"> Pourquoi contempler la mer nous - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 Pourquoi contempler la mer nous apaise

13/5/2014

Contemplation de la mer

Etre face à l’océan. Le contempler. Le ressentir. Quel homme n’éprouve pas un immense plaisir face à cette étendue aquatique en mouvement ?

Etre face à la mer est le moment de laisser son esprit « divaguer » devant les vagues. C’est l’occasion de se retrouver face à ses pensées et de réfléchir devant l’immensité de la mer. C’est l’endroit idéal pour méditer. Beaucoup de personnes méditent instinctivement devant l’océan sans le savoir.

La méditation apporte des bénéfices reconnus à notre santé . Parmi les bienfaits révélés par différentes études, on note une activation du cerveau dans les zones où siègent les émotions positives et une réduction de l’activité des zones cérébrales où se logent l’anxiété et les émotions négatives. La méditation accroît la vigilance, l’attention et la productivité mentale. Elle diminuerait la tension artérielle, la fréquence cardiaque et le rythme respiratoire. Elle permettrait aussi la diminution des hormones de stress dans le sang comme le cortisol et augmenterait le taux de mélatonine, hormone régulant les cycles veille-sommeil. Elle pourrait avoir un effet positif sur l’immunité et favoriser la guérison. Que des bonnes raisons pour méditer quand vous regardez l’océan ou quand vous attendez les vagues…

De l’oxygène qui nous aère la tête, des embruns qui nous apaisent le cœur, des vagues qui nous bercent ou nous massent le corps… La mer nous offre une vraie cure de “thalassa-thérapie”. A vivre pleinement.

Pas de pression en bord de mer ? Façon de parler… Avec une pression atmosphérique maximale, l’air y est enrichi en oxygène. Cet effet se conjugue à celui des microalgues, véritables poumons de la planète, produisant 70 % de l’oxygène que nous respirons. Idéal pour ventiler nos poumons.

Cette pression atmosphérique facilite également l’absorption des ions négatifs, fines particules chargées électriquement qui nous rendent moins vulnérables à la douleur et au stress. Parmi ces ions : l’iode, micronisé dans les gouttelettes, dont nos organismes ont tendance à manquer cruellement et qui stimule la fabrication d’hormones thyroïdiennes. Les embruns et les algues échouées à marée basse en laissent échapper. D’autres proviennent des branches d’arbres et des roches balayées par le vent. L’air marin est si pur, par rapport à celui des villes, que s’y concentrent soixante-deux fois plus d’ions négatifs et cent fois moins de germes (voire aucun germe du tout en haute mer). Cela vaut bien une balade décoiffante en pédalo, en voilier ou à pied sur les îles. Inutile de bomber le torse en faisant de longues inspirations !

Sur le continent, une simple promenade de une heure suffit pour bénéficier de ce climat dit "de bord de mer" qui s’étend jusqu’à quatre kilomètres du rivage. Celui dit "maritime" prodigue encore des bienfaits à cinquante kilomètres à l’intérieur des terres.

Il suffit de voir la mer pour qu’elle « instille au corps un immédiat et profond sommeil », écrit François Solesmes dans "D’un rivage" (Encre marine, 1992). Comme si son immensité nébuleuse nous hypnotisait. D’ailleurs, observe l’écrivain, « elle s’annexe l’âme et la persuade sans peine d’entrer dans ses divagations ». A l’écouter aussi, l’esprit largue les amarres. Le métronome lancinant des vagues nous évoque le rythme cardiaque et nous repose.

Selon Dominique Hoareau, médecin spécialiste des thérapies marines et de la gestion du stress (1), cet effet sonore ne fait que renforcer l’action du climat. « Les ions négatifs que la force des vagues libère ralentissent le rythme cardiaque et respiratoire chez la plupart des gens. Ceux qui, au contraire, ressentent de la nervosité et des troubles du sommeil s’adapteront au bout de un à trois jours. »
Mais pourquoi ne pas se concentrer sur la lente mélopée des vagues en s’efforçant de respirer calmement pour trouver l’apaisement ?

1 - Médecin au centre de thalassothérapie Le Richelieu-Ile de Ré, auteur des Thérapies marines : soins à base d’eau de mer, d’algues et de phytoplancton (Dangles, 2002).

 

 

 

 

 

http://blog.surf-prevention.com/2010/03/27/dave-rastovich-surfer-meditation-surfeur-devant-l-ocean/

http://www.psychologies.com/Bien-etre/Prevention/Thalasso-et-thermalisme/Articles-et-Dossiers/De-l-eau-de-l-air-de-l-iode-un-vrai-bain-d-energie

Category : J'ai lu pour vous | Write a comment | Print

Comments