"> Que signifie: "Ma Miséricorde dépasse M - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 Que signifie: "Ma Miséricorde dépasse Mon Courroux"

7/11/2014

 

Parmi la totalité des Attributs de Dieu, il en est deux qui sont : la Miséricorde et le Courroux.
Le premier relève des Attributs de Bonté (صِفَات الجمال), le second des Attributs de Rigueur (صِفَات الجلال).

Le prophète Muhammad (que Dieu le bénisse et le salue) a dit : "Lorsque Dieu eut créé la création, Il écrivit un écrit à Son Sujet : "إِنَّ رَحْمَتِى غَلَبَتْ غَضَبِى" (ou : "إِنَّ رَحْمَتِى تَغْلِبُ غَضَبِى" ou encore : "إِنَّ رَحْمَتِى سَبَقَتْ غَضَبِى") : "Ma Miséricorde domine / dépasse Mon Courroux" ; cela est écrit auprès de Lui, au-dessus du Trône" (al-Bukhârî, 3022, 6969, 6986, 7015, 7114 ; Muslim, 2751, etc.). Ce hadîth parle d'un moment où Dieu a terminé de créer les cieux et la Terre, mais – comme Ibn ul-Qayyim l'a écrit – où Dieu n'a pas encore créé les humains (Mukhtassar as-sawâ'iq il-mursala, p. 477).

"سَبَقَ" peut vouloir dire :
--- "a précédé dans le temps"),
--- ou : "a dépassé" (comme lors d'une concurrence entre deux choses).
Le second de ces sens ("dépasser") est très voisin de celui ("dominer") qu'a le terme qui figure dans les deux autres versions : "غَلَبَ"تَغْلِبُ".

-
Que la Miséricorde de Dieu dépasse ou domine Son Courroux, cela s'explique par le fait que :

– primo Dieu accorde Sa Miséricorde par pure Faveur (fadhlan), alors qu'Il n'est Courroucé que contre des gens qui ont concrètement fait le mal ('adlan) : Il ne se met pas en Colère contre, ni ne Châtie des gens qui n'ont rien fait de mal (contrairement à ce que les Jabrites prétendaient) ;

– secundo par faveur (fadhlan), Il guide des gens qui ont fait le mal jusqu'à présent, de même que le jour du Jugement, (pourvu qu'ils aient le minimum de foi voulue, asl ul-îmân) Il pardonnera à certaines des gens qui se présenteront à Lui en ayant fait du mal  ;

– tertio même lorsqu'Il se met en Colère contre des gens et qu'Il les châtie, Il pourrait les châtierbeaucoup plus que ce qu'Il fait.

-
Le Courroux et le Fait de châtier font bien partie des Attributs de Dieu, et :
oui, Dieu a bien utilisé à Son Propos ces Attributs ("وَمَن يَحْلِلْ عَلَيْهِ غَضَبِي فَقَدْ هَوَى" et "إِنَّ عَذَابِي لَشَدِيدٌ") ;
de même que les Verbes qui y correspondent ("وَغَضِبَ اللَّهُ عَلَيْهِمْ" et "وَمَن يَتَوَلَّ يُعَذِّبْهُ عَذَابًا أَلِيمًا") ;
mais Dieu n'a pas comme Noms inconditionnels (mutlaq) : "الغضبان" ("Le Courroucé") ou "المعذِّب" ("Le Châtieur").

A la différence des Qualificatifs liés à la Miséricorde : 
- ils ont été employés non seulement sous la forme d'Attributs
- et de Verbes,
mais aussi sous la forme de Noms inconditionnels (mutlaq). En effet, Dieu S'est nommé par les Noms :
--- "الرحيم" ("Le Miséricordieux"),
--- "الرحمن" ("Le Très Clément"),
--- "الغفور" ("Le Pardonnant"),
--- "الودود" ("L'Aimant")...
--- Dieu a même enseigné de Lui dire qu'Il est "أَرْحَمُ الرَّاحِمِينَ" ("Le Plus Miséricordieux de ceux qui font miséricorde") (Coran 23/118).

-
On voit que, à propos de "الغضب" (Colère) et de "العذاب" (Châtiment) :
- Les Verbes ont été employés à propos de Dieu.
- Les Attributs (qui sont des noms d'action, masdar) ont été employés à propos de Dieu.
- En revanche, les Noms de façon absolue (mutlaqan) n'ont pas été employés au sujet de Dieu.
--- Certes, en tant que Nom, ces termes ont bien été employés à l'affirmative au sujet de Dieu ;
--- Mais seulement en relation avec quelque chose de précis (muqayyad) : "وَإِن مَّن قَرْيَةٍ إِلاَّ نَحْنُمُهْلِكُوهَا قَبْلَ يَوْمِ الْقِيَامَةِ أَوْ مُعَذِّبُوهَا عَذَابًا شَدِيدًا" (Coran 17/58)"عن عبد الله رضي الله عنه عن النبي صلى الله عليه وسلم قال: "من حلف على يمين يقتطع بها مال امرئ مسلم هو عليها فاجر، لقي الله وهو عليه غضبان" (al-Bukhârî, 2229, Muslim, 138). Or on ne peut pas employer tel quel (mutlaqan) un Nom que Dieu n'a employé à Son Sujet qu'en relation avec quelque chose de précis (muqayyadan) (nous en avions parlé dans différents articles précédents : cliquez iciiciici et ici pour en savoir plus.)

--- De même, oui, Dieu a bien dit qu'Il est aussi "شديد العذاب" ("Dur dans le Châtiment") (Coran 2/165, ceci étant donc, sous cette forme composée, un de Ses Asmâ' Husnâ ;
--- Cependant, cela revient à la même chose que lorsqu'Il a dit : "إِنَّ عَذَابِي لَشَدِيدٌ" ("Mon Châtiment est, vraiment, dur") (Coran 14/7) : c'est-à-dire que lorsqu'Il décide de punir, Dieu est Dur dans la Punition qu'Il inflige.

Dieu n'a donc pas employé à Son Sujet le Nom Qualificatif inconditionnel : "المعذِّب" ("Le Châtieur") : un tel Nom aurait laissé penser qu'Il punit sans cesse, alors que ce n'est pas le cas.

-
La même chose peut être dite au sujet des Qualificatifs suivants :
"شديد العقاب" ("Celui qui est Dur dans la Punition") ,
"سريع العقاب" ("Celui qui est Prompt dans la Punition"),
"ذو انتقام" ("Détenteur d'une Vengeance").

Ces Qualificatifs ont dûment été employés par Dieu à Son propre Sujet, mais Dieu n'a pas dit qu'Il aurait les Noms Qualificatifs inconditionnels suivants : "المُعاقِب" ("Celui qui punit"), "المنتقِم" ("Celui qui se Venge")...

-
Ibn Taymiyya écrit : 
"Ainsi, Dieu n'a pas dit : "Je Suis, Moi, "
المعذِّب" ("Le Châtieur")".
Il n'y a pas, non plus, parmi les Noms de (Dieu) qui sont établis comme provenant du Prophète (que Dieu le bénisse et le salue) : "
المنتقِم" ("Celui qui se Venge"). Le (Qualificatif) "منتقِم" n'est venu dans le Coran que restreint à quelque chose ("muqqayadan"), comme dans la parole de (Dieu) : "إِنَّا مِنَ الْمُجْرِمِينَ مُنتَقِمُونَ" [Coran 32/22]. Et son sens a été attribué à Dieu dans la parole de (Dieu) : "إِنَّ اللّهَ عَزِيزٌ ذُو انْتِقَامٍ" [Coran 14/47] : ceci est un (mot) indéfini après une affirmation ; or l'indéfini se trouvant après une affirmation est tel quel, il ne s'y trouve pas de généralité par voie de pluriel"
 (MF 17/95).

On voit que la Miséricorde de Dieu dépasse Son Courroux.

-
Pourquoi Dieu n'est-Il pas seulement le Bon, le Miséricordieux ? Pourquoi est-Il aussi Celui qui se met en Colère, Celui qui Châtie ?

Parce que la Perfection ne réside pas dans le fait d'être seulement Bon, Pardonnant, Aimant, etc.

La Perfection réside dans le fait d'une part d'être Bon, Pardonnant, Aimant, etc., mais, parallèlement, de Détester, d'être Courroucé, de Punir, etc. : la Justice et la Sagesse dépendent de cela. Et dans le fait d'autre part que les premiers Attributsdominent et dépassent les seconds ; en d'autres termes : que la Miséricorde domine et dépasse le Courroux.

C'est ainsi qu'est Dieu.

-
Vu que Dieu est Aimant, mais Châtie aussi, il ne faut pas, quand on parle de notre relation avec Dieu, évoquer celle-ci toujours en termes d'amour, et jamais ou presque jamais en termes de crainte également :

Ibn Taymiyya écrit : "Et c'est pourquoi (…), parmi les gens de la connaissance, certains ont détesté que l'on s'assoie dans la compagnie de gens qui parlent énormément d'amour [de Dieu] sans (parler aussi de) crainte [pour Lui]. (Et c'est pourquoi), parmi les Prédécesseurs, a dit celui qui l'a dit :
"- Celui qui adore Dieu par l'amour seulement, celui-là est un zindîq.
- Celui qui L'adore par l'espoir seulement, celui-là est un murji'.
- Celui qui L'adore par la crainte seulement, il est un harûrî [= un kharijite].
- Et celui qui L'adore par l'amour, la crainte et l'espoir, celui-là est un croyant monothéiste""
(Al-'Ubûdiyya, pp. 161-162 ; MF 10/207).

Certes, la directive du Prophète (sur lui soit la paix) lorsqu'on adresse des conseils aux gens est bien connue, elle figure dans ce célèbre hadîth : "Donnez la bonne nouvelle et ne faites pas fuir" (al-Bukhârî 4086, Muslim 1733 ; également al-Bukhârî 69, Muslim 1732). Mais, à la lumière de ce que Ibn Taymiyya a relaté, on sait bien qu'il faut aussi parler de crainte de Dieu, de Châtiment de Dieu, etc. Ibn Hajar fait la synthèse entre ces deux choses en commentant ainsi ce hadîth : "Donnez essentiellement la bonne nouvelle et attirez ainsi les gens. Et quand il y a nécessité de communiquer l'avertissement, la menace [de châtiment], faites-le d'une façon qui ne fasse pas fuir" (Fat'h ul-bârî 8/77). De nouveau on le voit : la Miséricorde dépasse le Courroux.

-
Tous les Attributs de Dieu sont Perfection, et aucun ne constitue une quelconque imperfection. Cependant, peut-on dire que, tous étant parfaits, certains sont meilleurs encore que d'autres ?

Ibn Taymiyya répond par l'affirmative : "Les textes traitant de la plus grande valeur (fadhl) de telle Parole de Dieu par rapport à une autre, et même de la plus grande valeur (fadhl) de certains Attributs (de Dieu) par rapport à d'autres : sont nombreux" (MF 17/89).

Plus loin le savant damascain écrit que la Miséricorde de Dieu a ainsi une plus grande valeur que le Courroux de Dieu, par rapport au fait que le premier Attribut dépasse et domine le second (MF 17/91).

Plus loin encore, il écrit : "Mention des Deux Mains est présente dans plusieurs hadîths. Dans (ces hadîths), il est aussi dit que toutes les deux sont Droites, avec une plus grande valeur donnée à la Droite" (MF 17/92-93).

-
Un passage du Coran où Dieu s'adresse aux hommes pour leur dire ceci :

"يَا عِبَادِيَ الَّذِينَ أَسْرَفُوا عَلَى أَنفُسِهِمْ لَا تَقْنَطُوا مِن رَّحْمَةِ اللَّهِ إِنَّ اللَّهَ يَغْفِرُ الذُّنُوبَ جَمِيعًا إِنَّهُ هُوَ الْغَفُورُ الرَّحِيمُ  وَأَنِيبُوا إِلَى رَبِّكُمْ وَأَسْلِمُوا لَهُ مِن قَبْلِ أَن يَأْتِيَكُمُ الْعَذَابُ ثُمَّ لَا تُنصَرُونَ"
"O Mes serviteurs qui avez agi excessivement par rapport à vous-mêmes, ne désespérez pas de la Miséricorde de Dieu. Dieu pardonne tous les péchés. Il est, Lui, le Pardonnant, le Miséricordieux. Et revenez vers votre Seigneur et soumettez-vous à Lui, avant que ne vienne à vous le châtiment, et alors vous ne serez point secourus" (Coran 39/53-54).

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

 

 http://www.maison-islam.com/articles/?p=672
Category : A propos de l'islam: | Write a comment | Print

Comments