"> Droits et devoirs du malade en - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 Droits et devoirs du malade en Islam

9/9/2014

 

Le musulman a des devoirs envers son frère malade. Il est important qu’il lui rende visite et qu’il s’enquiert de son état. Le Prophète (psl) a dit :

“ Quand le musulman rend visite à son frère musulman malade, il ne cesse de cueillir les fleurs et les fruits du Paradis jusqu’à ce qu’il retourne chez lui. ” (Mouslim)

Il est également conseillé d’encourager le malade avec des bonnes paroles, afin de fortifier son âme, d’invoquer Dieu en sa faveur, et de réciter le Coran.

Le Prophète (psl) a dit :

“ Dieu à Lui la Puissance et la Gloire, au Jour de la Résurrection, dira : “ Ô fils d’Adam ! Je suis tombé malade et tu ne M’as pas visité ? – Seigneur, répondit l’homme, comment te rendre visite ? Tu es le Seigneur des mondes. – Ne savais-tu pas que mon serviteur untel est tombé malade ? Tu ne l’as pas visité ? Ne savais-tu pas que si tu l’avais visité, tu M’aurais trouvé chez lui ? ”  (Mouslim)

Quant aux règles que le malade est tenu d’observer, il devra faire preuve de patience - retenons que la patience représente la moitié de la foi, dont l’autre moitié est la gratitude. Il devra, en outre, recourir à l’invocation et s’en remettre en toute confiance à Dieu, qu’Il soit glorifié. Il doit, aussi, habituer son âme à supporter l’adversité sans lassitude, attendre les résultats même s’ils ne sont pas immédiats et faire face aux difficultés avec un cœur qui n’a point de doute.

Les prescriptions religieuses sont, pour le malade, allégées :

Les ablutions peuvent être remplacées par letayammum, institué pour ceux qui ne trouvent pas d’eau, mais également pour ceux qui ne peuvent pas s’en servir à cause de maladie ou de crainte d’aggraver le mal ou d’en retarder la guérison.

Le Prophète Mohammad (psl) apprenant que l’un de ses Compagnons, blessé à la tête, succomba après s’être lavé le corps, dit :

“ Il lui aurait suffi de recourir au tayammum ou de panser sa blessure, de passer la main sur le pansement et de se laver le reste du corps. ” (Abu Daoud)

La prière peut s’accomplir en position assise, voire couchée, en cas d’incapacité de l’effectuer debout.

Le Prophète Mohammad (psl) dit à Omran ben Hoçaine :

“ Prie debout, si tu ne peux pas, prie assis, sinon étendu. ”(Boukhari)

Le malade n’est pas tenu de jeûner durant le mois de Ramadan. Si on espère la guérison, on l’attend pour accomplir le jeune manqué, autrement, on fait une aumône pour chaque jour manqué.

“ […] Quiconque d’entre vous est malade ou en voyage devra jeûner un nombre égal d’autres jours. Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter [qu’avec grande difficulté], il y a une compensation : nourrir un pauvre […] ” (sourate 2, La vache, verset 184)

Le pèlerinage est obligatoire pour ceux qui ont les moyens physiques, matériels ou financiers. Ainsi, la personne malade n’est pas obligée de l’accomplir, si son état de santé ne le permet pas.

“ […] Et c’est un devoir envers Allah pour les gens qui ont les moyens, d’aller faire le pèlerinage de la Maison […] ”(sourate 3, La Famille d’Imran, verset 97)

Le musulman malade n’est pas obligé de se raser la tête lors du pèlerinage, s’il souffre d’affection de la tête :

“ […] Si l’un d’entre vous est malade ou souffre d’une affection de la tête [et doit se raser], qu’il se rachète alors par un Siyam ou par une aumône ou par un sacrifice […] ”(sourate 2, La vache, verset 196)

Yamina H.

“ Nul grief n’est à faire à l’aveugle, ni au boiteux, ni au malade […] ” (sourate 48, La victoire éclatante, verset 17) 

 

http://www.islam-medecine.com/article108.html

Category : Le prophète ,Haddiths | Write a comment | Print

Comments