"> Invocation:Dis-moi ce que tu demandes - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 Invocation:Dis-moi ce que tu demandes et je te dirai qui tu es

16/12/2014

C'est bon, on y va ! C'est l'heure de passer au peigne fin tes invocations. Des heures à feuilleter des ouvrages, à cliquer sur des pages web, histoire de trouver LA formule magique, LE sésame qui t'ouvrirait les portes de l'exaucement, des heures à lever les mains, à supplier le Seigneur des Mondes, le front contre une moquette ou un tapis, à chuchoter des secrets que l'on ne partagerait pour rien au monde. L'effervescence, l'émotion, la passion et l'espoir, jusqu'à contempler de ses yeux ébahis, un signe du Très-Haut. On le sait tous, Allah (exalté soit-Il) récompense par l'exaucement, ceux qui observent ses prescriptions. On feint parfois, d'avoir honorer les règles de bienséance, et ne comprend pas pourquoi les choses ne se déroulent pas comme on les avait prévues ?

L'invocation est une adoration qui, trop souvent, est scrutée à l'aune de l'exaucement, et rarement sous un oeil -ou plutôt un coeur- spirituel. S'est-on demandé si cet acte, indépendamment de la convoitise qu'il suscite chez le serviteur, prenait une dimension particulière au sein de notre identité ? Je veux dire par là, qu'il serait nettement plus illustre pour tout un chacun, d'espérer la satisfaction d'Allah, de nous avoir compté parmi ceux qui ont usé de cette oeuvre pieuse, de nous voir solliciter Son pouvoir et Sa mansuétude, plutôt que de rechercher exclusivement, un exaucement technique, dénué d'abnégation et d'amour du divin. Aussi, ne serait-il pas plus noble, de rechercher à travers les conseils -pourtant visibles- dans le Coran et la Sunna, ce qui devrait enrober et caractériser nos invocations, dans le fond, et non comme nous le faisons trop souvent et à l'excès, dans la forme ?

Effectivement, on se demande parfois si la nature de nos demandes ne dévoile pas en réalité, le génome de notre identité. Nos coeurs sont des éponges. Nous les avons soit trempés dans la liqueur de ce bas-monde qui nous enivre, soit dans les rivières de l'au-delà qui ne semblent plus vraiment nous enthousiasmer. Pour preuve, évoquez le Paradis et ses innombrables autoroutes, ses innombrables rappels qui vous réconcilient avec le durable, l'éternel, et vous verrez les gens sourds devant ces "adhans" inestimables, pressés de rejoindre l'éphémère.

Dis-moi ce que tu demandes et je te dirai qui tu es. Car effectivement, si ton coeur est gouverné par le matériel, l'inclinaison aux compliments, le bien-être mondain, tes supplications seront conséquemment dirigées vers des acquisitions fugaces et distantes de ce qu'Allah aime et agrée.

فَمِنَ النَّاسِ مَن يَقُولُ رَبَّنَا آتِنَا فِي الدُّنْيَا وَمَا لَهُ فِي الآخِرَةِ مِنْ خَلاقٍ وَمِنْهُم مَّن يَقُولُ رَبَّنَا آتِنَا فِي الدُّنْيَا حَسَنَةً وَفِي الآخِرَةِ حَسَنَةً وَقِنَا عَذَابَ النَّارِأُوْلَئِكَ لَهُمْ نَصِيبٌ مِّمَّا كَسَبُواْ وَاللَّهُ سَرِيعُ الْحِسَابِ

"Et parmi les gens, il en est qui disent "Seigneur, accorde-nous de ce bas-monde" Pour ceux-là, nulle part dans l'au-delà. Et parmi eux, il en est qui disent "Seigneur, accorde-nous de ce bas-monde une belle part, et dans l'au-delà, une belle part, et préserve-nous du châtiment du Feu". Ceux-là auront une part de ce qu'ils auront acquis et Allah est prompt à rendre les comptes. Sourate Al baqara, versets 200 à 202

Celui dont le coeur est attaché à l'au-delà, dont les sens côtoient les rappels de l'au-delà, dont l'esprit est fréquemment orienté vers cet au-delà, durable et meilleur en tout point que cette vie éprouvante et vaine, alors effectivement, ses invocations seront rythmées par ce qu'Allah préfère. Elles porteront la couleur et l'odeur d'un monde que nous n'avons pas vu, mais dont nous avons entendu parlé, et qui par la confiance que nous portons envers notre Créateur, reste et restera à jamais, au sommet de toutes les hiérarchies possibles et imaginables.

L'invocation tirée de ces versets est édifiante. Commençons tout d'abord, par citer le hadith authentique recensé par Al Bukhari dans son Sahih, d'après Anas ibnu Malik (qu'Allah l'agrée) qui dit :

كان أكثرَ دعاءِ النبيِّ صلَّى اللهُ عليه وسلَّم : اللهم ربَّنا آتِنا في الدنيا حسنةً، وفي الآخِرةِ حسنةً، وقِنا عذابَ النارِ

"L'invocation que le Prophète (prière et salut sur lui) disait le plus était "Seigneur, accorde-nous une belle part ici-bas et une belle part dans l'au-delà, et protège-nous du châtiment du Feu"

Comme d'habitude, le Messager d'Allah (prière et salut sur lui) abreuve son âme assoifée de lumière, en puisant dans les recommandations divines. Sa compréhension fine et aiguisée de la religion d'Allah, lui rappelle à la fois les excès commis par certaines personnes en matière d'invocation, et le juste milieu auquel doivent aspirer les membres de la meilleure communauté.

As-tu remarqué que sur les trois éléments qui caractérisent cette supplication, deux concernent l'au-delà ? Est-ce un pur hasard ? Une chose est sûre, cette invocation prouve que le serviteur peut aspirer à bénéficier de faveurs dans ce bas-monde, autant que dans l'au-delà, et que le châtiment du Feu constitue une affaire tellement importante, que la demande de préservation contre ce dernier, mérite d'avoir sa place dans l'équation. Cette invocation constitue le niveau optimal de nos supplications, une station élémentaire et médiane en matière de religion, puisqu'elle honore à la fois le droit d'Allah, ainsi que le droit de Ses créatures. Si celle-ci est exaucée par le Tout-Miséricordieux, alors le bien de ce bas-monde inclura à la fois l'observance de Ses prescriptions, et le bénéfice de Ses faveurs terrestres. Puis, une fois arrivé dans l'au-delà, les effets de cette invocation se perpétueront et permettront à celui qui en faisait usage, à l'image de notre bien-aimé (prière et salut sur lui), de triompher dans les deux vies. Nos invocations sont cher frère, chère soeur, des provisions pour ce bas-monde et pour l'au-delà. Une fois l'âme rendue, elle est soit destinée au Feu, soit préservée par Allah (exalté soit-Il). Et qu'y a-t-il d'autre que la crainte d'Allah, constamment entretenue, qui puisse nous servir une fois devant le Seigneur du jour de la rétribution ?

وَتَزَوَّدُواْ فَإِنَّ خَيْرَ الزَّادِ التَّقْوَى وَاتَّقُونِ يَا أُولِي الأَلْبَابِ

Et prenez vos provisions. Mais en réalité, la meilleure des provisions est la Crainte (d'Allah). Et craignez-moi ô doués d'intelligence. Sourate Al Baqara, verset 197

Sommes-nous des invoquants du bas-monde ou des invoquants de l'au-delà ? Nos verbes nous trahissent, nos secrets sont connus de Celui vers qui nous tendons les paumes. Il sait ce qui est bon pour nous, Il nous l'a dit et l'a répété à maintes reprises. Mais nous avons préféré lui demander autre chose. Nos coeurs boitent désormais, parce que nous avons choisi d'inverser la vapeur de la Fitra (prime nature). Elle était à l'origine dirigée vers le Très-Haut, mais nous avons été envoûté par l'élixir de Satan. Et désormais, dans le coeur qui porte ses empreintes, on ne parle plus que de matériel et de fugace.

Méditons un instant sur cette parole du Messager d'Allah (prière et salut sur lui), dans laquelle il jure :

واللهِ ! ما الدُّنيا في الآخرةِ إلَّا مِثْلُ ما يَجعلُ أحدكُمْ إصبعَهُ في اليمِّ . فلينظرْ بِمَ يَرجِعُ ؟

"Par Allah ! Ce bas-monde vis-à-vis de l'au-delà, est comparable à l'un de vous lorsqu'il introduit son doigt dans la mer. Qu'il voit donc ce qu'il en retire ?" Authentique par Mouslim et d'autres.

Pourtant, cela ne nous a pas empêché de rythmer nos du'as en demandant à Allah, de nous faciliter des affaires mondaines, à longueur de sollicitations, jusqu'à en donner l'allure d'un quasi-monopole. Avons-nous été leurrés par ces pseudo-gravités, ces épreuves qui ne sont en réalité et face aux affres du jour dernier, que des épiphénomènes sans grand intérêt ? Ce jour terrible, sera le moment le plus terrifiant de notre existence, et beaucoup relativiseront leurs douleurs terrestres devant la lourdeur de ce qui les attend, ou encore, face à la récompense réservée aux patients. C'est en somme, ce qui ressort de cette parole prophétique, authentiquement rapportée par Ahmad :

لو أن رجلا يجر على وجهه من يوم و لد إلى يوم يموت هرما في مرضاة الله عز وجل لحقره يوم القيامة

"Si un homme se fait trainer face contre terre, du jour de sa naissance au jour de sa mort, par recherche de l'agrément d'Allah, il minimisera cela, le jour de la résurrection"

Nombreux sont les rappels qui mettent en évidence le fameux segment, où Allah (exalté soit-Il) dit :

وَلا تَنسَ نَصِيبَكَ مِنَ الدُّنْيَا

Et n'oublie pas ta part de ce bas-monde

Seulement, il incombe de préciser que ce passage du 77ème verset de la sourate Al Qassas, ne vient qu'en deuxième partie. Le segment qui le précède, rappelle avant toute chose, le plus important :

وَابْتَغِ فِيمَا آتَاكَ اللَّهُ الدَّارَ الآخِرَةَ

Et convoite, à travers ce qu'Allah t'a donné, la demeure dernière

Le voilà, le véritable équilibre en matière d'efforts ! L'essentiel tourne et tournera toujours autour de l'au-delà, car il est notre objectif principal. Aussi, nous faut-il accepter les faveurs divines qu'Allah nous a attribuées en ce bas-monde, car elles constituent un bien qu'Allah a non seulement autorisé, mais font également partie de l'obéissance divine.

Seulement, si l'équilibre est le thème qui anime ce sujet, il faut dire que certaines "balances" sont défectueuses du point de vue pratique. Si l'on s'en tient aux mises en garde divines et prophétiques, la longue espérance constitue l'un des meilleurs moyens d'oublier l'au-delà. Elle retarde les bonnes actions, ajourne le repentir, etc. Allah (exalté soit-Il) dit à ce sujet :

ذَرْهُمْ يَأْكُلُواْ وَيَتَمَتَّعُواْ وَيُلْهِهِمُ الأَمَلُ فَسَوْفَ يَعْلَمُونَ

Laisse-les manger, se délasser et se faire distraire par la longue espérance. Bientôt ils sauront. Sourate Al Hijr, verset 3

La tendance à la procrastination laisse une trace dans notre profil et notre emploi du temps : elle barre la route aux demandes de l'au-delà et à ce qui sert la foi. Pire encore, elle fait abandonner tout simplement l'invocation.

Ainsi et pour résumer, il importe pour toi cher frère, chère soeur, de t'interroger sur ta crainte du châtiment divin. Préfères-tu voir en Allah, Ses qualités de Bonté, de Pourvoyeur, de Celui qui entend les invocations et les exauce ; et te refuses-tu d'honorer Son droit à être craint ? Fais-tu partie de ceux qui se repentent souvent à Lui, ou au contraire, rejoins-tu ceux qui ne cessent de croire en la longue espérance ?

Si le juste milieu est la station que tu convoites, alors l'invocation citée dans le verset de la sourate Al baqara est faite pour toi. Garde à l'esprit que tes demandes qui concernent l'au-delà, sont plus grandes encore que toute chose que tu aies pu imaginer.

A d'autres égards, il se peut que tes épreuves terrestres te font croire qu'il s'agit là d'une nécessité absolue à laquelle tu ne peux déroger et qu'il te faut alors te résigner et ne pas invoquer Allah. Cela constitue une malheureuse erreur d'appréciation. C'est en ce sens que le Messager d'Allah (prière et salut sur lui) passa près d'un homme qui souffrait et lui dit :

أما كنت تدعو أما كنت تسأل ربك العافية قال كنت أقول اللهم ما كنت معاقبي به في الآخرة فعجله لي في الدنيا فقال النبي صلى الله عليه وسلم سبحان الله إنك لا تطيقه أو لا تستطيعه أفلا كنت تقول اللهم آتنا في الدنيا حسنة وفي الآخرة حسنة وقنا عذاب النار

"Pourquoi n'as-tu pas invoqué Allah ? Pourquoi n'as-tu pas demandé à ton Seigneur la guérison ? Il répondit : J'ai demandé : Ô Allah, hâte-moi mon châtiment de l'au-delà sur Terre. Il (prière et salut sur lui) dit : Pureté à Allah ! Tu ne pourras pas le supporter. Pourquoi n'as-tu pas dit : Ô Allah, accorde-nous une belle part ici-bas et une belle part dans l'au-delà, et protège-nous du châtiment du Feu ?" Authentique par At-thirmidi.

Cette invocation comme tu le constates, est celle que le Messager d'Allah (prière et salut sur lui) formulait le plus souvent. Elle est également celle qu'il conseillait particulièrement à ses compagnons. Ces derniers en faisaient de même, à l'image de ce que rapporte l'imam Al Bukhari dans Adab Al mufrad.

عن أنس بن مالك قال قيل له إن إخوانك أتوك من البصرة - وهو يومئذ - ب ( الزاوية ) - لتدعو الله لهم ، قال : اللهم اغفر لنا وارحمنا ، وآتنا في الدنيا حسنة وفي الآخرة حسنة وقنا عذاب النار . فاستزادوه فقال مثلها ، فقال : إن أوتيتم هذا ، فقد أوتيتم خير الدنيا والآخرة

D'après Anas ibnu Malik (qu'Allah l'agrée) à qui on dit un jour : Tes frères sont venus de Bassora afin que tu invoques Allah en leur faveur. A ce moment-là, il était à Zawiya (Ce terme a plusieurs significations. Il peut faire référence au nom d'un lieu près de Bassora ou à Médine, ou encore à un genre de château). Il dit alors : Ô Allah ! Pardonne-nous, fais-nous miséricorde, accorde-nous un bien de ce bas-monde, un bien dans l'au-delà et préserve-nous du châtiment de l'Enfer. Ils lui demandèrent de continuer, mais il fit la même invocation. Puis, il leur a dit : Si vous obtenez cela, vous obtiendrez tout le bien de ce bas-monde et de l'au-delà."

Enfin, parmi les invocations qui sont à la fois synthétiques et parfaites, nous citerons incha Allah celle enseignée par le Messager d'Allah (prière et salut sur lui) à son épouse Aïcha (qu'Allah l'agrée) :

يا عائشة ، عليك بجمل الدعاء و جوامعه قولي : اللهم إني أسألك من الخير كله ، عاجله و آجله ، ما علمت منه و ما لم أعلم و أسألك الجنة و ما قرب إليها من قول أو عمل ، و أعوذ بك من النار و ما قرب إليها من قول أو عمل و أسألك مما سألك به محمد ، و أعوذ بك مما تعوذ منه محمد ، و ما قضيت لي قضاء فاجعل عاقبته رشدا

"Ô Aïcha ! Que tes invocations soient belles et concises ! Lorsqu'il se retourna, je lui demandai : Quelles sont les invocations belles et concises ? Il répondit : Dis : Ô Allah ! Je Te demande tout le bien, le proche ou le lointain, que je le connaisse ou non. Et je me réfugie auprès de Toi contre tout le mal, le proche ou le lointain, que je le connaisse ou non. Et je Te demande le Paradis et tout ce qui peut m'en rapprocher, en paroles ou en oeuvres. Je me réfugie auprès de Toi contre l'Enfer et tout ce qui peut m'en rapprocher, en paroles ou en oeuvres. Je Te demande ce que Muhammad (prière et salut sur lui) T'a demandé et je me réfugie auprès de Toi contre ce que le Prophète Muhammad (prière et salut sur lui) s'est réfugié. Ce que Tu as décrété comme décret pour moi, fait que sa fin me soit bonne" Authentique par Al Bukhari dans Adab al mufrad.

Nous sommes en plein milieu de notre examen de conscience, et nous nous rendons compte qu'effectivement, nous sommes des serviteurs qui n'ont pas l'air de prioriser notre au-delà. Nous invoquons presque exclusivement pour des affaires mondaines, comme si nous sommes dispensés de jugement, comme si l'Enfer ne nous concernait pas, comme nous vivrions éternellement sur Terre. Et puis, nous nous souvenons de cette balance que chacun de nous possède, et à laquelle nous avons donné le nom de "discernement". Nous y plaçons ces quelques années de décennies vécues sur Terre d'un côté, et de l'autre, une éternité. Nous y concluons avec désarroi, que nos efforts ne portent pas la marque de l'intelligence, que même nos oeuvres religieuses comme l'invocation, sont colonisées par ce bas-monde. Mais il n'est pas trop tard, bien au contraire ! C'est le moment de prendre de nouvelles dispositions, de nommer certaines résolutions et de les placer dans notre gamme de réflexes. Désormais, nous accorderons à cette invocation, une place privilégiée, de manière à incha Allah, trouver le bonheur ici-bas et dans l'au-delà.

Et Allah est mieux Savant !

 

http://www.sous-missions.com/articles/zooms/notion-d-%C3%A9quilibre-dans-l-invocation/

Category : A propos de l'islam: | Write a comment | Print

Comments