"> Attention au Takfir:déchéance du statut - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 Attention au Takfir:déchéance du statut de musulman

17/10/2011

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك 

Photobucket

Le takfîr (takfīr, تكفير) est une fatwa de déchéance du statut de musulman, celui-ci devenant kafir, c'est-à-dire « mécréant ».

Tout en mentionnant différents motifs de takfîr, les Oulamas ont insisté sur plusieurs précautions à prendre. Plusieurs excuses empêchent d'appliquer le décret de takfîr, notamment :

  • L'ignorance : par exemple renier une obligation religieuse en ignorant qu'elle est un sujet de consensus.
  • La contrainte : aucune personne n'est coupable de ce qu'elle dit ou de ce qu'elle fait si elle y est obligée.
  • La distraction : par exemple piétiner un Coran sans s'en apercevoir.
      Juger les gens comme mécréants est un avis religieux, qui ne revient qu’à Allah et Son Prophète, de même que le licite, l’illicite et l’obligatoire ne reviennent qu’à Allah et Son Prophète – Prière et Salut sur lui. Toute parole, ou action décrite comme incroyance n’est pas forcément une incroyance majeure qui exclut de l’Islam.

Ce jugement ne revenant qu’à Allah et Son Prophète, il est interdit de juger quelqu’un comme mécréant sans une preuve évidente tirée du Coran et de la Sunna. Il ne suffit donc pas seulement d’avoir un doute ou de faire une supposition, car ceci a des conséquences graves. De plus, puisque les peines légales sont repoussées au moindre doute, alors que leurs conséquences sont beaucoup moins graves que de juger quelqu’un mécréant, c’est à plus forte raison que ce jugement est repoussé lorsque subsiste un doute. C’est pourquoi le Prophète – Prière et Salut sur lui – a mis en garde contre le fait de juger une personne mécréante, alors qu’elle ne l’est pas, il a dit : « Toute personne qui dit à son frère : Ô mécréant ! L’un des deux subira cette parole : ou il a dit vrai, ou elle se retournera contre lui. » Il peut être rapporté dans le Coran et la Sunna ce qui laisse comprendre que telle parole, tel acte ou telle croyance sont de l’incroyance, sans pour autant que l’on juge mécréant celui qui les a commis, à cause d’un empêchement.

Ce jugement est identique à tout autre jugement, qui n’est complet que si toutes les raisons existent, toutes les conditions sont remplies, et s’il n’y a pas d’empêchement. Comme par exemple dans l’héritage, dont la raison est le lien de parenté, il se peut que cette raison ne suffise pas à hériter, à cause d’un empêchement, tel qu’une différence de religion entre l’héritier et le défunt. De même l’incroyance, le croyant peut y être contraint et ne pas apostasier pour autant. Le musulman peut prononcer une parole d’incroyance sous l’effet de la joie ou de la colère, ou autre, et il n’est pas mécréant pour autant, car il ne la pas fait volontairement, comme cela est rapporté dans le récit de l’homme qui dit : « Ô Allah ! Tu es mon adorateur et je suis Ton Seigneur ! » Il s’est trompé à cause de sa grande joie.

Juger hâtivement les gens comme mécréants a des conséquences très graves : leurs biens et leurs vies ne sont plus sacrés, ils n’héritent plus, leur mariage devient nul, et toutes les autres conséquences de l’apostat. Comment un croyant peut-il donc en prendre l’initiative pour le moindre doute .

En bref, juger hâtivement les gens comme mécréants est extrêmement grave, car Allah Le Très Haut dit : {Dis : « Mon Seigneur n’a interdit que les turpitudes, apparentes et cachées, le péché, l’agression sans aucun droit, d’associer à Allah ce dont Il n’a fait descendre aucune preuve, et de dire sur Allah ce que vous ne savez pas. » (El A°râf, v.33)

Les dix grands motifs au takfîr

Selon certains Oulamas, les annulations de l'islam (c'est-à-dire rendant mécréante la personne qui n'en commet ne serait-ce qu'une) sont au nombre de dix :

  • Agréer ou pratiquer l’associationnisme
  • Mettre des intermédiaires (qu'on invoque, en qui on place la confiance...) entre Dieu et une personne
  • Ne pas considérer les non-musulmans comme mécréants ou douter de leur incroyance
  • Avoir la conviction qu'une voie ou qu'un jugement sont meilleurs que ceux du prophète Mohammed(cf Sourate 5:44)
  • Détester une chose venue du messager de Dieu même si on la met en application
  • Se moquer d'une chose faisant partie de la religion, d'un châtiment ou d'une récompense de Dieu (cf Sourate 9:65-66)
  • Agréer ou pratiquer la sorcellerie
  • S'allier militairement avec les non-musulmans (cf sourate 5:51-55)
  • Croire que certaines personnes peuvent sortir de la voie du prophète Mohammed
  • Ne pas du tout apprendre ni ne pratiquer l'Islam
Imam Abu al-Qasim ibn `Asakir rapporte dans le Tabyin Kadhib al-Muftari (p. 373-) avec leurs chaines de transmission:

 De Khaddash ibn 'Iyash:
Nous étions assis en cercle à al-Kufa quand un homme d'entre nous dit: "Nous étions assis avec Abu Horayra quand un jeune homme vint à passer. Un homme assis avec nous dit: ‘C'est un Kafir, il est parmi les gens du Feu.’ Abu Horayra se leva et alla s'entretenir avec l'homme et lui demanda: ‘Qui es-tu?’ Il répondit ‘untel fils d'untel.’ Abu Horayra repris: ‘Qu'Allah fasse miséricorde à ton père !’ Le jeune homme regardait aux alentours, alors il lui demanda: ‘Que cherches tu ?’ Il répliqua: ‘je n'ai pas encore prié.’ Abu Horayra l'interrogea: ‘Donc tu pries ?’ le jeune homme s'exclama: ‘Subhan Allah !’ Abu Horayra nota : ‘Et tu dis Subhan Allah ?’ il s'exclama encore ‘La Ilaha illAllah !’ Abu Horayra remarqua: ‘Et tu dis La Ilaha illAllah ?’ le jeune homme dit: ‘Je préférerais ne pas abandonner la prière même si l'on me donnait tout ce qui est sur la face de la terre.’ Abu Horayra dit alors: ‘Allah a de la miséricorde pour toi. Allah a de la miséricorde pour toi. Allah a de la miséricorde pour toi. ' Alors il revint prendre sa place dans le cercle et dit: ‘J'ai entendu le Messager d'Allah dire: "Quiconque porte un témoignage contre un Musulman alors que ce dernier ne le mérite pas, qu'il prépare sa place dans le Feu."’

Il est obligatoire pour tous les musulmans, où qu’ils soient, de se conseiller mutuellement la vérité, de s’entraider dans les bonnes œuvres et la piété, dans la recommandation du bien et l’interdiction du blâmable, avec sagesse et bonne parole, et de discuter de la meilleure des façons. Comme Allah Le Très Haut dit : {Entraidez-vous dans les bonnes œuvres et la piété, et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression. Et craignez Allah, car Allah est dur en punition.} (La Table servie, v.2) Allah Le Très Haut dit aussi : {Les croyants et les croyantes sont alliés les uns des autres. Ils ordonnent le bien et interdisent le blâmable, ils accomplissent la Prière, ils s’acquittent de la Zakât et obéissent à Allah et Son Messager. Voilà ceux auxquels Allah fera miséricorde, car Allah est Tout-puissant et Sage. » (Le Repentir, v.71) Allah Le Très Haut dit : {Par le Temps ! L’humanité est en grande perdition, sauf ceux qui ont la foi, qui accomplissent de bonnes œuvres, qui se conseillent mutuellement la vérité et qui se conseillent mutuellement la patience.} (Le Temps) Le Prophète – Prière et Salut sur lui – a dit : « La religion c’est la sincérité. » On lui demanda : « Envers qui, Ô Messager d’Allah ? » Il répondit : « Envers Allah, Son Livre, Son Messager, les dirigeants et l’ensemble des musulmans. » Il dit aussi : « Les musulmans sont comparables, dans leur solidarité, leur clémence et leur miséricorde mutuelles, à un seul corps : lorsqu’un seul membre se plaint d’un mal quelconque, tout le corps souffre de fièvre et d’insomnie. » Les versets et les hadiths à ce sujet sont très nombreux. 


Sources:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Takf%C3%AEr

http://islam-ahlussunnah.over-blog.net/article-2044484.html
http://www.livingislam.org/fiqhi/fiqha_f28.html


Category : A propos de l'islam: | Write a comment | Print

From the same author

Comments