"> L'usage des gouttes au cours du - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 L'usage des gouttes au cours du jeûne

29/6/2014

Les gouttes pour les yeux

Les oulémas ont deux avis concernant la validité du jeûne de celui qui fait usage de gouttes pour les yeux :

1- Les Mâlékites et les Hanbalites sont d'avis que l’usage des gouttes pour les yeux invalide le jeûne si les gouttes arrivent à la gorge, car on peut faire transiter un liquide vers l’estomac à travers les yeux même si cela n’est pas habituel.

2- Les Hanafites dans leur opinion prépondérante, de même qu'un groupe d'oulémas, estiment au contraire que les gouttes pour les yeux n'annulent pas le jeûne, car cela n’est pas considéré comme une chose contraire au jeûne même si la personne qui jeûne sent, dans sa gorge, le goût de ce médicament. Cela est également l’avis de Chaykh al-Islam ibn Taymiyya ainsi que d’un groupe de savants contemporains.

L'avis prépondérant, et Allah, exalté soit-Il, sait mieux, est que les gouttes dans les yeux n'invalident pas le jeûne. Toutefois, il est préférable d’attendre la nuit pour ce traitement, pour éviter tout risque et tenir compte de cette divergence. Tout comme il est préférable d'utiliser un genre de produit dont le goût ne parvient pas à la bouche, et si la personne qui jeûne sent les gouttes dans sa gorge, il convient de les cracher.

Les goutes nasales

Premièrement, si les goutes ne parvienent pas à la gorge, elles ne rompent pas le jeûne. Si elles y parviennent, elles l'interrompent. Nous en avons déjà parlé dans la réponse donnée à la question n° 93531.

Deuxièmement, si les goutes parviennent à la gorge de manière que le malade en sente la saveur, s'il ne peut pas s'en passer pendant le Ramadan, si aucun substitut n'exise et si sa maladie est jugée incurable, il est alors assimilé au vieillard et est tenu de nourrir des pauvres compte tenu de la parole du Très Haut: «Quiconque d'entre vous est malade ou en voyage, devra jeûner un nombre égal d'autres jours.» (Coran,2:184).

Ibn Qoudamah (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dit: «Le malade jugé incurable ne jeûne pas. Il nourrit un pauvre pour chaque jour à jeûner parce assimilable au vieillard.» Extrait d'al-Moughni (4/396).

S'agissant du jeûne déjà effectué, nous espérons qu'Allah , par sa générosité, l'agréra de vous et ne vous en tiendra pas rigueur, étant donné que vous utilisiez ces goutes tout en ignorant qu'elles invalidaient le jeûne. Il s'y ajoute que cette disposition de la loi est controversée chez les ulémas. Le juste parmi les avis qu'ils ont émis est que celui qui , par ignorance , commet un acte de nature à invalider le jeûne, n'encourt rien. Ceci a déjà été expliqué dans la réponse donnée à la question n° 93866. Nous demandons à Allah de vous accorder un prompt rétablissement.

Le jugement de la goute introduite dans l'oreille au cours d'une journée du Ramadan


L'usage des goutes pour les yeux ou les oreilles par le jeûneur ne fait l'objet d'aucun inconvénient et n'invalide pas le jeûne. Certains ulémas soutiennent qu'il l'invalide si l'intéressé en sent la saveur à la gorge. Par précaution , il vaut mieux s'en abstenir pendant les journées du Ramadan. Si celui qui en a senti la savoir dans sa gorge rattrapait le jeûne de la journée concernée par précaution , ce serait préférable.

On lit dans une résolution de l'Académie Islamique de Jurisprudence: «Les choses suivantes ne sont pas considérées comme des facteurs de rupture du jeûne: la goûte pour l'œil, la goûte pour l'oreille, le lave oreille, la goûte au nez, la pompe nasale, pourvu d'éviter d'avaler ce qui en pénètre la gorge.»

Cheikh Ibn Baz (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dit:« Se nettoyer les dents à l'aide d'une patte de dentifrice n'invalide pas le jeûne. Il en est de même de l'usage du cure-dent. Il faut toutefois éviter que des fragments en parviennent au ventre. Si cela lui arrive involontairement, il n'aura pas à rattraper le jeûne du jour concerné. C'est aussi le cas pour la goute à l'œil ou à l'oreille car elles n'entraînent pas la rupture du jeûne selon le plus juste des deux avis émis par les ulémas. S'il éprouve la saveur des goûtes dans sa gorge, la précaution vaut qu'il rattrape le jeûne du jour mais ce n'est pas un devoir car les deux voies (l'œil et l'oreille) ne sont pas utilisables pour boire et manger. Quant à la goutte à prendre par voie nasale, son usage n'est pas permis (au jeûneur) car le nez est un passage (pour la nourriture). C'est pourquoi le Prophète (Bénédiction et salut soient sur lui) dit: «Inhale fortement (l'eau) à moins que tu sois en jeûne.» (Rapporté par at-Tirmidhi,788 et par Abou Dawoud,142 et jugé authentique par al-Albani). Celui (le jeûneur) qui le fait doit rattraper le jeûne du jour concerné en vertu de ce hadith et de ceux qui abondent dans le même sens, s'il sent une saveur dans sa gorge.» Madjmou fatawa Cheikh Ibn Baz (15/15/260,261).

Le même cheikh (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dit:« Ce qui est juste c'est que la goûte n'invalide pas le jeûne, bien que la question fasse l'objet d'une divergence au sein des ulémas dont certains disent que si la saveur de la goûte parvient à la gorge, elle invalide le jeûne de l'intéressé. Ce qui est juste c'est qu'elle ne l'invalide pas car l'œil n'est pas un passage (pour la nourriture). Si toutefois l'intéressé rattrapait le jeûne par précaution et compte tenu de la divergence à propos du cas où l'on sent la saveur, il n' y aurait aucun inconvénient à le faire. Il n'en demeure pas moins vrai que la goûte utilisée pour l'œil ou l'oreille n'invalide pas le jeûne.» Extrait de Madjmou fatawas Cheikh Ibn Baz (15/263).

Cheikh Muhammad ibn Salih al-Outhaymine (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dit: «Quant à la goûte appliquée à l'œil comme le kohol et la goûte à l'oreille, elles n'invalident pas le jeûne car les textes ne les mentionnent pas et elles ne sont pas assimilables à ce qui est mentionné. L'œil n'est pas un passage pour le boire et le manger. L'oreille non plus. Elles sont des pores du corps comme d'autres.

Les ulémas disent: si quelqu'un pataugeai dans de la coloquinte et en sentait la savoir dans sa gorge, son jeûne ne serait pas rompu car les pieds ne sont pas un passage (vers le ventre). De même, si on s'enduit de kohol ou prend une goûte à l'œil ou à l'oreille, son jeûne n'est pas rompu, même si on en sentait la saveur dans sa gorge. Il en serait de même encore si on s'appliquait une pommade curative ou ordinaire, cela ne nuirait pas. L'usage de la pompe destinée à faciliter la respiration n'invalide pas le jeûne car rien n'en parvient à l'estomac et ce n'est assimilable ni au manger ni au boire.» 

 

http://islamqa.info/fr/80208

http://www.islamweb.net/frh/index.php?page=showfatwa&FatwaId=6028

Category : A propos de l'islam: | Write a comment | Print

Comments