"> Pourquoi éternue t-on - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 Pourquoi éternue t-on ?

20/10/2015

L'éternuement
 
L'éternuement est un savant mécanisme de défense destiné à nettoyer le nez
 
Bruyant ou plus discret, incontrôlé ou prévisible, l'éternuement est une brusque expiration d'air par le nez et par la bouche qu'il n'est pas rare d'entendre au quotidien. Pour autant, savons-nous réellement pourquoi nous éternuons et comment ceci se produit ? Explications. Les narines qui chatouillent, grattouillent et tout d'un coup "aaaaatchouuuuum !", c'est l'explosion. Ces derniers temps, il n'est pas rare d'entendre quelqu'un éternuer. Une fois, deux fois, parfois plus et ce, en pleine air dans la rue, au bureau ou même chez soi. Le plus souvent, l'éternuement est totalement imprévisible et incontrôlé.
 
Pour autant, ce geste est bien moins simple et anodin qu'il n'en a l'air. Il fait même appel à un mécanisme bien précis qui remonte jusqu'au cerveau. Expulser l'air pour nettoyer le nez L'éternuement est une brusque expiration d'air par le nez et la bouche provoqué par un mouvement tout aussi brusque des muscles expirateurs.
 
Mais il se produit dans des circonstances bien particulières : lorsque le nez est confronté à une substance ou un élément jugé irritant. L'éternuement constitue alors un mécanisme de défense bien rôdé qui va permettre d'expulser l'intrus. Et c'est dans les narines que tout commence : ces orifices sont chargés de filtrer l'air que l'on inspire. Pour cela, ils sont tapissés de poils et de mucus qui vont capter les éléments indésirables emportés par l'air pour les empêcher de passer dans le reste des voies respiratoires. Dans certains cas, ces éléments sont suffisamment petits pour être poussés vers l'oesophage et l'estomac afin d'être éliminés. Mais dans d'autres, ils sont trop gros pour que le même système se mette en place. Or, le nez est aussi chargé de récepteurs qui vont détecter la présence de ces éléments. Une fois ces derniers attrapés, les capteurs vont alors envoyer un signal au cerveau via certains nerfs qui va en retour ordonner leur évacuation.
 
Une expulsion qui va passer tout d'abord par l'inspiration d'un grand volume d'air puis par la contraction des fameux muscles expirateurs. L'air expulsé peut atteindre la vitesse de 200 kilomètres par heure à la sortie du nez. D'où le bruit parfois tonitruant. La fonction de l'éternuement est donc simple : nettoyer le nez de tous les éléments intrus qui s'y trouvent. Pollen et poussières, des déclencheurs variés Toutefois, les déclencheurs possibles de ce mécanisme sont variées : il peut s'agir de poussières, de certaines substances comme du poivre ou d'autres éléments tout à fait anodins qui sont naturellement irritants.
 
Mais les pollens qui volètent dans l'air peuvent aussi être responsables d'éternuements chez les personnes qui souffrent d'allergie. Ceci parce que l'organisme de ces individus reconnait ces pollens comme étrangers et ordonne donc leur évacuation. Et lorsque l'on a un rhume alors ? La fonction est la même à la différence qu'elle prend une dimension encore plus importante. En effet, selon une étude parue en 2012, l'éternuement et l'expiration brutale d'air provoque aussi une surpression à l'intérieur des poumons jusqu'au nez. Ceci a pour effet de redynamiser le système de circulation du mucus afin qu'il parvienne mieux à capter les poussières et à les éliminer. C'est pourquoi on éternue davantage lorsque l'on est enrhumé. De façon générale, tant que l'intrus n'est pas évacué, les éternuements se répètent. On peut donc éternuer une fois, deux fois voire plus si l'expulsion n'est pas assez efficace. On parle alors de sternutation.
 
Et pourquoi ferme t-on systématiquement les yeux quand on éternue ?
 
Tout simplement parce que la pression générée par le mécanisme est tellement forte qu'elle pourrait endommager les yeux en les faisant sortir des orbites. Paupières fermées, il n'y a donc pas de risque qu'ils s'échappent ! Eviter l'éternuement ? Au vu d'une telle fonction, il est préférable de ne pas empêcher un éternuement. Néanmoins, lorsqu'il survient dans des circonstances inappropriées, il existe quelques méthodes pouvant permettre de le retenir : retenir sa respiration, serrer la racine du nez, avaler sa salive de façon répétée, poser son doigt sous son nez ou encore fermer les yeux et poser ses doigts dessus. Reste que ces gestes ne sont sans surprise pas toujours efficaces... Certains conseillent ainsi de se boucher le nez en fermant la bouche. Toutefois, si cela n'empêche pas l'éternuement, il ne faut pas maintenir son nez pincé, sans quoi la pression de l'air qui n'a pas pu sortir peut endommager l'oreille interne. De même, il faut être prudent lorsque l'on éternue car dans certains cas, l'expiration est tellement puissante qu'elle peut provoquer un traumatisme (en se cognant par exemple) voire des lésions dans certaines parties du corps.
 
L'éternuement, révélateur de personnalité Par ailleurs, cela n'aura échappé à personne : tout le monde n'éternue pas de la même manière. Certains sont très bruyants, d'autres plus discrets. Chez certains, les éternuements ne sont que faibles quand chez d'autres, ils expulsent de grandes quantités d'air, prenant un aspect plutôt explosif. Pourquoi de telles différences ? La structure du nez et des os de la face entrerait bien évidement en jeu, mais pas seulement selon Alan Hirsh, neurologue et psychiatre de Chicago. Ce spécialiste estime que si l'éternuement est mécanique, il pourrait aussi refléter un peu de notre personnalité, "comme le rire". La manière dont nous l'appréhendons aurait ainsi une influence sur les caractéristiques de notre éternuement. Publié par Émeline Ferard, le 04 juillet 2013

En savoir plus : http://www.maxisciences.com/%E9ternuement/pourquoi-eternue-t-on-les-petits-secrets-de-l-039-eternuement_art30048.html
Copyright © Gentside Découverte
Category : J'ai lu pour vous | Write a comment | Print

Comments