"> A propos de l'islam: - scénarios pouvant conduire à l - Musulman et fier de l\'être
 

scénarios pouvant conduire à l'éradication de l'espèce: la science confirme le Coran

Added 20/5/2018

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك

 

Ah la fin du monde, l'apocalypse ! L'Homme redoute le moment où il ne sera plus. Notre espèce va-t-elle disparaître ? Une chose est quasi certaine, la Terre nous survivra. Depuis l'apparition de la vie, notre planète a connu de nombreuses crises écologiques voyant l'éradication de nombreuses espèces et l'apparition d'autres. Des cycles d'épurations et de renaissances qui jalonnent l'histoire de notre bonne planète bleue. Les animaux les plus connus à avoir fait les frais des caprices de Dame Nature ne sont autres que les dinosaures. Le Crétacé se ponctua par une crise majeure voyant la mort totale de ces espèces.

Cinq grandes phases d'extinction de masse

 A la fin du Dévonien, il y a 435 millions d'années, de nombreuses espèces se sont éteintes à la surface du globe. Un rapide refroidissement s'est opéré à cette époque là mais les causes réelles de cette crise restent encore obscures pour les scientifiques.

 A la fin de l'Ordovicien, il y a 355 millions d'années, toutes les espèces marines ont disparu.

 Transition Permien/Trias, il y a 250 millions d'années. Cette extinction est une des plus violentes. Près de 90% des espèces s'éteignirent. Cette crise sans précédent signe la fin de l'ère paléozoïque.

 Transition Trias/Jurassique, il y a 205 millions d'années. 50% des genres furent éradiqués de la Terre. Les scientifiques optent pour une chute de météorite ou pour une éruption volcanique violente.

 A la fin du Crétacé, il y a 65 millions d'années. Cette crise majeure a signé l'arrêt de mort des dinosaures. On ignore encore les causes de cette  crise écologique.

Pour certains scientifiques, nous serions actuellement en route vers une sixième crise écologique. De là à savoir si elle signera l'extinction du genre humain, rien n'est moins sûr.

scénarios pouvant conduire à l'éradication de l'espèce humaine

 Il existe de nombreux scénarios pouvant conduire à l'éradication de l'espèce humaine : naturels ou bien causés par l'homme lui-même, tous sont plausibles. Seul question qui reste sans réponse : quand cela va-t-il se produire ? Nul ne le sait.

La chute de météorite, l'éruption d'un super-volcan ou encore l'explosion d'une supernova sont difficiles à prédire pour les scientifiques. Malgré l'armada de technologies,  ils peinent encore à déterminer l'arrivée éminente d'un tremblement de terre. Quant aux conflits nucléaires, là tout est entre les mains d'une poignée de politiques puissants, ce qui n'est pas forcément une bonne nouvelle pour tout le monde au vue de l'histoire et des rapports géopolitiques actuels entre certaines nations.

Une chose est sûr : le soleil va a fortiori transformer tout son hydrogène en hélium et va évoluer en géante rouge pour atteindre une taille 100 fois supérieure à celle d'aujourd'hui. Cette croissance tuera toute vie sur terre. Mais ce funeste scénario est prévu pour dans 5 à 8 milliards d'années. Autant dire que nous ne serons pas vraiment concernés.

 

 

 

 

http://www.linternaute.com/science/magazine/dossier/fin-du-monde-les-theories-plausibles/une-terre-capricieuse.shtml
Category : A propos de l'islam: | Comments (0) | Write a comment |

Je jeûne mais ne fais pas la prière

Added 20/5/2018

 

De nombreux musulmans qui se contentent de faire le ramadan sans faire la prière. Pour certains, il est plus facile de ne pas manger, ni boire la journée pendant un mois plutôt que de faire la prière toute l’année. Cette pratique montre à quel point les musulmans sont parfois ignorants.

Pourquoi le musulman ne prie pas ? Si tu ne sais pas prier ce mois de ramadan peut être la bonne occasion pour apprendre et ne plus jamais délaisser la prière. Si tu sais la faire mais que tu as la flemme et bien sache que jeûner sans faire la prière ne sert à rien.

Certains musulmans oublient ou ne savent pas que la prière est le pilier qui nous permet de valider toute bonne action. Si bien que le jour du jugement, la première chose qui sera évaluée sera la prière, si elle n’est pas faite, tout ton ramadan jeûné, tout l’argent donné, tous le halal que tu auras mangé, toutes tes bonnes actions n’auront servi à rien.

Certains sont au courant que le ramadan ne peut être validé sans prière alors ils vont prier un mois dans l’année pendant le ramadan et l’abandonner le reste de l’année. Cela s’appelle jouer avec Dieu mais Allah sait tout ce qu’il y a dans le cœur de chacun.  Tu peux lire ici l’avis d’un ouléma qui explique qu’un ramadan ne peut être validé sans la prière toute l’année. Il faut se remettre en question sérieusement avant qu’il ne soit trop tard.

La prière est le pilier principal de l’islam (après l’attestation de foi) sans lequel l’islam d’une personne n’est pas valable. Celui qui l’abandonne devient mécréant et sort de l’islam. Allah n’accepte ni le jeûne des mécréants, ni leurs aumônes, ni leurs pèlerinages, ni quoi que ce soit de leurs bonnes œuvres. Allah a dit : « Ce qui empêche leurs dons d’être agréés, c’est le fait qu’ils n’ont pas cru en Allah et Son messager, qu’ils ne se rendent à la prière que paresseusement, et qu’ils ne dépensent (dans les bonnes œuvres) qu’à contrecœur. »2

Donc, le fait de jeûner sans prier entraîne la nullité de ton jeûne : il ne sera pas accepté par Allah, et le fait de jeûner alors ne saurait te rapprocher de Lui.

Quant au fait que le jeûne du Ramadan efface les pêchés commis depuis le Ramadan passé, c’est vrai mais pas de la façon que tu l’as comprise. Tu devrais prendre en compte le hadith selon lequel le Prophète, prière et salut sur lui, a dit : « D’une prière à l’autre, de la prière du vendredi à l’autre, du jeûne du Ramadan au prochain jeûne du Ramadan, les péchés sont effacés, sauf les grands péchés (al-Kabâ’ir). »3 Le Prophète, prière et salut sur lui, a donc cité comme condition pour que soient effacés les péchés d’un Ramadan à l’autre, le fait d’éviter les grands péchés. Or, abandonner la prière, ô toi qui jeûne sans prier, tu n’as pas évité les grands péchés : car quel péché y a-t-il de plus grave que l’abandon de la prière ? Mais plus que cela : l’abandon de la prière est un acte de mécréance, donc, comment ton jeûne pourrait-il effacer tes péchés ? De plus, ton jeûne n’est pas accepté.

Tu dois, mon frère, te repentir et pratiquer la prière qu’Allah t’a ordonné d’accomplir, et après cela, pratiquer le jeûne, selon la recommandation du Prophète, prière et salut sur lui, à Mu’âdh, qu’Allah l’agrée, lorsqu’il l’a envoyé au Yémen : « Que la première chose à laquelle tu les invites soit le témoignage qu’aucune divinité ne mérite d’être adorée en dehors d’Allah, et que Muhammad est l’Envoyé d’Allah. S’ils répondent à ton appel, informe-les alors qu’Allah leur a imposé cinq prières de jour et de nuit […]. »1

Il a donc cité en premier lieu, le témoignage de foi, puis la prière et ensuite l’aumône légale (Zakât).2

 

http://go.mail.ru/search?q=htm&fr=chrome

http://www.al-muslim.fr/ramadan/arretes-ton-ramadan-si-tu-ne-pries-pas.html

Tags : priere ramadan
Category : A propos de l'islam: | Comments (0) | Write a comment |

valeurs morales religieuses et stress

Added 13/5/2018

 

Allah

 

Et quiconque se détourne de Mon rappel, mènera certes, une vie pleine de gêne… (Coran, 20: 124)

Et puis quiconque Dieu veut guider, Il lui ouvre la poitrine à l'Islam. Et quiconque Il veut égarer, Il rend sa poitrine étroite et gênée, comme s'il s'efforçait de monter au ciel. Ainsi, Dieu inflige Sa punition à ceux qui ne croient pas. (Coran, 6: 125)
 
L'état constant de mal-être, d'anxiété et de stress dont sont victimes les mécréants est une conséquence de leur manque de soumission à Dieu. Ainsi, ceux-ci sont affligés par des problèmes psychologiques qui se répercutent sur leur état physique. Leur corps s'épuise, vieilli et se dégrade plus rapidement.
 
Par ailleurs, puisque les croyants sont psychologiquement sains, ils ne sont pas en proie au stress ou à l'abattement, et leur corps est en forme et en bonne santé. Les effets positifs de leur soumission à Dieu, leur confiance en Lui, et leur force d'âme, cherchant le bien dans toute chose, acceptant ce qui leur arrive avec l'espoir de Sa promesse, se reflètent sur leur état physique. Ceci, bien sûr, s'applique seulement pour ceux qui vivent selon les valeurs morales du Coran, et qui ont une vraie compréhension du Coran. Bien entendu, ils peuvent tomber malade, et ils finissent par vieillir mais ce processus naturel n'implique pas l'effondrement psychologique que l'on rencontre chez les autres.
 
Le stress et la dépression, considérés comme les fléaux de notre temps, non seulement nuisent à l'état psychique mais ils se manifestent également sous forme de défaillances physiques. Le stress de tous les jours et les problèmes liés à la dépression prennent la forme de maladies mentales, de toxicomanie, d'insomnie, de problèmes de peau et d'estomac, de troubles de la pression artérielle, de rhumes, d'un bon nombre de maladies osseuses, de déséquilibres du foie, de difficultés respiratoires, d'allergies, d'attaques cardiaques et de tumeur cérébrale. Bien sûr, le stress et la dépression ne sont pas les seules causes de tout ceci, mais il a été prouvé scientifiquement que les origines de ces problèmes sont en général psychologiques.
 
Le stress, qui touche tant de personnes, est un état d'anxiété mental causé par des sentiments tels que la peur, l'insécurité, la surexcitation, les soucis et autres pressions qui nuisent à l'équilibre de l'organisme. Quand les personnes sont victimes de stress, leur corps réagit et tire la sonnette d'alarme, et différentes réactions biochimiques se déclenchent, le niveau d'adrénaline dans le sang augmente, la consommation d'énergie et les réactions du corps atteignent leur paroxysme, le sucre, le cholestérol et les acides gras s'accumulent dans le sang, la pression artérielle augmente et le pouls s'accélère. Quand le glucose est envoyé au cerveau, le niveau de cholestérol augmente et tout ceci provoque des troubles dans le corps.
 
Parce que le stress chronique, en particulier, altère les fonctions normales du corps, il peut causer de sérieux problèmes. 
A cause du stress, les taux d'adrénaline et de cortisol dans le corps augmentent jusqu'à des niveaux anormaux. Un accroissement à long terme des niveaux de cortisol provoque l'apparition prématurée de désordres tels que diabètes, maladies cardiaques, haute pression artérielle, cancer, ulcères, maladies respiratoires, eczéma ou psoriasis.
Un taux élevé de cortisol peut éventuellement induire la destruction des cellules du cerveau. Les désordres, causés par le stress sont décrits comme suit selon une source :
 
Il y a un lien important entre le stress et la tension et la douleur que cela provoque. La tension engendrée par le stress peut causer un rétrécissement des artères, une perturbation de la circulation sanguine dans certaines régions de la tête et une réduction de la quantité de sang circulant dans cette région. Si un tissu est dépourvu de sang, cela provoque aussitôt une douleur, car un tissu tendu d'une part, nécessitant probablement une plus grande quantité de sang, et n'ayant pas suffisamment d'apport de sang d'autre part, stimule des récepteurs spécifiques de douleur. En même temps, des substances telles que l'adrénaline et la norepinephrine, qui touchent le système nerveux durant le stress, sont sécrétées. Elles augmentent et accélèrent de manière directe ou indirecte la tension musculaire. Ainsi, la douleur engendre la tension, la tension engendre l'anxiété, et l'anxiété intensifie la douleur.
 
Cependant, un des effets les plus préjudiciables du stress est l'attaque cardiaque. Des recherches ont démontré qu'il y a une plus grande fréquence d'attaques cardiaques chez les personnes agressives, nerveuses, anxieuses, impatientes, compétitives, hostiles et irritables que chez les personnes ne présentant pas ces caractéristiques.
 
La raison de tout ceci est que la stimulation intense du système nerveux sympathique initiée par l'hypothalamus, cause en même temps une sécrétion excessive d'insuline, et par conséquent une accumulation d'insuline dans le sang. C'est un sujet d'une importance vitale. Car, aucune autre condition menant à des maladies coronariennes joue un tel rôle décisif et néfaste qu'un excès d'insuline dans le sang.
 
Les scientifiques ont reconnu que, plus le niveau de stress est élevé, plus les effets bénéfiques des globules rouges dans le sang sont affaiblis. D'après une expérience développée par Linda Naylor, présidente de la société de transfert de technologie à l'université d'Oxford, l'effet négatif des niveaux de stress sur le système immunitaire peut, aujourd'hui être mesuré.
 
Il y a une corrélation importante entre le stress et le système immunitaire. Le stress physiologique a un grand impact sur le système immunitaire et amène à sa détérioration. Sous l'effet du stress, le cerveau augmente la production de l'hormone du cortisol dans l'organisme, ce qui affaiblit le système immunitaire. En d'autres termes, il y a un lien direct entre le cerveau, le système immunitaire et les hormones. Des experts sur ce domaine ont dit :
 
Des études sur le stress psychologique et physique ont révélé que, dans les moments de stress intense, il y a une diminution dans la réponse immunitaire liée à l'équilibre hormonale. Il est connu que l'émergence et la force de plusieurs maladies, y compris le cancer, sont liées au stress.
 
En bref, le stress nuit à l'équilibre naturel de l'être humain. Le fait d'être constamment exposé à cet état anormal nuit à la santé de l'organisme, et mène à une large variété de troubles. Des experts classifient les effets néfastes du stress sur le corps humain sous les catégories basiques suivantes:
 
- Anxiété et panique: sentiment que tout est hors de control.
- Transpiration constamment croissante
- Changements de voix: bégaiement, voix tremblante 
- Hyperactivité: explosions soudaines d'énergie, faible maîtrise du diabète
- Difficulté a dormir : cauchemars
- Maladies de peau: boutons, acné, fièvre, psoriasis et eczéma
- Indications gastro-intestinales: indigestion, nausées, ulcères
- Tension musculaire: grincement ou serrement des dents, douleurs a la mâchoire, au dos, au cou et aux épaules
- Infections de faible intensité : rhumes etc.… 
- Migraine
- Palpitations, douleur de poitrine, haute pression artérielle
- Déséquilibres du foie, rétention d'eau
- Problèmes respiratoires, souffle court
- Allergies
- Douleurs articulatoires
- Bouche et gorge sèches
- Attaque cardiaque
- Affaiblissement du système immunitaire
- Contraction dans la région du cerveau
- Sentiments de culpabilité et manque de confiance en soi
- Confusion, incapacité à analyser correctement, faible capacité à penser, faible mémoire
- Pessimisme extrême, penser que tout va mal
- Difficulté à bouger ou rester immobile, battement rythmique constant
- Incapacité ou difficulté à se concentrer 
- Irritabilité, extrême sensibilité
- Irrationalisme
- Sentiments d'impuissance ou de désespoir
- Manque ou augmentation d'appétit

Le fait que ceux qui ne se soumettent pas aux valeurs morales religieuses vivent sous le stress est révélé par Dieu dans le Coran:
 
Et, quiconque se détourne de Mon rappel, mènera, certes une vie pleine de gêne… (Coran, 20: 124)
 
Dans un autre verset, Dieu a révélé que "… toute vaste qu'elle fût, la terre leur paraissait exiguë, ils se sentaient à l'étroit, dans leur personne et ils pensaient qu'il n'y avait d'autre refuge de Dieu qu'auprès de Lui… " (Coran, 9: 118)

Cette vie remplie de gêne, ou le stress, pour lui donner un nom commun, est le résultat de l'échec des non-croyants à se soumettre aux valeurs morales transmises par la foi. Aujourd'hui, les docteurs soutiennent que le sang-froid et la confiance en soi sont essentiels pour être protégé des effets du stress. Un tempérament calme et tranquille est possible seulement en vivant en conformité avec le Coran. En effet, il a été révélé dans plusieurs versets du Coran que Dieu commande la sérénité aux croyants. (Coran, 2: 248; 9: 26, 40; 48: 4, 18) La promesse de notre Seigneur aux fidèles a été révélée comme suit: 

Quiconque, mâle ou femelle, fait une bonne œuvre tout en étant croyant, Nous lui ferons vivre une bonne vie. Et Nous les récompenserons, certes, en fonction des meilleures de leurs actions. (Coran, 16: 97)

Jul 19, 

 
Category : A propos de l'islam: | Comments (0) | Write a comment |

Qui a décidé du classement des versets et sourates du Coran ?

Added 8/5/2018

 

Coran

Le texte coranique a cette particularité qu'il a été révélé sur une période de 23 années au Prophète Muhammad. Or, le texte du Coran tel qu'il se présente à nous ne reprend pas l'ordre chronologique de ces révélations (ni en ce qui a trait au classement des sourates les unes par rapport aux autres, ni en ce qui relève du classement des versets à l'intérieur des sourates). Le texte coranique n'est pas non plus classé selon un ordre thématique.

Qui a fixé l'ordre des versets à l'intérieur des sourates ? Et qui a fixé l'ordre des sourates les unes par rapport aux autres ? Le Prophète Muhammad (sur lui la paix) ? Zayd ibn Thâbit ? Uthman ?

-
Le classement des versets les uns par rapport aux autres :

En même temps qu'au fur et à mesure de sa révélation, le Coran est conservé dans les mémoires des hommes et récité chaque jour dans les 5 prières obligatoires, ses versets sont mis par écrit sous la direction du Prophète. Après chaque révélation, en effet, le Prophète dicte à un de ses scribes aussi bien le texte de celle-ci que la sourate où il faut l'insérer. La classification des versets les uns par rapport aux autres ne se fait donc pas selon l'ordre chronologique de leur révélation, mais suivant un ordre différent. Celui-ci suit les indications du Prophète lui-même (Al-Itqân, p. 189).
Uthman, un des compagnons de ce dernier, devait raconter plus tard : "Lorsque plusieurs versets étaient révélés au Prophète, celui-ci appelait des personnes sachant écrire et leur disait : "Placez ces versets dans telle sourate, celle où sont mentionnés tels et tels sujets". Et lorsqu’un verset lui était révélé, il leur disait : "Placez ce verset dans telle sourate, dans laquelle sont mentionnés tels et tels sujets"" (rapporté par Abû Dâoûd, n° 876, at-Tirmidhî, n° 3086, an-Nassaï, Ibn Mâja, authentifié par Ibn Hibbân : cf. Fat'h ul-bârî, tome 9 p. 29).

A l'intérieur d'une sourate donnée, les phrases qui en composent le texte coranique ne font l'objet d'aucune divergence entre les musulmans. Cependant, quel est le nombre de versets qui découpent ces phrases et, partant, quelle est la place de l'extrémité de certains versets, cela fait l'objet de divergences d'opinions pour 74 des 114 sourates du Coran (cf. Al-Itqân, pp. 210-217). Ainsi, en ce qui concerne la sourate al-Ikhlâs (112ème sourate du Coran), cette divergence existe : selon certains savants, son texte est découpé en quatre, selon d'autres en cinq versets. Pour ce qui est de la sourate Al-'Asr (103ème sourate du Coran), les savants musulmans sont d'accord sur le fait que son texte est composé de 3 versets ; par contre, ils divergent quant au fait de savoir où se situe l'extrémité du 1er et du 2nd versets : selon certains, le premier verset prend fin sur les mots "wa-l-'asr", le second sur "khusr", et le troisième sur le dernier mot de la sourate ; selon d'autres, le premier verset prend fin sur les mots "khusr", le second sur "bi-l-haqq", le troisième sur le dernier mot de la sourate.
Il est clair que ce genre de divergences n'entraîne aucune différence par rapport au texte coranique lui-même.

-
Le classement des sourates les unes par rapport aux autres :

Le classement de toutes les sourates les unes par rapport aux autres n'a pas été fait par le Prophète (c'est l'avis de Ibn 'Atiyya, Al-Itqân, p. 196). Il ressort de certains Hadîths que l'ordre de seulement certaines sourates (les unes par rapport aux autres) avait été fait du vivant même du Prophète.

Il semble ainsi que le Prophète l'avait fait pour les sourates allant de Qâf à an-Nâs (selon ce qui ressort d'une parole rapportée par Abû Dâoûd, n° 1393, et Ibn Mâja, n° 1345).

Cependant, il ne l'a pas fait pour les sourates al-Anfâl et at-Tawba. C'est bien pourquoi la commission chargée par Uthmân de préparer des copies du Coran eut recours au raisonnement au sujet de ces deux sourates.
Ibn Abbâs raconte ainsi : "J'ai dit à Uthmân :
- Qu'est-ce qui vous a poussés à prendre la sourate al-Anfâl – qui fait partie des mathânî – et la sourate Barâ'ah [= at-Tawbah] – qui fait partie des mi'în –, à les joindre l'une à l'autre, à ne pas écrire la ligne "Bismillâh ir-rahmân ir-rahîm", et à les placer toutes deux parmi les sourates as-sab' at-tuwal ? Qu'est-ce qui vous amenés à faire ainsi ?
- Le Prophète (sur lui la paix), me dit Uthmân, recevait en révélation plusieurs sourates. Quand il recevait en révélation quelque partie du Coran il appelait quelque scribe et disait : "Placez ces versets dans telle sourate". Et quand il recevait en révélation un verset du Coran, il disait : "Placez ce verset dans telle sourate". La sourate al-Anfâl faisait partie des sourates à avoir été révélées dans les premières années de son installation à Médine, et la sourate Barâ'ah parmi les dernières à lui avoir été révélées. Le thème de ces deux sourates est voisin. Mais le Prophète est mort sans nous avoir dit [contrairement à ce qu'il faisait pour les autres sourates, comme expliqué ci-dessus] si Barâ'ah faisait partie de al-Anfâl [ou pas]. C'est pourquoi j'ai joint l'une à l'autre, n'ai pas écrit la ligne "Bismillâh ir-Rahmân ir-Rahîm" et les ai placées parmi as-sab' at-tuwal" (rapporté par Abû Dâoûd, n° 876, at-Tirmidhî, n° 3086, an-Nassaï, Ibn Mâja, authentifié par Ibn Hibbân : cf. Fat'h ul-bârî, tome 9 p. 29).
C'est-à-dire que, ne sachant pas s'il s'agissait de deux sourates distinctes ou bien d'une seule, la commission de Compagnons qui a préparé les copies du Coran ont eu recours à une solution intermédiaire, alliant les deux possibilités :
- ils ont gardé deux dénominations différentes, montrant qu'il peut effectivement s'agir de deux sourates distinctes,
- mais ils n'ont pas écrit la ligne "Bismillâh ir-rahmân ir-rahîm" entre les deux, montrant qu'il peut tout aussi bien s'agir d'une seule et même sourate.

Conclusion :

L'ordre du classement de tous les versets les uns par rapport aux autres a été indiqué par le Prophète lui-même. Par contre, l'ordre du classement de seulement une partie des sourates les unes par rapport aux autres a été indiqué par le Prophète ; pour les autres sourates, l'ordre de classement que nous connaissons aujourd'hui est dû à des Compagnons du Prophète.

 

 

http://www.maison-islam.com/articles/?p=178

 

Category : A propos de l'islam: | Comments (0) | Write a comment |

LES DROITS DE L'HOMME DANS L'ISLAM

Added 25/4/2018


Allah

On sait que, dans chaque langue,il existe un ou plusieurs termes utilisés pour se référerà Dieu et, dans certains cas, à d’autres divinités.Ce n’est pas le cas pour Allah. En effet, Allah est le nom spécifiquedu Seul Vrai Dieu. Rien d’autre ne peut s’appeler Allah. Ce mot n’a nipluriel, ni genre. Ceci montre son caractère unique, notamment lorsqu’onle compare avec le mot “dieu ”, qui peut s’exprimer au pluriel - des dieux-, ou au féminin - déesse -. Il convient de noter qu’Allahest le nom qui désigne dieu en araméen, qui étaitla langue de Jésus, et qui s’apparente à l’arabe.

Dieu est le Maître Unique et Absolu de l’univers ; Ilest le Dieu Souverain, celui qui donne des forces et qui nourrit, le Miséricordieux,celui dont la clémence sanctifie tous les êtres ; Il a octroyédignité et honneur à chaque être et lui a insuffléSon propre esprit; quels que soient leurs autres attributs humains, tousles hommes sont foncièrement semblables, et on ne peut véritablementles distinguer les uns des autres du fait de leur nationalité, couleurou race. Chaque être humain est ainsi apparenté à sessemblables et l’humanité forme une communauté fraternelleau service estimable et gratifiant de Celui qui est compatissant, le Seigneurde l’Univers.

Dans cette ambiance divine, et le concept islamique d’unicitéest dominant et central, et entraîne nécessairement le conceptd’unicité de l’humanité et la fraternité entre leshommes.

En dépit du fait qu’un état islamique puisseêtre mis en place n’importe où sur terre, l’Islam ne cherchepas à donner comme limites aux privilèges et aux droits del’homme, les frontières de son propre état. L’Islam a établicertains droits fondamentaux universels pour l’humanité toute entière,droits qui doivent être observés et respectés en toutescirconstances, que l’on soit résident d’un état islamiqueou non, en paix ou guerre avec l’Etat. Le Coran dit clairement :

“O vous qui croyez! Tenez-vous fermes comme témoins,devant Dieu, en pratiquant la justice. Que la haine envers un peuple nevous incite pas à commettre des injustices. Soyez justes! La justiceest proche du respect de Dieu. ” (5.8).

Le sang humain est toujours sacré et ne doit pas êtreversé sans raison. Lorsque quiconque viole le caractère sacrédu sang humain en tuant un homme sans justification, le Coran assimilecela au meurtre de l’humanité entière :

“…Celui qui a tué un homme qui lui-même n’a pastué, ou qui n’a pas commis de violence sur terre, est considérécomme s’il avait tué tous les hommes ”.

Il n’est pas permis d’opprimer les femmes, les enfants, lespersonnes âgées, les malades et les blessés. La chastetéet l’honneur des femmes doivent être respectés en toutes circonstances.Celui qui a faim doit être nourri, celui qui n’a de vêtementsdoit être vêtu, les blessés et les malades doivent êtresoignés, qu’ils appartiennent à la communauté musulmaneou qu’ils fassent partie de ses ennemis.

Lorsque nous parlons des droits de l’homme en Islam, nouspensons que ces droits ont été octroyés par Dieu,et non pas par un roi ou une assemblée législative. Les droitsoctroyés par les rois ou les assemblées législatives,peuvent être retirés de la même manière qu’ilssont conférés. Il en est de même en ce qui concerneles droits acceptés et reconnus par les dictateurs. Ils les octroientet les retirent à leur convenance; ils peuvent les violer ouvertementquand ils le désirent. En Islam, les droits de l’homme sont conféréspar Dieu, et par conséquent, aucune assemblée législativeau monde, aucun gouvernement sur terre n’a le droit, ni l’autorité,d’y adopter aucune modification. Personne n’a le droit de les abroger.

Il ne s’agit pas non plus de droits humains fondamentaux conféréssur le papier pour être montrés, exhibés et ensuitedéniés dans la vie lorsque le rideau est tiré. Ilne s’agit pas non plus de concepts philosophiques dénuésde sanctions.

La charte, les proclamations et les résolutions desNations Unies ne peuvent être comparées aux droits que Dieusanctionne ; car, alors que les premières ne s’appliquent pas àn’importe qui, les seconds s’appliquent à chaque croyant. Ces droitsfont partie intégrante de la foi islamique. Tous les musulmans oules administrateurs qui se disent musulmans, devront les accepter, lesreconnaître et les appliquer. Dans le cas où ils négligentde les appliquer et se mettent à dénier les droits garantispar Dieu, leur apportent des modifications ou même les violent touten affirmant verbalement les respecer, le verdict du Saint Coran sur detels comportements est clair et sans équivoque :

“les incrédules sont ceux qui ne jugent pas les hommesd’après ce que Dieu a révélé. ” (5 :44).

Les droits de l’homme dans un étatislamique :
 
 

1. La Sécurité pourla vie et les biens :

Le Prophète, dans le discours qu’il fit lors du Pèlerinaged’Adieu, déclara: “ vos vies et vos biens vous sont interdits lesuns aux autres jusqu’à ce que vous soyez mis en présencede votre Seigneur, le Jour de la Résurrection. ” Le Prophètedéclara aussi à propos des dhimmis (les citoyens non-musulmansd’un état musulman):

“Celui qui tue un homme engagé envers Dieu (c’est-à-direun dhimmis), ne pourra même pas respirer les effluves du Paradis.”.

2. La Sauvegarde de l’Honneur: leSaint Coran stipule :

O vous, les croyants! Que certains d’entre vous ne se moquent pas desautres;
Ne vous calomniez pas les uns les autres;
Ne vous lancez pas des sobriquets injurieux;
Ne dites pas de mal les uns des autres. (49 :11-12).
 

3. L’inviolabilité de la vieprivée : Le Coran ordonne :

N’espionnez pas!
Ne pénétrez pas dans une maison sans vous êtreassuré du consentement de son occupant.

4. Les libertés individuelles:

L’Islam stipule qu’aucun citoyen ne peut être emprisonnétant que sa culpabilité n’a pas été prouvéepar une cour de justice. Procéder à l’arrestation d’un hommesur simplsoupçon et le jeter en prison sans avoir suivi les procéduresjudiciaires appropriées, et sans lui avoir fourni la possibilitéde se défendre n’est pas admis par l’Islam.

5. Le droit de protester contrela tyrannie:

  • A propos du droit de protester contre la tyrannie, le Coran dit :
  • “Dieu n’aime pas la calomnie en public sauf si celui quiparle a lui-même été calomnié. ”
  • En Islam, comme nous l’avons déjà montré, tout pouvoiret toute autorité appartiennent à Dieu, qui délèguecertains de Ses pouvoirs à l’homme. Un homme doté de telspouvoirs doit être extrêmement respectueux envers son peuple.Tout ceci fut entériné par Hazrat Abou Bakr qui déclaradans son premier discours: “Coopérez avec moi lorsque j’ai raison,mais corrigez-moi lorsque je commets une erreur; obéissez-moi tantque je respecte les commandements d’Allah et de Son Prophète; maisdétournez-vous de moi lorsque je m’en écarte. ”
      1. La liberté d’expression:
      2. L’Islam reconnaît le droit à la liberté de penséeet d’expression pour tous les ciroyens d’un état islamique, àcondition qu’elle soit utilisée pour propager la véritéet la vertu, et non pour répandre la méchanceté etle mal. Le concept islamique de liberté d’expression est bien supérieurà celui qui prévaut en Occident.
    En effet, l’Islam ne permettra en aucune circonstance lapropagation de la méchanceté et du mal. Il interdit àquiconque d’utiliser un langage offensant ou injurieux sous prétextede critique. Les Musulmans avaient l’habitude de demander au Prophètesi une injonction divine lui avait été révéléesur tel ou tel sujet. Lorsqu’il répondait qu’il n’en avait reçuaucune, les Musulmans exprimaient alors librement leur opinion sur le sujet.
    1. La liberté d’association:
    2. L’Islam donne aussi aux hommes le droit de s’associer et de former despartis ou des organisations. Ce droit aussi, est assujetti à certainesrègles.
    3. La liberté de conscience:
    4. L’Islam ordonne:  “ Il ne doit pas y avoir de contrainte en matièrede foi. ” Les sociétés totalitaires, au contraire, priventtotalement les individus de liberté. En vérité, cetéloge excessif de l’autorité de l’Etat pose le principe d’unesorte de servitude, d’esclavage de l’homme. A une certaine époque,esclavage signifiait domination totale de l’homme sur l’homme- ce typed’esclavage est maintenant aboli légalement; à sa place lessociétés totalitaires imposent une forme de domination similairesur les individus.
    5. La protection des conviction religieuses:
    6. Parallèlement à la liberté de conscience, l’Islamdonne à l’individu le droit d’être respecté dans sesconvictions religieuses et garantit que rien ne porte atteinte àce droit.
    7. La protection contre l’emprisonnement arbitraire :
    8. L’Islam reconnaît aussi à l’individu le droit de ne pas êtrearrêté ou emprisonné pour un crime commis par une tiercepersonne. Le Saint Coran énonce clairement ce principe : “Personnene sera amené à porter le fardeau d’ un autre”.
    9. Le droit au minimum vital:
    10. L’Islam reconnaît aux nécessiteux le droit d’être aidéset assistés: “Une petite partie de leur richesse doit êtredistribuée aux nécessiteux et aux plus démunis ”.
    11. L’égalité devant la Loi:
    12. L’Islam donne à ses citoyens le droit à l’égalitécomplète et absolue devant la Loi.
    13. Les dirigeants ne sont pas au-dessus de la loi :
    14. Une femme, qui appartenait à une famille noble et influente, futarrêtée pour vol. L’affaire fut amenée devant le Prophète,et il fut demandé à celui-ci qu’on épargnâtà cette femme le châtiment pour vol. Le Prophète répondit:“les nations qui vécurent avant vous furent détruites parDieu, elles châtiaient l’homme du commun pour un délit etlaissaient aller les dignitaires malgré leurs crimes ; par Celuiqui tient ma vie entre Ses mains, je jure que même si c’étaitFatima, la fille de Muhammad, qui avait commis ce crime, je lui auraisfait couper la main”.
    15. Le droit de participer aux affaires de l’Etat :
  • “ Ils délibèrent entre eux au sujet de leurs affaires ” (42:38).
  • Par shoura ou assemblée législative on entendla chose suivante: la tête de l’exécutif du gouvernement doitêtre élus librement et en toute indépendance par lepeuple.
    Enfin, il doit être clair que l’Islam tente d’appliquerles droits de l’homme ci-dessus mentionnés, ainsi que bien d’autres,non seulement par la mise en place de certaines sauvegardes, mais égalementen invitant l’humanité à transcender le niveau inférieurde la vie animale afin de dépasser les simples liens crééspar la parenté de sang, la supériorité raciale, l’arrogancelinguistique et les privilèges économiques. Il invite l’humanitéà essayer d’atteindre un niveau d’existence, où l’homme grâceà ses qualités intérieures, puisse réaliserl’idéal de la Fraternité Humaine.
    Retour

     

    Category : A propos de l'islam: | Comments (0) | Write a comment |