"> Le prophète - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 Le prophète Muhammad

10/10/2010

.

Il a supporté et enduré ce qu’aucun des Messagers et Prophètes n’a supporté que ce soit de la part de ses proches, de son peuple, des hypocrites ou des plus farouches mécréants.

Il a montré sa haute et noble moralité (patience, mansuétude, miséricorde, pardon …) en face de tout cela :

Allah (Exalté soit-IL) dit :

« C’est par quelque miséricorde de la part d’Allah que tu (Muhammad) as été si doux envers eux! Mais si tu étais rude, au cœur dur, ils se seraient enfuis de ton entourage. Pardonne-leur donc, et implore pour eux le pardon (d’Allah). Et consulte-les à propos des affaires; puis une fois que tu t’es décidé, confie-toi donc à Allah, Allah aime, en vérité, ceux qui Lui font confiance. (159) » Âl-`Imrân

Avec ses proches :

« Que périssent les deux mains d’Abu-Lahab et que lui-même périsse. (1) Sa fortune ne lui sert à rien, ni ce qu’il a acquis. (2) l sera brûlé dans un Feu plein de flammes. (3) de même sa femme, la porteuse de bois, (4) à son cou, une corde de fibres. (5) » al-Masad

Abû Lahab Ibn `Abd Al-Muttalib était un Oncle paternel du Prophète (Prière et Salut d’Allah soient sur Lui), sa femme était `Arwa bint Harb surnommée (Oum Jamîl), cette dernière fut envahie d’une grande colère quand Allah (Loué soit-IL) fit descendre cette Sourate, elle prit une grosse pierre et alla chercher le Prophète (Prière et Salut d’Allah soient sur Lui) qui était en compagnie d’Abû Bakr près de la Ka`ba, quand elle ne le vit pas;

Elle demanda à Abû Bakr (qu’Allah l’agrée) : « Où est ton ami, j’ai appris qu’il m’a satirisée, par Allah si je l’avais trouvé, je l’aurais frappé avec cette pierre. Puis elle partit. »

Abû Bakr dit au Messager d’Allah (Prière et Salut d’Allah soient sur Lui) : « Ô Messager d’Allah, ne t’a-t-elle pas vu ? »

Il lui répondit : « Non, Allah a pris sa vue ! »

Oum Jamîl usa ensuite de son influence et son pouvoir sur ses deux fils (`Otba et `Otayba) pour répudier leurs femmes et filles du Prophète (Prière et Salut d’Allah soient sur Lui) : Oum kalthûm et Rukayya (Qu’Allah les agrée), ils se sont pliés au vœu de leur mère.

Ceci n’a pas suffit à `Otba qui dit : « J’irai  à Muhammad et lui ferai du mal. »

Il le trouva avant sa sortie à Shâm et lui dit : « Je ne crois pas en l’étoile à son déclin!, et en ce qui se rapprocha et descendit encore plus bas puis lui cracha sur le visage »

A cause de sa grande tristesse, le Messager d’Allah lui dit : « Ô Allah lâche sur lui un de tes chiens. »

L’oncle du Prophète Abû Tâlib qui était présent, dit au Messager d’Allah (Prière et Salut d’Allah soient sur Lui) : «Ô fils de mon frère, tu pu te passer de cette invocation, elle ne te servirait à rien. »

`Otba revint chez son père Abû Lahab et lui fit part de ce qui s’était passé, ensuite ils partirent à Shâm.

Quand ils se reposèrent dans un endroit, un moine vint les trouver et leur dit : « Cet endroit est plein de lions. »

Abû Lahab dit : « Ô les Qurayshites, aidez-nous cette nuit, je crains que mon fils subisse l’invocation de Muhammad. », ils mirent leurs chameaux autour d’eux, puis un lion vint flairer leurs visages et tua `Otba.


Avec sa communauté :

« Dis : « ô hommes ! Je suis pour vous tous le Messager d’Allah, à Qui appartient la royauté des cieux et de la terre. Pas de divinité à part Lui. Il donne la vie et Il donne la mort. Croyez donc en Allah, en Son messager, le Prophète illettré qui croit en Allah et en Ses paroles. Et suivez-le afin que vous soyez bien guidés ». (158) » al-A`râf

« C’est Lui qui a envoyé à des gens sans Livre (les Arabes) un Messager des leurs qui leur récite Ses versets, les purifie et leur enseigne le Livre et la Sagesse, bien qu’ils étaient auparavant dans un égarement évident, (2) » al-Jumu`a

Avec les mécréants :

1. Ils le traitèrent de poète :

« Mais il dirent : « Voilà plutôt un amas de rêves ! Ou bien Il l’a inventé. Ou, c’est plutôt un poète. Qu’il nous apporte donc un signe [identique] à celui dont furent chargés les premiers envoyés ». (5) » al-Anbiyâ’

« et disaient : « Allons-nous abandonner nos divinités pour un poète fou ?  » (36) » as-Sâffât

Allah Tout-Puissant leur répondit :

« que ceci [le Coran] est la parole d’un noble Messager , (40) et que ce n’est pas la parole d’un poète; mais vous ne croyez que très peu, (41) ni la parole d’un devin, mais vous vous rappelez bien peu. (42) C’est une révélation du Seigneur de l’Univers. (43) » al-Hâqqa

2. Ou encore de magicien et de menteur :

« Est-il étonnant pour les gens, que Nous ayons révélé à un homme d’entre eux : « Avertis les gens, et annonce la bonne nouvelle aux croyants qu’ils ont auprès de leur Seigneur une présence méritée [pour leur loyauté antérieure] ? Les mécréants dirent alors : « Celui-ci est certainement un magicien évident« . (2) » Yûnus

« Et ils (les Mecquois) s’étonnèrent qu’un avertisseur parmi eux leur soit venu, et les infidèles disent : « C’est un magicien et un grand menteur, (4) » Sâd

Allah (Loué soit-IL) intervint :

« Et Nous savons qu’il y a parmi vous qui le traitent de menteur; (49) » al-Hâqqa

3. Et même de fou :

« Et ils (les mecquois) disent : « ô toi sur qui on a fait descendre le Coran, tu es certainement fou ! (6) » al-Hijr

Allah (Exalté soit-IL) l’innocenta :

« Rappelle donc et par la grâce de ton Seigneur tu n’es ni un devin ni un possédé; (29) » at-Tûr

Lorsque les chefs intrépides mécréants de Quraysh désespérèrent de dévier Muhammad (Prière et Salut d’Allah soient sur Lui) de Sa mission, ils Lui proposèrent :

  • On Te donne tellement d’argent que Tu deviennes le plus riche d’entre-nous.
  • On Te donne en mariage la plus belle de nos filles.

Quand Le Messager d’Allah (Prière et Salut d’Allah soient sur Lui) refusa, ils Lui firent la dernière proposition :

  • Tu adores nos Dieux (Allat et Al ‘Ozza …) une année, et nous adorerons Ton Dieu une année.

Allah (Exalté soit-IL) fit descendre :

« Dis: «Ô vous les infidèles! (1) Je n’adore pas ce que vous adorez. (2) Et vous n’êtes pas adorateurs de ce que j’adore. (3) Je ne suis pas adorateur de ce que vous adorez. (4) Et vous n’êtes pas adorateurs de ce que j’adore. (5) A vous votre religion, et à moi ma religion». (6) » al-Kâfirûn

Abû Jahl (`Amr Ibn Hicham Ibn Al-Mughîra), Le Pharaon de cette communauté :

C’était le Messager d’Allah (Prière et Salut d’Allah soient sur Lui) qui le surnomma Abû Jahl.

Il était l’ennemi le plus farouche du Messager d’Allah (Prière et Salut d’Allah soient sur Lui), le Leader de la Mécréance.

Il mérite à lui seul tout un dossier, néanmoins nous nous contenterons de citer certaines de ses grandes intrigues.

Quand certains savants parlent de lui, ils disaient et disent toujours : « Abû Jahl et ça suffit »

  • Al-Fârûk (qu’Allah l’agrée) raconta :

« un jour j’étais avec Abû Jahl et Chayba Ibn Rabî`a, Abû Jahl dit : Ô les Qurayshites, Muhammad a insulté vos Dieux, rendu insensés vos rêves et a prétendu que vos enfants sont en enfer, je donnerai 100 chamelles et 1000 Ouquiyas en Argent à celui qui tuera Muhammad »

  • Une autre fois Abû Jahl dit :

« Ô les Qurayshites, demain quand Muhammad sera en prière je lui écraserai la tête avec un rocher que je serai incapable de soulever, qu’importe que vous me laisseriez exécuter cela ou que vous m’en empêcheriez, et que les béni Manaf fassent ce qu’ils veulent ! »

Les Qurayshites lui répondirent : « Fais ce que tu veux !!! »

Le lendemain Abû Jahl attendit Muhammad (Prière et Salut d’Allah soient sur Lui) qui ne tarda pas, quand le Messager d’Allah (Prière et Salut d’Allah soient sur Lui) commença la prière, Abû Jahl prit un gros rocher et s’approcha de Lui et attendit qu’Il se prosterna.

A l’instant tant attendu, Abû Jahl s’approcha de lui avec son gros rocher, puis soudain revint sur ses pas effrayé, vaincu, le visage blafard et les mains crispés sur le gros rocher qu’il lâcha difficilement.

Quand les Qurayshites apprirent la nouvelle, ils lui demandèrent : « Que t’est-il arrivé, ô Abû Jahl ? »

Il leur rétorqua :

« Quand je me suis approché de lui pour exécuter ce que je vous ai dit hier, par Allah un chameau étalon ayant une tête et des canines que je n’ai jamais vu de pareilles de ma vie, s’est interposé entre moi et lui et a voulu de dévorer ! »

belmostafa.com

Category : Une histoire, une moralité | Write a comment | Print

From the same author

Comments