"> Virginité en Islam: mythe et - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 Virginité en Islam: mythe et réalités

22/3/2015


1. Sexualité en Islam

Dans l'Islam, la sexualité est l'expression de la manifestation du besoin de l'autre, la qualité d'un besoin inné chez l'être l'humain pour vivre la réalité de deux êtres en quête de l'Un.
Le concept de la sexualité, sérieusement étudié dans le Coran et à travers la tradition prophétique, est placé dans le contexte du mariage et de la vie familiale. Dans ce cadre, le plaisir et l'affection sont recommandés.

L'Islam ne considère pas la femme ou l'homme comme un objet de plaisir sexuel mais l'acte sexuel s'inscrit comme une aumône (sadaqa) envers Dieu dans le cadre légitime du mariage. Ainsi, tandis que l'acte sexuel hors mariage est interdit, il devient un acte de foi lorsqu'il est pratiqué au sein du couple. Ces lois islamiques concernant la sexualité sont fixes et ne changent pas en fonction des valeurs changeantes de la société. La chasteté, l'abstinence avant le mariage sont considérés comme une vertu dans la moralité religieuse, que ce soit pour l'homme ou pour la femme.

2. "Mythe de l'hymen" et Islam

L'ignorance des concepts religieux et le poids de traditions obsolètes rendent des femmes victimes de ce qu'on appelle le mythe de "l'hymen", et combien de vies sont détruites au nom de cette pratique d'ignorance flagrante consistant à croire qu'un hymen qui saigne le jour de la nuit de noce prouve la virginité d'une femme, et surtout que quelqu'un a le droit de vérifier la virginité d'une femme !

En Islam, aucun texte, aucune référence historique ne mentionne qu'une femme doit saigner ou avoir un hymen intact pour prouver sa virginité, ni que ceci soit une condition au mariage.


Nous savons en Islam qu'il est interdit d'accuser un homme ou une femme d'avoir eu des rapports sexuels hors mariage.  

Le péché d'avoir des rapports sexuels hors mariage est un tord uniquement envers Dieu, envers qui il ou elle aura commis un péché. Il y a un cas ou on peut accuser une personne de fornication, que ce soit un homme ou une femme, c'est lorsque cette personne le commet devant un nombre précis de témoins. Ainsi, cette personne sera punie pour atteinte à la pudeur ou à l'ordre public, et non pour le péché qu'elle a commis en lui-même (lequel péché sera punit par Dieu). Cette loi islamique n'est pas sans rappeler celle concernant l'outrage public à la pudeur, incriminé sous la qualification d' " exhibition sexuelle " (article 222-32 du Code pénal).


Comment pouvons- nous, permettre que des informations fausses soient enseignées à nos filles, comme le fait d'employer des moyens détournés (chirurgie plastie, certificat de virginité, emploi de sang animal...) pour prouver leur chasteté ?
Il est plus que necessaire de prendre des mesures afin de mieux informer et instruire les hommes et les femmes au sujet de cette question importante et de lutter contre cette ignorance profondement encrée dans certaines traditions.

Il faut rétablir la vérité concernant la position de l'islam vis à vis de ces pratiques et s'appuyer sur des explications médicales pour prouver que le saignement de l'hymen n'est pas un bon indicateur de virginité, et sur des explications islamiques pour prouver que les vérifications de virginité ne devraient pas avoir lieu et que l'importance de la virginité avant le mariage est un commandement religieux et non une institution visant à préserver les apparences.  

Ces raisons doivent être connues afin de combattre ce" mythe de l'hymen", d'éviter que des femmes à travers le monde entier soient humiliées et mises en danger par ces pratiques. Dans le même registre, l'Islam est accusé d'être à l'origine de certaines pratiques comme l'excision (ablation du clitoris) alors que ce rituel n'a rien avoir avec l'Islam mais trouve sa source dans des traditions antérieures à la Révélation du Coran.

3. Pas de rapports sexuels avant le mariage : un engagement envers Dieu, un bienfait pour soi-même

L'éducation sexuelle débute dès le bas âge en Islam. Le Coran et la tradition prophétique (Sunna) en parlent sans aucun tabou.
Il est donc de la responsabilité de chaque musulman de combattre l'ignorance et l'oppression faite aux femmes en commençant à instruire tous les membres du foyer et de s'assurer que nos enfants avant le mariage ( filles ou garçons) aient reçu l'éducation sexuelle nécessaire dans le cadre de la moralité islamique pour lutter contre ce mythe.

Il est surtout primordial d'enseigner que la pudeur est la valeur à transmettre et que la virginité en elle-même ne veut rien dire si par ailleurs les individus commettent des actes sexuels d'autres sortes. La virginité n'est pas un acte d'interdit, c'est un choix que l'individu doit faire par vertu pour Dieu et par respect pour sa dignité.

Ainsi, il est essentiel que chacun comprenne que cette pudeur et abstinence de rapports sexuels jusqu'au mariage est un choix personnel de vertu pour Dieu, et aucunement pour satisfaire un être humain etc. Chacun travaille sur terre pour acquérir une place favorable dans l'Au-delà, mais asservir la pudeur à une autorité, c'est nier l'essence même de la vertu qui est un choix et non à asservissement.


"La virginité" assimilée à un hymen non déchiré est non pertinent. En effet, les hymens diffèrent entre les femmes, et certains saignent plus ou moins voire pas du tout durant le premier acte sexuel. De plus, la virginité a une dimension bien plus large : l'abstention d'actes sexuels est la réelle virginité et elle n'est pas et n'a pas à être vérifiée. C'est envers Dieu que nous nous engageons à garder notre pureté jusqu'au mariage.

S'abstenir de rapports sexuels avant le mariage est un bienfait immense. Cette abstention préserve de grossesses hors mariages qui mènent parfois des jeunes filles à assumer seules la venue au monde d'un enfant, doivent arreter leurs études etc. De plus, en évitant des situations de rapports à risque et de multiplicité de partenaires, cette abstention permet de prévenir la survenue d'Infections Sexuellement Transmissibles (IST), de l'herpès génital, la syphillis en recrudescence de nos jours, au sida.

Enfin, chaque chose en son temps. Une sexualité trop précoce peut pertuber le développement émotionnel et l'image de soi des adolescents, en plus de les exposer à des risques d'IST. Un adolescent doit profiter de cette période charnière pour se développer, appréhender la vie, les sentiments nouveaux qui s'offrent à lui, et ça n'est qu'adulte, dans les conditions favorables du mariage, quand il sera prêt psychologiquement et physiquement, qu'il pourra découvrir de manière optimale la sexualité et les plaisirs de l'amour marital.  

D'après: Ligue Française de la femme musulmane

 


 

 

Category : A propos de l'islam: | Write a comment | Print

Comments

 delak, le 09-11-2010 à 00:51:12 :

salam

asalam cava chenaoi aljadide....
 

 

 majda, le 09-11-2010 à 12:26:50 :

Salam

Tu peux lire mes derniers articles et peut être faire un commentaire.