"> Le sommeil menacé par nos - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 Le sommeil menacé par nos écrans

13/1/2015

 Une étude américaine montre les effets négatifs de la lecture sur écran lumineux sur le sommeil.

Les écrans sont de plus en plus nombreux à nous accompagner avant le coucher, perturbant nos cycles de sommeil.

Avant de dormir, mieux vaut lire un classique livre en papier plutôt qu’un document téléchargé sur tablette. Voilà la conclusion des chercheurs du Brigham and Women’s Hospital de Boston qui ont étudié l’impact des deux modes de lecture sur l’endormissement et la durée et la qualité du sommeil.

« L’utilisation des appareils lumineux avant l’heure du coucher prolonge la durée d’endormissement, retarde l’horloge circadienne (l’horloge biologique interne réglée sur presque 24 heures – NDLR), diminue les sécrétions de la mélatonine, l’hormone du sommeil, et rend les individus moins alertes au réveil », explique ainsi l’étude.
En cause, la « lumière bleue »

La lumière à ondes courtes – ou lumière bleue – émise par les écrans rétro-éclairés des tablettes et des liseuses serait la responsable de ces troubles qui peuvent perturber durablement le sommeil des individus. « Tous les écrans sont concernés, pas seulement les tablettes mais aussi les téléviseurs, les ordinateurs et les téléphones portables », insiste le docteur Joël Paquereau, neurophysiologue et membre d’honneur de l’Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV).

« Quand vous lisez un livre papier, vous ne recevez pas la même quantité de lumière. C’est le rétro-éclairage des appareils qui est néfaste. La lumière bleue active les cellules de la rétine qui ne servent pas à voir mais à informer l’horloge biologique de la quantité de lumière, et donc de l’heure du coucher », poursuit-il. Les chercheurs de Boston ont réalisé leur étude avec des documents téléchargés sur iPad, la tablette électronique d’Apple.
Le mieux, l’obscurité totale

« Une ampoule faible de 40 watts, un écran ou un voyant lumineux suffisent pour retarder l’horloge biologique et, en corollaire, le sommeil », précise cependant une étude de l’INSV. Une obscurité totale fait en effet partie des conditions pour une qualité de sommeil optimale. « Il faut avoir un bon rythme lumière/obscurité, avec des nuits bien noires et des jours le plus lumineux possible », soulignait ainsi le docteur Damien Léger dans une enquête de l’INSV publiée en 2013.

Et pour ceux qui ne peuvent vraiment pas se passer de leur liseuse, mieux vaut opter pour un modèle non éclairé, qui s’utilise sous une lampe, que pour un appareil rétro éclairé.
Plus de six écrans par foyer

Le nombre d’écrans, et notamment de tablettes électroniques, ne cesse d’augmenter dans nos foyers. En 2013, on trouvait ainsi en moyenne 6,5 écrans par foyer français, et 8 millions de ménages équipés d’une tablette, selon une étude Médiamétrie. Et la télévision reste allumée toute la nuit chez 17 % des personnes interrogées par l’INSV.

Près de la moitié des Français de plus de 18 ans dorment avec leur téléphone allumé dans la pièce et les deux tiers d’entre eux, réveillés par un message reçu pendant la nuit, prendront le temps de le lire.


Les rythmes veille-sommeil durablement perturbés

L’étude du Brigham and Women’s Hospital de Boston alerte sur les effets à longs termes de l’utilisation des appareils portables lumineux lors du coucher. « Cette utilisation a un impact biologique pouvant avoir des effets négatifs sur les performances, la santé et la sécurité », mettent en garde les chercheurs.

Les taux de mélatonine, l’hormone sécrétée pour faciliter l’endormissement, sont directement menacés par la luminosité des écrans. « L’éclairage diminue ou supprime la production de mélatonine, qui décroît déjà naturellement lorsque l’on vieillit. Avec ces appareils, la baisse est accentuée. Et plus le taux de mélatonine est bas, plus le sommeil est instable », explique le docteur Joël Paquereau.

L’INSV évoque même « un vrai cercle vicieux et des troubles du sommeil à long terme si l’on réitère l’exposition tardive à la lumière en lisant, en sortant le soir ou en traînant devant l’écran de son ordinateur ». Dans l’étude de Boston, les individus qui lisent sur tablette accusent notamment un réveil plus difficile et un moindre niveau d’alerte le matin que ceux lisant des livres papiers.
Le bruit et la température à surveiller aussi

Cependant, souligne le docteur Joël Paquereau, les livres ne sont pas pour autant la meilleure façon de s’endormir. « Le fait de faire quelque chose, y compris tourner une page, active le cortex et donc retarde le sommeil. Il est fortement déconseillé à une personne ayant des troubles du sommeil de lire un policier avant de s’endormir, par exemple », explique-t-il.

C’est tout l’environnement des individus qui doit être étudié pour déterminer les causes d’un sommeil perturbé. L’INSV rappelle notamment que le bruit et une mauvaise température peuvent troubler l’endormissement et les cycles de sommeil.

 

http://www.la-croix.com/Famille/Sante/Le-sommeil-menace-par-nos-ecrans-2014-12-23-1284187

Category : J'ai lu pour vous | Write a comment | Print

Comments