"> J'ai lu pour vous - Pourquoi a- t-on la peau ridée en - Musulman et fier de l\'être
 

Pourquoi a- t-on la peau ridée en sortant du bain?

Added 12/6/2018

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك 

b

 

"Notre peau est composée de plusieurs couches de cellules. De nouvelles cellules apparaissent en permanence dans les couches profondes, ce qui pousse les autres vers la surface. Lorsque les cellules arrivent à la surface, elles s'assèchent et s'affinent. Ces cellules mortes s'empilent à la surface de la peau, jusqu'à ce qu'elles se détachent ou que l'on se frictionne.

 

Les couches cellulaires mortes sur le bout des doigts, la paume de nos mains et la plante de nos pieds sont plus épaisses que celles du reste du corps. Lorsque nous prenons un bain, ces cellules mortes gonflent car elles se gorgent d'eau. Si l'on reste longtemps dans l'eau, elles continuent à se dilater, jusqu'à ne plus pouvoir rester empilées les unes sur les autres. En conséquence, elles commencent à se plier et se chevaucher, si bien que notre peau se ride.

 

source:Linternaute

 

 

Category : J'ai lu pour vous | Comments (0) | Write a comment |

Pourquoi le brouillard se lève-t-il ?

Added 7/6/2018

 

Formation

Le brouillard est issu de l'évaporation de l'eau s'élevant au dessus de la mer, d'un lac, d'une rivière ou d'une forêt. Cette vapeur d'eau (gaz) se condense en de fines gouttelettes d'eau (liquide) sous l'effet de la faible température de l'atmosphère située au dessus de la source d'évaporation.

Des courants ascendants et des vents latéraux déplacent des masses pro-nuageuses le long des reliefs. Les courants ascendants naissent des différences de température entre des couches d'air non horizontales qui courent souvent le long d'une montagne, d'une falaise. La couche la plus chaude portant les micro-gouttelettes en altitude.

Formation d'un brouillard par évaporation et transport par un courant ascendant

Persistance

Il arrive qu'en l'absence de courant, le brouillard persiste au sol à la manière des films d'horreur dans lesquels un épais brouillard tapisse la surface d'un cimetière... Cette vision fantomatique n'a rien de surnaturelle mais est du à la présence d'une couche d'air froid statique et horizontale plaquant au sol la couche chaude du brouillard.

Ce que nous percevons à notre échelle comme de la chaleur se traduit au niveau moléculaire par la vitesse des molécules : plus elles ont d'énergie, plus elles se déplacent vite et donc se heurtent les unes les autres. Plus les chocs sont nombreux et violents, plus l'espace entre chaque molécule s'agrandi. Ainsi, le volume d'un gaz augmente lorsqu'on le chauffe. Donc pour un même volume, un gaz chaud contient moins de molécules et est plus léger qu'un gaz froid. Cela explique qu'une couche chaude tende à s'élever. Mais dans le cas des brouillards persistant, une couche froide plus lourde bloque le brouillard au niveau du sol et l'empêche de se dégager.



http://cyberzoide.developpez.com/pourquoi/index.php3?page=brume

Category : J'ai lu pour vous | Comments (0) | Write a comment |

Soubhana Allah pourquoi pleurer peut être bon pour votre santé

Added 6/6/2018

 

On a souvent besoin de pleurer dans notre vie quotidienne d’ailleurs les femmes plus que les hommes. Pourquoi pleurer ? et bien les raisons ne manquent pas.

On est souvent face à de situations tragiques la perte de quelqu’un de cher, d’un ami d’un parent ou bien la rupture avec son fiancé ou encore l’échec dans le bac bref les causes sont multiples et diverses. Pleurer ça permet de nous soulager. C’est un bon moyen d’extérioriser notre chagrin, notre colère, notre tristesse.

Pourquoi pleurer nous soulage t’il ?

En fait ces larmes qui coulent constituent un système de défense de notre de corps. Il a été montré que les larmes contiennent des hormones à base de protéines ayant un rôle analgésique naturel. C’est pourquoi après avoir pleuré vous ressentez un grand soulagement et une sorte de sérénité et de calme.

En fait pleurer c’est souvent l’arme avec la quelle les femmes se défendent sauf que les hommes n’ont pas ce privilège. Et oui dans la société actuelle les hommes n’ont pas le droit de pleurer c’est vu comme une sorte de faiblesse comme un manque de virilité.

Ils doivent résister se montrer forts et courageux. C’est pour cette raison qu’ils sont le plus souvent plus exposés que les femmes à plusieurs maladies. C’est normal puisqu’ils ne peuvent pas extérioriser leur tristesse et souvent ils vont avoir recours à la cigarette ou bien à l’alcool.

A ce propos, les psychologues, ont toujours incité à pleurer puisqu’il peut accélérer le rétablissement d’une personne et de se sentir mieux.

Il ne faut pas avoir honte de pleurer mesdames messieurs mais tout de même il ne faut pas pleurer sur n’importe quoi un peu de courage mesdames mesdemoiselles !!

Comment l’alimentation affecte votre humeur ?

Votre humeur est susceptible d’être affectée par votre alimentation, son type, la manière de la présenter .Cela peut vous paraître bizarre mais c’est la vérité et oui.

Comment ?

Et bien si on prend l’exemple des aliments riches en viandes, les œufs et les épices vous verrez que ce type d’aliments vous procure un sentiment de satiété et d’énergie que vous risquez de perdre en cas de surplus et vous ressentirez alors une envie énorme de dormir .

D’un autre coté si on prend l’exemple des légumes et des fruits. Ce type d’aliments vous donne un sentiment de force de tranquillité et d’apaisement.

Par contre avec les sandwichs, la nourriture de fast food vous avez plutôt le sentiment de dégoût une fois ç’est bon mais à force d’en manger vous la détestez ça vous donne le sentiment de malaise et vous la laissez aussitôt tomber. Vous sentez que ce n’est pas sain et ça vous donne envie de vomir.

Alors chaque type d’alimentation donne un sentiment différent. Vous pouvez consommer chaque type d’aliment trois fois par jour et vous voyez le résultat. Cependant, il faut toujours savoir que ce soit le choix de votre alimentation que la qualité des aliments est toujours mieux que la quantité

 

 

Tags : pleurer sante
Category : J'ai lu pour vous | Comments (0) | Write a comment |

Des chercheurs ont découvert la molécule responsable des démangeaisons

Added 4/6/2018

30 millions de personnes dans le monde seraient victimes de démangeaisons chroniques ou maladies de l'épiderme.

La gratouille vient d'être démystifiée par des chercheurs du National Institute of Health aux Etats-Unis. Pourquoi se gratte t-on et comment maîtriser cette sensation ?

C'est la question que se sont posés les scientifiques en observant des souris de laboratoire et une molécule particulière, la BNP. Petits grattouillis ou besoin intense de grattage, les démangeaisons sont rarement agréables à ressentir. Parfois, elles sont même difficiles à éliminer. Or, si l'on connait aujourd'hui un bon nombre de facteurs pouvant provoquer des démangeaisons, les mécanismes moléculaires qui déclenchent ces dernières étaient jusqu'ici beaucoup plus flous. Mais des chercheurs du National Institute of Health viennent de lever une partie du mystère grâce à une nouvelle étude.

 Publiée dans la revue Science, ces travaux dévoilent le procédé qui nous amènerait à nous gratter. L'équipe de Santosh Mishra et Mark Hoon a en effet réussi à isoler une molécule qui jouerait un rôle important dans le phénomène de démangeaison. Cette molécule appelée BNP (peptide cérébral natriurétique) est un neuropeptide servant à transmettre les informations sensorielles se trouvant dans l'environnement (sensation de froid ou de pincement par exemple). Des expériences menées chez la souris Pour en arriver là, les chercheurs ont mené leur expérience sur des souris qui leur ont permis de s'apercevoir qu'en présence de facteurs de démangeaison, l'organisme se mettait à secréter du BNP en excès. Ainsi, après injection de substances comme l'histamine ou encore la chloroquine (qui pousse la souris à se gratter), le taux de BNP augmentait fortement.

Hoon et son équipe ont donc modifié génétiquement l'animal de manière à ce qu'il ne produise plus ce neurotransmetteur. Ils ont alors réitéré l'expérience. En présence des mêmes substances que précédemment, les souris n'ont pas éprouvé du tout la sensation de démangeaison. Toutefois, un autre facteur a également semblé entrer en ligne de compte, la guanylate cyclase, une sorte de récepteur situé dans la moelle épinière. Les chercheurs ont donc une fois de plus eu recours à des modifications en retirant ce récepteur de l'épine dorsale (passage important vers le cerveau) chez la souris. Ils ont ainsi remarqué que l'ablation de celui-ci n'empêchait pas de ressentir la douleur ou le toucher.

Un pas de plus vers un traitement ? "Notre travail montre que la démangeaison autrefois considérée comme une forme de bas niveau dans la douleur est en fait une sensation distincte qui possède son propre câblage" a expliqué Hoon. L'objectif serait désormais d'utiliser ces résultats à des fins curatives dans les maladies de l'épiderme comme l'eczéma ou encore le prurit. Un problème se pose néanmoins, le BNP est un composant essentiel dans la régulation de la pression artérielle ou encore la circulation sanguine. Réduire ou supprimer sa production n'est donc pas évident. Il faudrait alors trouver un moyen d'activer cette molécule pour certaines actions et l'éteindre pour d'autres. La question partiellement résolue quant au pourquoi de la démangeaison, les scientifiques se penchent désormais sur l'utilité de cette dernière. Il semblerait que se gratter constitue un mécanisme de défense face aux parasites ou petites bêtes en mission sur notre épiderme. Mais cette explication est encore sujette à débat. 



En savoir plus: http://www.maxisciences.com/d%e9mangeaison/des-chercheurs-ont-decouvert-la-molecule-responsable-des-demangeaisons_art29646.html

Category : J'ai lu pour vous | Comments (0) | Write a comment |

L’olfactothérapie : du bien-être grâce aux odeurs…

Added 6/4/2018

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك

Allah

L’olfactothérapie, en tant que nouvelle thérapie alternative, propose aux individus de faire ressortir leur mal-être sans passer par les techniques classiques d’analyse. L’odorat et les odeurs sont alors au centre de l’attention.

Chaque personne a des malaises, des traumatismes refoulés que l’olfactothérapie se propose de combattre. Zoom sur cette méthode originale.

Le principe de l’olfactothérapie

Créée en 1992 par le thérapeute Gilles Fournil, l’olfactothérapie permet, au travers des odeurs, de guérir des mal-êtres profonds, parfois même ignorés du patient.

En effet, l’odorat est un sens primitif et, bien que dans le monde actuel, la vue, l’ouïe et le goût soient prépondérants, il induit un processus de mémorisation profond. L’odorat, ainsi que le toucher, sont des sens liés à l’instinct.

Lorsqu’un événement se produit qu’il soit agréable ou blessant, le cerveau va toujours associer l’odeur à ce moment. Ainsi, sentir une effluve particulière peut raviver une sensation éprouvée des années auparavant. Les individus s’en rendent généralement compte lorsque l’événement a été particulièrement traumatisant. Or, le problème est qu’ils ont le plus souvent de très grandes difficultés à identifier l’événement choquant. De là, l’apparition d’un malaise psychique, social ou professionnel… ou même parfois les trois à la fois. L’olfactothérapie travaille ainsi sur ces odeurs particulières.

Thérapeute et patient tentent alors d’identifier à quoi chaque odeur est associée. Une fois isolé, le moment source de mal-être peut être reconnu puis combattu.

Une séance d’olfactothérapie :  ça se passe comment ?

De durée variable, le rendez-vous chez l’olfactothérapeute se déroule de la façon suivante : le patient est allongé sur une banquette, les yeux fermés afin de pouvoir se concentrer sur ses émotions et ses souvenirs. Le thérapeute lui présente des lingettes imbibées d’huiles essentielles, 76 au total. Elles ont été spécifiquement choisies par rapport à l’idée générale que s’en fait la population. Cependant, chaque perception est originale et, même si une odeur a une signification dans l’imaginaire collectif, elle varie toujours d’un individu à l’autre.

Le thérapeute associe généralement des mouvements de kinésithérapie afin d’accompagner le patient dans son processus mnésique.

Combattre les addictions

L’olfactothérapie est également peut s’avérer efficace pour aider un patient à se sevrer d’une dépendance qu’elle soit psychique ou physique : phobie, tabagisme, alcoolisme… Le thérapeute lui propose de rechercher l’origine de l’addiction et de lui donner ce qui s’appelle une « sniffette ». Celle-ci contient l’odeur aimée ou une odeur apaisante pour le patient. Ainsi, dès que sa dépendance se manifeste, il peut sentir l’effluve qui calme son besoin. Les fumeurs réduisent généralement très rapidement leur consommation de cigarettes sans s’en rendre réellement compte.

Bien qu’elle soit de plus en plus répandue, l’olfactothérapie n’est pas encore reconnue par le corps médical. Cependant, son initiateur, Gilles Fournil ne recherche pas forcément cette reconnaissance : il est convaincu de son efficacité et l’immense succès de sa thérapie tend à le prouver. C’est également le créateur de l’olfactothérapie qui a conçu sa formation. Elle se déroule sous la forme de quatre stages de quatre à cinq jours chacun. Les postulants olfactothérapeutes y apprennent toutes les odeurs et les impacts qu’elles peuvent avoir sur le patient. Ils sont alors en mesure de déterminer quelles effluves dénotent un traumatisme chez un individu.

L’olfactothérapie, bien qu’étant une technique toute récente, est de plus en plus prisée pour les bienfaits qu’elle apporte aux personnes qui y ont recourt. En effet, elle peut permettre de surmonter certains traumatismes.

Sophie Noachovitch
(Validé par le Dr Frédéric Amarger)

Contact utile :
 
Site d’information sur l’olfactothérapie : www.olfactotherapie.com

Category : J'ai lu pour vous | Comments (0) | Write a comment |