"> Le sacrifice d’animaux en I - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 Le sacrifice d’animaux en Islam

16/10/2012

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك

Le premier sacrifice demandé aux deux fils d’Adam portait sur une question de mariage. Ces derniers se disputaient le mariage avec leur sœur. Chacun des deux (Habil et Qabil) voulait l’avoir pour épouse. Adam demanda à chacun d’eux de faire un sacrifice et la fille reviendrait à celui dont le sacrifice serait accepté. Le cultivateur (Qabil ou Caïn selon la Bible) présenta du blé comme sacrifice et Habil ou Abel (berger) présenta un bélier. Dieu envoya un feu qui a consumé le sacrifice de Habil (le bélier) et laissé l’autre sacrifice. Qabil était fou de rage à cause du refus de son sacrifice, ce qui l’incita à tuer son frère.

Le sacrifice d’Abraham avait deux utilités : Une mise à l’épreuve et une leçon. D’une part, Dieu voulant éprouver la foi d’Abraham, lui fit voir en rêve le sacrifice de son fils. Abraham obéit et s’apprêta à mettre en exécution l’ordre de son Seigneur. D’autre part, Dieu voulut nous indiquer le caractère abominable de l’acte. C’est pourquoi, juste au moment où Abraham faillit poser le couteau sur la gorge de l’enfant, un ange l’empêcha et lui présenta un bélier à la place de l’enfant.

Ce geste fut très significatif. Dieu remplaça l’enfant par un bélier pour nous montrer que le sacrifice humain n’est pas agréable. Les sacrifices et les offrandes mentionnés dans le Coran n’ont aucun rapport avec le péché originel :

« Et accomplissez pour Allah le pèlerinage et l’Umra. Si vous en êtes empêchés, alors faites un sacrifice qui vous soit facile. Et ne rasez pas vos têtes avant que l’offrande [l’animal à sacrifier] n’ait atteint son lieu d’immolation. Si l’un d’entre vous est malade ou souffre d’une affection de la tête (et doit se raser) qu’il se rachète alors par un jeûne ou par une aumône ou par un sacrifice. Quand vous retrouverez ensuite la paix, quiconque a joui d’une vie normale après avoir fait l’Umra en attendant le pèlerinage, doit faire un sacrifice qui lui soit facile. S’il n’a pas les moyens, qu’il jeûne trois jours pendant le pèlerinage et sept jours une fois rentré chez lui, soit en tout dix jours. Cela est prescrit pour celui dont la famille n’habite pas auprès de la Mosquée sacrée. Et craignez Allah et sachez qu’Allah est dur en punition ». s2 v196

« ô Croyants ! Ne profanez ni les rites du pèlerinage (dans les endroits sacrés) d’Allah, ni le mois sacré, ni les animaux de sacrifice, ni les guirlandes, ni ceux qui se dirigent vers la Maison sacrée cherchant de leur Seigneur grâce et agrément. Une fois désacralisés, vous êtes libres de chasser. Et ne laissez pas la haine pour un peuple qui vous a obstrué la route vers la Mosquée sacrée vous inciter à transgresser. Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes oeuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression ». s5 v2

« Allah a institué la Ka’ba, la Maison sacrée, comme un lieu de rassemblement pour les gens. Il a institué le mois sacré, l’offrande (d’animaux) et les guirlandes, afin que vous sachiez que vraiment Allah sait tout ce qui est dans les cieux et sur la terre ; et que vraiment Allah est Omniscient ». s5 v97

« Tels sont les incrédules qui vous ont obstrué le chemin de la Mosquée sacrée et qui ont empêché les offrandes entravées de parvenir à leur lieu d’immolation. S’il n’y avait pas eu des hommes croyants et des femmes croyantes que vous ne connaissiez pas et que vous auriez pu piétiner sans le savoir, vous rendant ainsi coupables d’une action répréhensible ». s48 v25

« Vous trouverez des avantages dans ces animaux, jusqu’à un terme fixé. Le lieu de leur immolation est l’antique Maison. A chaque communauté, Nous avons assigné un rite sacrificiel, afin que les hommes invoquent le nom d’Allah sur la bête des troupeaux qu’Il leur a accordée en nourriture. Votre Dieu est certes un Dieu Unique. Soumettez-vous donc à Lui. Et annonce la bonne nouvelle aux humbles dont les cœurs frémissent lorsque le nom de Dieu est prononcé. » s22 v33,34

« Nous avons placé les animaux sacrifiés au nombre des choses sacrées de Dieu.. Il y a là un bien pour vous. Invoquez le nom de Dieu sur ces animaux prêts à être égorgés puis, quand ils gisent sur le flanc, mangez-en et nourrissez-en le besogneux discret et le mendiant. Nous les avons ainsi mis à votre service afin que vous soyez reconnaissants. Ni leur chair, ni leur sang n’atteindront jamais Dieu ; mais votre crainte révérencielle l’atteindra » s22 v36,37

« Nous t’avons certes accordé l’Abondance. Accomplis la Salât pour ton Seigneur et sacrifie » s108 v1,2

Le Coran parle du « noudhour » qui est un vœu, une promesse de faire une bonne oeuvre (offrande, jeûne, aumône, etc)

« Quelque dépense en aumône que vous fassiez, quel que soit le vœu par lequel vous vous êtes engagés, Dieu le sait vraiment ». s2 v270

Il parle également des produits de la culture du sol :

"C’est Lui qui a créé les jardins treillagés et non treillagés, ainsi que les palmiers et la culture aux récoltes diverses ; (de même que) l’olive et la grenade, d’espèces semblables et différentes. Mangez de leurs fruits, quand ils en produisent ; et acquittez-en les droits le jour de la récolte" s6 v141 Le détail fait l’objet d’un Hadith qui fixe la quantité à donner au 1/10ème si l’irrigation est faite par des moyens mécaniques et au 1/5ème si l’irrigation est naturelle.

Si d’aucuns considèrent comme un sacrifice de purification l’immolation de la vache rousse (Dt 21.1-9 ; Nb 19.1-11), le Coran au contraire rattache ce sacrifice à un meurtre. Il y avait parmi les Hébreux un homme riche dont les neveux attendaient sa mort pour hériter de ses biens. Un de ses neveux se résout à le tuer la nuit en laissant son corps gisant sur la voie publique. Le lendemain, ce fut le meurtrier qui se plaignait et criait. L’événement fut porté à la connaissance de Moïse qui pria Allah de lui montrer le meurtrier. Allah leur demanda d’immoler une vache. Au début, les intéressés avaient cru que c’était une plaisanterie, puis ils commencèrent à chercher des prétextes pour éluder la demande. Ils demandaient à Moïse de leur montrer les caractéristiques de la vache, son âge, sa couleur jusqu’à ce qu’elle leur fût montrée avec ses moindres détails. Quand ils l’immolèrent, il leur a été demandé de frapper le cadavre avec un morceau de la vache. Du coup la victime recouvra la vie et désigna son meurtrier.

D’autre part, le Coran confère à certaines catégories d’offrandes le caractère d’aumône ou de charité. Ainsi, il exhorte les croyants à faire don de leurs biens pour la cause de Dieu, il y a un verset qui dit : "Vous n’atteindrez la piété que si vous faites don de ce que vous aimez" s3 v92

A la place des sacrifices pour les péchés, le Coran fait état des bonnes actions qui effacent les mauvaises : "Et accomplis la Salât le matin, le soir et à certaines heures de la nuit. Les bonnes oeuvres dissipent les mauvaises. Cela est une exhortation pour ceux qui réfléchissent" s11 v114

Globalement, le Coran met l’accent surtout sur les bonnes oeuvres qui consistent dans le don de ce qu’on possède et de ce qu’on aime, les exégètes estiment qu’il s’agit des biens matériels (bijoux, argent, biens mobiliers, vergers, cultures, etc)

A la lumière de ces versets, il ressort clairement que le sacrifice en Islam sert d’une part à marquer l’obéissance à Allah, donc c’est un acte de dévotion et, d’autre part, à permettre aux besogneux et aux pauvres de manger de la viande.

 

http://www.bismillah-debats.net/7-Le-sacrifice-d-animaux-est-un.html

Category : A propos de l'islam: | Write a comment | Print

From the same author

Comments