"> Pourquoi égorger la bête avant de la c - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 Pourquoi égorger la bête avant de la consommer?

28/3/2011

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك 

mmm

«Voici ce qui vous est interdit: la bête morte, le sang, la viande de porc; 
ce qui a été immolé à un autre que Dieu; la bête étouffée, ou morte à la suite d'un coup, 
ou morte d'une chute, ou morte d'un coup de corne, 
ou celle qu'un fauve a dévorée - sauf si vous avez eu le temps de l'égorger - 
ou celle qui a été immolée sur des pierres» 
(Sourate: La Table Servie, 3).


La première des interdictions que les versets ont citées est "la bête morte", c'est-à-dire celle, parmi les animaux et les oiseaux, qui a connu une mort naturelle sans que l'homme intervienne avec l'intention de l'immoler ou de la chasser.

L'esprit moderne peut se demander quelle sagesse il y aurait à interdire à l'homme «la bête morte» sans qu'il puisse s'en servir, à cette question, nous répondons qu'il y a des raisons évidentes:

  1. Celui qui a le caractère droit éprouve du dégoût et de la répugnance pour la bête morte. Les gens sensés sont unanimes pour connaître que sa consommation constitue une humiliation pour la dé de l'homme; pour cette raison, il n'est pas étonnant de voir les gens de Livres l'ont tous interdite. Ils ne mangent que ce a été immolé, bien que les modalités soient différentes.
  2. Une autre raison est que le Musulman doit s'habituer à avoir l'intention et la volonté dans tout ce qu'il entreprend, il ne doit obtenir une chose qu'après avoir fixé ses intentions et ses objectifs, et montré sa volonté. Le sens d'immoler - qui écarte le qualificatif de bête morte - est le suivant: tuer un animal pour le manger. Ceci montre que Dieu n'a pas voulu que l'homme mange une chose pour laquelle il n'a pas fixé ses intentions et ses objectifs, comme c'est le pour la bête morte, car l'animal immolé ou chassé obtenu que grâce à l'effort et à la volonté.
  3. L'animal qui connaît une mort naturelle perd souvent la vie à cause d'une maladie chronique ou occasionnelle ou à cause d'un empoisonnement ou d'un amaigrissement etc, donc, sa consommation comporte beaucoup de risques.
  4. Lorsque Dieu le Tout Puissant nous a interdit - à nous êtres humains - la bête morte, Il a donné la possibilité aux animaux et oiseaux de la manger, surtout dans le désert et les endroits où l'on n'enterre pas les bêtes. Dieu est miséricordieux, les bêtes sont comme nous, comme le dit le Coran.
  5. Une dernière raison enfin, est que l'homme doit prendre bien soin de ses animaux pour qu'ils ne tombent pas malades et ne trouvent pas la mort, mais s'ils tombent malades, il doit se hâter soit de les guérir soit de les immoler.


Les différentes formes de "la bête morte" :

  1. La bête étouffée: c'est la bête qui meurt par étouffement, soit si on lui tord le cou à l'aide d'une corde, soit si on lui coince la tête dans un espace étroit,
  2. La bête morte à cause d'un coup: c'est celle frappée à mort par un bâton ou autre chose.
  3. La bête morte d'une chute: c'est celle tombée d'un endroit très élevée ou celle qui est tombée dans un puits.
  4. La bête morte d'un coup de corne: c'est celle qu'une autre tue d'un coup de corne.
  5. La bête dévorée par un fauve: c'est celle qui meurt après avoir été dévorée en partie par le lion.

Après ces cinq cas, le Coran précise:

«sauf si vous avez eu le temps de l'égorger»

Ainsi, l'égorger alors qu'elle est encore en vie la rend licite mais cela nous le détaillerons plus loin.

Pour s'assurer de ce que l'on vient de dire, il suffit de voir si bête a encore un souffle de vie. D'après Ali Ibn Abi Taleb, que Dieu l'agrée: Si vous arrivez à égorger la bête qui a souffert d'un coup d'une chute ou d'un coup de corne alors qu'elle agite encore un de ses membres, vous pouvez la manger.

Et d'après Dahak: Les païens mangeaient les bêtes mortes mais en Islam, Dieu a déclaré illicite ces bêtes sauf celles qui ont été égorgées, et pour le savoir disons que toute bête qui bouge une patte, la queue ou les yeux peut être égorgée et reste, par conséquent, licite (Certains théologiens disent: Il doit y avoir vie; la preuve c'est le sang qui jaillit et l'agitation forte de la bête).


Les raisons de ces interdictions :

Les raisons de l'interdiction de ces différentes sortes de bête morte d'une mort naturelle avec l'éventuelle exception du danger pour la santé, qui n'est pas claire ici.

Et même la deuxième raison paraît ici très convaincante, car le législateur est sage, il apprend aux gens à être plus attentifs aux animaux et plus compatissants envers eux. Il ne faut pas les négliger au risque qu'ils étouffent, tombent d'un endroit très élevé ou donnent des coups de cornes au point de s'entretuer; les animaux ne doivent pas être frappés à mort comme ils le sont parfois par certains bergers durs qui osent inciter les bêtes à se livrer à des duels où elles se donnent des coups de cornes au point d'en mourir presque. Et les théologiens en ont conclu que la bête qui a été blessée et qui a saigné à cause d'un coup de corne reste illicite, et même si la personne l'égorge, car le but de cette interdiction et selon moi - de punir celui qui laisse ces animaux s'entretuer en se donnant des coups de corne.

Quant à l'interdiction de ce qu'un fauve a mangé, c'est après tout un geste qui honore l'homme et lui évite de manger les restes de ce que les fauves ont mangé. Les païens par exemple, mangeaient ces restes, comme des restes de vache, de chameau, etc. Mais Dieu a interdit ces bêtes aux croyants.

Extrait de: fleur islam L'alimentation en Islam




Category : A propos de l'islam: | Write a comment | Print

From the same author

Comments