"> LES SAVANTS MUSULMANS:IBN HAYTTHAM - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 LES SAVANTS MUSULMANS:IBN HAYTTHAM (965-1039)

3/7/2011

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك 

s

Par Bennani Karim Tajeddine

IBN HAYTTHAM (965-1039)

Sans le moindre doute, Ibn Al Hayttham, dont l’intervalle de vie : [Bassora 965 - Le Caire 1039], fut l’un des plus grands physiciens de la civilisation musulmane. Il fut connu en Occident médiéval sous le nom d’Alhazen - dérivé de son prénom Al Hassan. Ce savant polyvalent était à la fois physicien, mathématicien et astronome. Il gagnait sa vie en copiant des livres anciens qu'il vendait. Il était l'auteur d’un grand nombre d’ouvrages de mathématiques, de médecine, de philosophie, de sciences physiques et d'astronomie dont la plupart furent perdus. L’un de ses livres encore conservé est « Kitab Al manazir » traitant notamment de la science de l'optique et décrivant de façon très précise le principe de la Camera Obscura. Dans le domaine des mathématiques, Ibn Al Hayttham résolut géométriquement des équations des 3e et 4e degrés.  

Dans son Kitab Al manazir (Traité d'optique), il exposa la première description exacte de l'œil. Il montra que la cause de la vision venait non de l'œil mais de l'objet. Il énonça les lois de la propagation rectiligne, de la réflexion et de la réfraction de la lumière. Il donna une évaluation de la hauteur de l'atmosphère en se basant sur la durée du crépuscule. Il montra que la galaxie d’appartenance de la Terre, la Voie lactée, y était très éloignée et n'appartenait pas à l'atmosphère. Il étudia également le pouvoir grossissant des lentilles.

Son parcours demeure néanmoins particulier : après avoir quitté l’Irak, son pays natal, pour se rendre au Caire, théâtre d’une culture scientifique en effervescence, il persuada le Calife de financer un projet magistral de barrage pour réguler les eaux débordantes du Nil, dont les crues périodiques pouvaient causer des préjudices en détruisant des villages entiers. Son idée originale, vraiment géniale, choqua énormément les mentalités, en particulier l’entourage du Calife. Il fut pris pour un rêveur n’ayant pas les pieds sur terre, devint la risée des savants et perdit toute crédibilité. En effet, le concept de barrage passa pour être une élucubration intellectuelle à l’époque. Or, bien en avance sur son temps, en visionnaire transcendant l’espace et le temps, Ibn Al Hayttham eut raison ; car, plusieurs siècles plus tard, en 1902, son idée finit alors par trouver enfin écho. Le premier barrage d’Assouan fut construit en Egypte !!!

Ibn Al Hayttham assimila les travaux de savants antérieurs, depuis Ptolémée. « Le Kitab al-manazir », traduit en latin au 12e siècle, fut à l’origine de la découverte du principe de la Camera Obscura ou chambre noire à la base de tout appareil photographique moderne. Sans le moindre doute, il fut un modèle d’inspiration pour les savants de la Renaissance. Comme nombre de savants brillants, il a été l’un des plus influents dans l’introduction d’une véritable démarche scientifique. Il fut l’initiateur notamment d’expérimentations techniques permettant la validation des lois de comportement des éléments de la nature. De ce point de vue, il modélisa des phénomènes naturels par des formules mathématiques simples et concrètes. Il inaugura magistralement les principes universels des sciences expérimentales nécessaires avant la généralisation pratique de la compréhension du fonctionnement des multiples aspects de la Création. Il rendit compréhensible le mécanisme de la vision et démontra que l’œil était un prodigieux instrument d’optique, don inégalable du Créateur. Il étudia le mouvement de la lumière et pressentit qu’elle devait posséder une vitesse considérable tout en restant finie ! Il étudia également le phénomène de réfraction, c’est à dire la déviation d’un rayon lumineux changeant de milieu de propagation, par exemple de l’air à l’eau. Il conçut de nombreux dispositifs optiques : lentilles, miroirs sphériques et paraboliques et aussi la fameuse camera « obscura » (chambre noire des photographes) : la lumière passait à travers un petit trou dans un mur et permettait d’observer une image, projetée sur le mur opposé.

Plus tard, des savants de la renaissance occidentale, Descartes et Newton démontèrent de nouveau les mécanismes de réfraction des rayons lumineux, étudièrent la décomposition de la lumière blanche en ses différentes longueurs d’onde, démystifiant le secret de la composition d’un arc en ciel. Progressivement, des théories ondulatoires jusqu’aux corpusculaires, les secrets considérables de la lumière, dont quelques uns décodés par Ibn Al Hayttham, éclairèrent les activités de la civilisation contemporaine. De fil en aiguille, jusqu’à aujourd’hui, les chercheurs ne cessent de découvrir des matériaux aux capacités nouvelles ne se limitant pas seulement de dévier ou de décomposer la lumière mais susceptibles de modifier sa longueur d’onde. Grâce aux possibilités infinies de la recherche scientifique, les savants contemporains mettent au point des sources de lumière aux propriétés variées (extension des domaines de longueurs d’onde, des lasers, des lasers-puces miniaturisés à l’extrême, réalisation de diodes pour l’affichage, etc.). Cette discipline est en essor continu grâce aux lasers concentrant profusément l’énergie lumineuse.



L'auteur

Bennani Karim Tajeddine est notamment l'auteur en 1993, du livre « Trait d'union » traitant de scénarios d’avenir de la civilisation musulmane. Des publications variées figurent sur les sites : Oumma.com, lacitevirtuelle.com, Islam.leschallenges.com, « Pouvoir Mondial » et Uml.edaama.org. Dans le cadre du Projet international « Aristoth Interreg III B Medocc. Mediterranea Héritage Scientifique Interculturel, ayant eu lieu à Murcia (Sud d'Espagne) de juin 2007 à janvier 2008, sa publication : « L’Imagination créatrice dans le personnalisme musulman », édité en 1997, a été sélectionnée pour représenter l’héritage scientifique des savants musulmans du bassin méditerranéen. Cet article et son résumé ont été traduits en plusieurs langues. Ils sont publiés dans le catalogue espagnol référencié par ISBN : « 978-84-96760-15-8. »

Récemment, le livre : « Une Civilisation Musulmane Universelle » a été publié par les maisons d’édition : « Wallada » au Maroc et « Tawhid » en France. Ce livre recommande un effort évolutif de transformation des pays musulmans dans le cadre d’une civilisation musulmane évolutive dont le but du changement est de tendre vers l’idéal d’« Une civilisation musulmane universelle. » Cette démarche s’inspire des méthodes de la relativité générale d’Einstein ayant permit de transformer rapidement le repère classique dit « Galiléo-Newtonien » en repère extensible évolutif permettant de résoudre les contradictions antérieures. Préalablement, le changement irréversible de mentalités vers des niveaux croissants est nécessaire pour édifier toute civilisation évolutive, car Dieu ne change positivement les conditions des êtres humains que s'ils décident fermement de changer ce qu’il y a en eux-mêmes conformément à Sa Parole :

« Dieu ne change l'état d'un peuple que s'ils changent ce qu'il y a en eux-mêmes » Coran (13,11)

Le livre « Une Civilisation Musulmane Universelle » est présenté ci-après :

http://www.orientica.com/index.php?publishers_id=6&page=1&sort=3d http://www.culturelang.com/Une_Civilisation_Musulmane_Universelle-Tajedinne_Bennani_Karim-livre_methode-Histoire_civilisations-9521-1_26.html http://books.google.fr/books?id=hXRiUuIR3-MC&pg=PA3&lpg=PA3&dq=civilisation+musulmane+universelle+bennani+karim+tajeddine&source=bl&ots=gGA8_MEd_1&sig=8bejO9cIBcfSi0_wUd43nrcGhUw&hl=fr&ei=MZdOTfHHLImPswb8uayRDQ&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=2&ved=0CB4Q6AEwAQ#v=onepage&q&f=false http://oumma.com/Une-civilisation-musulmane http://association84alire.free.fr/index.php?cat=48&cats=83 http://www.yawatani.com/civilisation-histoire/

 

Category : Les Savants Musulmans | Write a comment | Print

From the same author

Comments