Photobucket

 L'islam encourage t-il la mendicité?

16/7/2012

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك

Les musulmans sont généralement stricts sur les prescriptions coraniques. Cette contrainte religieuse implique une obligation morale. Les mendiants le savent très bien. Raison pour laquelle même ceux qui peuvent travailler de leurs mains se font passer pour des mendiants.

 Ils utilisent l’islam pour avoir de l’argent car un vrai musulman ne peut pas aller dans la rue pour demander l’aumône parce qu’il sait que le prophète l’avait formellement interdit.

Dans le Coran

C'est vrai que l'Islam fait l'éloge du pauvre qui s'abstient de mendier, encourage de diverses façons à pratiquer la charité et dépenser dans le bien et insiste à ce que l'on donne les biens qui nous sont chers, comme notamment  la parole d'Allah  (La bienfaisance [birr], ce n'est pas que vous tourniez vos visages vers le levant ou le couchant mais la bienfaisance c'est de croire en Allah, au Jour Dernier, aux anges, aux livres [saints], aux prophètes, de dépenser le bien malgré son amour pour lui, au profit des proches, des orphelins, des pauvres, des voyageurs [en situation difficile], des mendiants, des esclaves [qui veulent racheter leur liberté],…) [al-Baqara:177]. Ce qui attire l'attention dans ce verset, c'est qu'Allah considère que l'acte d'adoration dont le bénéfice n'est complet pour accéder à la qualité de (bienfaisance, piété [birr]) que si l'on y adjoint ces pratiques sublimes dont six d'entre elles sont des formes de dépense de la richesse pour l'amour d'Allah. Ce qui est remarquable aussi est qu'IL a cité (les mendiants) sans restriction et sans ……….. Le même élément :(nourrir en donnant ce à quoi on est attaché et que l'on désire ardemment) s'est répété pour décrire les pieux (bienfaisants) qui gagnent le paradis, comme décrit en détail dans la sourate al-Insân dans un style très motivant.

2- Outre ce qui précède, Allah n'a pas imposé de donner à tout mendiant. D'ailleurs, on peut comprendre de la parole d'Allah  (Quant au mendiant, ne le repousse pas durement) [ađ-Đuћâ:10] que donner au mendiant ce qu'il demande n'est pas imposé dans toutes les situations. En revanche, ce qui est obligatoire c'est de le traiter convenablement dans le cas où on n'accède pas à sa demande. Les auteurs de biographies du Prophète (saw) disent que le Prophète  ne renvoyait personne sans lui accorder sa requête ou lui dire des paroles avenantes.

Dans la sourate 9 verset 60 du saint coran, huit catégories de personnes/ objets doivent bénéficier de la zakat (aumône en arabe). Il s’agit des pauvres, des nécessiteux, des endettés, des prisonniers des nouveaux convertis, des collecteurs de la zakat des voyageurs en détresse et de la voie de Dieu (elle comprend principalement la guerre sainte et la construction des édifices publics). Quand le montant de la zakat est peu élevé, les pauvres et les nécessiteux doivent être prioritaires. Mais en période d’hostilité, c’est la guerre sainte qui est prioritaire.

Dans la Sunnah

Au cours d’une prière à l’époque du prophète Mahomet, un croyant s’est levé pour demander l’aumône. Le prophète l’a fortement réprimandé. Il avait alors interdit aux musulmans de ne plus jamais le faire. Mais il a tout de même recommandé que le pauvre ou le nécessiteux puisse avoir une part dans la banque islamique.

La mendicité est l’une des choses auxquelles le Prophète s’est fermement opposé et qu’il a interdites au musulman qui n’est pas dans une nécessité extrême qui le pousse à tendre la main.  Car le recours à une telle pratique est de nature à porter atteinte à la dignité et l’honneur que tout musulman est tenu de préserver.
Le Prophète a dit : « Celui qui tend la main pour accroitre ses biens ne mendie en réalité que des braises de la Géhenne. Libre à chacun de se servir peu ou prou. » (Mouslim)

Ainsi dans les pays dont la constituions est établie selon la loi islamique, c’est la banque islamique qui gère le fruit de la zakat. Elle a donc le rôle de recenser tous les pauvres et les nécessiteux pour les empêcher d’aller à la rue.


 La mendicité et la loi

Le code pénal est clair. L’article 326 stipule : « Est puni, de un à six mois de prison, quiconque ayant les moyens de subsistance ou étant en mesure de se les procurer par le travail, ou de toute autre manière licite, se livre habituellement à la mendicité en quelque lieu que ce soit. »

Le gouvernement doit mener une lutte sans merci contre la mendicité professionnelle qui a pris des proportions démesurées. Il s’agit de combattre ceux qui utilisent les enfants loués ou volés et les handicapés.


La sanction ne doit pas être envisagée contre ceux qui ont été contraints de faire la manche à cause de leur extrême pauvreté, mais plûtot chercher des conventions pour leur réinsertion socio-économique.

Il faut aussi réinsérer les enfants-mendiants au sein de leurs familles . Pour atteindre cet objectif, il est impératif de créer des centres d’accueil et de promouvoir les établissements déjà existants.
Tous les citoyens doivent jouer un rôle dans l’éradication de la mendicité. On ne doit pas, en effet, céder au chantage et à la compassion sinon le phénomène sera de plus en plus ancré dans notre pays.

 

 

Sources:

http://www.camerounactu.net/fr/spirituel/islam/393-religion-lislam-encourage-t-il-la-mendicite

http://www.casafree.com/modules/news/article.php?storyid=6661

http://www.islamweb.net/frh/index.php?page=articles&id=170631

 

Category : A propos de l'islam: | Write a comment | Print

Comments