"> L'Islam:transformation de la - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 L'Islam:transformation de la société dans le sens de la justice, de la solidarité, de la dignité

14/7/2013

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك 

L’Homme dans la conception musulmane est un cheminement, il est un être digne et complexe composé de plusieurs éléments sans scission artificielle entre ses différentes composantes. L'Homme est tout à la fois âme, corps et intellect.

Par son âme, il a en lui le souffle de Dieu, son Créateur, son Seigneur, sa fin. Cette donne première qui s'impose à l'Homme et fait sa singularité, le définit comme un être à vocation spirituelle par excellence et par essence ; invité par Dieu à se réaliser, à s'engager sur la voie ascendante qui mène à Lui et à donner un sens à sa vie en faisant l'effort libre de transcender les pesanteurs qui empêchent cette ascension morale et spirituelle. Cette fibre spirituelle ancrée dans l'Homme explique le fait qu'il ressent le besoin de donner sens  à son existence et trouve toujours le moyen de régler cette question d'une manière ou d'une autre, y compris dans et par l'athéisme qui reste une forme  particulière de se situer par rapport à une interrogation intime et une façon de répondre aux questionnements qui naissent au plus profond de l'être humain. 

D'autre part, l’Homme aspire aussi naturellement, et conformément à la sensibilité que Dieu a placé en lui, à la justice, à la dignité et à la liberté. Cette quête de la justice sociale, de la dignité et de la liberté est l’autre facette du patrimoine génétique spirituel selon lequel Dieu a façonné l’être humain et qui fait que l’homme ne pourrait se contenter du pain pour vivre. L’Homme est capable de donner sa vie, de se sacrifier pour sa dignité, sa liberté, pour une cause et pour autrui. Cet élan est l’expression d’une innéité qui dépasse le calcul de la rationalité et la loi de la biologie. 
Cette affirmation ne contredit pas le fait que l'homme puisse sombrer dans la servitude volontaire à des hommes et à des systèmes, et faire preuve d'injustice à l'égard de lui-même, de ses frères et de l'environnement dès lors que cette sensibilité originelle fasse l'objet d'un oubli, d'une déformation et d'une mutilation par des facteurs liés à l'éducation, à la socialisation, à la nature des politiques dominantes et des valeurs en vogue dans un contexte donné. L'Homme est capable du meilleur -conformément à une nature originelle  préservée par une méditation éthique et spirituelle  ou conforté par la foi active en Dieu et en la vie dernière- comme du pire s'il ne s'engage pas dans un processus de reforme de soi et subit consciemment ou inconsciemment une mutilation intérieure de sa prime nature. 
Si l'Homme est foncièrement une âme, l'Homme est aussi un corps. C'est par le biais de cette enveloppe charnelle qui abrite son âme que l'Homme s'incarne, s'agite ou agit dans le monde en tant que sujet assujetti à des besoins, à des tentations, à des contradictions, à des désirs d'un autre ordre. Par son corps, l'Homme se situe dans un contexte matériel qui parle à ses besoins biologiques, matériels comme à ses penchants égotiques  et ne peut s'affranchir complètement de l’attraction de la terre, lieu et instrument de l'Epreuve selon la volonté de Dieu... 
La conséquence pratique de ce double conditionnement, voulu par Dieu dans son infinie sagesse  comme sens de la condition humaine et du monde, comme tension et équilibre permanent à chercher entre ces deux niveaux, nous la retrouvons inscrite dans la nature même de l’islam dont l’essentiel pourrait presque être résumé, et pour cause, dans deux grands pôles : la Justice et la Spiritualité. Les exégètes du Coran en s’inspirant de certaines traditions prophétiques évoquent le verset ''Dieu  ordonne la Justice et le bel-agir...''  comme étant le verset le plus complet, le plus englobant du Coran dans la mesure où il résume, en quelque sorte, la quasi-totalité du message et l'essentiel de la ''Révélation''. 
On trouve dans l’islam, comme message abstrait et comme expérience de foi, une reconnaissance  et non un déni de cette nature complexe de l'Homme et une volonté de s'y appuyer dans l'interpellation qui lui est faite de  vivre l'expérience de Dieu et de  transcender les facteurs qui le tirent vers le bas, vers la bestialité. Ainsi, le Coran incarne en tant que message éternel de Dieu à l'Homme, un appel incessant à rassembler d’une façon harmonieuse deux soucis dans un seul cheminement. Une exhortation à l'Homme en quête de Dieu de se donner les moyens de vivre à la fois l'enracinement dans le réel dans le détachement spirituel, la présence dans le monde dans la conscience de Dieu, le souci d'ici bas dans l'aspiration à la  vie dernière, l'amour de Dieu dans la proximité avec les hommes. Ce cheminement à double facette qui mène de front deux combats, qui nourrit deux attentes, participe de la volonté de préserver un certain équilibre, essentiel chez l'Homme garant de son humanité et de son droit à connaître son Créateur de même qu’un certain équilibre dans le monde, essentiel pour son harmonie et sa viabilité... 
Il s'agit, en définitive, d'une exigence qui est chère à l'islam. Celle de ne pas fragmenter l'Homme, de ne pas le compartimenter, de ne pas le mutiler, de ne lui refuser ni son droit à la dignité ni son droit à Dieu,  mais de le considérer dans toutes ses possibilités, dans la globalité et la complexité de ce qu'il est et de ce à quoi il peut et doit aspirer. Chose que ne lui reconnait pas l'idéologie moderniste, qui pose comme point de départ le postulat bestial, c'est-à-dire l’homme réduit à ses besoins biologiques, et comme horizon ultime de la réalisation humaine, le néant du cycle abrutissant de production-consommation.
Du coup, on peut comprendre la complétude de la vision que propose l'islam qui est tout à la fois une invitation à Dieu, une quête de perfection morale et spirituelle, intégrée dans un projet de participation globale pour la paix et la justice, sous-tendu par une vision du monde comme épreuve et porté par une volonté  de don de soi, une intention de combat pour l’Homme, pour sa liberté et sa dignité. Autrement dit, dans cette perspective, la quête de Dieu et la quête de perfection morale et spirituelle sont indissociables d'une présence significative dans le monde et d'un enracinement au cœur de la réalité, avec une intention de lutte et une volonté d'engagement ferme pour répandre le Bien et résister au Mal dans un contexte hostile par définition. 
Contrairement à d'autres traditions qui ont fini par admettre, peu ou prou, l'idée d'un cheminement spirituel qui tourne le dos à toute forme d'engagement politique versus l'idée d'un engagement politique qui n'intègre plus le souci du sens, de l’éthique et de quête de perfection, l'islam exige un double changement: celui des structures mentales et celui des structures  sociopolitiques. Il exige de ses fidèles une attitude de témoignage global se fondant sur une continuité de valeurs où ces deux aspects sont complémentaires et inhérents l’un à l’autre, les deux étant indissociables et intrinsèquement liés. La recherche spirituelle donne sens, consistance et direction à l'action et l'action nourrit, interroge et met à l’épreuve la spiritualité et les intentions. Cette cohérence de la démarche est illustrée de la meilleure des façons dans l'action des Prophètes dont la mission à travers l’Histoire montre bien la présence quasi permanente des deux soucis. Leurs vies incarnaient, dans une démarche globale, l'exigence de la justice politique et sociale au cœur de l'appel à Dieu et du rappel de l'essentiel. Le Coran nous décrit le combat de ces hommes, modèles éternels de perfection morale et spirituelle, pour lesquels l'expérience mystique de Dieu n'a jamais été le prétexte prestigieux à la fuite du monde ou la justification d'une compromission avec la réalité du désordre établi au détriment des principes à l'origine de leur action. Ils ont travaillé inlassablement pour que les Hommes puissent renouer avec leur innéité profonde, et jouir de leur droit le plus suprême, le plus sublime, celui de connaître Dieu, d'accéder au bonheur ici bas et dans la vie dernière. Ce travail fondamental, pour lequel ils ont consacré et sacrifié leurs vies, a  été mené en parallèle avec un combat pour la transformation de leurs sociétés dans le sens de la justice, de la solidarité, de la dignité et de la libération globale. Ils ont mené un combat idéologique et politique contre toutes les formes d'oppression et contre la barbarie qui a toujours agi comme ignorance de Dieu et comme violence sur l'Homme et son environnement.

 

Écrit par Abderrahmane Oumachar   
  

Category : A propos de l'islam: | Write a comment | Print

From the same author

Comments