Photobucket

 Pourquoi le temps semble parfois passer plus rapidement?

24/12/2012

 

La perception du temps serait liée non pas à une horloge internet mais à des mécanismes plus complexes dans le cerveau

Selon une nouvelle étude menée par des scientifiques du Minnesota, la perception du temps par notre cerveau n’est pas lié à une "horloge interne", mais à une multitude de mécanismes indépendants les uns des autres, synchronisés différemment pour chaque activité spécifique.

Par sa complexité, la notion de perception du temps dépasse parfois notre entendement. Pour compliquer encore la chose, une équipe de chercheurs du Minnesota a récemment publié une étude réfutant le concept pourtant bien intuitif de "l’horloge interne". Cette croyance, consiste à imaginer notre cerveau comme une véritable pendule, capable de pressentir l’heure qu’il est avec une fiabilité plus ou moins grande, sans avoir à regarder sa montre ou la position du soleil dans le ciel. Mais en réalité, selon la nouvelle étude, la manière dont nous percevons le temps dérive d’un mécanisme complètement différent.

"Les gens pensent que lorsque nous avons besoin de connaître l’heure, nous nous fions à un circuit dans le cerveau qui fonctionne comme une horloge", explique à LiveScience Geoffrey Ghose, neuroscientifique et co-auteur de l’étude. "Ce que notre étude indique, c’est que c’est très différent, en réalité. Pour chaque petite tâche ou petite action ou décision que vous prenez, vous pourriez potentiellement développer des représentations de timing différentes". Pour en arriver à une telle conclusion, les scientifiques ont dressé deux singes rhésus à effectuer des tâches qui les obligent à déplacer leurs yeux, tels un métronome, d’un point à un autre dans un intervalle d’environ seconde.

Puis les chercheurs ont étudié à l’aide d’électrodes l’activité neuronale du cortex des deux singes lors de cet exercice. La zone d’étude était alors centrée sur cent neurones de l'aire intrapariétale latérale (LIP), une région du cerveau associé aux mouvements oculaires. Les résultats, parus récemment dans la revue PLoS One, indiquent une hausse de l’activité de ces neurones jusqu’à une apogée lorsque les yeux se déplacent d’un point A vers un point B. Le signal redescend ensuite progressivement lorsque les yeux retournent du point B vers le point A.

Par ailleurs, cette diminution de l’activité est plus rapide si le singe "sous-estime" la seconde (le mouvement s’effectue jusqu’à 0,0973 seconde) et plus lente s'il la "surestime" (avec un intervalle allant jusqu’à 1,003 seconde).

Manipuler la perception du temps ?

Selon les chercheurs, le cerveau développerait en fait une perception interne du temps pour chaque tâche effectuée. Concrètement, il n’existerait donc pas une seule et unique "horloge interne" mais plutôt une multitude de systèmes de mesure du temps, décentralisés, avec des circuits différents ayant leurs propres mécanismes de synchronisation pour chaque activité spécifique. Cette découverte pourrait ainsi aider dans le futur à expliquer pourquoi certaines maladies du cerveau affectent notre perception du temps, et même évoquer la possibilité de manipuler artificiellement la perception du temps.

"Probablement, avec de la pratique, et si c’est important, n'importe qui peut développer un sens du temps réellement bon" explique Geoffrey Ghose qui conclut : "Les gens qui n'ont pas une bonne notion du temps sont ceux qui ont décidé que ce n’était pas assez important, ou que la récompense qui y était associée n’était pas suffisante".

 

http://www.maxisciences.com/temps/pourquoi-le-temps-semble-parfois-passer-plus-rapidement_art27409.html

Category : J'ai lu pour vous | Write a comment | Print

Comments