"> Les hommes n'ayant pas eu de - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 Les hommes n'ayant pas eu de prophète; seront ils jugés responsables?

16/12/2013

Un homme auquel le message d'aucun prophète de Dieu n'était parvenu sera-t-il puni dans l'au-delà s'il avait sur terre manqué à ce minimum 1.1 ?

Ce point-là fait l'objet d'avis divergents au sein même de l'orthodoxie sunnite...

– D'après la majorité des ulémas – les malikites, les shafi'ites, les hanbalites et certains hanafites –, un tel homme ne sera pas sujet à la punition dans l'au-delà même pour ses manquements à des éléments de la catégorie 1.1. Sa fausse croyance est bel et bien nommée "kufr" et ses mauvais actes "kabîra", mais il n'aura pas dans l'au-delà la rétribution liée à eux (Al-Jawâb us-sahîh, Ibn Taymiyya, 1/275-276).
Parmi les arguments sur lesquels cet avis repose il y a le fait que Dieu a dit dans le Coran : "وَمَا كُنَّا مُعَذِّبِينَ حَتَّى نَبْعَثَ رَسُولاً" : "Nous n'en étions pas à châtier jusqu'à ce que nous ayons envoyé un messager" (Coran 17/15). Le message d'aucun Messager n'étant parvenu à un homme donné, il ne sera donc pas puni.
Dieu dit de même qu'Il a envoyé les Messagers afin que les hommes n'aient pas d'"argument" ("hujja") : "رُّسُلاً مُّبَشِّرِينَ وَمُنذِرِينَ لِئَلاَّ يَكُونَ لِلنَّاسِ عَلَى اللّهِ حُجَّةٌ بَعْدَ الرُّسُلِ وَكَانَ اللّهُ عَزِيزًا حَكِيمًا" : "Des Messagers donnant la bonne nouvelle et avertissant, afin que les hommes n'aient plus d'argument devant Dieu après la (venue des) Messagers" (Coran 4/165).

– Par contre, d'après certains ulémas hanafites (voir Ussûl ul-fiqh il-islâmî, az-Zuhaylî, 1/127, voir aussi Al-Jawâb us-sahîh, 1/276), un tel homme sera bien jugé dans l'au-delà pour ses manquements dans les éléments de cette catégorie 1.1 (aussi bien croyances qu'actions) ; et il pourra être rétribué en conséquence, sauf si Dieu lui pardonne (au niveau des actes). Ceci semble être aussi l'avis de Shâh Waliyyullâh (Hujjat ullâh il-bâligha 1/485).
Ces ulémas se fondent eux aussi sur des versets, ainsi que sur des hadîths. Un verset dit : "أَفَلَمْ يَسِيرُوا فِي الْأَرْضِ فَتَكُونَ لَهُمْ قُلُوبٌ يَعْقِلُونَ بِهَا أَوْ آذَانٌ يَسْمَعُونَ بِهَا" : "N'ont-ils pas parcouru la terre afin d'avoir des cœurs par lesquels ils raisonnent ou des oreilles par lesquelles ils écoutent ?" (Coran 22/46). Ces deux noms d'actions (masdar) "'aql" – raisonner par son cœur – et "sam'" – écouter et comprendre le message de la révélation – décrivent respectivement les aspects des croyances et de l'éthique que l'homme possède de façon quasi-intuitive, et la révélation qui vient protéger, orienter et développer cette perception globale. Ainsi, le fait qu'il doit se produire un jour où les hommes seront justement rétribués pour leurs actes relève, en son essence, de ce que l'intelligence du cœur ressent intuitivement ("'aql") ; la façon exacte selon laquelle cette rétribution se déroulera ne peut cependant être obtenue que par les textes de la révélation ("sam'") (cf. Hâdi-l-arwâh, pp. 499 et 502). Selon ce commentaire, "al-qalb alladhî yu'qal bih" désigne donc le fait de se fonder sur la Lumière intérieure de l'homme, et "as-sam'" désigne le fait de se fonder sur la Lumière de la révélation. Il y a donc deux lumières dont l'homme dispose pour orienter ses croyances et ses actes : celle du cœur qui raisonne, qui est en lui, et celle de la révélation, qui vient d'au-dessus du ciel étoilé au-dessus de lui. "Lumière sur lumière" (Coran 24/35). Voici un autre verset coranique : "وَقَالُوا لَوْ كُنَّا نَسْمَعُ أَوْ نَعْقِلُ مَا كُنَّا فِي أَصْحَابِ السَّعِيرِ" : "Et ils diront : "Si nous avions écouté ou raisonné, nous ne serions pas parmi les gens de la fournaise"" (Coran 67/10). Ici aussi, "écouter" désigne le fait d'écouter ce que Dieu a révélé (cf. Tafsîr Ibn Kathîr) ; "raisonner" est quant à lui l'action du "cœur qui raisonne". Si un homme n'avait pas pu avoir accès sur terre à la lumière de la révélation, il avait au moins disposé de la lumière de son cœur. C'est bien pourquoi ces hommes se lamenteront de ne pas avoir raisonné. En cas de manquement à ce que ce "cœur qui raisonne" souffle de façon naturelle, l'homme auquel aucune révélation n'était parvenue pourra donc être rétribué après la résurrection.

– Quant aux versets cités par le premier groupe des ulémas (parmi lesquels ce verset :"وَمَا كُنَّا مُعَذِّبِينَ حَتَّى نَبْعَثَ رَسُولاً" : "Nous n'en étions pas à châtier jusqu'à ce que nous ayons envoyé un messager" : Coran 17/15), ce second groupe de ulémas les comprend dans le sens de "châtiment de destruction sur terre" ("عذاب استئصال في الدنيا") (voir Rûh ul-ma'ânî, al-Alûssî, commentaire du verset 17/15). Dieu dit ainsi : "وَلَوْ أَنَّا أَهْلَكْنَاهُم بِعَذَابٍ مِّن قَبْلِهِ لَقَالُوا رَبَّنَا لَوْلَا أَرْسَلْتَ إِلَيْنَا رَسُولًا فَنَتَّبِعَ آيَاتِكَ مِن قَبْلِ أَن نَّذِلَّ وَنَخْزَى" : "Et si Nous les avions détruits par un châtimentavant cela, ils auraient dit : "Seigneur, pourquoi ne nous as-Tu pas envoyé un Messager, en sorte que nous eussions suivi Tes signes avant d'être avilis et humiliés (de la sorte)" (Coran 20/134). On voit bien, ici, qu'il s'agit d'un châtiment dedestruction, envoyé en ce monde.

Au niveau des hadîths, il y a le fait que le Prophète (sur lui la paix) a dit que son propre père était dans le feu [il avait été mushrik] : "إن أبى وأباك فى النار" (rapporté par Muslim). Or le père du Prophète n'avait eu accès au message d'aucun Messager, puisque le Coran dit explicitement des Arabes adnanites de l'époque de Muhammad qu'il s'agissait de "قَوْمًا مَّا أُنذِرَ آبَاؤُهُمْ فَهُمْ غَافِلُونَ" : "un peuple dont les pères n'ont pas été avertis, et qui est donc insouciant" (Coran 36/6).

– A cela la réponse possible des ulémas du premier groupe est que ce verset 36/6 affirmant que les ancêtres des Arabes Adnanites "n'avaient pas été avertis" ne signifie pasque le message d'aucun prophète ne leur était parvenumais qu'ils n'avaient reçu aucun prophète venu leur rappeler la véracité du message de Abraham et Ismaël, qui, lui, leur était parvenu à travers les âges, et c'est à cause de l'absence de rappel qu'ils étaient insouciants par rapport à Dieu et l'au-delà.

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

 

http://www.maison-islam.com/articles/?p=127

 

Category : A propos de l'islam: | Write a comment | Print

From the same author

Comments