"> Soubhana Allah; pourquoi avons nous des - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 Soubhana Allah; pourquoi avons nous des fourmillements?

20/9/2015

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك 

 

Quand on est mal positionné, couché ou assis, il arrive parfois que l'on ralentisse l'un ou l'autre sens de la circulation. Le système nerveux envoie alors le message «attention ralentissement», provoquant la sensation d'engourdissement de la zone concernée. Et le cerveau réagit en suggérant un changement salutaire de position. Le temps que la circulation redevienne normale, il va y avoir un petit temps de remous, désorientant un peu le système nerveux qui va envoyer des signaux contradictoires en rafale, «ça va», «ça ne va pas», créant cette sensation de fourmillement.
 

Et le système nerveux peut s'emberlificoter tout seul. C'est le cas lorsqu'un nerf est comprimé, comme dans le fameux syndrome de canal carpien. La compression du nerf médian dans le poignet donne des picotements ou des douleurs dans la main. Conclusion : les fourmillements autres que dans les situations d'immobilité prolongée peuvent être un signal d'alarme pour de réelles pathologies.

Lorsque les fourmillements dans les mains sont fréquents et gênants, le tunnel carpien en est souvent la cause

Il s’agit de ce que les médecins appellent le syndrome du Tunnel carpien ou  « compression du nerf médian ou carpe ».

Qu’en est-il ?

Les fourmillements dans les mains apparaissent fréquemment chez les femmes. Ils surviennent en fin de nuit et perturbent le sommeil. Tout d’abord insistons sur le fait que les fourmillements, que se soit dans les mains ou dans les pieds, ne sont jamais, contrairement à ce que l’on dit souvent, des problèmes circulatoires. Ce sont des problèmes liés aux nerfs.

 Un fonctionnement complexe

Les bras reçoivent les nerfs qui permettent les mouvements et qui donnent la sensibilité. Ces nerfs sortent de la colonne vertébrale au niveau de la nuque. Ces nerfs, comme des fils électriques, descendent le long des bras jusqu’aux doigts. Leur fonctionnement peut être perturbé par des maladies du nerf lui-même (dues à des problèmes de diabète ou l’alcoolisme ) ou par une compression du nerf.

trajet-bras

 

Cette compression se traduit essentiellement par des fourmillements. Elle se produit généralement à des endroits bien précis le long du trajet du nerf et donne des symptômes en conséquence.

Les endroits où se produisent ces compressions se trouvent là où le nerf passe dans des passages étroits, où il suffit d’un petit obstacle pour que le nerf soit étranglé.

Le premier de ces passages se situe à la sortie du nerf au niveau de la colonne vertébrale cervicale. L’arthrose en est le plus souvent responsable mais il peut également se produire des hernies discales. Les fourmillements voire les douleurs se manifestent dans tout le bras puisque c’est la racine du nerf qui est lésée.

plexus cervical

plexus-brachialLe deuxième endroit se localise au niveau de l’épaule. Toute une série de nerfs passe par là. On l’appelle le plexus brachial. Ce passage est beaucoup moins souvent concerné. Il donne des symptômes analogues à la localisation cervicale.

Le troisième est causé par une compression du nerf au niveau du coude, sur le côté interne. Il s’agit du nerf cubital. A cet endroit le nerf est situé entre la peau et l’os. Le moindre choc va provoquer une secousse électrique le long du bord interne du bras jusque dans le petit doigt. Tout le monde a éprouvé cela une fois ou l’autre. Mais la compression ou l’irritation du nerfpeut être permanente. Elle nécessite alors un traitement.

cubital

 

canal-guyon

 

 

 

 

 

 

 

 

La dernière localisation, la plus fréquente, se situe au poignet. A cet endroit c’est le nerf médian qui est concerné. Le nerf passe sous un ligament (le ligament annulaire du carpe) qui forme comme un bracelet. Toutes sortes de raisons peuvent provoquer une compression à ce niveau. Un épaississement du ligament ou un œdème, vont comprimer le nerf et déclencher les symptômes. C’est pourquoi la médecine appelle ce phénomène « la compression du nerf médian au carpe ». Ces fourmillements se produisent surtout la nuit car la plupart des personnes dorment avec les mains repliées. Cela provoque déjà naturellement une flexion qui comprime le nerf. En cas d’anomalie du ligament la compression sera plus forte.

ligament-annulaire-du-carpe

 

 

 

 

 

Les fourmillements suivront le trajet du nerf médian.

Le nerf se divise après son passage sous le ligament. Il va aller dans les 3 premiers doigts. C’est là que se produisent les symptômes. Cette localisation anatomique est typique.

innervation-median

 

Le diagnostic

Il est généralement posé sur la base des symptômes évoqués par le patient. En cas de doute on peut toutefois le confirmer par un Electro-myo-gramme (EMG) qui se fait chez le neurologue. Le spécialiste va poser des aiguilles le long dutrajet des nerfs du bras et déterminer à quel endroit se trouve la compression.

 

Le traitement

Dans un premier temps le médecin va prescrire des anti-inflammatoires pour réduire l’inflammation causée par la compression. Si la compression est passagère, ces médicaments suffisent. Une autre possibilité est de porter une petite attelle au poignet, pendant la nuit, afin d’empêcher la main de se replier. Cette mesure est souvent efficace. Il est également possible de pratiquer une injection de cortisone dans le ligament. Enfin on peut également effectuer une petite opération en anesthésie locale. Elle consiste à couper le ligament pour libérer (décoincer) le nerf médian. La même intervention est également possible au coude.

 

Les carences en magnésium
Le magnésium intervenant dans de très nombreuses fonctions, sa carence peut avoir pour conséquence des troubles cardiovasculaires, rénaux, osseux, immunitaires. De récentes études ont montré que ce manque avait une répercussion sur les métabolismes des glucides et des lipides. Le déficit magnésique entraîne des troubles de la personnalité de type névrotique, une anxiété, une hypochondrie, des phobies voire une dépression.
On impute à l’insuffisance de Mg, la multiplication des cancers des épithéliums, des maladies cardio-vasculaires et la diminution de la résistance cellulaire. Aussi, le recours au magnésium sous forme de supplémentation, en veillant en même temps à l'équilibre calcium-phosphore et à celui du chlorure de potassium, permettra de prévenir les maladies de dégénérescence, cancer, artériosclérose et vieillissement cellulaire prématuré. Favorisant la fixation du calcium, le rapport magnésium-calcium-phosphore contribue en même temps à l'élimination du calcium pathologique, des dépôts calcaires qui sclérosent les artères et leur font perdre de leur élasticité.
Un manque de magnésium provoque une hyper excitabilité nerveuse et musculaire, avec survenue de crampes, fourmillements, sensibilité exagérée au stress, spasmes artériels, insomnies, augmentation du rythme cardiaque, réactions allergiques, vertiges, migraines, anxiété, hyperémotivité, fatigue psychique et musculaire, refroidissement des extrémités  par temps froid et humide (syndrome de Raynaud).


http://www.doctorette.info/maladies-neurologiques/le-tunnel-carpien-.
http://www.chambon.ac-versailles.fr/science/sante/stress/mg/carence.htm





 

Category : J'ai lu pour vous | Write a comment | Print

Comments