"> L'avenir de l'Homme:naissance - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 L'avenir de l'Homme:naissance d'un nouveau cycle civilisationnel

1/7/2011

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك 

asmaa allah al housna


Le spectacle qu'offrent la multiplicité et la diversité des événements dans le monde est précurseur des changements que le monde est en passe de connaître sur le plan de l'intellect humain et qui ouvrent actuellement à façonner les contours de l'avenir de l'humanité aux court et long terme. Dans leur essence, ces événements nous confirment que le monde traverse une phase très différente de celles que l'humanité a vécu au vingtième siècle, que l'on qualifie de siècle des grands changements, des guerres mondiales et des crises aiguës, mais aussi le siècle des grandes percées, tant sur le plan de la science, de la technologie, de la connaissance et des découvertes qui ont servi l'être humain et lui ont permis d'accéder à la prospérité civilisationnelle.

L'interaction des mutations politiques, d'un nouveau rapport de forces, avec les développements scientifiques et culturels a atteint un degré élevé dans cette étape de l'Histoire de l'humanité. Ce développement, qui s'est reflété sur la situation économique et sociale partout dans le monde, est un indicateur que le monde traverse désormais cette étape décisive qui précède les événements qui changent l'Histoire. Le monde avait espéré, au lendemain de la guerre froide et la chute du mur de Berlin, trouver une paix mondiale susceptible d'assurer la stabilité et la prospérité économique, le recouvrement par les peuples des droits nationaux dont ils ont été privés et la soumission des puissances détentrices des rênes de la politique mondiale aux lois internationales. Mais cet espoir humain n'a pas tardé à s'étioler et dépérir au cours des deux dernières décennies après l'apparition sur la scène mondiale de signes qui suscitent l'inquiétude, notamment l'adoption par de grandes puissances d'une politique qui ne sert pas les intérêts du reste du monde, étant destinée à servir les intérêts vitaux d'un seul pays ou d'un ensemble restreint de pays qui exercent une hégémonie incompatible avec les principes mêmes sur lesquels ils ont été fondés.

Cette hégémonie, contraire à la nature des choses et qui va à l'encontre de la loi divine, s'étend à tous les domaines de la vie humaine. Elle nous rappelle, ce faisant, les régimes despotiques de l'ère des conflits idéologiques et politiques violents entre les deux camps, capitaliste et socialiste. Or les pires formes de cette hégémonie se traduisent par le conditionnement de la pensée humaine, la standardisation de la culture et la mondialisation de l'information qui endoctrine l'opinion publique et influe sur les orientations politiques, intellectuelles et culturelles, voire sur les sciences et la culture.

Mais cette situation internationale, incompatible avec la nature des choses, ne pouvait se perpétuer. Pas plus d'ailleurs que ne pouvait se prolonger la monopolisation de la pensée et de la culture et l'accaparation de l'information visant à perturber la capacité intellectuelle et les prédispositions des peuples en développement. Car c'est dans la nature de la réflexion de varier ses sources et ses processus. Il en est de même de la culture dont les ramifications, racines et spécifications doivent, tout naturellement, croître et se diversifier. C'est ainsi que la pensée s'enrichit et que la culture, de quelque identité qu'elle soit, se fortifie, enrichit la civilisation et contribue à son évolution.

Le remarquable essor scientifique que nous connaissons aujourd'hui représente l'une des formes de l'évolution intellectuelle de l'individu et son affranchissement des contraintes politiques et économiques mondiales actuelles ainsi que des pressions exercées par les crises contemporaines. L'analyse du concept et de la nature de cet essor nous permet d'affirmer que le monde avance non seulement sur une trajectoire qui transcende la soumission à une pensée, à une culture standardisée et à une information mondialisée, mais qu'il s'apprête à entrer dans une ère différente de celle qui l'a précédée, et ce en dépit de toutes les brumes qui voilent la réalité des choses tout en dissimulant les perspectives d'avenir. Un état des lieux de la situation actuelle et une lecture prospective des mutations auxquelles cette situation devra donner lieu, associée à l'expérience procédant de notre considération des événements du passé et des enseignements retenus, tout cela nous remplit de confiance et de certitude que le monde se prépare à franchir le seuil d'une nouvelle ère.

Nous pouvons constater de l'examen approfondi de la situation dans maintes sociétés humaines que les valeurs morales ont été secouées. Les communautés occidentales, en particulier, sont menacées par la "relativité morale", ou ce que la philosophie moderne définit comme le "nihilisme", en vertu duquel tout est égale à tout et qu'aucune chose n'est préférable à une autre et que, en définitive, tout est permis. Et c'est ce qui devra entraîner, selon certains penseurs rationnels, à l'effondrement de la civilisation occidentale, à la déchéance génésique et à l'éclatement de la famille. Le Pape Benoît XVI, n'a-t-il pas sonné l'alarme, dans la conférence qu'il a tenue à Paris le 13 septembre 2008 devant un parterre de personnalités françaises, dont les deux anciens présidents Jacques Chirac et Giscard d'Estaing, en affirmant qu'«une culture purement positiviste, qui renverrait dans le domaine subjectif, comme non scientifique, la question concernant Dieu, serait la capitulation de la Raison, le renoncement à ses possibilités les plus élevées et donc un échec de l'humanisme, dont les conséquences ne pourraient être que graves». Cette affirmation du Pape prouve, dans sa conception occidentale, et surtout chez les penseurs français, que la laïcité anéantit la foi, car elle déborde la religion et la sépare des affaires publiques. Et quand bien même certains penseurs occidentaux proposent le concept de "laïcité positive", nous n'avons d'autre alternative que de dire qu'au nom de la laïcité qui a éloigné la religion de la vie quotidienne, la considérant comme une affaire privée, a amené l'Europe au stade qu'elle traverse aujourd'hui, c'est-à-dire l'extrême émaciement de la foi, l'étiolement des sentiments spirituels, l'éclatement familial, la propagation du crime, la "chosification" de l'être humain, et ce, parmi tant d'autres phénomènes de dissolution de la civilisation occidentale.

Notre intention n'est pas de mettre l'accent sur le dépérissement ou l'effondrement de la civilisation occidentale. La civilisation occidentale est, en fait, une force créative, active et influente qui sert l'individu dans sa vie ici-bas et donne à la vie humaine un sens matériel évident. Ce que nous voulons souligner est que cette réflexion du chef de l'Eglise catholique citée au cours de sa conférence ne fait que conforter notre opinion, à savoir, que le monde d'aujourd'hui est en pleine gestation. Tout porte à croire que la situation mondiale actuelle, tant politique et économique qu'intellectuelle et culturelle, est en passe de se transformer, et ce conformément à la loi divine immuable en matière de création. Et quand bien même nous serions objectifs, nous n'en inférons pas moins que cette transformation s'inscrit dans l'ordre des choses car la situation du monde dans l'état qu'on lui connaît aujourd'hui va à l'encontre de la logique, de la dynamique de l'histoire et de l'ordre universel.

Les États-Unis d'Amérique et le reste du monde ont été secoués en septembre dernier par une crise financière qui a provoqué la banqueroute de grandes banques détentrices de capitaux astronomiques. Si l'on considérait cette crise d'un point de vue intellectuel et non économique ou politique, dans le cadre d'une analyse scientifique objective de la crise civilisationnelle que le monde connaît, on constaterait que cette crise financière n'est que le reflet d'un des aspects de la prochaine transformation. Car cette crise traduit de façon patente un dysfonctionnement du système capitaliste et de la mondialisation, tout aussi dévastateur. Ceci nous pousse à faire preuve d'une une grande vigilance, sachant que l'hégémonie exercée par les grandes puissances internationales sur les peuples du monde ne peut perdurer.

Mais le changement qui doit s'étendre aux plus lointains horizons et englober l'ensemble des domaines, ne doit pas être assimilé de façon anarchique. Nous avons, en effet, retenu de notre étude sur les différentes phases de l'histoire que chaque étape se caractérise par sa logique et ses spécificités. Les cycles civilisationnels se succèdent et, à l'évidence, les mutations qu'ils véhiculent marquent la vie humaine, avec lesquelles elle doit composer et s'adapter. N'oublions pas que c'est l'être humain qui fabrique l'histoire et trace ses contours grâce aux aptitudes, capacités, facultés et force dont Dieu l'a gratifié, ainsi qu'aux bienfaits et ressources incommensurables dont Il l'a nanti. Aussi, nous, les Musulmans, sommes-nous confiants que l'histoire n'est pas une succession de faits anarchiques ni une simple série de transformations naturelles ou de conflits des classes ; l'histoire est une émanation divine ainsi qu'une manifestation de la miséricorde du Créateur envers l'humanité, car c'est Lui qui oriente la volonté de l'individu, lequel doit construire la civilisation et peupler la terre.

C'est à travers cette foi religieuse que nous considérons l'avenir, forts de nos connaissances et de la lecture consciente des différents aspects de la réalité humaine ; la comparaison entre le passé et le présent nous permet de tirer des enseignements de l'histoire, qui se poursuit à travers nous. Ce faisant, nous obtenons une meilleure perspective de l'avenir, bien que cela relève du domaine de la divination - puisque seul Dieu connaît l'avenir. Mais le Créateur Tout-Puissant, seul détenteur de la vérité de l'existence, a gratifié l'être humain de la raison et de la clairvoyance afin qu'il examine, vérifie, explore, mesure et compare le présent et le passé et appréhender l'avenir à la lumière de son savoir.

A présent, l'humanité et la pensée humaine s'apprêtent toutes deux, l'une à vivre un nouveau cycle civilisationnel et, l'autre, à passer le seuil d'une ère nouvelle. Le monde, dans sa transition actuelle, est appelé à donner naissance à une civilisation humaine où seules seront entendues les voix de la vérité, de la justice et de la paix. Les événements et les mutations profondes auxquelles le monde assiste aujourd'hui sont les indicateurs prégnants que le monde se dirige vers son affranchissement des sujétions qui ont emmuré la pensée et étouffé la volonté sous l'insoutenable fardeau des crises et des problèmes.

Tel est l'espérance de l'humanité qui se concrétisera par la Grâce de Dieu, Clément, Miséricordieux et Créateur des univers.


http://www.isesco.org.ma/

ISLAM AUJOURD'HUI

Category : A propos de l'islam: | Write a comment | Print

From the same author

Comments