"> L’Islam et l’Occident « Choc des civi - Musulman et fier de l\'être - Bloguez.com
 

 L’Islam et l’Occident « Choc des civilisations »? - Avenir des relations?

27/8/2010

1
L’Islam et l’Occident
« Choc des civilisations »? - Avenir des relations?

(1ère partie)

Mohammed Abed al-JABRI
Les événements historiques qu’ont connus les années 1989 -1990, à savoir la chute
du Mur de Berlin et l’effondrement du Bloc Communiste, ont ouvert devant la pensée
et les imaginaires, des perspectives radicalement nouvelles. La fameuse déclaration de
l’ex-président américain Georges Bush annonçant la « fin de la guerre froide » et la
naissance d’un « nouvel ordre international » a donné à ces perspectives un caractère
officiel.
On s’attendait, partout dans le monde, à un changement radical dans les relations
internationales. On exprimait des souhaits; on s’adonnait à des prévisions heureuses;
on annonçait même « la fin de l’histoire »: le triomphe définitif du libéralisme et de
la démocratie.
Dans les pays du Tiers-monde on espérait à ce que l’Occident renoncerait à la
« logique de guerre» qui a dominé ses rapports avec le reste du monde et appliquerait
une autre logique s’inspirant, cette fois, des valeurs des Lumières, ceux de « liberté
égalité et fraternité »... Nombreux sont ceux, parmi les élites modernes de ces pays,
qui s’attendaient à ce que l’Occident, sortant glorieux de la guerre froide,
encouragerait les changements démocratiques dans le Tiers-monde. Certains allaient
jusqu’à affirmer que l’Occident ne manquerait certainement pas d’exiger, comme
préalable à toute coopération avec les gouvernements du Tiers-monde, une véritable
démocratisation de la vie politique et sociale, un respect sincère et réel des droits de
l’homme etc.
Du point de vue des peuples du Tiers-monde, donc, l’avenir des relations de
l’Occident avec leurs pays dépendrait essentiellement de ce que celui-là va choisir
comme « nouvelle politique extérieure »: Continuera-t-il à manoeuvrer dans le cadre de
la même logique de guerre, ou procédera-t-il, par contre, à une « reconstruction » de sa
politique et de sa stratégie de façon à permettre à ses rapports avec le Sud de s’inscrire
effectivement dans ce qu’on baptisait l’«après guerre froide ».
Que sont devenues ces aspirations? Comment l’Occident conçoit-il l’avenir de ses
relations avec le Tiers-monde en générale et le monde arabo-islamique en particulier?
Il faut dire que, dans l’Occident d’aujourd’hui, les aspirations ont laissé place, du
moins dans le domaine du politique, aux scénarios que construisent les professeurs
des «études stratégiques ». L’observateur qui préfère ne pas s’empoisonner par les
préjugés et réactions non contrôlées des milieux fanatiques et xénophobes de la 2
droite, européenne et américaine, peut puiser à satiété dans le discours, qui se veut
savant, des ces professeurs.
La persistance de la logique de guerre
En effet, depuis l’effondrement de l’ex-Union Soviétique, des analystes
occidentaux n’ont pas cessé de se demander: «après le communisme, qui serait
l’ennemi de l’Occident? » Comme si la « fin d’une guerre », la guerre froide en
l’occurrence, n’était que l’occasion pour déclencher une autre ou, en termes
philosophiques, comme si le « moi » de l’Occident ne pouvait s’affirmer qu’à travers la
négation de l’« autre ».
Avant d’analyser les fondements épistémologiques d’une telle attitude essayons
tout d’abord d’exposer, sommairement, les principales thèses des auteurs qui pensent
l’avenir des relations entre l’Occident et l’Islam dans cette logique.
1- « la guerre sociale froide »
Dans son article publié en juillet 1991, M. Barry Buzan1 se propose de « tracer les
lignes générales du nouveau type de rapports sécuritaires, qui ont commencé à se
former à l’échelle mondiale après les grands changements de 1989 et 1990 ».
Pour M. Buzan les changements survenus dans le Centre (pays industrialisés) et
qui constituent selon lui les caractéristiques fondamentales du nouveau type de
relations entre les états, sont au nombre de quatre: l’apparition de centres de force
multiples à la place du centre bipolaire qui régnait pendant la guerre froide; un degré
inférieur de division et de rivalité idéologique; la tendance à l’hégémonie, sur l’échelle
internationale, par un groupe d’états capitalistes concernés par le problème de la
sécurité. Le quatrième aspect qui est, selon l’auteur, moins sûr mais s’impose comme
conséquence logique, est la consolidation du pouvoir de la société civile.
Ces changements que connaît le Centre auront des conséquences, directes et
indirectes, sur la sécurité politique, militaire, économique et sociale dans les
Périphéries (les pays non industrialisés). Parmi ces conséquences, celle qui intéresse
directement notre sujet, est ce que l’auteur dénomme « la collision des
identités culturelles » qui se manifeste clairement, d’après lui, dans les rapports entre
l’Occident et l’Islam à cause de plusieurs facteurs: « L’opposition entre les valeurs
laïques et les valeurs religieuses; la rivalité historique entre la chrétienté et l’Islam; la
jalousie envers la puissance de l’Occident; le mécontentement provoqué par la
prédominance occidentale sur les structures politiques implantées dans le Moyen
Orient après la période coloniale; le sentiment d’infériorité et l’amertume causé par
l’effrayante comparaison entre les acquis de la civilisation islamique et ceux de la
civilisation occidentale, réalisés pendant les deux derniers siècles. Ce dernier facteur,
précise notre auteur, est ressenti d’une manière plus pesante en terres d’Islam à cause
du voisinage géographique, de l’inimitié historique et du rôle que joue l’Islam dans la
vie de ses disciples. Le sentiment de rivalité est intensifié plus encore par le fait que
l’Islam constitue une puissante identité collective toujours en extension ».

3
Ainsi, dit-il, si l’on ajoute le « danger » que constitue l’émigration à celui relatif au
« conflit des civilisations », il serait facile de concevoir le genre de « guerre sociale
froide » entre le Centre et une partie de la Périphérie et plus particulièrement entre
l’Islam et l’Occident. L’Europe, dit-il, occupera le premier rang dans cette guerre qui
lui sera bénéfique car elle aidera, toujours selon M. Buzan, à faire avancer le processus
de complémentarité politique entre ses pays en présentant à leur politique extérieure
un problème commun autour duquel il serait facile de réaliser un consensus. En un
mot, « une guerre sociale froide ne peut que consolider l’identité européenne dans
tous ses aspects en ce moment crucial de l’histoire de l’unité de l’Europe. »
Et l’auteur de conclure: « Vu tous ces facteurs, et d’autres encore, on peut croire
qu’il existe en Occident une opinion très large prête, non seulement à soutenir une
guerre sociale froide contre l’Islam, mais aussi à cautionner des politiques qui
encouragent un tel choix ».
Devant cette manière de voir les rapports entre l’Islam et l’Occident on ne peut
s’empêcher de se demander : S’agit-il d’une analyse des faits et de leur évolution
possible ou, par contre, sommes-nous en face d’une incitation directe à l’hostilité?
2- « Choc des civilisations »
Deux ans après l’article de M. Buzan qui a passé presque inaperçu, peut-être à
cause de son titre « classique » et de son style « froid », M. Samuel Huntington 2
reprend les mêmes thèses mais sous un titre spectaculaire, « choc des civilisations », et
dans un langage provocant, riche d’exemples minutieusement choisis, ce qui a donné
à son article un grand retentissement dans les quatre coins du monde.
M. Huntington présente sa thèse en ces termes qui ne dissimulent rien: «Mon
hypothèse, dit-il, est que, dans le monde nouveau, les conflits n’auront pas
essentiellement pour origine l’idéologie ou l’économie. Les grandes causes de division
de l’humanité et les principales sources de conflit seront culturelles. Les Etats-nation
continueront à jouer le premier rôle dans les affaires internationales, mais les
principaux conflits politiques mondiaux mettront aux prises des nations et des
groupes appartenant à des civilisations différentes. Le choc des civilisations dominera
la politique mondiale ». Ainsi, «le sentiment d’appartenance à une civilisation va
prendre de plus en plus d’importance dans l’avenir et le monde sera, dans une large
mesure, façonné par les interactions de sept ou huit civilisations majeures: à savoir, les
civilisations occidentale, confucéenne, japonaise, islamique, hindouiste, slavoorthodoxe,
latino-américaine, et, peut-être, africaine. Les plus importants conflits à
venir auront lieu le long des lignes de fractures culturelles qui séparent ces
civilisations ».
Car, précise notre auteur, si la civilisation occidentale apparaît aujourd’hui
comme « la civilisation mondiale qui convient à tous les humains » elle ne l’est en effet
que superficiellement. En profondeur, les choses sont tout à fait autrement: les
concepts qui règnent dans la civilisation occidentale sont différents de ceux qui
prédominent dans les autres civilisations. L’individualisme, le libéralisme, la

4
constitution, les droits de l’homme, l’égalité, la liberté, la démocratie, la sécularisation
etc. sont des concepts qui n’ont, en général, que peu de validité et d’intelligibilité dans
les civilisations islamique, confucéenne, japonaise, hindouiste, bouddhiste et autres
non occidentales.
Devant cet état de choses les pays qui appartiennent à ces civilisations se
trouveront, affirme notre auteur, dans l’obligation de choisir entre trois alternatives:
- Des pays, comme la Birmanie et la Corée du nord, peuvent choisir l’isolement
afin de « protéger » leur pays contre la « corruption » occidentale. Le prix est très cher,
remarque notre auteur. Par conséquent, un petit nombre d’Etats prendront le risque
d’un tel choix.
- D’autres pays préféreront, par contre, de se rattacher à l’Occident et suivre ses
pas dans tous les domaines optant ainsi pour l’occidentalisation totale. L’auteur
compte parmi ces pays le Japon, la Russie, les pays de l’Europe de l’Est et les pays de
l’Amérique latine.
-Mais il y a un grand nombre de pays qui souhaiteront réaliser un certain
équilibre avec l’Occident. Ils chercheront à développer leur capacité économique et
militaire, à collaborer avec d’autres pays non occidentaux contre l’Occident et à
préserver leurs valeurs et leurs institutions locales. En d’autres termes, ils acceptent la
modernisation mais refusent l’occidentalisation. Il s’agit surtout des pays qui forment,
d'après M Huntington, l’« alliance confucéeno-islamique qui défie les intérêts de
l’Occident, rejette ses valeurs et conteste son hégémonie ».
Pour faire face à ce "défi" islamico-confucéen M. Huntington invite l’Occident,
et c’est là le but de son article, à «consolider la coopération entre ses constituants
européens et nord-américains (...), tracer des limites au développement militaire des
pays appartenant à la civilisation islamico-confucéenne ( ...); ralentir le processus de
réduction du potentiel militaire de l’Occident et maintenir la suprématie militaire
occidentale dans le Sud-Ouest de l’Asie(...) renforcer les instances internationales qui
préservent les valeurs et intérêts légitimes de l’Occident et encourager l’adhésion des
pays non-occidentaux à ces instances».3
Est-il nécessaire de souligner ici le caractère franchement politique de la thèse du
« choc des civilisations »?
Les milieux bien-informés, aux Etats-Unies, n’hésitent pas à affirmer qu’un tel
discours, militant pour prouver l’existence d’un nouveau danger, d’un nouvel
« ennemi », est nécessaire pour convaincre le peuple américain et ses représentants de
la nécessité de maintenir le budget de la « Défense » dans son niveau actuel.
3) Le « conflit idéologique »
« Le choc de civilisations n’est pas un conflit sur Jésus christ ou Confucius ou le
prophète Muhammad autant qu’il est sur la distribution inégale de la puissance, de la
richesse et de l’influence à l’échelle mondiale, et sur le manque de respect et d’estimes
de la part des grandes peuples envers les petits. La culture est le véhicule de
l’expression des conflits. Elle n’en est pas la cause ». C’est ce qu’affirme M. Graham
Fuller4 dans un article publié deux ans après celui de M Huntington. Mais il ne faut

5
pas se faire des illusions; il ne s’agit pas d’un renoncement pur et simple à la « logique
de guerre » qui régi les thèses que nous venons d’exposer. Au contraire, il s’agit
seulement de donner un autre non au même « ennemi ».
Pour M. Fuller le conflit prochain sera idéologique. Car ce qui marque l’état du
monde après la chute du communisme c’est la domination de la vision de l’Occident
dans les domaines politiques et économiques. Celle-ci repose sur trois principes
fondamentaux: 1) le capitalisme et l’économie du marché; 2) les droits de l’homme et
la démocratie libérale et laïque; 3) l’Etat/nation comme cadre des relations
internationales. Ces principes qui ont favorisé le progrès et l’émancipation des
sociétés occidentales provoquent des tensions et des troubles déstabilisants dans les
pays du Tiers-monde, ce qui poussera ces pays à adopter d’autres principes et à
construire d’autres visions qui ne concordent pas avec celle de l’Occident.
On doit s’attendre, donc, affirme l’auteur, à l’émergence dans le Tiers-monde
d’une idéologie qui s’opposera aux valeurs occidentales. La manière dans laquelle cette
«prochaine idéologie » affrontera l’Occident dépendra du genre des dirigeants qui se
présenteront comme défenseurs des intérêts de ces pays. Les pays candidats à jouer ce
rôle sont ceux qui possèdent les qualités nécessaires, à savoir: « des racines dans une
civilisation historique, un sentiment de suprématie culturelle et de continuité au niveau
du rôle joué historiquement, un rôle régional non contesté, une expérience dans le
domaine de la mise en application des idéologies du changement et un sentiment
particulier de frustration faute de pouvoir accomplir sa vocation historico-culturelle à
cause du colonialisme occidentale ».
L’auteur place La Chine, l’Inde, l’Iran, l’Egypte et la Russie à la tête des pays
appelés à jouer le rôle de « pilote » dans la lutte idéologique contre l’Occident. Il cite
d’autres pays comme le Brésil, l’Indonésie, l’Afrique du Sud, qu’il considère
susceptibles de jouer un rôle non négligeable dans ce conflit idéologique, tout en
précisant qu’il n’avait pas l’intention de faire « la liste des ennemis » de l’Occident. Le
but de son article est, dit-il, limité à « nous sensibiliser » de la nature du problème afin
de chercher les moyens permettant d’empêcher la constitution d’un bloc hostile à
l’Occident.


Category : J'ai lu pour vous | Write a comment | Print

From the same author

Comments

 hirondelle1, le 30-08-2010 à 00:22:32 :

merci de faire l'expériance

merci de venir faire mon expériance

je vote pour votre blog

A+

 majda, le 06-09-2010 à 16:08:52 :

A propos de votre page d'accuiel

Bonjour
j'ai essayé sans résultat. Quand j'aurais des résultats je te le dirais. Cordialement

 majda, le 30-08-2010 à 17:16:07 :

Merci

Merci

vous êtes la bienvenue cordialement. Majda

Edited by majda on August 31, 2010 at 1:43 pm