Photobucket

 Pourquoi nous bâillons?

30/10/2012

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك

La finalité de nombreuses actions ou fonctions de notre corps est aisément intelligible: manger, uriner, parler voir etc.. D'autres sont plus mystérieuses : dormir, rêver, hoqueter, bâiller.

Qu'est ce qu'un bâillement?

C'est un cycle respiratoire paroxystique, associé à une ouverture totale de la bouche, comportant, durant 5 à 10 secondes, des mouvements se succèdant toujours dans la même séquence:

-une inspiration ample, lente et très profonde avec la bouche largement ouverte, durant de 2 à 5 secondes; le voile du palais s'ascencionne; l'expansion du pharynx peut quadrupler son diamètre par rapport au repos, simultanément à une ouverture du larynx avec abduction maximale des cordes vocales. Le larynx s'abaisse; la langue s'aplatit à sa partie basale. L'inspiration d'air ne peut pas se faire par le nez pour bâiller, ni dents occluses.

 -un bref arrêt des flux ventilatoires à thorax plein, l'acmé, souvent associé à des mouvements d'étirements des membres et une occlusion des yeux dure de 1 à 2 secondes. Le voile du palais est surélevé au maximum.

 - une expiration passive bruyante et lente chez l'homme, rapide chez les primates, accompagnée d'une relaxation de tous les muscles concernés. La bouche se referme et le larynx reprend sa place initiale. Une sensation de bien-être se répand.

 

Le bâillement n'est pas une simple ouverture de la bouche, mais, un mouvement d'étirement musculaire généralisé, des muscles respiratoires (diaphragme, intercostaux, scalènes), des muscles de la face et du cou. Quand tous les muscles antigravitaires se contractent simultanément, on parle de pandicuationc'est à dire un étirement généralisé de tout le corps.

Des causes encore bien mystérieuses

Le bâillement est un phénomène physiologique banal. Sa fonction semble chez l'homme une induction d'effort de vigilance; mais cette hypothèse est actuellement remise en cause. En 2007, Gallup & Gallup émettent l'idée d'un effet refroidissant du cerveau au cours du bâillement (ce qui est extrêment contestable).

Il est souvent dit que le bâillement est nécessaire quand nous sommes fatigués car la longue inspiration prise nous permet de faire le plein d'oxygène et donc de relancer correctement notre oxygénation cérébrale. Bâiller pour réalimenter notre cerveau en oxygène, voilà une jolie idée reçue.

En réalité nous connaissons très mal les causes de ce phénomène. A première vue, il semble que le bâillement agisse comme un stimulant nous aidant à rester vigilants. Même s'il est anodin, le bâillement est un phénomène très complexe, résultat de l'intervention de plusieurs neurotransmetteurs et hormones: dopamine, acétylcholine, ocytocine… Il fait aussi intervenir d'autres molécules comme le glutamate. Pour le moment, le bâillement demeure une énigme et il nous est impossible d'en donner les causes réelles.

Pour que vous ne restiez pas sur votre faim, approchons une autre question plus anecdotique. Quand vous bâillez, vous déclenchez souvent le bâillement d'autrui. Non, nous n'allons pas parler de la légende du "bon" et du "mauvais" bâilleur mais simplement d'un processus de contagion. Ce phénomène déclenche l'activité des lobes frontaux responsables de nos capacités d'empathie d'une part, mais aussi d'imitation. Voir quelqu'un bâiller déclenche en nous un mécanisme qui nous pousse à imiter l'autre. Avec les bonobos et les chimpanzés, nous sommes les seuls animaux à avoir cette aptitude… de bons bâilleurs.

Quand c'est une maladie

Les causes pathologiques sont nombreuses. L'excès de bâillements est une plainte explicitée en consultation de médecine générale, et laisse le praticien perplexe, puisque non informé. Il fallait donc recenser les causes d'excès de bâillements, permettre d'en déduire un diagnostic et de proposer un éventuel traitement ou d'en supprimer (bâillements iatrogènes). Depuis les années 1980, la neurophysiologie du bâillement est de mieux en mieux comprise. L'induction du bâillement chez l'animal de laboratoire (rat, chat, souris) ou chez l'homme par des agents pharmacologiques sert maintenant de test de pharmacologie clinique.

Le bâillement représente un modèle tout à fait pertinent pour comprendre des bases du comportement, tant sur le plan des neurotransmetteurs que sur le plan anatomique. Son ancienneté phylogénétique montre l'intérêt de l'étude de la neurophysiologie sous l'angle de l'évolution des espèces.

Corollaire de cette ancienneté, le bâillement est ontogénétiquement précoce, détectable par échographie dès la 11-12° semaine de grossesse chez l'Homme. Ces deux données font envisager un rôle important au bâillement, tant au stade du développement que tout au long de la vie mais qui rest encore partiellement mystérieux.

On peut résumer ainsi que le bâillement est une stéréotypie comportementale, universelle chez les vertébrés, transitionnelle, extériorisant des phénomènes d'homéostasie des systèmes de vigilance et de la faim.

 

http://www.baillement.com/Baillement-Nles.concept.html

http://www.linternaute.com/science/magazine/pourquoi/baillement/baillement.shtml

 

 

Category : Le prophète ,Haddiths | Write a comment | Print

Comments