"> Pourquoi en hiver il y a une - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 Pourquoi en hiver il y a une stimulation d'urine ?

8/11/2013

 

Lorsque notre corps détecte un refroidissement qu'il considère comme significatif (et ce seuil varie en fonction de notre degré d'acclimatation), les petits vaisseaux sanguins proches de la peau (capillaires) se contractent. La peau devient ainsi blanche et froide, ce qui a pour effet de limiter les échanges thermiques entre notre peau et l'extérieur. De même, les petites artères qui irriguent nos doigts, nos oreilles, nos orteils et toutes ces petites parties périphériques de notre corps se contractent, en diminuant ainsi l'afflux sanguin dans ces régions. Les extrémités (mains, pieds, nez, oreilles...) se refroidissent donc globalement. Ce faisant, notre sang afflue vers le centre du corps et se réfugie sous notre couche adipeuse, où il est relativement bien isolé du froid ambiant.

Le centre du corps se réchauffant, et les capteurs thermiques cutanés détectant un refroidissement important de la périphérie renverra ensuite périodiquement du sang aux parties les plus froides. C'est ce qui explique qu'on a alternativement le bout du nez blanc et rouge lorsqu'on est dehors en hiver... Il n'en reste pas moins que, ultimement, c'est le centre du corps qui concentrera la circulation sanguine en cas de besoin, et que la périphérie du corps sera toujours sacrifiée si les organes du « noyau vital » sont menacés.


Ici, en gris : le « noyau vital » que le corps fait tout pour garder à 37°C. 
La température du reste du corps (non-coloré) peut varier grandement.

C'est en effet ce phénomène de vaso-constriction périphérique qui explique que les engelures surviennent pratiquement toujours aux extrémités : orteils, doigts, oreilles... Le corps, se refroidissant trop, sacrifie ainsi les tissus périphériques pour permettre aux organes vitaux de continuer à fonctionner. Ce processus, fruit de l'évolution, est d'une logique implacable... Ça ne sert évidemment pas à grand chose d'avoir des orteils si on est mort. Vivre sans orteils, cependant, est dans le domaine du possible.

L'alcool, qui est un vasodilatateur puissant, est à proscrire. Il peut, certes, aider à prévenir les engelures des extrémités, mais il le fait au détriment des chances de survie de l'organisme tout entier... tout cela sans parler du fait qu'il existe des substances plus appropriées si on souhaite conserver un peu de jugeotte dans les moments critiques...

Par temps chaud, près d'un tiers de notre volume sanguin passe par notre peau et nos artérioles périphériques. On comprend donc que la constriction des vaisseaux sanguins dans ces régions crée un afflux sanguin massif vers le centre de notre corps. C'est comme si nous avions subitement un ou deux litres de sang en trop. Notre tension artérielle centrale augmente, et notre corps ré-équilibre le tout en sécrétant des hormones qui stimulent notre production d'urine (afin d'éviter l'hypertension artérielle).

Cette production massive d'urine a pour effet, à moyen terme, de nous déshydrater légèrement. Notre sang, perdant de son eau, devient plus concentré et plus visqueux. Il circule moins bien, ce qui rend la lutte contre le froid d'autant plus difficile, d'où l'importance de se réhydrater conscieucieusement. Par ailleurs, l'air froid est extrêmement sec, et il nous pompe parfois jusqu'à 200ml d'eau à l'heure par le seul fait de notre respiration... On peut limiter un peu cette déperdition en respirant par le nez, mais cela ne change rien au fait qu'il faut absolument boire. Tant que notre urine est claire et abondante, tout va bien. Dans le cas contraire, il faut boire (pour plus de détails, voir « Physiologie — L'importance de l'eau en toutes circonstances »).

 

http://www.davidmanise.com/textes/acclimatation_froid.php

 

Tags : hiver urine
Category : J'ai lu pour vous | Write a comment | Print

From the same author

Comments