"> Dieu seul Créateur et seul Législateur, - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 Dieu seul Créateur et seul Législateur, l'homme calife de Dieu

18/1/2011

سبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك

© Ralph Stehly, Professeur d’histoire des religions, Université Marc Bloch, Strasbourg

Pour l'islam, Dieu est absolument transcendant: c'est le tawhîd, mot difficile à traduire, mais qui signifie" unifier Dieu"  c-à-dire non seulement  le considérer comme un et infrangible, mais le considérer comme seul axe de sa vie, construire sa vie et la société autour de Dieu seul: unité avec Dieu, avec la société, avec soi-même et la nature.

Cette conception est aux antipodes du modèle occidental où l'homme a perdu toute unité dans ses rapports avec la nature, la société et le divin. C'est le règne de l'individu, et de l'individualisme.

L'homme est séparé de la nature dont il s'est rendu maître et le propriétaire, l'a considéré comme un réservoir de matières premières et un dépotoir pour ses déchets. 

En Occident, l'homme moderne manipule sans vergogne  la nature à travers des techniques qui lui ont donné le pouvoir de détruire la terre et ceux qui l'habitent,  la nature n'a plus de signification pour l'homme occidental, alors qu'elle est, pour le Coran,  un réservoir de signes qui renvoient vers Dieu (sur la notion de signe, voir ici, sur la nature et les théophanies selon la phénoménologie religieuse, voir ici ).

D'où l'orientation eschatologique de l'éthique musulmane; il s'agit de créer une société qui permette au plus grand nombre d'accéder au Paradis. La société musulmane a donc un but qui la dépasse, un but sotériologique. Chaque musulman est impliqué dans ce but qui le dépasse,d'où l'un des commandements de base de l'éthique musulmane: chaque musulman doit veiller à "commander le bien et interdire le mal".

Dieu seul possède: l'homme calife de Dieu sur terre

En Occident, c'est le droit romain qui s'applique, qui définit la propriété comme étant le jus utendi et abutendi, le droit d'user et d'abuse. Le propriétaire a un pouvoir discrétionnaire sur ce qu'il possède.  

En droit français, l'entreprise étant considérée comme un prolongement du droit patrimonial, ses détenteurs peuvent en interrompre l'activité, la transmettre ou en licencier le personnel..

Selon la Loi islamique, la propriété n'est pas un droit de l'individu, ni d'ailleurs d'un groupe ou de l'Etat. Elle a une fonction sociale. Le propriétaire, quel qu'il soit, doit rendre compte de la gestion de sa propriété à la communauté et à Dieu: il n'en est que le gérant responsable (et l'homme est calife de Dieu sur terre), nos biens ne nous appartiennent pas, et la planète non plus, puisque c'est Dieu qui l'a créée.

Conception islamique du marché.

En Occident le marché est essentiellement un plébiscite permanent par lequel s'expriment les besoins d'une société (si nécessaire on crée même des besoins artificiels, quand un marché un saturé).

Dans la société islamique le marché est accepté, mais il n'est pas en lui-même une fin. Il doit satisfaire des besoins réels, il doit être subordonné dans dans ses fins comme dans moyens à un gouvernement orienté vers un but (qui dépasse le marché et la société à l'intérieur duquel il fonctionne).

L'économie islamique n'est donc jamais neutre à l'égard des forces rivales qui s'affrontent sur le marché.

Il ne s'agit pas seulement de contrôler la régularité des transactions, ce qui est la fonction du prévôt des marchands, le muhtasib. Le Coran évoque les hommes que "ni le commerce ni le profit ne détournent de la prière et de la zakât" (24.37).

La zakât n'est pas un simple impôt, mais une exigence religieuse. Elle porte non seulement sur le revenu, mais aussi sur le capital. Elle est un moyen d'effectuer des transferts sociaux et de permettre une sécurité sociale. C'est une forme de sécurité sociale acquise 13 siècles avant la France.

En résumé, l'économie découlant des principes de l'islam est aux antipodes du modèle occidental: produire ou consommer de plus en plus, de plus en plus vite, n'importe quoi, utile ou inutile, nuisible ou même mortel, sans tenir compte des facultés humaines. L'économie islamique, en son principe coranique, ne vise pas à la croissance, mais à l'équilibre.

Dieu seul législateur

De même que Dieu est le seul propriétaire, il est le seul Législateur. Tel est le principe de base de l'islam en sa vision de l'unité: le tawhîd

La communauté musulmane n'est pas fondée sur une déclaration des droits de l'homme, mais sur une révélation de ses devoirs. Les droits de Dieu sont prévalents sur les droits de l'homme. Le premier droit de Dieu est d'être adoré, parce qu'Il nous a créés et que nous sommes donc ses créatures.

Transcendance de la Loi

Le Coran ne considère jamais l'homme comme une réalité isolée, mais comme faisant partie d'un tout plus grand: la communauté, elle-même ordonnée à des fins plus hautes.

Le projet islamique n'est pas un projet de croissance et de puissance. La communauté islamique sert des buts qui la dépassent, des buts fixés par Dieu. Cette double transcendance de la communauté par rapport à l'homme, et de Dieu par rapport à la communauté, ne fonde donc pas une hiérarchie d'une oppression de l'homme par l'homme.   -->

Pour aller plus loin:  Roger Garaudy, L'islam habite notre avenir, Desclée de Brouwer, 1981

Copyright Ralph Stehly. Reproduction autorisée uniquement à des fins non commerciales, et à la condition de citer l'auteur et le site.

 

____________


Tags : Dieu homme calife
Category : A propos de l'islam: | Write a comment | Print

From the same author

Comments