"> L'au de là et l'intercession du - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 L'au de là et l'intercession du prophète

27/5/2011

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك 

majda_bloguez.com

La demande d'intercession auprès des envoyés

 Le jour de la résuréction, alors que tout le monde attend, le Trône apparaît porté par huit Anges dont la longueur des pas équivaut à vingt mille années de marche. Alors toutes les têtes se baissent, les cœurs se resserrent, les âmes se dérobent, les créatures sont remplies d’épouvante, les prophètes sont terrifiés. C’est une lumière plus intense que celle du soleil dont ils subissaient la chaleur. Pendant mille ans ils ne cessent de s’agiter et de gesticuler sans que Dieu, le Majestueux, ne leur adresse une seule parole.

 

Alors les hommes se rendent auprès d’Adam – que la Paix soit sur lui – et lui disent : « O Adam ! O père de l’humanité ! Notre affaire est grave et trop pesante ». Quant au mécréant parmi eux, épouvanté par l’intensité des horreurs qu’il aperçoit, il s’écrie à son tour : « Seigneur ! Délivre-moi, même en m’envoyant en Enfer ! » Puis ces hommes disent : « O Adam ! Tu es celui que Dieu a créé de Sa propre main. Il a insufflé en toi Son esprit. Intercède pour nous auprès de Dieu pour qu’Il prononce le Jugement, car notre situation se prolonge et nous sommes toujours de plus en plus violemment pressés les uns contre les autres. Que l’on dispose que nous selon la volonté de Dieu – qu’Il soit glorifié et exalté – et que l’on fasse de nous ce qu’Il voudra ». Adam leur répond : « J’ai désobéi à Dieu quand Il m’a défendu de manger du fruit de l’arbre interdit. Aussi, dans mon état, j’aurai vraiment honte de Lui adresser la Parole. Mais allez voir Noé – que la Paix soit sur lui, car il est le premier des envoyés ».

 

Ils mettent alors mille ans à se concerter entre eux puis se rendent auprès de Noé et lui disent : « Tu es le premier des envoyés » et ils rapportent ce qu’ils avaient déjà dit à Adam. Puis ils lui demandent d’intercéder pour eux auprès de Dieu pour qu’Il prononce le Jugement à leur encontre. Mais Noé leur répond : « J’ai adressé à Dieu une invocation par laquelle tous les habitants de la terre on été engloutis dans le déluge. Aussi, j’aurai vraiment honte de faire une telle demande à Dieu – qu’Il soit exalté. Mais allez voir Ibrahim car il est l’ami de Dieu – qu’Il soit exalté. En plus, c’est lui qui vous a déjà donné le nom de musulmans. Peut-être qu’il intercèdera pour vous ! ».

 

Ils mettent alors mille ans à se concerter entre eux puis vont auprès d’Ibrahim – que la Paix soit sur lui – et lui disent : « O Ibrahim ! O père des musulmans ! Tu es celui que Dieu a pris comme ami, intercède en notre faveur auprès de Dieu. Peut-être tranchera-t-Il les affaires de Ses créatures ! » Il leur dit : « J’ai commis à l’égard de l’Islam trois mensonges avec lesquels j’ai discuter pour défendre la religion de Dieu. Aussi, j’ais honte de demander à Dieu de m’accorder l’intercession en pareille circonstance.


Mais allez voir Moïse – que la Paix soit tu lui, car Dieu l’a paris comme interlocuteur et l’a admis auprès de Lui comme confident. Peut-être intercèdera-t-il en votre faveur ! ».

 

Ils mettent encore mille ans à se concerter entre eux alors que leur situation ne fait qu’empirer et que leur état devient de plus en plus critique. Puis ils se rendent auprès de Moïse et lui disent : « O fils d’Imran ! Tu es celui que Dieu a pris comme interlocuteur, qu’Il a admis comme confident et qui t’a rêvé la Thora. Intercède pour nous afin qu’interviennent le Jugement, car notre attente se prolonge, notre cohue s’aggrave, nos pieds s’empilent les uns sur les autres et les cris des croyants et des mécréants montent devant le prolongement de l’attente ». Moïse leur répond : « J’ai demandé à Dieu – qu’Il soit exalté – d’infliger des années de disette et d’afflictions aux partisans du Pharaon et d’en faire un exemple édifiant pour la postérité. En plus, j’ai tué un homme. Aussi, j’aurai honte de demander à Dieu – qu’Il soit exalté – de m’accorder l’intercession en pareille circonstance, par égard aussi à d’autres motifs dans l’entretien secret que nous avons eu, qui font allusion à une éventuelle exposition (des hommes) à leur perte. Néanmoins Sa miséricorde est immense et Il est un Seigneur qui aime pardonner. Mais allez voir Jésus – que la Paix soit sur lui. Parmi les envoyés, il est celui qui a la certitude la plus ferme, celui qui connaît le mieux Dieu – qu’Il soit exalté, celui qui est le plus ascétique et le plus sage. Peut-être intercèdera-t-il pour vous ! ».

 

Ils mettent mille ans à se concerter entre eux, alors que leur situation ne fait qu’empirer, que leur état devient de plus en plus critique et qu’ils ne cessent de gémir et de se lamenter : « Combien de temps devrons-nous aller ainsi d’un envoyé à un autre et d’un élu à un autre ? » Puis ils se rendent auprès de Jésus et lui disent : « Tu es l’Esprit de Dieu et Son verbe. Tu es celui que Dieu a surnommé l’Illustre dans le monde terrestre et dans l’autre monde. Intercède pour nous auprès de ton Seigneur pour qu’Il prononce le Jugement ». Jésus leur répond : « Mon peuple m’a pris, moi et ma mère, pour deux divinités à la place de Dieu. Comment oserai-je intercéder en votre faveur auprès de Celui à côté duquel on m’a adoré, dont on a prétendu que je suis le fils et qu’Il est mon père ? Mais voyez-vous, si l’un de vous a une bourse qui renferme de l’argent et qui soit scellée par un sceau, pourrait-il parvenir au contenu de cette bourse s’il n’enlevait pas auparavant le sceau ? » Ils lui disent : « Oui, certainement, ô Prophète de Dieu ! » Il leur dit alors : « Allez voir le Prince des envoyés et le Sceau des prophètes, mon frère l’Arabe. Car il a gardé son invocation pour intercéder en faveur de sa Communauté ». Pourtant, des gens de son peuple lui ont fait beaucoup de mal : ils l’ont blessé au front, ils lui ont brisé sa molaire et ont même prétendu qu’il y avait une filiation entre lui et les démons. Pourtant, il est certainement le plus noble, le plus glorieux et le plus élevé en dignité parmi eux, lui qui leur répétait les paroles de Joseph à ses frères : « Aujourd’hui : Dieu vous pardonnez, car Il est le plus miséricordieux ». Ensuite Jésus se met à énumérer les mérites de Mohammad – que Dieu lui accorde Grâce et Paix – que leurs oreilles aiment tant entendre si bien qu’ils sont pris d’un désir passionné de se rendre auprès de lui.


L'intercession du prophète Mohammad

Ils gagnent alors la chaire de Mohammad – que Dieu lui accorde Grâce et Paix – et lui disent : « O Envoyé de Dieu ! Tu es le Bien-aimé de Dieu. Or le Bien-aimé est le plus considéré des médiateurs. Intercède pour nous auprès de ton Seigneur, car nous sommes allés voir notre père Adam et il nous a renvoyés vers Noé, nous sommes allés voir Noé et il nous a renvoyés vers Ibrahim. Nous sommes allés voir Ibrahim et il nous a renvoyés vers Moïse, nous sommes allés voir Moïse et il nous a renvoyés vers Jésus, nous sommes allés voir Jésus et il nous a renvoyés vers toi – que Dieu t’accorde Grâce et Paix. Après toi il n’est plus personne à qui nous puissions présenter notre requête. D’ailleurs nous ne pouvons pas nous passer de toi ». Le Prophète dit alors : « Je sui si l’homme de la situation, jusqu’à ce que Dieu donne l’autorisation à qui Il veut et soit satisfait ». Ensuite il s’avance vers les pavillons de la Majesté. Il demande la permission d’y accéder et on la lui donne. Il soulève alors les voiles et accède au Trône. Il tombe prosterné et garde cette posture pendant mille ans. Puis il adresse à Dieu – qu’Il soit exalté – des louanges telles que personne ne les Lui avait jamais adressées auparavant. Certains hommes versés dans la connaissance disent à ce propos qu’il s’agit des louanges que Dieu s’est adressé à Lui-même le jour où Il a achevé la Création. Le Trône s’ébranle pour lui faire honneur, car il a reçu l’un des feuillets.

Alors Dieu, le Majestueux – que sa Majesté soit exaltée – fait cet appel : « O Mohammad ! Relève la tête. Parle et tu seras entendu ; intercède et tu seras exaucé ! » Mohammad – que Dieu lui accorde Grâce et Paix – dit : « O Seigneur ! Décide entre Tes serviteurs ! Car leur position d’attente n’a que trop duré, d’autant plus que chacun d’eux a reconnu ses péchés sur la scène de la Résurrection ». L’appel retentit de nouveau : « Certes, ô Mohammad ». Puis Dieu ordonne qu’on prépare le Paradis en le revêtant de sa parure. Pendant qu’on l’amène, il dégage une brise agréable, la plus douce et la plus enivrante qu’on puisse sentir. On peut sentir son odeur à une distance de cinq cent années de marche, ce qui rafraîchit les cœurs et ranime les âmes, sauf pour ceux dont les œuvres terrestres étaient perverses, car ils seront privés de sa brise. Une fois que l’on place le Paradis à la droite du Trône, Dieu – qu’Il soit exalté – ordonne qu’on amène l’Enfer. Mais celui-ci se remplit aussitôt de terreur et de frayeur et dit aux Anges envoyés vers lui : « Savez-vous si Dieu a créé des créatures au moyen desquelles il va me châtier ». Les Anges le rassurent et lui répondent : « Non, par la puissance de Dieu ! Nous sommes envoyés vers toi seulement pour que tu te venges de ceux qui ont désobéi à ton Seigneur. Car c’est pour un Jour comme celui-ci que tu as été créé ». Les Anges amènent alors l’Enfer marchant sur quatre pieds dont chacun comporte soixante-dix mille chaînes ; chacune de ces chaînes à soixante-dix mille anneaux dont le poids de chacun d’eux pèse plus lourd que tout le fer de la terre entière. A chaque anneau sont préposés soixante-dix mille gardes. Si on ordonnait à l’un de ces gardes de démolir une montagne il le ferait, et si on lui ordonnait de détruire la terre il l’anéantirait. L’Enfer avance en grondant, en mugissant et en lançant des étincelles et une fumée bouillante qui enveloppe tout l’horizon dans l’obscurité.



L’Envoyé de dieu – que Dieu lui accorde Grâce et Paix – surgit alors et saisit l’Enfer par la bride. Il le fait dérouter et lui dit : « Recule jusqu’à ce que les contingents qui te soient destinés viennent à toi ! » L’Enfer répond : « Laisse-moi passer, ô Mohammad ! Car il m’est interdit de te toucher ». Alors une voix l’interpelle de derrière les voiles de la Majesté : « Ecoute Mohammad et obéis-lui ». Ensuite on entraîne l’Enfer et on l’installe à la gauche du Trône. Ceux qui attendent le Jugement se mettent à parler de cet entraînement de l’Enfer et leur frayeur diminue. C’est là le sens de la Parole de Dieu- qu’Il soit exalté : « Nous ne t’avons envoyé que par miséricorde pour l’humanité ». C’est à ce moment qu’on installe la Balance (al-Mizan) composée de deux plateaux : un de lumière placé à la droite du Trône, et un de ténèbres placé à sa gauche. Ensuite Dieu, la Majestueux, découvre Sa jambe, et tous les hommes se prosternent devant Lui par humilité pour reconnaître toute Sa grandeur, à l’exception des mécréants qui ne peuvent se prosterner car leur colonne vertébrale est faite de métal ferreux. C’est le sens de la Parole de Dieu – qu’Il soit exalté : « Au jour où le bas d’une jambe sera mise à découvert et où ils seront appelés à se prosterner mais ils n’en seront pas capables ». A ce sujet, al-Boukhari rapporte dans son commentaire le Hadith suivant, muni de sa chaîne de transmission, dans lequel l’Envoyé de Dieu – que Dieu lui accorde Grâce et Paix – a dit : « Au jour de la Résurrection, Dieu découvrira le bas de Sa jambe, et tous les croyants des deux sexes se prosterneront devant Lui ».


Source: Paradise -Islam

 

Category : A propos de l'islam: | Write a comment | Print

From the same author

Comments