"> Pourquoi le coeur bat-il et pourquoi - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 Pourquoi le coeur bat-il et pourquoi cesse-t-il de battre ?

4/5/2012

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك



Trois milliards. Tel est le nombre moyen de battements d'un coeur au cours d'une vie «normale». Docilement, notre myocarde (c'est le nom de ce muscle) se contracte sans que nous ayions à le lui demander. Et sans que nous en ayions conscience, hormis bien entendu les cas où ce battement n'est plus aussi automatique que souhaité. Des chercheurs de Baltimore viennent de franchir un pas important dans la compréhension du mécanisme qui permet cette contraction, une découverte qui devrait nous inciter en tout cas à ne jamais négliger un «petit peu trop de tension».

Photobucket

Le battement du coeur est une merveille de chorégraphie : chaque cellule du muscle (myocyte) se contracte d'une manière parfaitement coordonnée, répondant à un signal qui est à la fois électrique et chimique. Ce dernier aspect est modulé par un ion de calcium qui, en pénétrant par un des quelque 100.000 canaux qui se trouvent à la surface du myocyte, donne le signal de ce que les spécialistes appellent le couplage d'excitation-contraction.

Mais à vrai dire, un seul ion de calcium ne peut faire grand-chose. Il n'est en quelque sorte que le coup de feu du starter, mais avant que tout se mette en branle, il faut que de grandes quantités de cette substance soient mobilisées dans chaque cellule. Il convient donc qu'une machinerie fort complexe permette cette amplification du premier signal. Chaque myocyte comporte pas loin d'un million de ces amplificateurs, c'est dire que la nature a compris que leur rôle était essentiel...

Et pourtant ! Il arrive parfois de manière impromptue et dramatique, que le fameux ballet des myocytes s'interrompe. Grâce aux travaux menés récemment sur des myocytes de rats par l'équipe du Pr Jonathan Lederer, physiologiste de l'Université du Maryland, on sait désormais ce qui tombe en panne dans la machinerie cellulaire du coeur, du moins dans certains cas.

Le spécialiste américain a travaillé sur des rats hypertendus dont le coeur, comme le nôtre en pareil cas réagit d'abord en augmentant sa taille par un accroissement de celle de chacun des myocytes. Dans un premier temps, cette hypertrophie semble une adaptation heureuse à l'augmentation de la pression sanguine, dans la mesure où la commande nerveuse du coeur elle aussi s'est mise au diapason de la situation nouvelle. L'ennui, c'est que cela ne dure pas.

A un certain moment en effet, les cellules musculaires deviennent nettement moins efficaces et le Dr Lederer a montré que c'était dû à un dysfonctionnement du système d'amplification du message en raison de l'éloignement (dû à l'hypertrophie) de la production et de la cible des ions calcium. La communication «tête à tête» (comme l'écrit textuellement le magazine américain Science du 2 mai qui révèle la découverte) devient donc plus difficile voire impossible.

L'équipe du Pr Lederer a donc expliqué ainsi l'effet pervers de l'hypertension, mais il a aussi et surtout montré que le même défaut de communication caractérise la situation des coeurs qui, brutalement, s'arrêtent de battre. L'étude continue pour savoir si, par hasard, ce n'est pas le cas, tout simplement, dans toutes les défaillances cardiaques, voire dans des tas d'autres affections, notamment neurologiques, qui se caractérisent par un manque de communication entre cellules.

Des médicaments, les inhibiteurs du calcium, sont déjà largement utilisés en cardiologie, notamment pour faire baisser la tension. Mais il semble clair que la recherche de Lederer va amplifier l'utilisation pharmacologique de cette voie. Nul ne sait, bien entendu, dans quel délai. En attendant le message du médecin de Baltimore est clair : il faut soigner une hypertension dès qu'elle apparaît, c'est-à-dire tant qu'elle n'a pas fait trop de dégât sur les systèmes d'amplification du message calcique. Tout porte à croire en effet que s'il est possible de faire baisser la tension même si elle est trop élevée depuis longtemps, il n'est guère aisé de réparer les dégâts occasionnés aux myocytes...


Source:http://archives.lesoir.be/pourquoi-le-coeur-bat-il-et-pourquoi-cesse-t-il-de-batt_t-19970510-Z0DPD5.html

Category : J'ai lu pour vous | Write a comment | Print

Comments