"> Dans tous les textes sacrés: le porc - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 Dans tous les textes sacrés: le porc est malsain

31/10/2013

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك

porc


Question. Quel est l’enseignement de l’Islam au sujet du porc ? 
Réponse. Le porc est absolument malsain, sa chair également est strictement prohibé à la consommation. Allah a dit à différents endroits du Saint Qour’ân «Vous sont interdits la bête morte, le sang, la chair de porc...» (Sourate 5, v. 4) 

Q. - Etant chrétien, je n ‘ai aucune difficulté à manger du porc. Je me demande souvent pourquoi mes frères musulmans n ‘ont pas été autorisés à goûter cette nourriture savoureuse, comme nous, chrétiens, le faisons. 
R. - Cette question est quelque peu étonnante, car, selon les Ecritures, même les chrétiens ne sont pas autorisés à manger du porc! 

Q. Comment pouvez-vous dire cela ? 
R. – Eh bien regardons ce que dit la Bible au sujet du porc «Vous ne mangerez pas de leur chair, et vous ne toucherez pas leurs corps morts ; vous les regarderez comme impurs». (Lévitique ir, 7-8). Le même commandement est repris par le Deutéronome (XIV, 8). Le révérend W.K. Lawther Clarke dit dans son «Commentaire concis de la Bible» («Concise Bible Commentary», Fub. S.P.C.K., 1952), commentant ces passages : «Les lois furent inculquées et obéies car elles incarnaient la volonté divine» (p. 871). Le docteur E.A. Widmer cite, dans son article «Porc, Man and Disease», ce qui suit «Le porc, bien qu’étant un des aliments les plus communs, est un des plus néfastes. Dieu avait interdit aux Hébreux de manger la viande de porc, non pas simplement pour affirmer son autorité, mais parce que ce n’était pas un aliment sain pour l’homme».

 

Q. - Eh bien ! ces révélations sont très intéressantes. Pouvez-vous, s’il vous plaît, donner sur ces questions plus de références d’Ecritures chrétiennes ? 
R. – Oui, vous pouvez voir le commentaire sur le mot «porc» dans «The Westminster Dictionnary of the Bible» et qui est très clair. En voici un extrait «Le porc était un animal officiellement impur... Il est sale, il ne refuse pas de manger abats et charognes, et la consommation de sa viande dans certains pays chauds est supposée causer des maladies de la peau. Les Arabes ne pratiquaient pas son élevage et il était considéré comme impur par les Phéniciens, les Ethiopiens et les Egyptiens... Pour les juifs, la viande de porc était abominable, le porc était l’emblème de la saleté et de la grossièreté. Cependant, le porc s’est introduit dans les festins idolâtres des juifs dégénérés (Isaïe 65, 4-66, 17). Sous le règne d’Antiochus Epiphane, commander à un juif d’offrir ou de goûter de la viande de porc était un moyen utilisé pour déterminer sa fidélité à la religion de ses pères ou pour déterminer s’il était disposé à accepter le culte introduit par ses conquérants. Mais beaucoup de juifs affectèrent les moeurs grecques et Jean Hyrcan trouva sage de publier un édit afin que personne ne garde de porc. «Au temps du Christ, un grand troupeau de porcs passait dans le Décapolis (Marc V,11-1 3), région colonisée par les Grecs où le porc était hautement estimé comme aliment. Il n’y a aucune raison de supposer que les juifs possédaient de ces porcs-ci ou de ceux que nounissait le fils prodigue dans un lointain pays (Luc 15, 15)» (p. 584-585). Des exposés similaires peuvent être trouvés dans presque tous les dictionnaires bibliques -


Q. - Merci beaucoup. Mais j’ai remarqué que toutes ces citations sont tirées de l’Ancien Testament et sont relatives aux juifs. Nous, chrétiens, aimerions savoir quel fut l’enseignement de Jésus à ce sujet. 
R. - Eh bien ! j’allais y venir. Vous voyez, quelqu’ait été l’enseignement de l’Ancien Testament, l’enseignement de Jésus fut le même. Il dit clairement que les lois de l’Ancien Testament devaient être obéies sans changement «Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu, non pour abolir, mais pour accomplir. Car en vérité je vous le dis, tant que le ciel et la terre ne s’effaceront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé. Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements et qui enseignera aux hommes à faire de même sera appelé le plus petit au Royaume des cieux». (MatthieuV. 17-19). 

Q. - Je me souviens avoir lu cette parole dans l’Evangile plusieurs fois. Parfois, je me demandais pourquoi Jésus insistait tant là-dessus... 
R. - C’était parce qu’après son ascension quelques-uns de ses disciples dénonceraient la loi. Jésus lui-même obéit fidèlement à la loi. Ce fut seulement après son départ de ce monde que Saint-Paul, énergique orateur, ex-persécuteur des chrétiens, et membre de l’«élite» de la société, qui, prenant à coeur la civilisation grecque «avancée» (comme beaucoup de gens de nos jours s’enorgueillissent d’être occidentalisés), détermina les chrétiens illettrés et d’esprit simple à abandonner la loi. Le fait qu’il n’ait lui-même jamais rencontré Jésus, et que ceux qui s’opposèrent à lui étaient de fidèles compagnons du Christ, est très révélateur. Saint-Paul dénonça la loi en disant que «la loi produit la colère et là où il n’y a point de loi il n’y a point non plus de transgression» (Rom., IV, 15). 

Q. - Cette logique me semble fort convaincante. 
R. - Eh bien ! Si vous êtes réellement convaincu par ce raisonnement, alors vous verrez qu’il en découlerait que toutes les législations seraient abolies et tous les tribunaux fermés. Ainsi, il n’y aurait plus de criminel puisqu’il n’y aurait aucune loi à transgresser! C’est un raisonnement au mieux “enfantin”, au pire “démagogue”. 

Q. - Je ne pense pas que quelque gouvernement chrétien soit enchanté. par cette suggestion. Mais, dites-moi, comment Saint-Paul abrogea la loi ? 
R. – Il déclara «Je sais et je suis persuadé par le Seigneur Jésus que rien n’est impur en soi et qu’une chose n’est impure que pour celui qui la croit impure». (Rom., XIV, 14). 

Q. - Eh bien ! Je pense que cela résout bien le problème. 
R. - Non. Au contraire, cela crée plus de problèmes que cela n’en résout. Voyez-vous, si c’était cela que Jésus avait destiné à être le principe du christianisme, pourquoi ne l’avait-il pas déclaré quand il était avec ses disciples en ce monde ? Pourquoi recommande-t-il l’immuabilité de la loi mosaïque ? Saint-Paul voulait-il que les gens croient que Jésus n’était pas sincère dans ses déclarations ? Nous, musulmans, ne pouvons le croire. De même pour les chrétiens, l’action a plus d’importance que les mots. 

Q. Je dois admettre que vous venez de marquer un point important. Je suis d’accord maintenant que selon le christianisme originel, le porc fut et demeura interdit. Mais, à franchenient parler, je ne trouve rien de mal en ce qui concerne la viande de porc. 
R. J’espère que vous n’êtes pas de ceux qui pensent que singer la culture occidentale est la preuve d’un esprit éclairé. En dirigeant les principes alimentaires des enfants d’Israël et, par la suite, des musulmans, Dieu destinait ces règles à être une source de bienfaits continuels pour l’humanité. La transmission de certaines maladies, comme l’a établi la recherche médicale moderne, serait une justification adéquate pour cette ancienne loi. 

Q. - Mais cette «transmission de maladies» n ‘est pas due uniquement à la viande de porc. Même la viande de boeuf et la viande de mouton contiennent quelques germes pathogènes. 
R. - Eh bien! Pourquoi limiter votre argumentation au boeuf et au mouton ? Nous savons que même les légumes contiennent des germes infectieux. Mais le fait est que la viande de porc est celle qui contient le plus de germes parmi toutes les sortes de viandes connues par l’humanité. Plus nous apprenons à ce sujet et plus nous la redoutons. 

Q. - Pouvez-vous nommer quelques-uns de ces germes auxquels vous venez de faire allusion? 
R- - La liste suivante montre des germes ou parasites qui se trouvent dans la viande de porc. Beaucoup d’entre eux sont contagieux, d’autres sont mortels. Ceci prouve une fois de plus que plus la science progresse, plus l’Islam fait la preuve de son exactitude à beaucoup d’égards. 
L’actuelle science de la parasitologie cite un protozoaire cilié, le ver solitaire du porc et la trichine, ver parasite, connus comme causant d’importantes maladies que le porc partage avec l’homme. 

ISLAM FRATERNITE

Category : Les miracles d'Allah, du coran_et du prophète____________ | Write a comment | Print

From the same author

Comments