"> IBN ‘ARABI MOUHYEDDINE (1165-1240) ( 2 - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 IBN ‘ARABI MOUHYEDDINE (1165-1240) ( 2)

24/2/2012

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك

s

 

Par Bennani Karim Tajeddine


Au XXe siècle,Einstein résolut le paradoxe de la vitesse de la lumière, insoluble au regard des théories antérieures. Il s’appuya d’abord sur le système de référence de la théorie de la mécanique classique, qu’il maîtrisait, pour élaborer la théorie générale de la relativité. En référence à la phase de créativité Nietzschéenne,il réussit à transférer les interprétations physiques vers un repère résolvant le paradoxe : le monde n'est plus la galette plate d’avant Copernic ni même le cosmos soumis à la gravitation universelle envisagée par Newton. Selon Einstein, le monde est un «continuum quadri-dimensionnel» dont le temps en est une composante au même titre qu’une longueur, une hauteur ou une largeur.

Le récit du voyageur de Langevin facilite la compréhension de la découverte de la variabilité du temps en fonction des vitesses mises en jeu et du repère envisagé. Ce voyageur avait un frère jumeau qui resta sur Terre comme « étalon témoin » permettant de vérifier la « contraction/dilatation » du temps en fonction du repère(Astronef/Terre):

 

« A une vitesse légèrement inférieure à celle de la lumière, le voyageur de Langevin pilota une fusée dans une direction perpendiculaire à la terre vers l’espace. Par rapport au temps propre du repère de la fusée, il arriva au bout d’un an à un point du cosmos où il s’arrêta sur une autre planète. En suivant le même chemin en sens inverse,il revint vers sa terre d’origine. Il débarqua donc au bout d’une nouvelle année sur le lieu initial. Il descendit de son « astronef », ayant vécu deux ans, selon son repère relatif. Or, le comble de l’étrange, il trouva la terre terriblement changée : elle avait vieilli de deux siècles par rapport au repère propre de la Terre! »

 

Le voyageur de Langevin dut allerse recueillir tristement sur la tombe de son frère, mort depuis plus d’unsiècle. Le monde qu’il avait laissé avait complètement changé. Tout les gens qu’ilconnaissait gisaient ensevelis dans la poussière et l’oubli sous terre. Cerécit montre qu’il n’y a pas de temps absolu, invariable : si deux durées différentessont parfaitement cohérentes par rapport au référentiel découvert par Einsteinpour décrire le même voyage, force est de constater qu’elles sont complètementcontradictoires et incompréhensibles par rapport à celui envisagé parKepler-Galilée-Newton. Pour reprendre le mot allégorique d’Einstein lui-même :« Ce qu’il y a d’incompréhensible, c’est que le monde soit compréhensible» !

 

Ce même repère Einsteinien,rendant compréhensible la corrélation entre deux temps éloignés par rapport à l’histoire,donne dorénavant un avant gout sur le prochain retour d’un autre voyageur béni,d’un autre temps, qui a quitté mystérieusement la terre, il y a environ deuxmille ans, par le biais d’un « Astronef divin », dont le Corannarre son départ soudain comme suit :

 

« […] mais Allah l’a élevé vers Lui (Jésus). Et Allah estPuissant et Sage. » Coran (4, 157)

 

A l’instar des jumeaux Langevin, les rôles de Jésus (Salut de Dieu sur lui),du passé et du futur, les symbolisent comme deux gouttes d’eau identiques etcomplémentaires. Selon la version musulmane, dans le verset suivant, Dieuinforme que la fin de ce voyage « Divin », incompréhensible par rapportau repère humain, de Jésus (Salut de Dieu sur lui), prendra un jour fin, dansle futur, et son retour triomphal sera un grand signe de l’Heure :

 

« Il sera un signe au sujet de l'Heure. N'endoutez point. Et suivez-moi : voilà un droit chemin. » Coran (43,61)

 

Le livre de l’Apocalypse confirme également leretour de ce voyageur extraordinaire, hors norme, sommeillant hors du temps, àl’instar des gens de la caverne (Ahl Al Kahf), qui ne surent combien de temps ilsdemeurèrent endormis, mais qui finirent bel et bien par revenir sains et saufsvers leur cité originelle ; et ce, plusieurs siècles plus tard, en dehorsde la norme de la durée de vie prévisible d’êtres humains :

 

« …Si tu ne veilles pas, je viendrai comme unvoleur sans que tu saches à quelle heure je te surprendrai… Mon retour estproche » (Apoc 3,3/3,11)

 

Le paradoxe qui se joue dès à présent entre lesreligions monothéistes, héritières du culte d’Ibrahim (Salut de Dieu sur lui), graviteautour de l’identité du « Messie ». L’Ancien Testament est àl’origine du paradoxe en ayant décrit deux profils distincts et duaux du Messie.

Description du premier profil du Messie:


Dans le cadre de sa première mission, Jésus (Saluts de Dieu sur lui)dénonçala corruption de la forme « externe » de la Loi judaïque, devenue compliquée etincompréhensible au profane. Il prêcha d’abord pour le recouvrement de lalumière intérieure au travers de l’amélioration de l’âme : « Dieu ne change l’état d’un peuple ques’ils changent ce qu’il y a en eux-mêmesCoran (13,11). Certains de sacommunauté adhérèrent à ce premier remède nécessaire à la guérison de l’âmecollective, mais la plupart le rejetèrent comme vrai Messie. Ses opposants réclamèrent immédiatementet sans discussion un roi puissant de l’envergure de Souleyman (Salomon, Saluts deDieu sur lui), fils de David, qui rendra à la communauté sa supériorité sur lesnations, sa gloire, son âge d’or, qui restaurera le Temple « Al MasjidAl Aqsa » et qui gouvernera le monde depuis Jérusalem. Autrement, ilsvoulurent la charrue avant les bœufs, la royauté du monde avant celle des cœurs…  

 

Du même point de vue, le premier profil, décrit par le prophète Isaïe (Salutsde Dieu sur lui), est plutôt celui du « Messie humble et doux », quiappelle sa communauté à reconquérir essentiellement le royaume de leurs âmes etle temple salomonien de leurs cœurs. Le Nouveau Testament, selonMatthieu (5,1-12a.) synthétise ce côté magistralement spirituel de Jésus (Saluts de Dieu sur lui) :« Quand Jésus vit la foule qui le suivait, il gravit lamontagne. Il s'assit, et ses disciples s'approchèrent. Alors, ouvrant labouche, il se mit à les instruire. Il disait :

 

« Heureux les pauvres de cœur : le Royaume des cieux està eux !

Heureux les doux : ils obtiendront la terre promise !

Heureux ceux qui pleurent : ils seront consolés !

Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice : ilsseront rassasiés !

Heureux les miséricordieux : ils obtiendront miséricorde!

Heureux les cœurs purs : ils verront Dieu !

Heureux les artisans de paix […]

Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice : leRoyaume des cieux est à eux !

Heureux serez-vous si l'on vous insulte, si l'on vouspersécute et si l'on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause demoi. Réjouissez-vous, soyez dans l'allégresse, car votre récompense sera grandedans les cieux ! C'est ainsi qu'on a persécuté les prophètes qui vous ontprécédés. »

 

L’Ancien Testament prédit qu’à terme, il sera torturé au point de devenir difficilementidentifiable comme humain :

 

« De même que des multitudes avaient été saisies d'épouvante à sa vue, -car il n'avait plus figure humaine, et son apparence n'était plus celle d'unhomme » (Isaïe, 52 :13)

 

Selon ce premier profil, Isaïe (Saluts de Dieu sur lui) avait prophétisé quele Messie serait frappé de tous les cotés, humilié, il subirait des crachats auvisage (Isaïe, 50 :4-11). Un écrivain Chrétien, Hal Lindsey, commente l’accomplissement de ces prophéties :

 

« Il est bien connu que c’est le genre de traitement qu’a reçu Jésus durant les six procès illégaux auxquels il a été soumis. Les gardes officiers du Temple d’Hérode ont craché au visage de Jésus après l’avoir condamné. Puis ils lui ont bandé les yeux et l’ont frappé au visage. Une couronne d’épines dentelées a été plantée sur sa tête puis il a cruellement été battu avec un fouet Romain. C’était un fouet sadique avec de nombreuses lanières de cuiraux quelles étaient attachées des fragments de métal ou d’os pour donner uneffet plus douloureux. » (Hal Lindsey, “The Messiah”. Harvest House Publishers, Oregon, 1982, pp. 108-109).

 

Isaïe synthétisa le premier profil en qualifiant le Messie de celui dont « l'âme est méprisée, honnie de lanation » (Isaïe, 49 :7).

 

Après avoir vu l’état physique détérioré de « l’être crucifié », ses opposantsle crurent mort et remirent en cause le bien fondé de la mission messianique de Jésus (Saluts de Dieu sur lui). Naturellement, comme« l’être crucifié » mourut, ils en déduisirent que Jésus (Saluts de Dieu sur lui) ne pouvait guère être le vrai Messie, n’ayant pu libérer la Terre Sainte ni gouvernéle monde depuis le trône de David (Saluts de Dieu sur lui). Ils le renièrent alors et conclurent que levrai Messie n’était pas encore venu et qu’ils devaient préparer son retour enconformité avec les prédictions afférentes au deuxième profil…

 

Le Coran rapporte le récit où les persécuteurs infâmes de Jésus (Saluts de Dieu sur lui) se vantèrent d’avoir tué le Messie :

 

« Et à cause de leur parole: Nous avons vraiment tué le Messie, Jésus, fils de Marie, le Messager d’Allah […]» Coran(4, 157)

 

Description du deuxième profil :

 

Selon l’Ancien Testament, le Prophète Nathan communiqu a au Roi David (Saluts de Dieu sur lui) la description du deuxième profil duMessie (appelé le Fils de David) :

 

« Quand tes jours seront accomplis et que tuiras auprès de tes pères, j'élèverai ta postérité après toi, l'un de tes fils,et j'affermirai son règne. Ce sera lui qui me bâtira une maison, et j'affermirai pour toujours son trône. Je serai pour lui un père, et il sera pour moi un fils; et je ne lui retirerai point ma grâce, comme je l'ai retirée à celui qui t'a précédé. Je l'établirai pour toujours dans ma maison et dans mon royaume, et son trône sera pour toujours affermi. Nathan rapporta à David toutes ces paroles et toute cette vision. » (1 Chroniques, 17 :11-15)

 

Des années plus tard,Isaïe (Saluts de Dieu sur lui) confirma la description du deuxième profil,conquérant et puissant, mais imperceptiblement la divinité lui fut incorporée ainsi      qu’à sa mère :

 

« Car un enfant nousest né, un fils nous a été donné, il a reçu le pouvoir sur ses épaules (c.à.d.il règnera sur le monde) et on lui a donné ce nom : Conseiller-merveilleux,Dieu-fort, Père-éternel,  Prince-de-paix,Pour que s'étende le pouvoir dans une paix sans fin (c.à.d. il règnera sur le monde éternellement) sur le trône de David et sur son royaume, pour l'établiret pour l'affermir dans le droit et la justice. Dès maintenant et à jamais,l'amour jaloux de Yahvé Sabaot fera cela. » (Isaïe 9 :6-7)

 

« Il ne sedécouragera point et ne se relâchera point, Jusqu'à ce qu'i ait établi la justice sur la terre, Et que les îles espèrent en sa loi. » (Isaïe 42 :1-4)

 

« […] Je t'établis pour être la lumière des Gentils, Pour porter mon salut jusqu'aux extrémités de la terre. » (Isaïe 49 :6)

 

Dans le cadre de la résolution du paradoxe entre les deux profils bibliques, le Coran apporte les éclairages suivants : 

 

  1. D’une part, il affirme catégoriquement que Jésus (Salut de Dieu sur lui), fils de Marie, est l’unique Vrai Messie en mesure de synthétiser aisément entre deux temps éloignés et les deux profils. Sachant que Le Créateur est le Maître Absolu de la lumière et de la relativité, rien ne contredit la possibilité pour Jésus (Salut de Dieu sur lui), qui a accompli la première mission dans le passé, de revenir une deuxième fois vers futur pour achever sa dernière mission en conformité avec la description du deuxième profil biblique.
  2. D’autre part, il corrige les qualifications de divinité induisant la trinité en affirmant catégoriquement l’ « humanité » de Jésus et de Marie : « Le Messie, fils de Marie, n’était qu’un Messager (d’Allah). Des messagers sont passés avant lui. Et sa mère était une véridique. Et tous deux consommaient de la nourriture. Vois comme Nous leur expliquons les preuves (à ceux qui blasphèment en prétendant que Dieu est une Trinité, que Jésus est aussi Dieu, et que Marie est Déesse) et puis vois comme ils se détournent. » Coran(5,77)

 

 

Un hadith prophétique donne mêmedes informations précises sur le point probable de l’axe des temps ou Jésus (Salut de Dieu sur lui),fils de Marie, reviendrait de son retour incompréhensible. L’indication deson retour est en étroite relation  avec l’assèchement complet de la mer de Galilée (Lac Tibériade) :

 

« … C’est à ce moment même  qu’Allah enverra le Messie, le Fils de Marie. Il descendra prés du minaret blanc à l'Est de Damas. Il portera alors deux vêtements couleur safran et aura lesdeux mains posées sur les ailes de deux Anges. Quand il baisse la tête, il en tombe des gouttes d'eau et, quand il la relève, des perles s’en répandent.Aucun Mécréant ne pourra sentir son parfum sans tomber raide mort, et son haleine parviendra aussi loin qu’il est capable de voir. Il le rechercher  a alors (Dajjâl) jusqu’à ce qu’il le rattrape à la porte de Ludd et qu’il le tue. Puis un peuple qu’Allah a protégé viendra à Jésus, le fils de Marie, et il essuiera leurs visages et les informera de leur rang au Paradis.Ce sera dans ces conditions qu’Allah révèlera à Jésus ces mots : « J’aifait émerger de Mes serviteurs un peuple contre lequel personne ne sera en mesure de combattre ; mènes ce peuple en sécurité vers la montagne, puisAllah le Très-Haut enverra ou dressera les Gog et Magog, puis ils sepropageront dans toutes les directions ou occuperont tout endroit qui présenteun avantage. Le premier d’entre eux passera par le Lac de Tibériade (la Mer de Galilée) et boiratoute son eau, puis lorsque le dernier d’eux y passera, il dira : « Il yavait de l’eau ici auparavant […] » (Sahih Mouslim)

 

Or, à l’instar du récit duvoyageur de Langevin, le comble de l’étrange, quand Jésus (Salut de Dieu sur lui)reviendra, il trouvera la terre terriblement changée, vieillie d’environ deux milleans par rapport au repère « Terre du passé». Il ne retrouvera plus sesdouze compagnons de la première mission, gisant sous la poussière des siècles.Et du conflit localisé uniquement à Jérusalem et ses alentours, désormais leprocessus sera globalisé en tout lieu de la Terre, dans un Nouvel Ordre Mondial, mis en œuvreet piloté par le « séducteur » : « Le Messie menteur »,brandissant la baguette magique de « Salomon », depuis Jérusalem !!!   

 

Néanmoins, ultérieurement, à l’instar du Pharaonqui crut en Dieu et en Moïse quand il fut déjà trop tard, selon le Coran, tousles gens du livre vont définitivement croire en le Vrai Messie, qui règnera depuisJérusalem sur l’humanité comme Dirigeant et Juge impartial :

 

« Il n’y aurapersonne, parmi les gens du Livre (pas un seul Juif qui rejettera Jésuscomme Vrai Messie, ni un seul Chrétien qui continuera à croire en la divinitéde Jésus ni qu’il soit fils de Dieu), qui n’aura pas foi en lui (Jésus)avant sa mort (avant la mort future de Jésus). Et au Jour de la Résurrection, il(Jésus) sera témoin contre eux. « Coran (4, 159)

 

Le cadavre du Pharaon (qui suivitMoïse) est un signe indiscutable et une trompette bruyante  d’avertissement aux sionistes, se donnantcorps et âme, mais qui vont demeurer inattentifs jusqu’à la fin, pour préparerle retour du Faux Messie. Le Coran rapporte que le Pharaon, complètementaveuglé par l’arrogance, transgressa tous les avertissements divins enpoursuivant le Prophète Moïse et sa communauté à travers la mer Rouge. Iltermina sa vie dans un triste naufrage. Son cadavre demeure un témoignagevivant rappelant cet événement capital :

 

« Eh bien, Nous allons tesauver aujourd’hui quant à ton corps, afin que tu sois un signe pour ceuxd’après toi.- Et cependant beaucoup de gens vraiment sont inattentifs à nossignes ! » Coran (10,92)

 

Le corps du Pharaon est exposéactuellement au musée du Caire. Son cadavre est un symbole permanent, attestantque l’événement, loin d’être une chimère, s’était réellement produit pourmontrer les frontières infranchissables aux falsifications des paroles divines !

 

Pour revenir à l’imaginationcréatrice et élucider ses mystères, Ibn Arabi se référa souvent au hadith« Kudsi » mettant en évidence le « Trésor caché ». Dece point de vue, la phase précédant la Création de l’univers représente inconsciemmentla source essentielle de stimulation de nombreuses inspirations, de visions etde l’imagination créatrice. De ce fait, l’univers symbolise le modèle del’œuvre parfaite exemplaire pour toute créature. En référence à ce processusdivin récurrent, l’être humain peut aussi susciter l’éveil et l’évolution deson trésor caché personnalisé et l’inciter, autrement, à son échelle, àimaginer aussi son monde ou ses mondes. Ce don extraordinaire est à la base dela créativité des civilisations rayonnantes et du génie humain. Grâce à unmécanisme divin sous-jacent, le processus de créativité est alors indéfinimentrépétitif ; à l’instar d’une source de lumière inextinguible dont desrayonnements illuminent en permanence des miroirs judicieusement orientés. Leprincipe de l’imagination créatrice est synthétisé par Abdelkrim Al Jili commesuit :

 

« Sache que lorsquel’imagination active projette une forme dans la pensée, cette projection etcette imagination sont créées. Or, le Créateur est existant dans chaquecréation. Cette imagination et cette figure existent en toi, et tu es lecréateur par rapport à leur existence en toi. Il faut donc que l’opérationimaginative concernant Dieu, t’appartienne à toi, mais simultanément Dieuexiste en elle... »

 

 

Vision d’Ibn ‘Arabi : Saparole atteindrait deux horizons : L’Orient et l’Occident  

 

Ibn ‘Arabi raconta comment il eut une vision anticipantla diffusion de ses œuvres vers deux horizons : L’Orient et l’Occident

« Laraison qui m’a conduit à proférer de la poésie « shi‘r » estque j’ai vu en songe un ange qui m’apportait un morceau de lumière blanche ;on eût dit qu’il provenait du soleil. « Qu’est-ce quecela ? », demandai-je. « C’est la Sourate Asshou‘arâ (LesPoètes) » me fut-il répondu. Je l’avalai et je sentis un cheveu « sha‘ra »qui remontait de ma poitrine à ma gorge, puis à ma bouche. C’étaitun animal avec une tête, une langue, des yeux et des lèvres. Il s’étenditjusqu’à ce que sa tête atteigne les deux horizons, celui d’Orient et celuid’Occident. Puis il se contracta et revint dans ma poitrine ; je sus alorsque ma parole atteindrait l’Orient et l’Occident. Quand je revins à moi, jedéclamai des vers qui ne procédaient d’aucune réflexion ni d’aucuneintellection. Depuis lors cette inspiration n’a jamais cessé. » (Ibn‘Arabi, Diwan al Ma‘arif)

Autrement, quant les moyens sontcohérents avec la fin, les visions s’accomplissent. Autant nourrir alors de bellesvisions qui deviendront réalité un beau jour. Huit siècles auparavant, envisionnaire transcendant l’espace et le temps, Ibn Arabi avait prédis que sonenseignement serait diffusé en Orient et en Occident. La parole mémorable issuede cette vision prémonitoire ne cessa alors d’inspirer périodiquement Ibn‘Arabi:

 

« Je sus que ma paroleatteindrait les deux horizons, celui d’Occident et celui d’Orient ».

 

« Et Dieu dit la vérité et Il guide sur la voie. »

 

 

Category : Les Savants Musulmans | Write a comment | Print

From the same author

Comments