"> La faune et la flore: devoirs du - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 La faune et la flore: devoirs du musulman

18/8/2015

La floreسبحانك اللهم و بحمدك أشهد أن لا إله إلا أنت أستغفرك و أتوب إليك

Selon la révélation finale, tuer des animaux à des fins sportives est interdit et considéré comme étant une transgression aux yeux de Dieu [Il est connu que Dieu ne ressemble pas à Ses créatures]. Ibn ‘Abbâs a rapporté que le Messager de Dieu a dit : « Ne prenez pas pour cible toute chose vivante. »

Prendre la vie d’un animal vivant quel qu’il soit est prohibé sauf si c’est pour de la nourriture, pour protéger la vie humaine ou pour des vêtements. Tuez par plaisir ou pour s’amuser est une chose fondamentalement mauvaise. Et, même lorsque la vie d’un homme est prise pour des crimes commis contre la société, ou que la vie d’un animal est prise pour le consommer, cela doit se faire avec le moins de souffrances possible.

Chaddâd ibn Aws a relaté deux choses qu’il se souvient avoir entendu de la bouche du Messager de Dieu (paix et bénédictions de Dieu sur lui) :
« Très certainement, Dieu a ordonné la bonté dans toute chose, aussi, lorsque vous exécutez quelqu’un, faites-le d’une belle manière et lorsque vous sacrifiez un animal, faites-le d’une belle façon. Que chacun d’entres vous aiguise bien son couteau et permette à l’animal de mourir confortablement. »

Bien que des « amoureux des animaux » dans les pays occidentaux se soient opposés à la méthode d’abatage islamique des animaux, l’alternative occidentale de l’étourdissement par choc électrique ou en assenant de terribles coups à la tête est bien plus douloureuse pour les animaux. Lorsque le cou est coupé par un couteau extrêmement bien aiguisé, l’animal ne ressent rien et perd connaissance rapidement étant donné que le cœur débite son sang par les artères carotidiennes.

Prendre soin des animaux est garanti par la loi divine, même dans le cas des chiens, qui sont généralement absents des foyers musulmans. Abou Hurayrah a cité le Prophète (paix et bénédictions de Dieu sur lui) comme ayant dit :
« Sur son chemin, un homme assoiffé descendit dans un puits et but de son eau. En en ressortant, il aperçut un chien haletant et mangeant de la boue. L’homme s’est alors dit en lui-même : « Cet animal est aussi assoiffé que je l’étais ». Il descendit alors dans le puits et remplit sa chaussure d’eau. Il mit ensuite sa chaussure entre ses dents, et remonta et donna l’eau au chien. Dieu le remercia, Lui pardonna et le fit entrer au paradis. »

Les gens ont demandé : « Ô Messager de Dieu ! Avons-nous une récompense si nous prenons soin des animaux ? » Il a répondu :
« Dans tout être vivant, il y a une récompense pour vous en cela. »

Abou Hurayrah a également rapporté que le Messager de Dieu (paix et bénédictions de Dieu sur lui) a dit :
« Allah a pardonné à une prostituée [des fils d’Israël] qui attacha sa chaussure à son foulard et puisa de l’eau d’un puits pour un chien qu’elle voyait mourir de soif. Par cela, Dieu lui pardonna. »

De manière réciproque, faire du mal aux animaux est un péché majeur selon la loi islamique. ‘Abdullah ibn ‘Umar a rapporté que le Messager de Dieu a dit :
« Une femme a été châtiée et jetée en enfer à cause d’un chat qu’elle avait emprisonné jusqu’à ce qu’il meurt. Elle ne lui donnait ni nourriture ni eau, ni elle ne le laissait se nourrir des bestioles de la terre. »

Il y a certains cas où il est nécessaire d’infliger des souffrances aux animaux, telles que le fait de les frapper afin qu’ils avancent ou de les marquer au fer afin de les identifier. Cependant, même dans ces situations, Dieu a donné au Prophète (paix et bénédictions de Dieu sur lui) des consignes. Jâbir a rapporté que le Prophète (paix et bénédictions de Dieu sur lui) a interdit de frapper les animaux au visage ou de les marquer au fer au visage. »

La responsabilité humaine de préserver ce monde ne se limite pas aux animaux. Le royaume végétal a également une grande valeur dans la loi divine. À tel point que, les musulmans participant à une guerre ont l’interdiction de détruire les arbres fruitiers, et même le fait de planter des arbres est considéré comme étant un acte de charité. Jâbir a cité le Messager de Dieu disant :

« Tout musulman plantant un arbre obtient la récompense de celui qui donne en charité. Ce qui est mangé de celui-ci est une aumône, ce qui en est volé, ce que les animaux et les oiseaux en mangent, tout cela est une aumône. Toute personne ou chose qui en prend quelque chose fait gagner au planteur la récompense de celui qui donne en aumône. »

L’Islam incite les gens à faire tout ce qu’ils peuvent pour planter, quand bien même cela serait la dernière chose qu’un croyant puisse accomplir dans cette vie. Anas a rapporté que le Prophète (paix et bénédictions de Dieu sur lui) a dit :
« Si [les signes/ les débuts] du Jour de la Résurrection apparaissent et que l’un d’entre vous a un plant dans sa main, qu’il le plante s’il en est capable avant que la résurrection ne commence. »

En conséquence, les êtres humains ont la responsabilité de s’occuper de tous les aspects de l’environnement dans lequel ils ont été créés comme une obligation sacrée de Dieu. Ceci nécessite de lutter activement contre la pollution de masse et la destruction des habitats naturels engendrées par la société matérialiste et de consommation du monde d’aujourd’hui.

Selon la révélation, négliger cette obligation est un péché tandis que le fait de la remplir est un acte d’adoration.

Auteur : Dr. Abou Ameenah Bilal Philips.
Source : Le but de la Création
Tags : islam flore faune
Category : A propos de l'islam: | Write a comment | Print

Comments