Photobucket

 Islamophobie et manipulation des pays musulmans

20/6/2013

«Dites: Nous croyons en Dieu, et à la révélation que le Seigneur a faite à Abraham, à Ismaël, à Isaac, à Jacob, et aux Tribus, et à celle qu’Il a confiée à Moïse et à Jésus, et à tous les Prophètes; nous ne faisons pas de différence entre eux et nous nous inclinons devant Dieu dans l’allégeance et la soumission.»
Coran: Sourate 2, (La Vache), Verset 136.

Cette sourate du Coran nous permet de situer le message du Coran dans la continuité du message divin aux religions du Livre. L’Islam et les musulmans littéralement «soumis à Dieu» ne sont pas des Martiens. Ils aspirent à vivre en paix avec les autres. L’Islam proclame qu’un lien particulier unit les Musulmans, les Juifs et les Chrétiens. Les Juifs et les Chrétiens sont nommés dans le Saint Coran comme «O Peuples du Livre», désignant par là les peuples de la Torah, de la Bible et du Nouveau Testament. Les Juifs, les Chrétiens et les Musulmans sont considérés comme peuples d’une même famille dont les fois sont fondées sur des écritures révélées par Dieu et qui participent à une tradition prophétique commune. En particulier, le Saint Coran met l’accent sur les liens unissant les disciples de l’Islam et du Christianisme: «....et vous trouverez les plus disposés à aimer les Croyants parmi ceux qui disent:’Nous sommes Chrétiens’.» Sourate 5, (La Table), Verset 82. La tolérance Islamique ne se limite pas aux Peuples du Livre, mais s’étend à tous ceux qui aiment la vérité avec foi, sincérité et droiture. Dieu affirme dans le Saint Coran: «Ceux qui croient (dans le Coran) et ceux qui observent (les Ecritures) des Juifs, des Chrétiens et des Sabéens, et ceux qui croient en Dieu, et au Jour Dernier, et ceux qui agissent avec droiture, ils recevront leur récompense de leur Seigneur, ils n’auront rien à craindre, ils ne seront pas affligés.» Sourate 2, (La Vache), Verset 62.
Cependant, force est de constater qu’encore une fois les Musulmans vont être désignés du doigt à chaque commémoration du 11 septembre qui donne l’occasion de faire le procès de l’Islam. Les plaies de racisme et d’islamophobie qu’on croyait circonscrites à la vieille Europe ont pris un coup de jeune et trouvent de plus en plus écho outre Atlantique. Ce n’est pas le lieu ici de faire le procès de l’islamophobie, mais il faut bien convenir qu’excepté les huit siècles de l’Andalousie où la coexistence harmonieuse et féconde du vivre-ensemble des religions du Livre, et les rares périodes de tolérance, les coups de boutoir contre l’Islam ce tiers exclus de la Révélation abrahamique, ont commencé en fait à l’appel aux huit croisades des papes successifs depuis Urbain II pendant deux siècles ensuite à la Reconquista 1492- avec la chute de Grenade plus d’un siècle de persécution jusqu’à l’expulsion de plus d’un million de musulmans d’Andalousie vers le Maghreb en 1610. Du côté de la Méditerranée orientale, l’Empire ottoman réussit à prendre Constantinople. Rapidement ce sera le reflux, l’Homme malade de l’Europe commencera une période de déclin; la bataille de Navarin où la coalition européenne en 1827 battit l’Empire ottoman qui aboutira à la chute de l’Empire ottoman, un siècle plus tard, à la suppression du Califat en 1922. Quelques années après la Perfide Albion promet une terre -qui n’est pas la sienne - pour la deuxième fois après Dieu aux Juifs du monde créant ainsi un abcès de fixation qui n’en finit pas de suppurer depuis près d’un siècle.

L’islamophobie croissante
Où en est le monde musulman pour la période récente? Il ne cessa de subir, d’être divisé et de se voir manipulé. Dans les années 1980, indépendamment de la plaie palestinienne, ce fut l’Empire soviétique qui envahit l’Afghanistan. Les Musulmans furent appelés à combattre l’Empire du mal et un certain Bin Laden était le meilleur allié, mieux, les taliban avaient pignon sur rue aux Etats-Unis. On donne une visibilité à des inconnus pour arracher des terres chrétiennes surtout si elles recèlent du pétrole. C’est le cas de l’archevêque du Timor Oriental, illustre inconnu mais qui, du fait de son Nobel, a pu arracher le Timor à l’Indonésie. Ceci se passe encore au Soudan qui va voter en janvier la partition du pays d’avec le Sud chrétien. Une autre façon de diaboliser a pris la relève; au nom de la liberté d’expression l’Occident permet à Salman Rushdie de publier «Versets sataniques». Ce sera ensuite les caricatures blasphématoires du Prophète et curieusement le caricaturiste Danois Kurt Westergaard, auteur, s’est vu remettre un prix le 2 septembre en Allemagne par la chancelière Angela Merkel. Le président du Conseil central des Musulmans allemands a déclaré que cette action offensante d’Angela Merkel s’inscrivait dans le cadre de l’islamophobie croissante en Allemagne, une action qui intensifia, selon lui, la vague d’islamophobie dans ce pays de l’Europe, encouragea des «musulmans dits des Lumières». Ce fut un défilé incessant d’islamologues auto- proclamés (Meddeb Bidar, Chebel, Bendjelloun, Taslima Nesreen accueillis en Europe, pour combattre pour compte, l’Islam moyennant une place au soleil, Mieux, Sherin Ebad se vit décerner le Nobel - le must de l’allégeance à la doxa occidentale. Ces intellectuels organiques au sens d’Antonio Gramsci, adoubés par l’Occident, appellent au dialogue et sont,d’une certaine façon, des complices qui veulent prôner un Islam mondain sans épaisseur qui peut leur permettre de rayonner sur les plateaux télévisés occidentaux et d’être ce faisant, intronisés penseurs tolérants voire modérés, en clair, sans aspérité et donc réellement inutiles à la fois pour le dialogue interreligieux, mais aussi pour l’Islam.
Nouvel épisode: la gangrène européenne semée par les virus Le Pen, Wilder Berlusconi, le caricaturiste des dessins danois sur le Prophète et tant d’autres, a traversé l’Atlantique. Le pasteur américain Terry Jones, qui a menacé de brûler des exemplaires du Coran pour l’anniversaire du 11 septembre, n’est pas le premier des militaires américains qui ont brulé des exemplaires. Le pasteur veut donc faire un acte de foi: «Un autodafé»dans la plus pure tradition de l’Eglise durant la période de l’Inquisition. Pour rappel, peu de temps après la chute du royaume nasride de Grenade, l’évêque de la nouvelle cité devenue très catholique, précipite au feu les livres écrits en langue arabe. Ces trésors inestimables de l’histoire scientifique, culturelle de l’Espagne musulmane de 711 à 1492 disparaissent irrémédiablement. Il en fut de même le 12 juillet 1562, Diego de Landa ordonne un autodafé de l’ensemble des documents en écriture mayar (2). Seuls trois ou quatre codex mayas parviennent à réchapper du bûcher sacrificiel. Lors d’une conférence de presse à Washington, le président Barack Obama avait souhaité que Jones renonce à son projet, dangereux pour la sécurité des Etats-Unis. «Nous ne sommes pas en guerre contre l’Islam, nous sommes en guerre contre des organisations terroristes qui ont détourné l’Islam et ont frauduleusement utilisé la bannière de l’Islam», a-t-il poursuivi. Pourtant, la doxa occidentale montre du doigt l’Islam concernant le 11 septembre. François Fillon, le Premier ministre français, intervenant sur la radio Europe1, le lundi 8 septembre 2008 déclarait: «Le conflit va durer, parce que les causes de ce conflit sont très profondes. C´est l´opposition entre le monde musulman et une grande partie du reste de la planète.» Voilà Fillon dans la posture d´Urbain II à Clermont, prêchant les croisades!!!
On dit qu’après le 11 septembre - partant de la certitude que le 11 septembre est imputé aux terroristes islamiques - les Américains s’interrogent sur la place de l’Islam dans la société américaine, notamment après la menace d’un pasteur extrémiste de brûler un Coran. La presse a d’ailleurs une responsabilité particulière sur la couverture jugée parfois excessive donnée à «l’obscur pasteur» de Gainsville. «Ce n’est qu’un type qui habite au milieu de nulle part, qui a une cinquantaine de fidèles et qui, à ma connaissance, a décidé de se faire remarquer en disant qu’il allait brûler un Coran», a ainsi affirmé Michael Clemente, vice-président de Fox News, dans un entretien au quotidien Baltimore Sun. Cinquante personnes et leurs chefs ont pris le risque par leur ignorance de créer un clivage durable.
Depuis les attentats, le traumatisme de l’Amérique reste vif. Dernièrement, il a été ravivé par le projet de construction près du site de Ground Zero, là où s’élevaient les tours détruites, d’un centre culturel islamique. «Neuf ans, écrit Hélène Bekmezian, que les avions de la compagnie American Airlines ont percuté les tours jumelles du World Trade Center de Manhattan, tuant près de trois mille personnes et en blessant environ six mille, dans un attentat revendiqué par Al Qaîda. Ou bien s’agissait-il d’avions militaires? Qu’attend-on pour juger les auteurs présumés? Neuf ans après donc, les questions demeurent et les Etats-Unis sont loin d’en avoir fini avec le 11 septembre. Un an après avoir annoncé que cinq auteurs présumés des attentats du 11 septembre 2001 seraient jugés par un tribunal fédéral de New York, et non par un tribunal militaire, la Maison-Blanche ne semble aujourd’hui pas pressée de juger ces hommes. (...) Rapidement après les attentats, des doutes sur la version officielle des faits ont été émis, en premier lieu par les familles des victimes. Les théories de la conspiration ont ensuite fleuri sur Internet, à travers vidéos et sites Web. Chaque jour ou presque, des dizaines de nouvelles vidéos sont découvertes et publiées, alimentant les doutes. Il n’y a jamais eu d’explication globale et officielle répondant une bonne fois pour toutes à toutes les questions posées. Les doutes n’en sont que plus nourris, d’autant que les autorités n’ont jamais accepté d’ouvrir une enquête indépendante, comme le réclament les familles des victimes».(1)
L’organisation 9/11Truth croit que les USA ont probablement orchestré un incident de ce genre pour justifier l’invasion de l’Irak et de l’Afghanistan, comme pour restreindre des libertés civiques US par l’introduction du Patriot Act. Un événement encore inexpliqué est que le WTC 7 - aussi connu sous le nom de Bâtiment 7 - un gratte-ciel de 47 étages, s’effondra sans avoir été heurté par les avions «Pourtant, si l´on examine attentivement les événements de cette journée tragique, on s´aperçoit que la version officielle offerte par l´administration Bush a été modifiée de multiples fois au gré des inconsistances que des observateurs ont relevées. Ainsi, au moins 6 des 19 terroristes identifiés par le FBI en moins de trois jours, sont vivants. Ils ont contacté leurs ambassades et leurs noms, leurs photos ainsi que leurs dates de naissance ont été confirmés. Ils ont même été interrogés par le London Télégraphe et la BBC. La congressiste Cynthia McKinney a rappelé, le 18 août 2005, que nous ne savions toujours pas officiellement qui avait commis les attentats, ni qui les avait financés (2).
Pour Corine Lesnes, «il y a une confusion, souvent un amalgame, qui est fait. C’est quelque chose qui a été douloureusement ressenti par beaucoup de musulmans à l’occasion de la controverse sur la «Mosquée de Ground Zero». Ils se sont aperçus que pour beaucoup, Islam est associé à terrorisme. Sur la perception des musulmans, un sondage qui a été publié le 9 septembre par le Washington Post montre que 49% des Américains ont une vue défavorable de l’Islam, alors qu’en 2002, ils étaient 39%. Cela fait donc dix points d’augmentation, alors que les musulmans avaient l’impression d’être mieux intégrés dans la société. C’est justement pour cela qu’ils ont été aussi surpris par l’accès d’islamophobie. Plusieurs mosquées ont été vandalisées. Il est clair que le pays vit constamment avec une référence d’un ennemi terroriste islamiste, donc musulman. Pour la communauté juive de New York, par exemple, il est vrai qu’on a surtout entendu une position hostile à la mosquée. (...) Il y a une fraction de la droite, cette droite nationaliste qui coexiste dans cette nébuleuse qu’est le Parti républicain, qui est virulente, a des sites Internet qui visent à «arrêter l’islamisation de l’Amérique», surveiller les demandes de permis de construire pour des mosquées, etc.»(3)

Une gigantesque manipulation?
Des doutes subsistent en définitive, sur l´origine islamique de la destruction des tours jumelles du Centre d´affaires international de Manhattan. On aura beau brandir des cassettes avec des messages de Ben Laden, la plupart des gens ont le sentiment qu´on leur ment et que le 11 septembre 2001 ne fut que le début d´une gigantesque opération de manipulation qui a servi à justifier l´envoi de troupes à l´étranger pour le compte d’intérêts économico-politico-militaires, le tout organisé par les concepteurs du Pnac (Program for New American Century dans le but de remodeler l´échiquier géostratégique international. Le 11 septembre inaugure un siècle de guerre, de conflits larvés et les potentats arabes pétroliers plieront l’échine pour ne pas appeler la foudre sur leur tête, se remémorant l´exemple de Saddam Hussein...
Il y a à l’évidence un choc des ignorances. L’Islam affirme sans équivoque le droit de chaque individu à la liberté de pensée et de religion. «Qu’il n’y ait pas de contrainte dans la religion, Sourate 2, (La Vache), Verset 256. L’Islam insiste sur le fait que tous les peuples (et pas uniquement les Musulmans) jouissent de la liberté de religion et de culte. L’Islam prend en compte tous les lieux sacrés dédiés au culte (Juifs, Chrétiens ou Islamiques) et demande aux Musulmans de défendre la liberté de culte pour tous. L’Islam désire l’établissement d’une société universelle et libre où tous puissent vivre et jouir de la liberté de religion dans la sécurité et l’égalité. Dieu dit:«Si Dieu n’avait pas empêché les peuples de se dresser les uns contre les autres, des monastères, des églises des synagogues et des mosquées, où le nom de Dieu est abondamment célébré, se fussent certainement effondrés.» Sourate 22, (Le Pèlerinage), Verset 40.(4)
Il est à se demander pourquoi cette brusque recrudescence du 11 septembre qui avait fini par perdre de sa pertinence au fil des années, pourquoi l’amalgame avec le centre culturel islamique à deux pâtés de maisons de Ground Zero, autorisation délivrée en décembre 2009. Il faut rappeler la stratégie des Administrations américaines successives en fonction de leurs préoccupations. Quand il s’est agi de démolir l’empire soviétique, elle s’est alliée avec l’Islam radical de Bin Laden qu’elle a armé et à qui elle a fourni les fameux missiles Stinger qui ont fait des ravages dans les tanks soviétiques. Dix ans plus tard, renversement d’alliance, elle combat Al Qaîda qu’elle a contribué à créer; pour cela, elle s’allie avec les musulmans modérés, les bons contre les méchants. On dit que 80% des conflits actuels mettent aux prises des musulmans. (Irak, Iran, Afghanistan, Soudans, Yémen.. Sahel...) Sans faire dans la concurrence victimaire, et bien que rien ne remplace une vie, imaginons le nombre de 11 septembre subis du fait de la mort tragique de centaines de milliers d’entre eux. Leur rendra-t-on un jour, justice eux aussi qui peuvent revendiquer une lueur d’humanité?

(*) Ecole nationale polytechnique

1.Hélène Bekmezian- Les Etats-Unis le 11-Septembre Le Monde 11.09.10
2.Chems Eddine Chitour: Armageddon L’Expression du 11 septembre 2006.
3.Corine Lesnes-Davantage d’Américains défavorables à l’Islam Le Monde.fr 09.09.10
4.Cheikh Ahmed Kuftaro 3.09.2004 http://oumma.com/Islam-et-tolerance-religieuse,251

Pr Chems Eddine CHITOUR (*)

Tags : Islamophobie
Category : J'ai lu pour vous | Write a comment | Print

Comments