Mâ’idah, qui est l’un des tout derniers versets révélés du Noble Coran : « Aujourd’hui vous sont rendues licites les bonnes choses ; la nourriture des gens du Livre est licite pour vous et votre nourriture est licite pour eux ; les femmes vertueuses parmi les croyantes et les femmes vertueuses parmi ceux qui ont reçu le Livre avant vous, si vous leur versez leur dot en épouses chastes et non point en débauchés, ni en preneur d’amantes » [1].

Certains, parmi les premiers musulmans, ont désapprouvé, voire interdit, le mariage avec une femme scripturaire : c’est le cas du Compagnon `Abd Allâh Ibn `Umar. Néanmoins, l’opinion correcte est celle de la majorité étant donné l’énoncé explicite du verset.

Deuxièmement, il y a des critères que l’on doit prendre en compte lorsqu’on entreprend d’épouser une femme scripturaire :

  1. S’assurer qu’elle est bien scripturaire, au sens précisé précédemment.

    Ainsi, il est notoire que toute femme occidentale, née de parents chrétiens, n’est pas nécessairement chrétienne à son tour. De même, toute femme ayant grandi dans un milieu chrétien n’est pas nécessairement chrétienne. Elle peut, en effet, être une communiste matérialiste, ou adepte d’une religion non reconnue aux yeux de l’islam, telle que le bahâ’isme.

  2. Elle doit être vertueuse et chaste car Dieu n’a pas rendu licite le mariage avec n’importe quelle femme scripturaire. Le verset autorisant un tel mariage assortit cette autorisation d’une restriction aux femmes vertueuses. La vertu consiste à être chaste et à se refuser à la fornication. Il n’y a pas de différence en ce sens entre une chasteté originelle et une chasteté acquise après un repentir.

  3. Elle ne doit pas appartenir à un peuple ennemi de l’islam et des musulmans, à moins qu’elle se démarque clairement de la position des siens. Le Très-Haut dit : "Tu ne trouveras point, parmi ceux qui croient en Dieu et au Jour dernier, des gens qui témoignent de l’affection envers ceux qui combattent Dieu et Son Messager" [2] alors que le mariage nécessite l’affection comme le confirme le verset suivant : "Parmi Ses signes, il créa pour vous de votre chair des épouses afin que vous trouviez la quiétude auprès d’elles, et Il a déposé entre vous affection et bonté" [3].

  4. Le mariage avec la femme scripturaire ne doit pas entraîner des troubles ou des préjudices certains, ou très probables, car le recours aux choses autorisées est conditionné par l’absence de préjudice. S’il s’avère que le recours aux choses autorisées est néfaste en général, alors elles peuvent être interdites de manière générale. Si les dégâts sont particuliers, alors elles peuvent être interdites dans des cas particuliers. À mesure que le préjudice grandit, l’interdiction et le caractère illicite se renforcent. Le Prophète — paix et bénédictions sur lui — dit en effet : "Ni préjudice, ni préjudice réciproque".

    Les préjudices que l’on peut craindre du mariage avec une non-musulmane prennent diverses formes :
  • que le mariage avec les non-musulmanes se généralise au point que cela mette en difficulté les musulmanes aptes à se marier ;
  • que les gens fassent preuve de laxisme dans le respect du prérequis de la chasteté que le Coran exige pour autoriser le mariage avec les femmes scripturaires ;
  • ou encore que l’on craigne que la descendance soit dévoyée, ou que, de son vivant, l’époux lui-même soit affecté par son épouse non-musulmane et, après sa mort, dans le traitement réservé à sa dépouille et à sa succession.

 

http://www.islamophile.org/spip/Epouser-une-femme-non-musulmane.html

 

Category : A propos de l'islam: | Comments (0) | Write a comment |