"> Entre le Coran et la - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 Entre le Coran et la Sunnah

23/12/2010

Introduction à l’islam
Section : Les sources primaires de l’islam


Autant le Coran et la Sunnah sont tous deux des sources divines de guidance et de législation, autant il n’ont pas le même statut et il y a entre eux des différences fondamentales :

  1. Le Coran est établi de manière catégorique, car il a été transmis par un tawâtur [1] certain, d’une génération à la suivante, tandis qu’une faible partie de la sunnah a été transmise par tawâtur et la plupart est établie par voie de âhâd. [2]
  2. Le Coran est entièrement établi par voie de révélation explicite (wahyun jaliyy) par l’intermédiaire du préposé de la révélation, Jibrîl - paix sur lui, sur le coeur du Prophète - que les salutations et les bénédictions d’Allâh soit sur lui, comme le Coran lui-même l’a exprimé : "et l’Esprit fidèle est descendu avec lui * sur ton cœur, pour que tu sois du nombre des avertisseurs", tandis que la sunnah est etablie par inspiration et songes véridiques (ar-ru’yâ as-sâdiqah) ce qui n’est pas une révélation explicite. Une autre partie est établie par son jugement personnel (ijtihâd) qu’Allâh agrée - c’est ce que l’on appelle la révélation implicite - car Allâh n’agrée pas une erreur pour éviter qu’on l’y imite.
  3. Le verbe et le sens du Coran proviennent d’Allâh - Exalté soit-Il - alors que la sunnah, plus précisément la sunnah verbale, est énoncée avec les mots du Prophète - paix et bénédictions sur lui. C’est pourquoi il n’est pas admissible de citer le Coran par le sens, contrairement au hadîth ou à la sunnah.
  4. Le Coran est préservé dans sa globalité et dans son détail avec ses mots et ses sens, conformément à la promesse explicite d’Allâh - Glorifié soit-Il : "En vérité c’est Nous qui avons révélé le Coran, et c’est Nous qui en sommes gardien". Alors que la sunnah est préservée par voie de conséquence de la préservation du Coran par Allâh, en tant qu’illustration et explication, car la préservation de l’objet explicité exige la préservation de l’explication. Notons également que la préservation de la sunnah est une préservation globale et non dans le détail.
  5. Le Coran se distingue par son inimitabilité, il est le plus grand miracle de Muhammad - paix et bénédictions sur lui, ce qui n’est pas le cas du hadîth bien qu’il soit au sommum de l’éloquence humaine.

La Sunnah authentique ne contredit pas le Coran

Nous disions donc que la sunnah explicite le Coran ou le confirme d’une part, et, d’autre part, elle légifère d’autres commandements indépendamment dans le cadre des finalités définies par le Coran et ses objectifs globaux sans s’opposer à lui. Il n’y a pas une sunnah authentique et explicite qui contredise le Coran. Sinon, il y a des textes authentiques non explicites et des textes explicites non authentiques. Ce qui n’est pas authentique n’a aucune valeur et ce qui est authentique sans être explicite doit être interprété conformément au Coran car le Coran est l’origine et la branche ne contredit pas son origine.

Il convient à ce stade de citer ce que le savant accompli Ibn Al-Qayyim a mentionné dans I`lâm Al-Muwaqqi`în concernant la relation qui lie la sunnah et le Coran. Il dit : "Le rapport entre la sunnah et le Coran est de trois sortes :

  1. Qu’elle concorde avec lui en tous points, les deux font figure d’un seul et même commandement tels des arguments qui se corroborent et s’appuient mutuellement.
  2. Qu’elle est une illustration et une exégèse du Coran
  3. Qu’elle institue une obligation que le Coran n’a pas instituée ou qu’elle interdise une chose non interdite dans le Coran. Elle ne sort pas de ces trois catégories et ne s’oppose en rien au Coran.

    Tout ce qu’elle comporte de plus par rapport au Coran est une legislation de la part du Prophète - paix et bénédiction sur lui - à laquelle nous devons nous conformer sans exception et dont la désobéissance est illicite. Il ne s’agit pas là de lui donner un rang plus élevé que le Coran mais tout simplement l’obéissance au commandement d’Allâh d’obéir à Son Messager. S’il n’était pas obligatoire d’obéir au Messager dans ce domaine, l’ordre de lui obéir n’aurait aucun sens et l’obéissance qui lui est due spécifiquement serait caduque. Or, si l’on ne devait lui obéir que dans ce qui est mentionné dans le Coran et non pas dans ce qu’il a ordonné en supplément, il ne lui serait pas attribué une obéissance spécifique qui lui serait due. Mais Allâh -Exalté soit-Il - dit : "Celui qui obéit au Messager a obéi à Allâh".

La Sunnah se réfère au Coran

Tel est le statut de la sunnah par rapport au Livre : le statut de l’illustration par rapport à l’illustré. Le Coran est l’origine et la sunnah l’explique et le clarifie. Tout ce qui se trouve dans la sunnah se rattache au Livre d’une façon ou d’une autre et c’est ce que l’Imâm Ash-Shâtibî a montré dans Al-Muwâfaqât (Les Concordances) et pour quoi il a fourni des preuves et qu’il a illustré avec des exemples.

Ainsi l’interdiction d’épouser en même temps une femme et sa tante paternelle ou maternelle procède d’une analogie avec le commandement du Coran interdisant d’épouser deux soeurs en même temps pour la même raison précisée dans le hadîth : "Si vous faîtes cela, vous rompriez vos liens de parenté." De même, donner à la grand-mère (maternelle) la part d’héritage dévolue à la mère en cas de décès de cette dernière procède d’une analogie avec la mère, car elle est une mère en quelque sorte. De même, l’interdiction de manger les animaux carnivores est une application de la parole du Très Haut : "Et Il vous interdit les impuretés" comme l’a indiqué l’Imâm Ash-Shâfi`î - qu’Allâh l’agrée. L’interdiction de manger et boire dans des récipients en or ou argent et assimilés est une application de ce qui abonde dans le Coran comme critique forte contre le faste et les gens fastueux et le fait de considérer que le faste est l’une des raisons de la corruption et de la décadence d’une nation au point de la détruire. De même, l’interdiction des têtes-à-têtes avec une femme étrangère [3] est une application du commandement coranique : "N’approchez point la fornication car elle est une turpitude et une voie néfaste" car l’interdiction par la formule "N’approchez point" est une interdiction des prémices de la fornication telles que le tête-à-tête.

De la même façon, le Prophète - paix et bénédictions sur lui - a maudi avec celui qui boit le vin, neuf autres personnes et ceci rentre dans le cadre de la parole du Très Haut au sujet du vin "une impureté et oeuvre de diable, écartez-vous en donc". Le fait de s’écarter d’une chose est plus fort que de l’abandonner et il englobe la pression du vin, son transport, sa vente et tout ce qui s’y apparente.

Ibn Jarjân dit : "Tout ce que le Prophète - paix et bénédictions sur lui - a dit se retrouve dans le Coran et y trouve son origine qu’elle soit proche ou lointaine, qu’elle soit comprise par certains, ou qu’elle échappe à d’autres car le Très Haut a dit : Nous n’avons rien omis dans le Livre"

En définitive, il n’y a rien dans la sunnah qui sort du cadre du Coran et encore moins qui le contredit ou s’oppose à lui. Néanmoins, elle détaille ce qu’il a globalisé, spécifie ce qu’il a généralisé et restreint la portée de ses énoncés généraux.

Louanges à Allâh au début et à la fin de toute chose.

P.-S.

Traduit de l’arabe du site qaradawi.net

Notes

[1] Le tawâtur désigne la transmission concordante d’une génération aux générations suivantes grâce à un grand nombre de transmetteurs dans chaque génération.

[2] La transmission dite des âhâd, par opposition au tawâtur, désigne la transmission sur la base d’un petit nombre de transmetteurs.

[3] Un homme et une femme sont dits étrangers l’un par rapport à l’autre quand ils n’ont pas de lien de parenté interdisant le mariage entre eux. Seuls les entretiens dans un lieu public ou en présence d’autres gens sont licites.


Category : A propos de l'islam: | Write a comment | Print

From the same author

Comments