"> Est-il permis à un père de privilégier p - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 Est-il permis à un père de privilégier parmi ses enfants, celui qui s'occupe de lui?

10/1/2017

La règle de base concérnant l'héritage, c’est l'équité envers les enfants et ce, compte tenu des arguments tangibles existant qui étayent cela, dont :

a - D'après An-No`mân ibn Bachîr, le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit: Soyez équitables envers vos enfants! Soyez équitables envers vos enfants! Soyez équitables envers vos enfants. Hadith rapporté par 'Ahmad Abou Dâwoud et An-Nasâ'î .

b- D'après Djâbir qui a dit : L'épouse de Bachîr a dit : " Offre à mon fils un esclave, et que le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) en soit témoin." Bachîr Ibn Sa`d vint alors chez le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), et l'informa que la fille d'untel lui a demandé d'offrir un esclave à son fils. Le Prophète l'interrogea : "A-t-il des frères?" - "Oui, répondit Bachir." Le Prophète continua: "As-tu offert à chacun de tes enfants ce que tu as offert à celui-ci?" Il répondit : " Non " . Alors le Messager d'Allah lui dit: " Ceci n'est donc pas équitable, et moi je ne témoigne que de ce qui est juste "

 
 
 

Hadith rapporté par 'Ahmad et Mouslim et Abou Dâwoud. Ce hadith a été rapporté également par Abou Dâwoud d'après une narration de An-No`mân ibn Bachîr dans laquelle il dit : - "Ne me demande pas de témoigner d'une injustice, répliqua le Prophète, il est de ton devoir d'être équitable entre tes enfants". Le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a ordonné d'être équitable envers les enfants, et l'ordre requiert la conformité aux ordres donnés. Cette conformité aux ordres est étayée par sa parole suivante: " Ceci n'est pas convenable ", et sa parole suivante: Or je ne témoigne que du Vrai. et sa parole suivante: Ne fais pas de moi témoin d'une injustice. S'ajoutent à ces arguments, ce qui a été rapporté dans d'autres narrations allant dans ce sens.

Néanmions si le testateur a donné des biens à quelques-uns de ses héritiers sans en faire de même avec d'autres ayants-droits, il lui incombe, dans cette situation, de reprendre ce qu'il a offert à certains de ses héritiers. Cela est étayé par ce qui a été rapporté par An-No`mân ibn Bachîr qui a relaté que Son père vint au Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) et lui dit : "J'ai offert à mon enfant un esclave." Le Prophète de lui répondre : ""As-tu donné pareillement à tes autres enfants?". - "Non", répondit-il. - "Alors reprends-le." Hadith d'opinion jointe. Selon une terminologie de Mouslim, il a dit : Mon père me fit une aumône en m'offrant une part de ses biens. Ma mère - `Amra bint Rawâha - dit alors : " Je ne serai satisfaite que si le Messager d'Allah, Salla Allah `Alaihi Wa Salam, se porte témoin." Mon père s'est alors rendu chez lui pour se porter témoin de cette aumône. Alors le Messager d'Allah, Salla Allah `Alaihi Wa Sallam, lui dit: As-tu fais cela avec tous tes enfants ? " Mon père dit: " Non ". Le Prophète dit alors : "Craignez Allah, et soyez équitables envers vos enfants." Mon père est revenu et a repris ce qu'il m'a donné ".

 
 
 

Chez Al-Boukhârî, il y a une même narration. Mais ce dernier a utilisé le terme de don au lieu d'une aumône.  Il est permis à un père de donner à celui qui, parmi ses enfants, reste à son service et veille sur ses affaires, une rémunération contre les services rendus, car cela n'est pas considéré comme une préférence par rapport aux autres frères, à condition toutefois que ce qu'il alloue à ce dernier soit considéré comme un salaire, qu'il soit versé quotidiennement, mensuellement ou annuellement.

  Lorsqu'une personne meurt, ses ayants-droit se partageront sa succession et à chacun sa part légale. Il n'est pas permis à un musulman de faire une donation pour certains de ses ayants-droit au détriment d'autres, afin que certains prennent plus que d'autres, qu'il s'agisse de l'héritage ou autre et ce, conformément à cette parole du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam): Allah a donné à celui qui a un droit son dû, pas de testament en faveur d'un héritier.

 
 
 
 
Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance des Fatwas (Al-Iftâ')
Category : A propos de l'islam: | Write a comment | Print

From the same author

Comments