"> Pourquoi c'est le corbeau qui a - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 Pourquoi c'est le corbeau qui a appris l'enterrement à l'Homme?

28/5/2018

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك

Le corbeau, sans référence à une espèce en particulier, a une influence considérable dans la culture humaine, puisqu'on le retrouve aussi bien dans les mythes et contes traditionnels des amérindiens nord-américains, des sibériens ou des peuples nordiques, puis dans les légendes et la littérature de toutes les époques, où les corbeaux sont des personnages fréquents. Il y joue le plus souvent un rôle de trickster, de héros, ou contribue par sa ruse à la création de l'homme. Chez les inuits, le même mot désigne le corbeau et l'esprit.

Généralités

Le corbeau (corvus) appartient à la vaste famille des corvidés qui comprend des espèces telles que la pie, la grive, le geai et bien d’autres encore. Mal connu, il est souvent confondu avec ses confrères la corneille noire et le choucas des tours, mais en réalité, il existe une grande variété de corbeaux dans le monde. Parmi eux se trouvent le corbeau nain, le corbeau freux, le corbeau à cou blanc, le corbeau pie, le corbeau calédonien, etc. ; le plus commun étant le grand corbeau que l’on trouve à travers toute l’Europe, l’Afrique du Nord, l’Asie, l’Amérique du Nord et le Groenland. Cela dit, le corbeau a conquis tous les milieux, exception faite de l’Antarctique.

La plupart des corbeaux sont grégaires. Certaines espèces se retrouvent en dehors de la période de nidification, d’autres vivent en colonies tout au long de l’année. La vie en communauté donne accès à l’individu à d’autres sources alimentaires et garantit la protection des zones communes contre les prédateurs. Par ailleurs, le groupe permet également aux jeunes oiseaux de rencontrer leur partenaire, même si leur installation en couple n’est pas immédiate. C’est à l’âge de deux ans que le corbeau courtise sa dulcinée. Celle-ci donne son consentement en acceptant la becquée que lui propose son prétendant. Ils vivent ainsi unis pour la vie.

Un oiseau de malheur ?

Au fil du temps, ces oiseaux acquirent une mauvaise réputation à cause de leur plumage noir, de leur cri rauque et de leur nécrophagie, en particulier dans l'Europe chrétienne, ce qui se traduisit par une diabolisation progressive et une réputation d'oiseau de mauvais augure. Suprême opprobre, ils ont même donné leur nom aux dénonciateurs anonymes.

Mais, en réalité pourtant, les corbeaux ont des comportements qui sont ou étaient considérés comme des vertus par les hommes : fidélité, courage, prudence, intelligence et sociabilité. Les couples restent unis pour la vie. Ces oiseaux n'hésitent pas à houspiller les rapaces, dont leurs prédateurs, l'autour des palombes, le faucon pèlerin et le hibou grand duc. Le plus grand rapace d'Europe, le pygargue à queue blanche, hivernant sur les étangs du Saulnois ne les impressionne pas non plus. Bravant le danger sur les routes pour se nourrir des animaux écrasés, jamais ils ne se font happer ; de même que s'aventurant jusqu'au milieu de nos jardins urbains, ils déguerpissent au premier mouvement de porte ou de fenêtre.

Religions abrahamiques

Judaïsme et Christianisme :

Dans la Bible, les corbeaux sont mentionnés à plusieurs occasions dans l'Ancien Testament. Dans le premier livre des Rois 17 :4, Dieu commande aux corbeaux de nourrir le prophète Élie. Job se demande qui nourrit les corbeaux dans le livre de Job 38 :41. Le roi Salomon est décrit comme ayant des cheveux noirs comme le corbeau dans le Cantique des cantiques 5 :11.

Dans le Nouveau Testament, les corbeaux sont utilisés par Jésus pour montrer la prévoyance de Dieu dans l'Évangile selon Luc 12 :24.
Il est raconté qu’un corbeau protégea Benoît de Nursie en emportant une miche de pain qu’il avait bénie, celle-ci ayant été empoisonnée par des moines jaloux.

Islam :

Le Coran quant à lui, mentionne l’animal dans une situation plutôt élogieuse, puisque l’oiseau tient la place d’un maître qui enseigne au fils d’Âdam Qâbil (Caïn) comment inhumer la dépouille de son frère Hâbil (Abel) : « Puis Allâh envoya un corbeau qui se mit à gratter la terre pour lui montrer comment ensevelir le cadavre de son frère. Il dit : “Malheur à moi ! Suis-je incapable d’être, comme ce corbeau, à même d’ensevelir le cadavre de mon frère ?” Il devint alors du nombre de ceux que ronge le remords. », s.5 Al-Mâ’ida (La Table servie), v.31.

فَبَعَثَ ٱللَّهُ غُرَابً۬ا يَبۡحَثُ فِى ٱلۡأَرۡضِ لِيُرِيَهُ ۥ كَيۡفَ يُوَٲرِى سَوۡءَةَ أَخِيهِ‌ۚ قَالَ يَـٰوَيۡلَتَىٰٓ أَعَجَزۡتُ أَنۡ أَكُونَ مِثۡلَ هَـٰذَا ٱلۡغُرَابِ فَأُوَٲرِىَ سَوۡءَةَ أَخِى‌ۖ فَأَصۡبَحَ مِنَ ٱلنَّـٰدِمِينَ

Un volatile à la réputation exécrable investi d’une aussi lourde responsabilité est un cas de figure qui mérite réflexion. Pourquoi Allâh aurait-il confié cette tâche à un corbeau si celui-ci n’en était pas digne ? Des observations comportementales menées par différents ornithologues modernes sur plusieurs corbeaux ont prouvé la présence d’une forme d’intelligence très développée.

 Une étude publiée en mai 2009 dans les comptes-rendus de la revue de l’Académie nationale des Sciences américaine rend compte d’observations concernant quatre corbeaux freux maintenus en captivité à l’université de Cambridge. Ces corbeaux ont confectionné des crochets pour attraper des vers dans un tube. Ils ont aussi su choisir des cailloux ayant une taille adaptée pour passer à travers des tuyaux de diamètres variés et faire ainsi basculer une plate-forme libérant de la nourriture. L’auteur principal de cette étude, Christopher Bird, a déclaré : « Nous avons constaté qu’ils étaient capables de choisir parmi une diversité d’outils ceux qui étaient les plus appropriés et qu’ils faisaient preuve de souplesse dans les types d’outils utilisés . »

Ces oiseaux sont les plus communs sur la planète et ils possèdent le plus gros cerveau comparativement aux autres familles d’oiseaux (excepté le perroquet ara). Leur comportement se rapproche donc plus de celui des primates, voire des humains que de celui des autres oiseaux. L’éventail de leurs interactions sociales est large et varié : les corbeaux jouent et chassent en groupe, les adultes enseignent leurs savoir-faire aux plus jeunes, etc., et ils organisent même des mises à mort et des funérailles qui n’ont rien à envier à la maffia.

Il semblerait que les corbeaux tiennent des jugements respectant les lois de la justice. Leurs « tribunaux » se mettent apparemment en place lorsqu’un corbeau s’accapare le nid ou la compagne d’un autre, ou dérobe la nourriture aux jeunes corvidés. À chaque crime sa sanction. Dans le premier cas, le nid illégalement approprié est détruit et le délinquant sévèrement réprimandé ; il doit également reconstruire un nouveau nid pour celui à qui il a porté préjudice. La sanction de celui qui vole la ration alimentaire des petits consiste à être déplumé par ses pairs jusqu’à ce qu’il ait l’apparence d’un oisillon (qui nait sans plumage) ; parfois, il est même banni du groupe. Quant à celui qui s’empare d’une femelle autre que la sienne, les autres corbeaux s’unissent et mettent fin à ses jours en l’assenant de coups de becs.

Ces procès à l’organisation remarquable se tiennent dans des espaces ouverts comme des champs. Les corbeaux qui précèdent leurs congénères attendent le reste du groupe ; cela peut prendre plusieurs jours. Pendant ce temps, il semblerait que le criminel soit étroitement surveillé. Lorsque l’assistance est au complet, le procès commence : les corbeaux se mettent à croasser, reprochant probablement à l’accusé les méfaits constatés. L’inculpé semble se défendre en croassant à son tour, mais les témoins crient en battant des ailes, mettant fin à toute mauvaise foi. Le responsable finit par se taire et baisser vivement la tête, avouant ainsi son crime.

Après la mise à mort du coupable, tous les corbeaux s’envolent. Seul un oiseau resterait pour s’occuper de l’inhumation de l’oiseau mort. Pour les corbeaux, la culpabilité ne diminue en rien le respect dû à la dépouille d’un des leurs.

Dans le monde de ces oiseaux exceptionnels, la justice semble être instinctive et absolue.

Même si ces informations semblent difficilement vérifiables sur le terrain, il est nécessaire de se baser sur le verset coranique cité en amont pour se pencher sérieusement sur la question et prouver scientifiquement les indications coraniques.

Toutes les expériences et observations menées concernant les corvidés révèlent une forme d’intelligence indubitable. Ils sont capables de constater un fait, de l’analyser et d’ajuster leur comportement face à une situation nouvelle afin de mieux anticiper l’avenir et d’améliorer leur condition. Ces facultés indiquent une flexibilité et une adaptabilité très aiguës. Ils comprennent ce que les autres font, et anticipent leurs intentions : ces aptitudes font amener un biologiste à la conclusion suivante : les corbeaux seraient cotés de conscience !

Comme le dit si bien le Révérend Henry Beecher : « Si les hommes avaient des ailes et qu’ils portaient des plumes noires, peu d’entre eux seraient assez malins pour être des corneilles. »

Ce n’est donc pas étonnant que Dieu ait confié à un corbeau la lourde responsabilité d’enseigner à l’homme comment enterrer son frère.

 

 

Sources:http://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_Corbeau

http://www.al-wassat.comi

http://www.one-voice.fr/

 

 

 

Category : Les miracles d'Allah, du coran_et du prophète____________ | Write a comment | Print

From the same author

Comments