"> Le sens de la sexualité:comparaison - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 Le sens de la sexualité:comparaison entre le judaïsme, le christianisme et l'Islam

9/10/2014

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك


Toutes les religions, du moins celle de type monothéistes, ont en commun la condamnation de la sexualité que,au passage, elles se contentent de nommer… le sexe.

En fait, la condamnation religieuse porte sur une certaine sexualité, que l'on pourrait désigner sous le terme d'érotisme, c'est-à-dire sur la sexualité déconnectée de sa fonction de reproduction sexuée de l'espèce.

 

En effet, ces mêmes religions ne manquent pas d'encourager le sexe dans sa fonction de reproduction de l'espèce en interdisant les techniques et pratiques anti-conceptionnelleset encourageant la la reproduction de l'humain par la promotion d'une politique nataliste.

 

Pour le Judaïsme, le plaisir n’est pas un péché

 

Seules sont interdites entre les époux les relations sexuelles pendant les règles (tabou du sang, qui s’étend à bien d’autres domaines, notamment dans l’alimentation), et la sodomie (Lévitique 18).
L'acte sexuel n'a donc jamais été un péché pour le judaïsme, ni le célibat et la virginité un idéal (les rabbins sont généralement mariés). Michel Meslin, historien, professeur d’histoire comparée des religions et d’anthropologie commente: "L'éthique juive a toujours considéré la sexualité comme un aspect incontournable de la vie, le moyen pour un homme et une femme de trouver le parfait accomplissement de leur être propre". Michel Meslin poursuit en citant le livre de la Genèse, 1,27: "mâle et femelle, Il les créa" l'union de l'homme et de la femme est donc inéluctable et en fait essentielle, puis, de citer les célèbre vers du Cantique des Cantiques :

 

L'Islam:sexualité dans le mariage

 

Dans l'Islam, la sexualité est l'expression de la manifestation du besoin de l'autre, la qualité d'un besoin inné chez l'être l'humain pour vivre la réalité de deux êtres en quête de l'Un. Le concept de la sexualité, sérieusement étudié dans le Coran et à travers la tradition prophétique, est placé dans le contexte du mariage et de la vie familiale.Dans ce cadre, le plaisir et l'affection sont recommandés.

 

« Vos épouses sont pour vous un champ de labour ; allez à votre champ comme vous le voulez et œuvrez pour vous-mêmes à l’avance. Craignez Dieu et sachez que vous le rencontrerez. Et fais gracieuses annonces aux croyants ! »

 

Dans la conception musulmane, il ne peut y avoir de sexualité en dehors du mariage et la chasteté est en effet une valeur importante de l’Islam. Néanmoins, le fait que cette religion prescrive des lois, des recommandations, en bref une éthique en matière de sexualité, ne signifie pas une condamnation sans bornes de la volupté. Au contraire ! Dès lors qu’elle s’inscrit dans ce cadre défini, toute satisfaction des sens devient légitime et le plaisir charnel, de l’homme comme de la femme, est vivement encouragé.
La chasteté, l'abstinence avant le mariage sont considérés comme une vertu dans la moralité religieuse, que ce soit pour l'homme ou pour la femme.

 

Le sens de la sexualité pour les Chrétiens

 

Pour la Chrétiens, la sexualité est considérée comme un mal nécessaire à la survie de l’espèce, l’acte sexuel rapproche l’humain de son animalité, alors que sa religion voudrait qu’il restât un pur esprit... La récompense de cette corvée est l’enfant, à condition bien entendu qu’il naisse d’une union légitimée par l’autorité religieuse.
On peut affirmer que le Christianisme, contrairement au Judaïsme et à l’Islam, a voulu gérer la “nature” humaine comme un ennemi, le chrétien se situe donc dans un rapport guerrier avec son corps et sa sexualité.

 

Le relation sexuelle, comprise ainsi serait basée sur la séparation du sexe et des sentiments et ramènerait les gens à leur dimension animale.
Dans le même temps, les catholiques affirment haut et fort que, pour eux tout est amour, c’est ce qui justifie de se priver de sexe, ou alors juste pour procréer. On ne fait plus l’amour pour jouir mais pour se reproduire, et de toutes façons les vrais sentiments ne pourront pas s’exprimer dans la sexualité. On a ici encore une représentation séparée du sexe et des sentiments.

 

Pas d’activité sexuelle en dehors du mariage:
Chrétiens, Juifs et Musulmans pratiquants sont d’accord à l’unanimité, la sexualité ne peut se vivre que dans le cadre du mariage, tout ce qui peut arriver en dehors est considéré comme une transgression de la loi religieuse.
La promesse de mariage ne donne pas plus de liberté, les fiancés ont à peine le droit de se regarder, dans certaines traditions, ils ne se connaissent même pas puisque leur union a été arrangée de longue date entre leurs familles. Tant pis si les sentiments ne sont pas là, on n’est pas là pour faire des sentiments, mais fonder une famille.
La masturbation est donc unanimement condamnée par les trois monothéismes, qu’elle soit pratiquée par l’homme ou la femme, elle est comprise comme un détournement de la sexualité. L’aboutissement de l’acte sexuel étant la procréation, on comprend que la masturbation, qui permet d’apaiser des tensions et de procurer du plaisir soit mal vue!
Pour combattre cette mauvaise habitude, les musulmans préconisent de se priver de nourriture, le jeûne aurait des vertus souveraines. Les Chrétiens et les Juifs misent sur le repentir et la prière. Les trois s’accordent pour conseiller d’éviter les tentations, par exemple, ne pas sortir, ne pas regarder les gens du sexe opposé, s’habiller de façon pudique...
Il y a de grandes similarités dans les limites qu’imposent les religions aux époux même si les raisons invoquées peuvent varier. Pour les trois grands monothéismes, le calendrier des fêtes religieuses trace des frontières temporelles, et interdit les relations sexuelles à certaines dates.

 

Voici les obligations qui incombent au couple musulman pour faire l'amour de façon religieusement correcte
Comme la religion doit imprégner tout instant de la vie du pratiquant, il existe des formules rituelles, et autres invocations à prononcer avant d’avoir des relations sexuelles. Les Musulmans disposent d’une invocation spécifique pour éloigner le mal et bénir leur relation.
“ Par le Nom d'Allah, O Seigneur ! Eloigne le Diable de nous et éloigne le de ce que tu nous accorderas"

 

Par ailleurs, il existe des règlements très précis tels que ces conseils que les experts prodiguent au mari:

 

Conseils d'experts en Islam

 

Il est obligatoire d'avoir habituellement des relations avec votre épouse sauf si vous avez des raisons (maladie, etc.)
* Commencez par dire l'invocation pour cette occasion.
* Ayez des relations par la voie naturelle (et non par le rectum).
* Commencez par des préliminaires et des mots d'amours.
* Attendez qu'elle ait satisfait son désir.
* Détendez-vous et plaisantez par la suite.
* Evitez les rapports durant les règles car c'est un péché.
* Evitez de blesser sa pudeur (ex : déshabillez-vous en même temps qu'elle au lieu de la regarder se déshabiller seule).
* Evitez les positions durant vos rapports qui peuvent lui faire du mal comme lui presser la poitrine et lui bloquer sa respiration, surtout si vous êtes lourd.
* Choisissez des moments appropriés pour vos relations intimes et tenez compte du fait qu'elle puisse être malade ou fatiguée.

 

Les interdits fondamentaux du Christianisme, de l’Islam et du Judaïsme
L'adultère est le terme juridique et religieux pour désigner une relation amoureuse ou sexuelle entre deux individus non mariés entre eux mais dont l'un au moins est marié. Dans son sens le plus strict, on ne considère que l'accomplissement d'un rapport sexuel entre les deux individus.
Mais, les chrétiens peuvent commettre des péchés rien que par la pensée, il suffit d’imaginer, et le tour est joué! Dès qu’on sépare le corps de l’esprit, on multiplie en effet les occasions de péché... Pour des explications détaillées, ou pour vous dégoûter définitivement des jeux interdits.

 

La loi islamique se montre très sévère à l’encontre des gens qui commettent l’adultère, mais se déchaînent littéralement s’il s’agit d’une femme. La punition de ce “crime” peut aller jusqu’à la mort par lapidation. Les experts précisent qu’à l’origine, il fallait confiner jusqu’à leur décès les femmes ayant eu des relations sexuelles avec un autre homme que leur époux, ou bien même les célibataires ayant fait l’amour avec un homme marié. Mais ce traitement a été “adouci” de la façon suivante. Les célibataires qui ont des relations sexuelles entre eux, ou avec des partenaires mariés doit recevoir 100 coups de fouets, les femmes mariées, en plus de ce châtiment, seront ensuite mise à mort par lapidation.

 

Pour le judaïsme, si l’on en croit les experts, la lapidation des amants adultères est bel et bien mentionnée dans la Torah, cette fois, le châtiment affecte les deux acteurs, et non plus seulement la femme. Mais, depuis plus de deux mille ans, cette pratique a été abolie par les rabbins. Le repentir sera salvateur, mais ne saurait réparer les conséquences du péché!
Pour en savoir plus, des réponses détaillées sont données en tenant compte de tous les cas particuliers.

 

La fornication
Le terme fornication désigne un rapport sexuel entre deux individus non mariés entre eux. Son usage est cependant péjoratif et vieilli. On restreint souvent son usage aux rapports entre deux individus de sexes différents, les rapports homosexuels étant dans la catégorie de sodomie. Lorsque l'un des deux individus est marié, on parle d’adultère.
Cependant, la fornication revient en force sur la scène du péché!
Pour les musulmans, c’est un péché de premier ordre, et le terme est fréquemment employé pour désigner des rapports sexuels jugés illicites par la religion. Pour grossir le trait, il n’est pas rare que la masturbation soit condamnée au même titre que la fornication.

 

La sodomie est une forme de rapport sexuel aussi appelée coït anal ou rectal.
Dans certains contextes, notamment les classifications légales de certains États fédérés des Etats Unis, le terme «sodomy» inclut d’autres pratiques sexuelles jugées par certains déviantes, notamment le contact entre la bouche et le sexe (cunnilingus et fellation). Cette pratique est rigoureusement interdite aux Chrétiens, aux Juifs et aux Musulmans, encore qu’il existe quelques ambiguités, tous les experts n’étant pas d’accord.
L’idée, c’est que l’acte sexuel n’est envisageable que dans une relation hétérosexuelle, le sperme ne doit pas être répandu ailleurs que dans le vagin. Pourtant, cette pratique est assez fréquente dans certaines populations car elle permet de préserver l’hymen de la jeune fille.

 

L’impudeur
Les Chrétiens pratiquants font la différence entre les impudiques et les adultères: l’impudique est celui qui a des relations sexuelles sans être marié, contrairement à l’adultère, comme nous l’avons décrit plus haut.
Ce qui est condamné, c’est le désir, la convoitise, le regard concupiscent porté sur une personne avec laquelle la religion interdit de faire l‘amour. Et l’apôtre Paul de menacer dans sa lettre aux Ephésiens: “ aucun impudique, ou impur, ou cupide, ou idolâtre n’a d’héritage dans le royaume de Dieu.”
Cette dangerosité du regard porteur de désir conduit les musulmans à exiger le port du voile. Une femme voilée est réputée plus décente, encore faut-il que ce voile corresponde à des critères très précis. La femme “vêtue mais dévêtue” , c’est-à-dire habillée à l’occidentale, ne peut que manquer de vertu, et sera donc traitée avec mépris et violence.
Les Juives pratiquantes, dès qu’elles sont mariées, se couvrent la tête et ne montrent plus leurs cheveux qu’à leur mari.

 

L’homosexualité
Masculine ou féminine, les trois monothéismes condamnent l’homosexualité, dans certains pays arabes, les homosexuels sont passibles de la peine de mort et doivent demeurer dans la clandestinité. On ne parlera même pas de la biséxualité!
L’islam condamne sans équivoque l’homosexualité, les textes ne manquent pas pour soutenir cette position, et on trouve des hadiths qui préconisent de se débarrasser coûte que coûte des homosexuels. La loi islamique ou charia prévoit en effet la peine de mort à leur encontre. Aujourd’hui, cette religion perçoit l'homosexualité comme une maladie occidentale, conséquence de la laïcité, de l'individualisme et de la permissivité. De ce fait, de nombreux gays se voient dans l’obligation d’émigrer ou de rester dans la clandestinité.

 

L’église catholique les condamne, mais, suivent l’exemple du pape Jean Paul II qui les accueille et les exhorte à la plus totale chasteté, valorisant ainsi leur combat et leur parcours de martyre.

 

Ajoutons également au chapitre des interdits, la bestialité , la pédophilie, et surtout l’inceste, là encore, les trois grands monothéismes sont d’accord pour les proscrire, s’alignant de la sorte sur les morales en vigueur dans la plupart des sociétés.

 

 

D’après:

http://www.sexologie-magazine.com/histoire/ReligionsMonotheistes.html

 

 

 

 

Category : A propos de l'islam: | Write a comment | Print

Comments