"> Pourquoi Dieu autorise t-il le mal et - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 Pourquoi Dieu autorise t-il le mal et la souffrance dans le monde?

3/7/2013

Il est vrai que Dieu est Tout-Puissant et Omnipotent. Le Coran a mentionné cela des centaines de fois. Il est aussi dit dans le Coran que Dieu est le Créateur, le Meilleur des Créateurs. « Gloire à Dieu le Meilleur des Créateurs. » [1]

La question qui peut se poser du coup c’est pourquoi la douleur et la souffrance existent dans le monde. On voit la maladie, la vieillesse et la mort. On voit des choses vilaines, des gens fous. Il y a des tempêtes, des tremblements de terre, des inondations, des sécheresses et des famines. On voit aussi des gens commettre des péchés, se conduire de manière déloyale et manquer de sincérité. On voit des gens violer et assassiner ; ils se battent et font la guerre. Tous ces problèmes et bien d’autres ont lieu. Il y a des maux causés par les hommes d’une part et des catastrophes naturelles d’autre part. Il y a la souffrance à l’échelle individuelle et il y a les malheurs qui frappent un grand nombre de personnes à la fois.

Mais l’histoire ne se résume pas à cela. À côté de toutes ces choses négatives, on trouve aussi la beauté, la santé, la prospérité, la vie, la naissance, la sagesse, l’intelligence, la croissance et le progrès. On trouve aussi de bonnes relations entre les gens, de la sincérité, de la charité, de l’amour et de l’abnégation. On voit aussi beaucoup de vertu et de piété. On commettrait une erreur en ne regardant que la moitié vide du verre. Toute philosophie qui se focaliserait sur un seul aspect de la création, tout en niant ou en ignorant l’autre aspect des choses, est partiellement vraie. Mais une demi-vérité n’est pas du tout la vérité.

Il est aussi un fait que le bien est plus répandu que le mal. Il y a manifestement plus de gens en bonne santé que de gens malades. Il y a plus de gens qui mangent à leur faim que de gens affamés. Il y a plus d’honnêtes gens que de criminels. Le bien est la règle tandis que le mal est l’exception. La vertu constitue la norme tandis que le péché est une aberration. En général, les arbres portent des fruits, les fleurs éclosent et les vents soufflent délicatement.

La question qui se pose est alors : pourquoi Dieu autorise-t-Il des exceptions aux règles ?

Posons-nous cette question afin de mieux comprendre les voies de Dieu dans Sa création. Le Coran nous dit que le bien, le mal et tout ce qui peut arriver dans ce monde arrivent par la Volonté de Dieu. Seul Dieu connaît entièrement Sa Volonté. En tant qu’êtres finis, nous sommes incapables de cerner Son infinie Volonté et Sagesse. Il régit Son univers comme bon Lui semble. Le Coran nous informe que Dieu est le Très-Sage et que tout ce qu’Il fait est bon et juste. Nous devons nous soumettre et nous rendre à Sa Volonté. Le Coran ne nous a pas livré tous les détails concernant la Volonté de Dieu, mais il nous a éclairé par la guidance utile et suffisante pour nos besoins. Il y a plusieurs points que nous devons garder à l’esprit pour comprendre cette question :

  1. Tout d’abord, Dieu n’a pas fait de ce monde un monde permanent. Il s’agit d’un monde éphémère où toute chose a un terme prédéfini. Lorsque ce terme arrive, cette chose meure, se termine ou touche à sa fin. Dans ce monde, ni les bonnes choses durent pour toujours, ni les mauvaises choses sont éternelles. Nous sommes là pour un court moment et nous traversons une épreuve. Ceux qui réussissent cette épreuve trouveront un monde éternel, parfait et permanent. Ceux qui y échoueront auront à faire face aux conséquences de leurs méfaits et corruption. 

  2. Dieu a disposé des lois matérielles et morales dans cet univers. Dieu permet à la souffrance d’avoir lieu lorsque une ou plusieurs de ces lois sont violées. Les lois matérielles sont basées sur le principe de causalité. La maladie survient lorsqu’on ne prend pas soin de sa santé ou qu’on est exposé aux infections. Les accidents de voiture arrivent par manque d’attention ou lorsqu’on conduit de manière dangereuse, ou encore lorsque la maintenance des voitures n’est par faite, que les routes et autoroutes ne sont pas construites et maintenues conformément aux standards de sécurité, ou lorsque le code de la route n’est pas bien conçu ou n’est pas mis en application. L’étude des causes et des effets est très importante dans la mise au point de garde-fous. Encore faut-il garder à l’esprit que Dieu nous préserve souvent et ne nous fait pas souffrir pour chacune de nos négligences. Combien de fois sommes-nous inattentifs et malgré tout nous arrivons à notre destination. À voir comment les gens conduisent dans certaines villes du monde, il est extraordinaire qu’il n’y ait pas plus d’accidents et plus de gens à en pâtir. 

    Dieu dit : « Le Tout Miséricordieux. § Il a enseigné le Coran. § Il a créé l’homme. § Il lui a appris à s’exprimer clairement. § Le soleil et la lune (évoluent) selon un calcul (minutieux). § Et l’herbe et les arbres se prosternent. § Et quant au ciel, Il l’a élevé bien haut. Et Il a établi la balance, § afin que vous ne transgressiez pas dans la pesée : § Donnez (toujours) le poids exact et ne faussez pas la pesée. § Quant à la terre, Il l’a étendue pour les êtres vivants » [2

    Il est incroyable de voir à quel point nous bravons les limites posées par Dieu et violons le principe de causalité. C’est vraiment par la grâce de Dieu que nous nous en sortons sains et saufs. À sctrictement parler, la question ne devrait pas être pourquoi Dieu permet la souffrance, mais combien Dieu nous protège et nous préserve malgré nos transgressions et notre négligence. Le Coran dit : « Et si Dieu s’en prenait aux gens pour ce qu’ils acquièrent, Il ne laisserait à la surface (de la terre) aucun être vivant. Mais Il leur donne un délai jusqu’à un terme fixé. Puis quand leur terme viendra... (Il se saisira d’eux) car Dieu est Très Clairvoyant sur Ses serviteurs. » [3

    Mais parfois Dieu punit les gens à cause de leurs transgressions de Ses lois matérielles ou morales. Le Coran nous informe que de nombreuses nations et communautés ont été détruites à cause de leur train de vie licencieux : « Et s’ils te traitent de menteur, (sache que) le peuple de Noé, les `Ad, les Thamûd avant eux, ont aussi crié au mensonge (à l’égard de leurs messagers), § de même que le peuple d’Abraham, le peuple de Loth. § et les gens de Madyan. Et Moïse fut traité de menteur. Puis, J’ai donné un répit aux mécréants ; ensuite Je les ai saisis. Et quelle fut Ma réprobation ! § Que de cités, donc, avons-Nous fait périr, parce qu’elles commettaient des tyrannies. Elles sont réduites à des toits écroulés : Que de puits désertés ! Que de palais édifiés (et désertés aussi) ! » [4]

  3. La souffrance peut aussi constituer une épreuve pour certaines personnes. Dieu permet que certaines personnes souffrent afin de tester leur patience et leur endurance. Même les Prophètes et les Messagers de Dieu ont eu à souffrir. Le Prophète Job est mentionné dans le Coran comme étant un prophète très patient. Parfois, des personnes foncièrement bonnes souffrent, mais leur souffrance guérit les autres et instille le bien au sein de leur communauté. Leur bon exemple sert de leçon aux autres. Les martyrs meurent pour leur foi, les soldats donnent leur vie pour leur nation, et cela mène à la liberté et à l’affranchissement des peuples. 

  4. Parfois, Dieu permet que certaines personnes souffrent pour mettre les autres à l’épreuve, pour voir comment ils se comportent avec eux. Quand on voit une personne malade, pauvre ou dans le besoin, on est face à une épreuve de Dieu. Dieu est avec la personne souffrante pour tester notre charité et notre foi. Dans un hadith transcendant très touchant, le Prophète — paix et bénédiction sur lui — dit : « Le jour du jugement, Dieu dira : "Ô fils d’Adam, j’étais malade et tu ne m’as pas rendu visite." Il dira : "Seigneur, comment puis-je Te rendre visite, alors que Tu es le Seigneur des Mondes ?" Dieu répondra : "Mon serviteur Untel était malade et tu ne lui as point rendu visite. Ne savais-tu pas que si tu lui avais rendu visite, tu M’aurais trouvé auprès de lui ?" Dieu dira : "Ô fils d’Adam, Je t’ai demandé à manger et tu ne M’as point nourri." Il dira : "Seigneur, comment puis-je Te nourrir, alors que Tu es le Seigneur des Mondes ?" Dieu répondra : "Mon serviteur Untel avait besoin de nourriture et tu ne l’as point nourri. Ne savais-tu pas que si tu lui avais donné à manger, tu aurais trouvé que ce geste M’était destiné ?" "Ô fils d’Adam, Je t’ai demandé à boire et tu ne M’as point donné à boire." L’homme dira : "Seigneur, comment puis-je Te donner à boire, alors que Tu es le Seigneur des Mondes ?" Dieu répondra : "Mon serviteur Untel t’a demandé à boire et tu ne lui as point donné à boire. Ne savais-tu pas que si tu lui avais donné à boire, tu aurais trouvé que ce geste M’était destiné ?" » [5

    On rapporte que le Prophète Jésus — paix sur lui — a tenu des propos très similaires. [6]

En résumé, on peut dire que la souffrance intervient pour nous enseigner l’obligation d’adhérer aux lois naturelles et morales posées par Dieu. Parfois, la souffrance tient lieu de châtiment pour ceux qui violent les lois naturelles et morales de Dieu. Elle teste notre foi en Dieu et notre engagement pour les valeurs humaines et pour la charité. Lorsque nous sommes confrontés à la souffrance, nous devons nous interroger : « Avons-nous transgresser une loi divine ? » Étudions les causes du problème et prenons les mesures correctives appropriées. « S’agirait-il d’un châtiment ? » Repentons-nous et demandons pardon, et faisons amende honorable. « S’agirait-il d’une épreuve ? » Faisons de notre mieux pour réussir cette épreuve.

Les croyants font face à la souffrance par les prières, la repentance et les bonnes œuvres. Tandis que les non-croyants font face à la souffrance par le doute et la confusion. Ils accusent Dieu de leurs maux et polémiquent contre Lui.

Que Dieu nous garde sur le droit chemin. Amen.

P.-S.

Traduit de l’anglais du site islamonline.net.

Notes

[1] Sourate 23, Al-Mu’minûn, Les Croyants, verset 14.

[2] Sourate 55, Ar-Rahmân, Le Tout-Miséricordieux, versets 1 à 10.

[3] Sourate 35, tir, Le Créateur, verset 45.

[4] Sourate 22, Al-Hajj, Le pèlerinage, versets 42 à 45.

[5] Rapporté par Muslim, hadith n° 4661.

Category : A propos de l'islam: | Write a comment | Print

Comments